En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Crise de l’euro ? Arrêtons d’y penser !

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 1 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 44 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 57 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 4 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 27 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 2 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 20 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 28 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 25 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 32 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 53 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 24 min
© Reuters / Philippe Wojazer
© Reuters / Philippe Wojazer
Un pas en avant, trois pas en arrière

Recul gouvernemental sur la loi El Khomri : ces bénéfices qu’espère en tirer la droite

Publié le 15 mars 2016
Les reculades du gouvernement Valls, même si elles sont ténues, vont permettre à la droite de démontrer que le gouvernement n'est pas si réformiste qu'il veut bien le laisser entendre et qu'il recule à la première difficulté.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les reculades du gouvernement Valls, même si elles sont ténues, vont permettre à la droite de démontrer que le gouvernement n'est pas si réformiste qu'il veut bien le laisser entendre et qu'il recule à la première difficulté.

Au départ, par un réflexe pavlovien, la droite a dit non. Pas question que François Hollande et Manuel Valls lui refassent le coup de la déchéance. Cette fois, elle ne soutiendra pas le gouvernement. Non, non et non. Convaincus  que les frontières politiques doiventt être respectées, les principaux leaders de l'opposition se sont… opposés à la loi El Khomri. A l'instar d'Alain Juppé qui, le 22 février, dénonçait "une improvisation extraordinaire et une absence totale de consultation qui provoque un tollé du côté des organisations syndicales". Mais ça c'était avant. Avant que le gouvernement s'embourbe, avant que la gauche du PS ne monte au créneau et que les lycéens descendent dans les rues. Les jours passant, les Républicains ont peu à peu compris l'intérêt qu'ils avaient à isoler François Hollande et Manuel Valls, à les cornériser une fois encore. A montrer qu'ils ne sont plus soutenus que par… leur opposition.

 

>>>>>>>> A lire aussi : L'ambition secrète de Laurent Berger, l'homme qui essaie de sauver la loi El Khomri…

>>>>>>>> A lire aussi : Victimes silencieuses de la loi El Khomri : ces petites et moyennes entreprises oubliées autant dans la 1ère que dans la 2ème mouture (alors que ce sont elles qui embauchent le plus)

>>>>>>>> A lire aussi : Mais pourquoi les Français se considèrent-ils comme les travailleurs les plus malheureux de la planète (et à quel point est-ce vrai)  ?

 

Alain Juppé fait donc marche arrière et affirme qu'il votera la loi El Khomri: "si elle est présentée dans les termes où elle est aujourd'hui déposée sur la table". Bruno Le Maire lui emboite le pas, tout comme François Fillon alors que derrière Nathalie Kosciusko-Morizet, 17 députés signent une pétition, affirmant "Nous voterons ce texte en disant “enfin!” car nous avons traversé, depuis 2013, pas moins de douze lois modifiant le Code du travail, sans qu'une vrai réforme ne soit proposée". Mais les pétitionnaires précisent que, pour mériter leur soutien, le texte ne doit pas être édulcoré.

L'idée est bien d'anticiper la moindre reculade de l'exécutif. Une reculade que Nicolas Sarkozy envisage précocement, histoire de se démarquer de ses concurrents de droite et d'expliquer son silence sur le projet de loi : "Dans le meilleur des cas, la montagne accouchera d'une souris car l'habituel exercice de synthèse de François Hollande l'aura emporté sur le courage. Dans le pire des cas, cela aboutira à un recul général", explique-t-il.

Une reculade qui a finalement bien eu lieu hier. Même si elle est ténue - Manuels Valls ne revenant vraiment que sur la mesure qui a cristallisé la grogne, c'est à dire le plafonnement des indemnités accordées par les prud'hommes en cas de licenciement abusif - la droite a eu beau jeu de s'engouffrer dans la brèche.  Ainsi le sénateur Roger Karoutchi dénonçait immédiatement une loi " totalement vidée. Un texte pour rien" et accusait "Hollande et Valls" d'être les "champions du monde de triple salto arrière !". Jean-François Copé twittait: "Quel bel "exemple" de commandement et de réforme du pays : pression syndicale, vite arrêtons tout !" Pour Jean-Pierre Raffarin, proche d'Alain Juppé, "La faiblesse d'un gouvernement  n'est jamais satisfaisante. Une fois de plus ce sont les PME qui sont sacrifiées". Hervé Morin lançait: " La reculade sera définitivement le maître-mot du mandat de François Hollande". Enfin pour le conseiller de Paris Christian Saint Etienne: " La modification de dispositions clés de la loi El Khomri est un coup de poignard dans le dos des jeunes et des chômeurs ! ". Rien que ça.

Il s'agit bien sûr de pointer du doigt le manque de fermeté du gouvernement face à la rue, face aux syndicats, face à sa gauche. De souligner que la volonté réformiste de Manuel Valls se heurte et se heurtera toujours au mur des réalités. De démontrer que seule la droite est capable de s'attaquer efficacement aux prétendus verrous qui ferment les portes aux embauches. Oubliant, un peu vite, que Nicolas Sarkozy lui-même avait renoncé à réformer les 35h.

En reculant, même d'un pas, le chef de l'Etat et le Premier Ministre se sont décrédibilisés aux yeux de toute la droite, même de cette droite modérée qu'ils espéraient pouvoir séduire. Ils se sont décrédibilisés sans gagner un seul électeur sur leur gauche. Pascal Cherki affirmait hier soir: "Même avec les corrections apportées par le gouvernement, la loi El Khomri demeure inacceptable tant sur son contenu que sa philosophie". Au mieux, l'exécutif évitera-t-il peut-être que le mouvement social prenne de l'ampleur. L'UNEF maintenait néanmoins, hier soir, son appel à manifester. Une bien mauvaise passe qui, tout en affaiblissant la ligne du Premier ministre, ne sert pas les intérêts de François Hollande. La droite qui avait anticipé ce recul, remporte cette fois, le match de la communication. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kuruzawa
- 15/03/2016 - 22:02
en attendant Godot
Je crains qu'il ne faille "casser les reins" pas seulement aux syndicats pour réformer le pays!Les français adoptent une attitude schizophrène en matière de réformes:un maximum de personnes admettent-enfin-la nécessité de ces réformes,mais dès qu'il y en a une qui pointe le bout de son nez,ça freine.Et ça part pour le psychodrame:manifs,dégradations,etc.Alors quoi?La faillite totale,les fonds vautours aux fesses,la tutelle de la Troika?Cette irresponsabilité générale est désolante.
langue de pivert
- 15/03/2016 - 12:04
Compter les points...
...et préparer l' alternance ! La gauche se mord la queue ! L'opposition doit seulement profiter du spectacle et préparer l'avenir pour ne pas se retrouver dans la même position que le Vallseur une fois de retour aux manettes ! Pour cela elle doit 1) "casser les reins" des syndicats politisés (en leur coupant toutes subventions et leur honteuse main-mise sur la gestion des caisses de retraites DE TOUS LES FRANÇAIS. N. Sarkozy s'était cru malin en "arrosant" la C.G.T. lors des accords sur la représentativité syndicale de 2008 avec entre autres le très intelligent J.-C. Le Duigou) J'espère qu'il a compris ? 2) Favoriser l'émergence de vrais syndicats des salariés : représentatifs, responsables et puissants. Pour les manifestations "acnéennes" : c'est pas un problème, par définition improductifs ils ne bloquent pas le pays ! Laisser ceux qui le souhaitent louper leur étude, leur laisser prendre leur "responsabilité". Laisser les autres étudier et se faire respecter en cas de blocage par la minorité sus-nommée. Ne pas faire intervenir les forces de l'ordre : quand la racaille les fera courir dans les jupes de leur mère ou dans le premier poste de police on saura ce qu'ils valent.