En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

07.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 11 min 15 sec
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 57 min 20 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 52 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 38 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 21 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 32 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 12 min 37 sec
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 50 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 31 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 46 min
© Pixabay
© Pixabay
Paroles de stats

5 graphiques pour comprendre pourquoi François Hollande pourrait affirmer que l’inversion de la courbe du chômage a eu lieu (et pourquoi il n’y est pas pour grand chose...)

Publié le 11 mars 2016
Après avoir promis l’inversion de la courbe du chômage pour l’année 2013, François Hollande lie désormais son sort présidentiel à cette même prédiction. Pourtant, et si le détail des chiffres permettait de mettre en évidence une légère amélioration de la situation, des nuages couvrent désormais l’horizon.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir promis l’inversion de la courbe du chômage pour l’année 2013, François Hollande lie désormais son sort présidentiel à cette même prédiction. Pourtant, et si le détail des chiffres permettait de mettre en évidence une légère amélioration de la situation, des nuages couvrent désormais l’horizon.

Le 14 juillet 2015, lors de la traditionnelle intervention présidentielle en ce jour de fête nationale, François Hollande s'engageait auprès des Français en liant solennellement son destin personnel à la courbe du chômage : "S’il n’y a pas de baisse du chômage, je l’ai dit plusieurs fois, je ne serai pas candidat". Une promesse que le Président a pu reformuler sur France Inter le 19 février dernier en indiquant : "Je n'ai de ce point de vue-là qu'une seule parole. J'ai été candidat pour que nous créions les conditions pour qu'il y ait une baisse du chômage et il doit y avoir une baisse du chômage. Et s'il n'y a pas de baisse du chômage, vous savez quelles conclusions j'en tirerai".

Une promesse a minima

Ce qui peut frapper au premier abord, c'est la désinvolture de l'engagement. Car François Hollande ne s'est jamais engagé à permettre une réduction nette du chômage sur la totalité de son quinquennat, ce qui aurait pu pourtant apparaître comme étant une évidence. Non, le Président a choisi de promettre le minimum, c’est-à-dire une simple inversion de la tendance négative qui frappe l'emploi en France. Ce qui revient à promettre, non pas une amélioration, mais à éviter une aggravation. Et sur ce point, la stabilisation, à un niveau élevé, du nombre de chômeurs en catégorie A, pourrait laisser entrevoir la possibilité de la réalisation de l'objectif recherché par François Hollande.

Nombre de chômeurs supplémentaires en catégorie A depuis mai 2012. France. Source Dares. 

 

Des emplois créés… mais à un rythme encore insuffisant

La progression du nombre de chômeurs, depuis mai 2012, a atteint un chiffre proche de 700 000 personnes. Ainsi, une stabilisation, voire une légère baisse, semble aujourd'hui à portée de mains. Une amélioration qui trouve son origine dans une progression réelle des chiffres de la création d'emplois, au cours de l'année 2015. Soit une hausse de 82 300 emplois marchands au cours de cette année qui vient, en partie, compenser les pertes subies depuis le début du quinquennat (- 89 000 emplois). 

Emploi - Ensemble des secteurs marchands (hors agriculture). En milliers.

Si ce chiffre des créations d'emplois 2015 semble très favorable à l'exécutif, il n'a pourtant pas suffi à engendrer une baisse du chômage. En effet, les chiffres du chômage sont le résultat de deux variables : la variation de l'emploi et la variation de la population active. Or, la croissance de la population active est une réalité en France. En prenant en compte une moyenne sur 10 ans, la population active française a crû à un rythme annuel de plus de 150 000 personnes. Ce qui signifie que la création de 80 000 emplois ne suffit pas à absorber les nouveaux arrivants sur le marché de l'emploi, et empêche, de facto, une véritable baisse du chômage.

Moyenne sur 10 ans de l'évolution annuelle de la population active en France. Source INSEE

Quelle tactique de communication ?

Dès lors, si François Hollande souhaite pouvoir s'appuyer sur des chiffres favorables pour justifier une nouvelle candidature présidentielle, la tentation pourrait être, comme a pu d'ores et déjà le faire Myriam El Khomri, de s'appuyer, non pas sur les chiffres du chômage, mais sur ceux, favorables, de la création d'emplois. Ainsi, la ministre de l'Emploi a pu commencer à défendre un tel point de vue au cours de son intervention, ce 10 mars, sur France Info :

"C’est plus que ce que nous espérions, et c’est après plusieurs années de destruction d’emplois, ce qui montre bien que la politique menée, le pacte de responsabilité, le CICE, l’aide embauche PME (...) commence à porter ses fruits, c’est encourageant".

La politique de François Hollande produit-elle réellement des résultats ?

Les réformes mises en place par François Hollande et son Gouvernement Valls reposent sur une stratégie : la compétitivité. Par le biais du CICE et du pacte de responsabilité, l'exécutif a donc choisi de mener une politique de baisses de charge afin de rendre les entreprises françaises plus attractives au niveau international. Ce que Manuel Valls défendait en septembre dernier lors d'une visite en Suède :

"Le coût du travail dans l'industrie est désormais moins élevé en France qu'en Allemagne. Le taux de marge des entreprises est en forte progression. Et donc, la confiance revient : le nombre d'investissements directs étrangers a bondi de 8% en 2014, après trois années de stagnation. Le résultat, c'est la croissance qui repart, même si elle est encore trop faible : elle dépassera sans doute 1% cette année, c'était notre objectif, et probablement 1,5 % en 2016".

Mais c'est là un autre aveu d'échec de la politique menée par le Gouvernement. Car la réalité de la "compétitivité industrielle" française ne tient tout simplement pas la route. Au regard des statistiques publiées par l'INSEE, l'emploi industriel est en forte baisse en France, et ce, en tendance constante depuis le début du quinquennat. Pour un résultat total de 126 000 emplois industriels détruits depuis le T2 2012. A l'inverse, ce sont les emplois du secteur tertiaire qui ont pu progresser depuis la fin de l'année 2014:

Un allié imprévu

Un résultat qui ne fait que traduire l'échec de la politique menée. Car s'il existe une progression de l'emploi en France, ce n'est donc pas grâce à l'industrie, ce qui était pourtant le plan de François Hollande, mais grâce aux services. Or, la bonne santé du secteur tertiaire dépend de la demande intérieure, arme qui n'a jamais été mise en œuvre par François Hollande. En effet, si l’emploi dans les services a pu offrir de bons résultats au cours des derniers mois, c’est en raison de la politique menée par Mario Draghi à la BCE, qui expliquait en juin 2015 :

"Au cours des derniers trimestres, la demande intérieure, et la consommation privée en particulier, ont été les principaux moteurs de la reprise en cours. Les données d’enquêtes les plus récentes couvrant la période jusqu’en mai demeurent compatibles avec une poursuite de la croissance modérée au deuxième trimestre. Dans la période à venir, nous nous attendons à ce que la reprise économique s’appuie sur une base plus large. La demande intérieure devrait être encore confortée par nos mesures de politique monétaire et leur incidence favorable sur les conditions de financement ainsi que par les progrès réalisés en matière d’assainissement budgétaire et de réformes structurelles".

Ainsi, la revendication de paternité, de la part du Gouvernement, de la création d’emplois en France peut être qualifiée d’abusive, si ce n’est de désespérante. Une réalité qui devient encore plus cruelle au regard des résultats de l’ensemble de la zone euro. Car si la BCE a permis une amélioration de l’ensemble de la conjoncture intérieure à la zone euro, la France figure parmi les mauvais élèves en termes de "captage" de cette nouvelle tendance. Ce qui se révèle notamment en observant l’évolution comparée du taux de chômage de la zone euro avec celui de la France.

Chômage de la zone euro – chômage France ; Source Eurostat. (Avantage comparatif du chômage français par rapport à la zone euro)

"L’avance" dont disposait la France, en termes de chômage, par rapport à la zone euro, a fondu comme neige au soleil sous le mandat de François Hollande. Ce qui signifie que la politique nationale a été pénalisante pour le pays, dans un contexte qui était pourtant en voie d’amélioration.

Des nuages à l’horizon qui enterrent la promesse

Pour finir, et pour clore le débat de l’inversion de la courbe du chômage, il suffit de se référer aux dernières prévisions de la BCE pour la croissance 2016 de la zone euro. Alors que les anticipations de décembre faisaient état d’une croissance de 1,7%, celles de ce mois de mars ont été révisées à la baisse, et s’affichent désormais à 1,4%. Ce qui devrait conduire, également, à une révision à la baisse de la croissance française. La France n’a pas su profiter d’une meilleure conjoncture économique entre la mi-2014 et la fin 2015 pour faire baisser son chômage, et les nuages pointent à l’horizon pour la suite.

Pour François Hollande, difficile de faire pire. Une promesse a minima, une amélioration de la conjoncture qui ne doit rien à la politique menée, une douteuse tentative de récupération des chiffres, et pour finir, un retournement de tendance. L’alignement des planètes auquel François Hollande voulait croire s’est bien produit, mais dans le sens inverse à celui recherché. 

Les multiples révisions de croissance à la baisse, ce jeudi encore de la part de la BCE, qui a abaissé ses prévisions de 1,7% à 1,4% pour l'année 2016, imposent au chef de l'Etat une solution rhétorique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/03/2016 - 10:40
Pas d'Argument
Lorsque je m'intéresse (11/03/2016 – 09:23) à deux des graphiques de cet article, que j'en donne mon interprétation, et que je demande ce qu'en pensent les autres lecteurs de ce site, c'est ce qu'on appelle ''pas d'argument'' ! Vraiment ? Rien de concret ? Que des divagations répétitives ? Des questions ''Hors-Sujet'' ?
Anguerrand
- 12/03/2016 - 08:24
Ça y est Ganesha est redevenu lui meme
Il a dû avoir un coup de blues, quand il s'est confié d'une manière sympathique, mais il est redevenu le type antipathique et grossier que nous avons connu sa philosophie ? Tous ceux qui ne pensent pas comme lui sont des cons. J'imagine que vous devriez rejoindre un site de journal de gauche. C'était donc un moment de faiblesse pas plus. On avait meme l'impression de pouvoir échanger avec lui. Il confiait s'être laissé entraîné par l'extrême gauche, il redevient le marxiste- FN sans intérêt il accuse les autres de faire des copies- collés, il n'est pas gonflé le type, àlors que je lis toujours la même chose dans ses posts, et bien sûr jamais le moindre argument malgré sa grande culture ( c'est lui qui le dit)
Ganesha
- 11/03/2016 - 19:09
Hors Sujet
Hier, sur une autre article, une sorte de ''petit miracle'' s'est produit : un intervenant a engagé une discussion avec moi au sujet de l'interprétation d'un des graphiques contenu dans le texte ! Ce n'est pas allé très loin, mais c'est un début ! Il existe un autre site où, en plus de voir le nombre de réactions, on peut également connaître le nombre de lecteurs : ce qui ont simplement ''cliqué'', ouvert l'article, l'ont lu plus ou moins longuement, mais n'ont pas publié de commentaires. Le rapport est au minimum de 1 commentateur pour cent lecteurs, souvent même beaucoup plus. Timidité ? Beaucoup de commentaires se limitent à des ''déclarations de foi'', souvent stéréotypées, reprenant jours après jours les mêmes copiés-collé. Mais je ne désespère pas : si vous avez lu l'article et que vous voulez en discuter un point précis, qui ne soit pas complètement ''hors sujet'', n'hésitez pas, exprimez-vous !