En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 20 min 24 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 36 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 20 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 23 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 24 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Dis-moi combien tu pèses

Et maintenant la candidature de Michèle Alliot-Marie... ou la preuve que les primaires servent à tout autre chose qu'à sélectionner le meilleur candidat à la présidentielle

Publié le 11 mars 2016
Le nombre de candidats annoncés (et attendus) à la primaire de la droite et du centre dépasse désormais les dix. Pourtant, parmi eux, nombreux sont ceux qui ne peuvent espérer gagner et pour certains, il sera même difficile de réunir toutes les conditions pour pouvoir se présenter. Cependant, participer n'est plus seulement envisagé par ceux qui souhaitent disputer la campagne... mais aussi par ceux qui veulent négocier leurs voix, leur poids.
Dominique Jamet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre de candidats annoncés (et attendus) à la primaire de la droite et du centre dépasse désormais les dix. Pourtant, parmi eux, nombreux sont ceux qui ne peuvent espérer gagner et pour certains, il sera même difficile de réunir toutes les conditions pour pouvoir se présenter. Cependant, participer n'est plus seulement envisagé par ceux qui souhaitent disputer la campagne... mais aussi par ceux qui veulent négocier leurs voix, leur poids.

Atlantico : L'annonce de la candidature de MAM à la primaire des Républicains a fuité le jour de celle de Nathalie Kosciusko-Morizet, portant le nombre de candidats à plus de dix. Nombre d'entre eux sont certains de ne pas gagner mais se présentent tout de même pour peser par la suite grâce à leur score, comme l'avait par exemple fait Montebourg en devenant "Monsieur 17%" en 2011. Les primaires n'ont-elles plus pour fonction que de mesurer le poids politique de chacun dans un parti ? Dans quelle mesure ces candidatures sans avenir polluent-elles le jeu démocratique en vidant de son sens le système des partis politiques, en lui conférant une utilité exclusivement interne ?

Dominique Jamet : La candidature de Michèle Alliot-Marie peut s'expliquer par deux raisons personnelles. En premier lieu parce qu'après une longue éclipse – liée à ses trop bonnes relations avec le régime de Zine el-Abidine Ben Ali – elle estime que le moment est venu de faire son retour. Elle est d'autant plus fondée à penser cela qu'il y a quelques jours elle a fait presque jeu égal avec Luc Chatel – le candidat de Nicolas Sarkozy – pour la présidence du Conseil National des Républicains. Elle fait, somme toute, un retour à la fois en grâce et en force. Pour autant, il est clair qu'elle n'a pas la moindre chance de gagner la primaire, sauf à nourrir des illusions. Il est même possible qu'elle rencontre des difficultés à rassembler les cautions et parrainages nécessaires et indispensables pour prétendre candidater à la primaire. Le nombre de candidats influe nécessairement sur cette dimension. N'oublions pas que cette primaire ouverte du centre et de la droite ne l'est qu'aux électeurs. Pour les candidats, en revanche, la primaire est filtrée, modulée selon un mode de suffrage censitaire, puisque ne peuvent se présenter que les gens qui recueillent le soutien de 20 parlementaires, 250 élus et enfin 2000 militants. Cela fausse clairement la participation à la primaire.

Ce qui fausse la primaire également, c'est évidemment qu'un certain nombre de candidats se présentent – dont on peut supposer que Michèle Alliot-Marie en fait partie – moins dans la perspective de la disputer et de la gagner que de négocier ensuite les voix obtenues contre un soutien. Le premier tour de la primaire, déjà faussé par son caractère filtré, l'est moins que ne le sera le second tour. Il s'agira d'un second tour non seulement politique, mais aussi politicien. Le succès final dépendra des désistements des candidats battus, des promesses et des accords passés, ce qui risque d'affecter d'une coloration magouilleuse le résultat final. Effectivement, ces candidatures sans avenir polluent le jeu démocratique. On avait d'abord eu l'impression, dans les premiers temps de cette phase préliminaire à la primaire dans laquelle nous sommes encore, que les enjeux étaient politiques. Entre Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, il existe de vraies différences de programme. L'un est plus centriste, presque de gauche, l'autre se situe davantage à droite. On avait eu l'impression, également, que les principaux candidats étaient aussi motivés par une certaine forme d'ambition personnelle. Maintenant, au fur et à mesure que les candidats se multiplient, que les choses se compliquent, l'ensemble ressemble plus à une compétition interne au parti – comme le RPR et l'UMP ont su donner l'exemple. Tout cela est moins net, moins propre, moins justifié qu'on ne le pensait. Le comportement du parti politique des Républicains pourrait être plus mal perçu par l'opinion si, effectivement, les primaires étaient détournées de leur intention et de leur image initiale.

D'un point de vue très concret, quel peut-être l'impact de cette dévitalisation des primaires, au-delà de celle des seuls Républicains ? En se présentant sans véritablement chercher à gagner mais simplement pour tester son influence, ces personnalités ne risquent-elles pas d'enfermer les partis dans une logique de plus en plus sectaire, en plus de les diviser ?

Le principe des primaires, entré dans les réalités depuis quelques temps, a été présenté comme une avancée démocratique. Comme un processus qui revitaliserait les partis, les remettrait en contact avec l'ensemble des mouvances qui les soutiennent… En fait, si les primaires donnent lieu à des manœuvres politiciennes, si elles sont polluées par des négociations et des arrangements ; il est probable que beaucoup de gens commencent à les bouder. A les voir comme de simples arrangements partisans habituels et à se rappeler que le principe sur lequel a été fondé l'élection au suffrage universel du Président de la République, en 1962 (appliqué en 65), c'est la consultation directe du peuple tout entier, sans passer d'une quelconque manière par une phase partisane.

Quant à savoir si cela risque de diviser les partis… C'est difficile à dire. Il manque un élément de réponse : l'issue de l'élection véritable. Si la primaire de droite (mais éventuellement celle de gauche si elle avait lieu) aboutissait à désigner l'homme qui sera le prochain président de la République, cette victoire électorale pourrait cimenter un parti menacé de dislocation. Il y a cependant deux risques successifs d'éclatement du parti des Républicains – voire de l'ensemble de la droite et du centre. Le premier d'entre eux, c'est naturellement celui qui serait consécutif à une campagne : nous n'en sommes encore qu'au tout début de la pré-campagne des primaires ! Il y aura évidemment la pré-campagne, la campagne et enfin les résultats de la primaire. Les arguments échangés, autant que les méthodes pratiquées, et le fossé personnel comme politique peuvent accentuer le risque d'explosion des LR et de l'UDI. De facto, dans ce parti, comme au Parti socialiste, coexistent des gens qui n'ont ni les mêmes conceptions, ni les mêmes idées politiques. Une fois la primaire passée, il n'est pas sûr que les candidats battus se rangeront tous avec discipline, conviction et enthousiasme derrière le vainqueur. Il en va de même pour leurs électeurs. Il est possible qu'avant même la campagne, en raison de cette pré-campagne, des dissensions se forment.

La diversité qu'offre l'ensemble de ces candidatures est-elle susceptible d'apporter autant qu'elle ne coûte en termes de confiance dans le système démocratique ? Sinon, comment pourrait-on revenir à un usage des primaires plus constructif du point de vue des électeurs ?

C'est tout à fait ambivalent. Les partis politiques, aussi bien dans leur fonctionnement de machine électorale que dans leur fonctionnement représentatif – au Parlement – nous ont habitués à la discipline. Au conformisme. A la non-indépendance du comportement et du vote. C'est pourquoi beaucoup de gens estiment aujourd'hui que sur le principe, trop de candidats tuent la politique. En réalité, il n'y a rien de choquant sur le principe, dans le pluralisme des candidatures. Si ce pluralisme ne correspond pas seulement à des rivalités de personnes mais à des positions divergentes (fondées sur une analyse politique, une idée de la France)… Si l'enjeu était, à l'intérieur d'un parti uni sur l'essentiel, entre des politiques différentes, il va de soi que les primaires auraient un rôle plus symbolique et fortifieraient les partis. Mais aujourd'hui les primaires sont polluées. Leur image est gâchée aux yeux des électeurs. Cela résulte de ce que nous évoquions. Les questions d'égo l'emportent sur la dimension idéologique. Dans la mesure où la primaire est susceptible d'être manipulée, instrumentalisée, le principe même des primaires se retourne contre lui-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 11/03/2016 - 08:07
Ni MAM
ni NKM : des sigles pas des personnes.
Liberte5
- 10/03/2016 - 19:41
Quel foutoir!!!
Aucune pudeur, aucune dignité, comment voulez vous que les citoyens ne se détournent pas de ces partis politiques.Quant à M. Alliot- Marie, franchement, elle a bien contribué au déclin de la France en participant à tous les gouvernements dont le bilan est négatif.. Qu'elle se retire d'autant qu'elle n'a jamais été une ministre de grande qualité et que ce n'est aps l'argent qui lui manque.
raslacoiffe
- 10/03/2016 - 15:42
Bonne analyse de M. JAMET
Enfin Atlantico renoue avec la qualité. On en redemande.