En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Genèse d'une apocalypse
Irak : sunnites, chiites, pourquoi se détestent-ils autant ?
Publié le 07 janvier 2012
Les attentats se multiplient en Irak. Après trois ans d'une guerre confessionnelle sanglante, les violences continuent. Jeudi, 68 personnes ont été tuées dans une explosion visant les chiites. Retour sur les origines des longues rancunes entre ces deux courants religieux.
Pierre-Jean Luizard, historien, est chercheur au CNRS et membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (GSRL) à Paris. Spécialiste du Moyen-Orient, il a séjourné en Irak, au Liban, en Syrie, dans le Golfe et en Egypte. Il est l’auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Jean Luizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Jean Luizard, historien, est chercheur au CNRS et membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (GSRL) à Paris. Spécialiste du Moyen-Orient, il a séjourné en Irak, au Liban, en Syrie, dans le Golfe et en Egypte. Il est l’auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les attentats se multiplient en Irak. Après trois ans d'une guerre confessionnelle sanglante, les violences continuent. Jeudi, 68 personnes ont été tuées dans une explosion visant les chiites. Retour sur les origines des longues rancunes entre ces deux courants religieux.

Atlantico : Jeudi, un nouvel attentat a visé la communauté chiite en Irak. Comment expliquer ces tensions entre sunnites et chiites qui ne cessent de secouer ce pays ?

Pierre-Jean Luizard : Lorsque l'on parle de courants religieux en Irak, on parle avant tout de communautés. Les deux principales communautés musulmanes sont les chiites, majoritaires avec 55% de la population, et les sunnites qui sont, à parité avec les Kurdes, aux alentours de 20% chacune. Cet aspect communautaire prévaut sur la notion de guerre dogmatique qui impliquerait l'opposition entre deux branches de l'islam. Ici, nous avons un conflit entre deux populations antagonistes pour des raisons historiques et sociales.

Cette violence est le résultat de siècles de domination de la part de la minorité sunnite au sein des institutions, depuis l'époque ottomane jusqu'à la fin du régime de Saddam Hussein. L'Irak est actuellement caractérisée par une Constitution et des institutions qui ont été décidées dans une période où le pays n'était pas réellement souverain. Ces règles sont fondées sur bases communautaires qui ne sont pas explicites. Il n'est nulle part mentionné de rapports entre les chiites et les sunnites, à l'inverse du Liban, par exemple, où les confessions religieuses sont clairement assumées et prises en compte sur l'échiquier politique. 

Le processus politique est faussé par une vraie tromperie : on a confondu majorité démographique avec majorité démocratique. Les chiites votent pour les chiites. Les sunnites, d'abord exclus, ont ensuite voté pour une liste sunnite. Les échanges n'existent pas.

 

La notion de violence, entre les deux communautés, a-t-elle toujours existé ?

Il faut revenir aux origines de la domination politique et sociale des sunnites dans la société arabe de l'Irak. Elle est liée à l'histoire du peuplement de ce pays. La plupart des arabes d'Irak sont des nouveaux venus, originaires pour la majorité de tribus sunnites qui ont migré depuis la péninsule arabique et se sont sédentarisées. Dans l'univers bédouin, la sédentarisation a été assimilée à un processus d'asservissement des sédentaires par les nomades. Les sédentaires ont rejoint des communautés chiites tandis que les dernières tribus nomades, des grandes confédérations tribales, sont devenues les familles régnantes. Ces classes dominantes étaient les relais locaux de l'empire ottoman, porte-étendard du sunnisme à l'époque.

Tout cela n'a plus de base économique aujourd'hui. En 1920, les Anglais se sont reposés sur ces élites. Le système, malgré les révoltes et les révolutions successives, a toujours maintenu le monopole du pouvoir, notamment militaire, entre les mains des sunnites. Les chiites, eux, sont restés constamment exclus. Ils se sont rattrapés dans le domaine économique.

Dans ce contexte, il y a toujours eu des manifestations. Elles ne prenaient pourtant pas la dimension de contestations confessionnelles comme aujourd'hui. Il y a eu par exemple une conversion massive des chiites les plus pauvres à l'idéal communiste dans les années 1940 à 1960. Derrière cet engagement politique, on retrouvait la dimension communautaire. La guerre confessionnelle qui a ravagé l'Irak entre 2005 et 2008 est un phénomène totalement nouveau.

 

Quel rôle jouent l'Arabie Saoudite et l'Iran derrière ces communautés religieuses irakiennes ? 

L'idée selon laquelle l'Iran soutiendrait les chiites et l'Arabie Saoudite les sunnites a sa part de véracité d'un point de vue historique. Il faut comprendre qu'aujourd'hui, en Irak, nous sommes bien au delà des violences communautaires. Le système politique que les Américains ont fondé a engagé une division de la classe irakienne à partir d'intérêts de plus en plus régionaux, locaux et même privés, que l'on observe très bien au sein des ministères : chaque ministre a sa propre milice privée et entretien un réseau de clientèlisme qui le ramène à sa base sociale provinciale. 

Les acteurs étrangers sont très largement confrontés à cette division infinie. Ils se retrouvent tous spectateurs de la situation. Plus personne, Saoudiens, Iraniens ou Américains, n'a de contrôle là-dessus. Les Iraniens ont un lien de solidarité naturelle avec les chiites mais, au vu de l'instabilité actuelle, les conséquences sont plutôt négatives. Les centres de pouvoir à Téhéran avaient chacun leurs propres contacts. Aujourd'hui, face aux divisions, y compris au sein du sunnisme irakien, les Iraniens craignent surtout de voir ces tensions se répercuter dans leur propre pays.

Le retour du terrorisme que l'on observe actuellement est directement lié à l'inversement des rapports de force causé par les printemps arabes, notamment en Syrie. Les minorités sunnites en Irak espèrent pouvoir en profiter pour obtenir leur revanche.

L'arc chiite est un fantasme agité par les Américains et par les sunnites, notamment au Caire et en Algérie où il y a un très fort sentiment anti-chiites. Ils veulent voir la menace iranienne au travers d'un arc chiite dominé par l'Iran avec l'aide de la Syrie d'un côté, du Hezbollah libanais de l'autre. Il y a bien un point commun entre les communautés chiites du monde arabe : elles étaient historiquement dominées socialement. La révolution iranienne en 1979 leur a donné le signal de l'émancipation avec des belles réussites comme le Hezbollah qui a orchestré une révolution sociale et chassé les propriétaires terriens et a permis l'ascention d'une élite intellectuelle et de classes moyennes. Ce phénomène a été perçu comme une menace par les sunnites en Irak, à Bahreïn ou en Arabie Saoudite.

 

Une paix entre sunnites et chiites en Irak est-elle possible ?

Je me souviens qu'à l'époque du régime de Saddam Hussein, qui n'est absolument pas une référence, on ne savait jamais si l'interlocuteur irakien était sunnite ou chiite. Il était même déplacé de poser la question. Il y avait bien des antagonistes et l'équilibre était maintenu par la peur mais le communautarisme ne gangrainait pas à ce point la société. Aujourd'hui, au sein d'une même tribu, les branches sunnites et chiites se craignent les uns les autres. 

Pour se remettre de la situation apocalyptique qu'a connu l'Irak entre 2005 et 2008, pour laquelle chacun a du sang sur les mains, il va bien falloir une ou deux générations. Entre temps, une révision de la Constitution, qui attise l'effet communautaire, à l'abri de toute influence étrangère, serait nécessaire. Actuellement, les relations entre sunnites et chiites sont à l'image de Bagdad : la ville est hérissée de palissades en béton qui séparent les différents quartiers où chacun vit caché de l'autre. La cité multicommunautaires où les gens vivaient dans des quartiers mixtes est devenue un ghetto où les chiites ont presque totalement chassé les sunnites.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
07.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pansted00
- 08/01/2012 - 02:39
Pourquoi ?
Tres simplement la demonstration parfaite de la betise de la religion .
Carcajou
- 07/01/2012 - 18:42
Croyance erronée.
Donc, les lieux saints qui font de l'Irak le berceau du chiisme et donc, avec la Perse, les principaux foyers d'opposition au califat sunnite n'ont pas d'importance.

La domination de la minorité sunnite du temps du califat, de l'Empire ottoman et de la colonisation britannique n'est pas liée à l'antagonisme religieux et ne visait pas à brider les revendications chiites.

Bon, si vous le dites.
tebruc
- 07/01/2012 - 17:25
N'oublions quand même pas le contexte religieux
J'adhère à l'analyse que vous faites pour la période actuelle, mais on ne peut pas masquer le fait originel. Ce communautarisme a pour origine deux courants religieux. Et si, tous les vendredi, les imams des deux bords prêchaient la tolérance au lieu de la haine de l'autre communauté, les communautés pourraient vivre en paix. Les chrétiens sont aussi passés par cette phase