En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 7 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 min 15 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 19 min 39 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 min 47 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 24 min 59 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 2 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 40 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 min 44 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 18 min 37 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 min 40 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 min 53 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 25 min 15 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 24 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 18 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 jour 2 min
Sondage Atlantico/Ifop

TVA sociale : la crise accentue le rejet, 68% des Français y sont opposés

Publié le 08 janvier 2012
Sondage exclusif ATLANTICO/IFOP : le rejet de la TVA sociale ne cesse de s'affirmer depuis quelques mois. Si les sympathisants UMP y sont largement favorables, ceux de gauche la rejettent massivement.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sondage exclusif ATLANTICO/IFOP : le rejet de la TVA sociale ne cesse de s'affirmer depuis quelques mois. Si les sympathisants UMP y sont largement favorables, ceux de gauche la rejettent massivement.

Alors que le thème de la TVA sociale s’invite dans la campagne électorale, l’opinion publique reste très opposée à une hausse de cet impôt indirect en contrepartie d’une baisse des charges pesant sur le travail. Seuls 32% des Français y seraient favorables (deux uniques catégories socio-démographiques y sont majoritairement favorables : les indépendants/employeurs à 56%, et les 65 ans et plus à 52%) . Ce niveau est identique à celui qu’avait mesuré l’Ifop quelques semaines avant la dernière élection présidentielle en mars 2007 (33% à l’époque).

Sur la dernière période, si le recul n’est que de 4 points par rapport au mois d’octobre, on constate que la montée en puissance du débat sur cette question au cours des derniers jours a fortement polarisé l’opinion selon une logique partisane. En à peine plus de deux mois, le rejet passe ainsi de 69% à 83% (+ 14 points) à gauche, quand le soutien à cette mesure gagne 18 points (69%) parmi les sympathisants UMP.

 

Atlantico : Comment analysez-vous l’évolution de la perception des Français sur la TVA sociale ?

Jérôme Fourquet (Directeur adjoint du département opinion publique de l'IFOP) : Il faut en général s’y reprendre à plusieurs fois pour faire adopter une telle mesure, il faut faire acte de pédagogie.

L’exemple typique reste celui des retraites : le sujet est revenu de manière récurrente, la majorité a réussi à installer dans l’opinion l’idée qu’une réforme était nécessaire car le système ne pouvait plus fonctionner. Ainsi, à partir de 2003, tout le monde a convenu de la nécessité de changer le système en place, et la question a été portée autour de la réforme à réaliser.

La TVA sociale pourrait constituer un exemple similaire, sachant qu’il existe un niveau de complexité supplémentaire : il s’agit d’un mécanisme subtil qui n’a jamais été réalisé en France jusqu’à présent.

L’idée de TVA sociale avait commencé à être défrichée en 2007 : l’UMP l’avait expliquée, avec succès puisqu’entre mars et juillet 2007, la part des Français qui y étaient favorables étaient passée de 33 à 47%. Mais l’échec aux législatives cette année là a conduit la droite à mettre de côté cette idée. Cinq ans plus tard, elle revient au cœur de la campagne. C’est un retour à la case départ : les 32% des Français qui y sont favorables aujourd’hui font écho aux 33% de mars 2007. Or, entre temps, la crise est survenue, entraînant avec elle le débat sur la perte de compétitivité de la France, la question des déficits commerciaux, et l’idée qu’il faut s’inspirer du modèle allemand. On aurait pu penser que ce contexte ait un impact sur l’opinion des Français sur cette question, mais il n’en est rien.

 

La crise n’est-elle pas au contraire responsable de ce rapport critique des Français vis-à-vis de la TVA sociale ?

Sans doute, en partie. Les Français ressentent qu’ils ont déjà dû faire des sacrifices (citons les retraites, l’augmentation de la taxe sur les sodas, etc.), et qu’ils ne souhaitent plus en faire, notamment sur cette question, qui touche à la consommation et au pouvoir d’achat. 

 

Question : Dans le but de favoriser l’emploi et de limiter les délocalisations, certaines personnalités proposent de mettre en place une TVA sociale, qui consisterait à ce que l’État baisse les charges sur les salaires pesant sur les entreprises, et ceci en contrepartie d’une augmentation de la TVA sur l’ensemble de la consommation des ménages français. Personnellement accepteriez-vous ce principe ?

(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir)

(1) Etude Ifop pour L’Usine Nouvelle réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 18 au 20 octobre 2011 auprès d’un échantillon de 1028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Comment expliquer le clivage partisan fort sur l’opinion des Français vis-à-vis de la TVA sociale ?

On constate qu’en quelques mois, d’octobre 2011 à janvier 2012, la polarisation s’effectue très rapidement : moins 14 points d’adhésion à gauche, plus 18 points à droite. Les sympathisants hésitaient en octobre. Une fois que la TVA sociale est devenue un thème de campagne, elle a été très marquée politiquement.

Précisons que sur cette question les sympathisants FN se sont distingués de ceux de l'UMP : sur toutes les questions économiques et sociales, l’électorat du FN se situe en effet entre la gauche et la droite.

 

Question : Dans le but de favoriser l’emploi et de limiter les délocalisations, certaines personnalités proposent de mettre en place une TVA sociale, qui consisterait à ce que l’État baisse les charges sur les salaires pesant sur les entreprises, et ceci en contrepartie d’une augmentation de la TVA sur l’ensemble de la consommation des ménages français. Personnellement accepteriez-vous ce principe ?

(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir)

 

Ce sont les personnes les plus touchées en termes de pouvoir d’achat qui sont les plus critiques ?

Pas forcément. Les ouvriers (29%) et les cadres (30%) ont par exemple le même point de vue sur la question. En vérité, seules deux catégories se distinguent : les retraités (qui sont moins concernés de fait par le marché du travail et se situent plutôt à droite) et les employeurs et les indépendants. Touts les autres catégories de la population sont opposées à la TVA sociale. 

(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir)

______________________________________

 

Méthodologie

Ce document présente les résultats d’une étude réalisée par l’Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage. Les enseignements qu’elle indique reflètent un état de l’opinion à l’instant de sa réalisation, et non pas une prédiction.

Aucune publication totale ou partielle ne peut être faite sans l’accord exprès de l’Ifop.

Étude réalisée par l'Ifop pour Atlantico

Échantillon de 982 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé(e)) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing), du 4 au 6 janvier 2012.

 

Précision relative aux marges d'erreur

La théorie statistique permet de mesurer l’incertitude à attacher à chaque résultat d’une enquête. Cette incertitude s’exprime par un intervalle de confiance situé de part et d’autre de la valeur observée, et dans lequel la vraie valeur a une probabilité déterminée de se trouver. Cette incertitude, communément appelée « marge d’erreur », varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé comme le montre le tableau ci-dessous :

(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir)

Exemple de lecture du tableau : dans le cas d’un échantillon de 1 000 personnes, si le pourcentage mesuré est de 10%, la marge d’erreur est égale à 1,8%. Le vrai pourcentage est donc compris entre 8,2% et 11,8%.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Manuman
- 09/01/2012 - 11:01
C'est curieux,
Bien que plutôt ancré à gauche, je trouve l'idée intéressante.. Par contre je ne suis pas très d'accord avec le partage annoncé de la compensation de la TVA, 30Mds pour le patronat et 10Mds pour le salariat, ce n'est plus très "social"
LemduNord
- 08/01/2012 - 13:59
En théorie, c'est une bonne
En théorie, c'est une bonne idée.
Maintenant, si les salaires et revenus minimum ne suivent pas, la consommation baisse et les entreprises françaises n vendent pas plus leurs cames.
Ensuite, après le coup foiré de la baisse de TVA dans les restos (faible baisse de prix et pas d'effet sur l'emploi), on ne comprend plus s'il faut baisser ou monter la TVA pour favoriser l'emploi!
Obsédé Textuel
- 08/01/2012 - 00:24
L'Assomoir....
Toujours les mêmes arguments bidons: c'est social, c'est pour l'emploi, çà fera baisser les prix...etc.
Nous sommes las de ces petites arnaqueries sans imagination.
Leur TVA dite "sociale" c'est d'abord une hausse de TVA.
Donc une hausse d'impôt.
Un point c'est tout !