En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 10 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 7 heures 59 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 4 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 1 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 37 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 39 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 15 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 12 min
© Reuters / Pool New
Angela Merkel et François Hollande
© Reuters / Pool New
Angela Merkel et François Hollande
Vu d’en face

Rencontre Hollande-Merkel : mais au fait, quelle idée se fait-on du "couple franco-allemand" outre-Rhin ?

Publié le 04 mars 2016
En vue de la préparation du sommet européen de lundi prochain sur la crise des migrants, François Hollande reçoit ce vendredi Angela Merkel. Une crise qui a des répercussions sur le couple franco-allemand, notion vis-à-vis de laquelle la classe politique et la société civile allemandes expriment de plus en plus de réserve.
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En vue de la préparation du sommet européen de lundi prochain sur la crise des migrants, François Hollande reçoit ce vendredi Angela Merkel. Une crise qui a des répercussions sur le couple franco-allemand, notion vis-à-vis de laquelle la classe politique et la société civile allemandes expriment de plus en plus de réserve.

Atlantico : Le 13 février dernier, à Munich, Manuel Valls a violemment critiqué la politique migratoire qu'Angela Merkel souhaite voir appliquer en Europe. Une sortie qui avait provoqué l'irritation de la chancelière. Dans quelle mesure la déclaration de Manuel Valls a pu avoir un impact sur le couple franco-allemand ? 

Jérôme VaillantL’attaque de Manuel Valls a d’autant plus mécontenté la chancelière qu’elle a été menée à Munich, en Bavière donc, dans un Etat fédéré dont le ministre-président, Horst Seehofer, est sans doute le plus remonté contre la politique des réfugiés préconisé par Angela Merkel, même si le parti chrétien-social qu’il conduit fait partie de la coalition gouvernementale à Berlin en tant que parti-frère des chrétiens-démocrates. Il s’agit du même Seehofer qui, en septembre 2015, déroulait le tapis rouge pour Viktor Orban à Banz pour s’entretenir avec lui de la politique à mener pour endiguer le flux de réfugiés en Europe. C’est le même Seehofer qui n’a cessé de mettre en public la pression sur la chancelière jusqu’à menacer son gouvernement d’une plainte devant le tribunal fédéral constitutionnel de Karlsruhe. S’exprimer comme l’a fait Manuel Valls a Munich pouvait donc passer à Berlin pour un geste particulièrement inamical.

Pourtant, on pouvait aussi à Berlin en relativiser la portée, tout comme celle des attaques de Horst Seehofer, tant leur vivacité était jugée en dehors de Munich excessives et déplacées, le signe que l’allié bavarois aboyait d’autant plus fort qu’il cherchait à compenser sa faiblesse de manière assez classique en critiquant Berlin. On pouvait également limiter la portée de la sortie de Manuel Valls dans la mesure où si elle avait bien valeur d’avertissement, elle n’était pourtant pas relayée par le président français dont on sait bien, à Berlin, qu'il est celui qui conserve la maîtrise des affaires étrangères de la France, et qu’il reste attaché au couple franco-allemand après une première période de refroidissement.

 

Si l'on revient sur l'ensemble du quinquennat Hollande, comment a évolué cette notion de "couple franco-allemand" ? Peut-on encore réellement parler de "couple" ?

La notion de "couple" est une notion soumise aux fluctuations de l’opinion et des critiques des observateurs comme des médias en général. Il fut des périodes pendant lesquelles on lui a préféré le terme de " tandem " tant celui de " couple " prêtait aux interprétations en terme de scènes de ménage. Au total, ce qui importe, c’est moins le terme lui-même que ce qu’il est censé représenté. Il faut, en la matière, toujours rappeler l’initiative prise par Robert Schuman au nom de la France le 9 mai 1950 quand il propose à l’Allemagne occidentale de fonder avec la France une communauté européenne du charbon et de l’acier  ouverte aux autres puissances européennes intéressées, alors que se profile à l’horizon la fin du statut international de la Ruhr et que l’Allemagne est en passe de recouvrer progressivement sa souveraineté. C’est dire que le couple franco-allemand est fondé pour satisfaire aux intérêts des deux pays, mais au service d’une même cause : construire l’Europe  alors que règne entre l’Est et l’Ouest la Guerre froide. Les deux pays mettent en avant la nécessité de rendre désormais impossible la guerre entre la France et l’Allemagne, et ce faisant pour l’Europe encore limitée alors à l’Europe occidentale.

Si la notion de " couple " a survécu par la suite à bien des crises, c’est qu’elle a été efficacement symbolisée par des couples de personnalités politiques tels que de Gaulle-Adenauer, Brandt-Pompidou (avec des réserves), Kohl-Mitterrand avant l’unification, puis de nouveau après l’unification, Schröder-Chirac,  Sarkozy-Merkel, et au bout du compte également Merkel-Hollande. Même quand les débuts avaient été difficiles entre les participants à ces couples, la nécessité pour les Etats de s’entendre, les économies de s’intégrer, et les sociétés civiles de se rapprocher l’avaient toujours emporté en dernier ressort.

On pouvait avoir des doutes sur la capacité de François Hollande de surmonter les difficultés de ses débuts avec Angela Merkel tant ils s’étaient tous deux mis en position de ne pas se comprendre : Hollande en faisant croire pendant sa campagne électorale qu’il pourrait organiser un front européen anti-austérité contre Merkel en mobilisant l’Europe latine contre l’Europe germanique ; Merkel en tablant sur le succès improbable du rival de Hollande. On a alors parlé de " désamour " … comme dans les couples vieillissants. Il y avait bien eu alors un changement de paradigme dans les relations franco-allemandes. Jusqu’alors, les deux pays cherchaient, malgré des différends qui avaient toujours existé, à mettre en avant ce qui les associait, et à rechercher précisément ce qu’ils pouvaient faire en commun pour faire avancer l’Europe qui restait un fort dénominateur commun. Depuis Chirac et Schröder, on s’était mis à penser que pour se comprendre il fallait d’abord analyser ce qui opposait la France et l’Allemagne, prétendûment pour mieux surmonter ce qui les opposait, mais avec pour effet qu’on parlait plus de ce qui opposait au lieu de rechercher ce qui unissait. Chirac et Schröder, également Sarkozy et Merkel, ont surmonté ce qu’on pourrait appeler cette " maladie infantile ". Finalement Hollande et Merkel avaient pris le même chemin au-delà de la crise grecque, jusqu’à ce qu’arrive la " crise des réfugiés " qui obligea l’Allemagne humanitaire à se rendre compte qu’elle ne pouvait pas compter sur la solidarité européenne, et que la politique allemande en la matière provoquait, au contraire, un retour aux égoïsmes nationaux.

L’Allemagne souhaitant la bienvenue aux réfugiés pouvait prétendre au magistère moral de l’Europe en défendant les droits de l’homme et la tradition d’accueil de la Révolution française, quand la France se repliait sur elle-même par crainte de réactions nationalistes et xénophobes – des phénomènes auxquels l’Allemagne se trouvent bien évidemment elle aussi confrontée, en particulier dans sa partie orientale qui ne partage pas encore pleinement la culture politique de l’Allemagne occidentale libérale. Mais si on y avait regardé de plus près, on aurait vu également que l’Allemagne n’avait pas simplement un point de vue angéliquement humanitaire et qu’elle était tout aussi disposée à mener une politique réaliste pour réguler le flux des migrants,  garantir les frontières extérieures de l’Europe, aider les réfugiés sur place, là où ils ont été accueillis en premier, aider les pays partenaires à fixer les réfugiés chez eux.

Il y avait là matière à des initiatives franco-allemandes. On s’est finalement contenté d’affichage sur un prétendu accord sur le fond, qui ne débouchait pourtant pas sur un réel accord politique – entre autres, parce qu’on n’a pas suffisamment distingué ce qui unissait de ce qui opposait.

De quelle manière la population allemande et leurs représentants politiques perçoivent-ils cette notion ? Là aussi, note-t-on une différence significative de cette perception outre-Rhin depuis le début du quinquennat Hollande ? 

La France de François Hollande a commis un impair impardonnable lorsqu'à l’occasion de la réforme du collège, le ministère de l’Education nationale a programmé la disparition des classes bilangues (anglais-allemand) dont la promotion s’inscrivait pourtant pleinement dans la ligne du Traité d’amitié et de coopération de l’Elysée. Cette réforme s’est heurtée à l’incompréhension des médias allemands qui se sont demandés si la France se désintéressait de l’Allemagne en négligeant ainsi la formation de cadres français capables d’intervenir dans le franco-allemand. Les organisations franco-allemandes de la société civile allemande s’inquiètent aujourd’hui que, comme conséquence de la réforme du collège, il n’y ait plus assez de collèges français pour participer à des appariements avec des collèges allemands. C’est presque cocasse dans la mesure où ces dernières années, en France, on ne cessait de se lamenter du désintérêt croissant de l’Allemagne et des Allemands pour la France. La nouvelle stratégie langues présentée par le MEN à l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier dernier représente une tentative de redresser les choses, mais elle ne peut masquer les énormes inégalités territoriales qu’elle engendre en favorisant Paris au détriment de la province. Le gouvernement français ne peut être qu'appelé à revoir sérieusement sa copie s’il a le souci de préserver l’avenir de la relation franco-allemande par l’apprentissage de la langue du pays partenaire. Les Allemands restent attachés à une certaine idée d’une France généreuse, mais ils déchantent quand les Français déchantent face à une Allemagne trop austéritaire – dont ils ne veulent par ailleurs pas voir les succès économiques sur la base d’un social-libéralisme contrôlé.

Mais rien n’est jamais perdu dans les relations franco-allemandes tant que les deux pays restent capables d’analyser avec toute la sérénité et toute la  sobriété nécessaire ce qu’ils peuvent faire en commun pour conserver, grâce à l’Europe, leur place dans le monde. Les deux pays ont au moins cette conscience qu’ils sont trop petits pour être de grandes puissances par elles-mêmes et que c’est seulement via l’Europe qu’elles peuvent se faire entendre dans le monde. Encore faut-il qu’elles donnent de la voix et sachent fédérer les membres de l’Union.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas V
- 14/03/2016 - 12:22
Erratum
"Gourdin".
Nicolas V
- 14/03/2016 - 12:20
Vangog vous parlez d'or
Merkel détruit l'Allemagne, Hollande s'acharne à détruire la France. Ils ont les mêmes maîtres, oui, ça fait un couple -maudit.
Merkel a voulu ses clandestins , elle se les garde.
Hollande veut des clandestins, qu'il s'en occupe personnellement sur sa fortune.
Je ris...
Tout le personnel politique est une catastrophe pour les peuples.
Dictature : un collégien britannique va sur le site de l'UKIP. Dénoncé par son proviseur, il est embarqué par les flics qui l'accusent de "terrorisme".
C'est bientôt ici avec les lois iniques liberticides votées par la caste "droite/gauche". La caste.
En Grece, sous la "coalition " précédente, PS/droite, dont extrême-droite, cf "le Gourdain", il fut interdit d'émettre la moindre critique sur la polit étrangère de l'UE ou prison, amende énorme , licenciement de la Fonction publique , perte des droits à la retraite.
L'UE moribonde est nauséabonde. Elle pue la putréfaction.
vangog
- 05/03/2016 - 10:01
"Vive-Chancelier Flamby, vous allez m'accueillir 30000
jihadistes repoussés d'Alep par les méchants russes et syriens!"..."oui, Ma'Merkel, tout de suite! Et, en échange, pourrai-je dépasser de beaucoup mes objectifs de déficits et de dettes que vous m'avez fixé?"..."on verra, Herr Chancelier du vice, on verra..."