En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 26 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 13 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 10 heures 58 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 13 heures 36 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 19 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 15 heures 46 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 21 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 16 heures 41 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 7 heures 54 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 8 heures 29 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 8 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 16 heures 29 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Les deux fronts de Poutine

Pendant ce temps, en Ukraine... les combats font toujours rage, bien qu’on ne parle plus que de la guerre en Syrie

Publié le 01 mars 2016
On n'entend plus beaucoup parler du conflit en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Pourtant la guerre est toujours là, et pour sans doute longtemps.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On n'entend plus beaucoup parler du conflit en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Pourtant la guerre est toujours là, et pour sans doute longtemps.

Atlantico : On n'entend plus beaucoup parler de la guerre en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Est-ce le signe que le calme est revenu ?

Cyrille Bret : La relative discrétion des médias européens sur le conflit en Ukraine ces derniers temps ne doit pas nous tromper : on ne constate pas de baisse significative des tensions qui subsistaient après la conclusion de l'accord de Minsk en février.

On reste à un niveau de conflictualité qui est évidemment moindre que pendant l'été 2014, mais le cessez-le-feu est très régulièrement violé sur les différents fronts. Les combats n'ont jamais vraiment cessé.

Alors que le conflit de l'est de l'Ukraine a mobilisé l'attention des Européens pendant des mois, comment expliquer l'attention moindre portée désormais à ces événements en France et en Europe ?

La première raison de la baisse de l'attention, au moins apparente, portée par les médias et politiques européens à la crise ukrainienne, est d'ordre international : la scène politique mondiale est totalement monopolisée par le conflit syrien.

La deuxième raison est liée à l'évolution des relations entre la Russie et les grandes puissances occidentales. La position géopolitique et médiatique de la Russie a été réévaluée par le discours du président Poutine le 28 septembre 2015 à l'Assemblée générale de l'ONU. La fédération de Russie a amorcé un changement : elle a cessé d'être le principal risque politique pour l'Europe pour devenir un véritable allié dans la lutte contre le djihadisme.

Enfin, la dernière raison de cette baisse d'attention est d'ordre local. En effet, les difficultés internes du régime de Kiev rendent le soutien sans réserve que lui apportaient les Européens de plus en plus difficile. Le gouvernement d'Arseni Iatseniouk et l'administration de Petro Porochenko peinent à rallier le Parlement au volet intérieur et institutionnel de l'accord de Minsk. La cessation des hostilités du côté des séparatistes a été obtenue en échange de la promesse d'une vaste réforme institutionnelle qui garantisse les droits des minorités linguistiques et un certain degré d'autonomie administrative pour les régions de l'Est. Or, ce processus qui induit une réforme de la constitution ukrainienne n'a pas été engagé. Par conséquent les Européens sont passés d'un soutien à l'Ukraine en temps de crise, à une attitude plus réservée et critique. D'ailleurs, les chefs de la diplomatie européenne sont allés la semaine dernière rappeler au président Porochenko la nécessité d'engager ces réformes intérieures.

Quel est l'état du rapport de forces actuellement sur le terrain ?

L'état des forces est très défavorable à l'Ukraine. L'armée centrale ukrainienne est dans un état de de faiblesse et de désorganisation qui est extrêmement préoccupant pour sa capacité à défendre la souveraineté de l'Ukraine. Je vous rappelle qu'avant même l'élection de Porochenko en mai, les forces armées ukrainiennes étaient incapables de tenir et reconquérir les régions que lui disputaient les séparatistes. L'Ukraine dispose actuellement d'une armée totalement exsangue. Du côté russe, la situation est logiquement inverse puisque les troupes armées qui combattent les Ukrainiens sont adossées à une puissance militaire particulièrement solide. La composition de ces troupes est évidemment difficile à décrire, mais on sait qu'il s'agit d'un mélange de milices, de forces spéciales russes sous couvertures et de mercenaires.

Vers quel scénario se dirige-t-on dans le conflit de l'est de l'Ukraine ?

Le scénario qui semble se dessiner est celui du pourrissement de la situation. Depuis la fin de l'URSS en 1991, la Fédération de Russie et ses proches voisins se sont engagés dans des conflits gelés, de longue durée. C'est le cas en Transnistrie, en Moldavie, dans le Caucase, autour de l'Ossétie du Sud malgré une résurgence en 2008 lorsque le conflit s'est dégelé, c'est également le cas du conflit entre l'Arménie soutenue par la Russie et l’Azerbaïdjan. Le conflit avec l'Ukraine prend la même tournure. Le niveau de conflictualité risque fort de garder une certaine constance, avec des tensions géopolitiques récurrentes sans résolution politique. C'est d'autant plus prévisible que je pense que la Russie a intérêt à avoir pour voisin un État ukrainien durablement affaibli par la persistance d'une guerre latente dans les régions de l'est du pays. Comme l'OTAN ne peut pas et ne doit pas intervenir, la situation va certainement pourrir pendant plusieurs années, peut-être même une décennie.

Les Ukrainiens de leur côté ont intérêt au rétablissement de leur souveraineté. Cependant, je pense que les autorités de Kiev sont lucides sur les faibles capacités de leur armée et leurs importants blocages politiques. Ils savent que dans l'état actuel des choses, la Crimée est perdue pour longtemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires