En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 35 min 49 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 45 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 56 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 28 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 59 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Les deux fronts de Poutine

Pendant ce temps, en Ukraine... les combats font toujours rage, bien qu’on ne parle plus que de la guerre en Syrie

Publié le 01 mars 2016
On n'entend plus beaucoup parler du conflit en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Pourtant la guerre est toujours là, et pour sans doute longtemps.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On n'entend plus beaucoup parler du conflit en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Pourtant la guerre est toujours là, et pour sans doute longtemps.

Atlantico : On n'entend plus beaucoup parler de la guerre en Ukraine ces derniers temps dans les médias et discours politiques français et plus largement européens. Est-ce le signe que le calme est revenu ?

Cyrille Bret : La relative discrétion des médias européens sur le conflit en Ukraine ces derniers temps ne doit pas nous tromper : on ne constate pas de baisse significative des tensions qui subsistaient après la conclusion de l'accord de Minsk en février.

On reste à un niveau de conflictualité qui est évidemment moindre que pendant l'été 2014, mais le cessez-le-feu est très régulièrement violé sur les différents fronts. Les combats n'ont jamais vraiment cessé.

Alors que le conflit de l'est de l'Ukraine a mobilisé l'attention des Européens pendant des mois, comment expliquer l'attention moindre portée désormais à ces événements en France et en Europe ?

La première raison de la baisse de l'attention, au moins apparente, portée par les médias et politiques européens à la crise ukrainienne, est d'ordre international : la scène politique mondiale est totalement monopolisée par le conflit syrien.

La deuxième raison est liée à l'évolution des relations entre la Russie et les grandes puissances occidentales. La position géopolitique et médiatique de la Russie a été réévaluée par le discours du président Poutine le 28 septembre 2015 à l'Assemblée générale de l'ONU. La fédération de Russie a amorcé un changement : elle a cessé d'être le principal risque politique pour l'Europe pour devenir un véritable allié dans la lutte contre le djihadisme.

Enfin, la dernière raison de cette baisse d'attention est d'ordre local. En effet, les difficultés internes du régime de Kiev rendent le soutien sans réserve que lui apportaient les Européens de plus en plus difficile. Le gouvernement d'Arseni Iatseniouk et l'administration de Petro Porochenko peinent à rallier le Parlement au volet intérieur et institutionnel de l'accord de Minsk. La cessation des hostilités du côté des séparatistes a été obtenue en échange de la promesse d'une vaste réforme institutionnelle qui garantisse les droits des minorités linguistiques et un certain degré d'autonomie administrative pour les régions de l'Est. Or, ce processus qui induit une réforme de la constitution ukrainienne n'a pas été engagé. Par conséquent les Européens sont passés d'un soutien à l'Ukraine en temps de crise, à une attitude plus réservée et critique. D'ailleurs, les chefs de la diplomatie européenne sont allés la semaine dernière rappeler au président Porochenko la nécessité d'engager ces réformes intérieures.

Quel est l'état du rapport de forces actuellement sur le terrain ?

L'état des forces est très défavorable à l'Ukraine. L'armée centrale ukrainienne est dans un état de de faiblesse et de désorganisation qui est extrêmement préoccupant pour sa capacité à défendre la souveraineté de l'Ukraine. Je vous rappelle qu'avant même l'élection de Porochenko en mai, les forces armées ukrainiennes étaient incapables de tenir et reconquérir les régions que lui disputaient les séparatistes. L'Ukraine dispose actuellement d'une armée totalement exsangue. Du côté russe, la situation est logiquement inverse puisque les troupes armées qui combattent les Ukrainiens sont adossées à une puissance militaire particulièrement solide. La composition de ces troupes est évidemment difficile à décrire, mais on sait qu'il s'agit d'un mélange de milices, de forces spéciales russes sous couvertures et de mercenaires.

Vers quel scénario se dirige-t-on dans le conflit de l'est de l'Ukraine ?

Le scénario qui semble se dessiner est celui du pourrissement de la situation. Depuis la fin de l'URSS en 1991, la Fédération de Russie et ses proches voisins se sont engagés dans des conflits gelés, de longue durée. C'est le cas en Transnistrie, en Moldavie, dans le Caucase, autour de l'Ossétie du Sud malgré une résurgence en 2008 lorsque le conflit s'est dégelé, c'est également le cas du conflit entre l'Arménie soutenue par la Russie et l’Azerbaïdjan. Le conflit avec l'Ukraine prend la même tournure. Le niveau de conflictualité risque fort de garder une certaine constance, avec des tensions géopolitiques récurrentes sans résolution politique. C'est d'autant plus prévisible que je pense que la Russie a intérêt à avoir pour voisin un État ukrainien durablement affaibli par la persistance d'une guerre latente dans les régions de l'est du pays. Comme l'OTAN ne peut pas et ne doit pas intervenir, la situation va certainement pourrir pendant plusieurs années, peut-être même une décennie.

Les Ukrainiens de leur côté ont intérêt au rétablissement de leur souveraineté. Cependant, je pense que les autorités de Kiev sont lucides sur les faibles capacités de leur armée et leurs importants blocages politiques. Ils savent que dans l'état actuel des choses, la Crimée est perdue pour longtemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires