En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La Finlande campe au sommet de la hiérarchie européenne de la compétitivité.
Contradictions

Conseil européen sur la compétivité : cette étrange obsession pour une doctrine qui n’a pas évité à sa championne, la Finlande, d’avoir une croissance pire que la France

Publié le 29 février 2016
Les ministres européens de l’Economie se réunissent ce lundi à Bruxelles afin d’évoquer, au sein du " Conseil compétitivité " de nouvelles mesures permettant de soutenir l’économie européenne. Une logique contestable, alors que la Finlande, championne européenne de la compétitivité, accumule les contre-performances économiques.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les ministres européens de l’Economie se réunissent ce lundi à Bruxelles afin d’évoquer, au sein du " Conseil compétitivité " de nouvelles mesures permettant de soutenir l’économie européenne. Une logique contestable, alors que la Finlande, championne européenne de la compétitivité, accumule les contre-performances économiques.

En ce 29 février 2016, l’ensemble des ministres européens de l’Economie, Emmanuel Macron pour la France,  se réuniront à Bruxelles afin de participer au " Conseil compétitivité ", ceci dans l’objectif  " d’approfondir le marché intérieur européen".  En tant que doctrine, la notion de compétitivité est devenue centrale dans la poursuite de la stratégie économique européenne d’austérité, avec, pourtant, quelques curiosités.  

Ainsi, et en dehors de l’Allemagne, un pays s’est particulièrement fait remarquer pour son rigorisme et son amour immodéré des politiques d’austérité; la Finlande. Lors du débat relatif à la Grèce, le pays, représenté alors par l’ancien Premier ministre Alexander Stubb, s’était largement opposé à tout plan de sauvetage en faveur du pays gouverné par Alexis Tsipras. Une position largement soutenue par la population finlandaise, qui, selon un sondage Yougov, ne se prononçait qu’à hauteur de 14% en faveur d’une renégociation de la dette grecque. Un record en Europe. Pourtant, derrière cette intransigeance sans doute basée sur l’expérience, la réalité actuelle de l’économie finlandaise se révèle paradoxe. 

En effet, selon le classement 2014 réalisé par le forum économique mondial, la Finlande détient la médaille d’or de la compétitivité européenne, devant l’Allemagne. De son côté, la France ne se classe qu’au 23e rang.  Mais malgré cette position honorifique, la Finlande n’est pas parvenue à redresser la barre de son économie depuis son entrée en crise :

Croissance réelle. Finlande. Données Banque Mondiale.

Cliquez pour agrandir

Ainsi, le PIB du pays, au 2e trimestre 2015, est toujours inférieur à son niveau de 2008. Et l’écart négatif dépasse même les 6.5%, alors que la France, pourtant réputée "non compétitive" a dépassé ce niveau  de plus de 2% (Soit un écart de 8 points de croissance en faveur de la France depuis 2008).

Pour aller plus loin, et si l’on ne veut regarder que l’aspect "coût du travail" de la compétitivité, le résultat est le même, la Finlande est mieux classée que la France, et même que l’Allemagne, sur ce plan :

Indice du coût du travail. 2012. Eurostat.

Concernant les données 2014, le coût du travail français est toujours supérieur de 7% à celui de la Finlande (35.20 euros pour la France contre 32.90 euros pour la Finlande). Ainsi, malgré la position favorable de la Finlande sur les critères de compétitivité, ces derniers n’ont manifestement pas suffi au pays pour retrouver un niveau de croissance économique satisfaisant.

Mais d’autres critères peuvent être mis en cause. Notamment ceux sur lesquels la France peut être perçue comme négligente.  C’est-à-dire les critères généralement admis dans le discours politique, comme reflétant la bonne santé économique d’un pays ; les déficits publics et la dette. Mais ici encore, le constat est similaire. La dette finlandaise ne représentait  "que" 59.4% du PIB en 2014, soit un niveau en adéquation avec les critères de Maastricht. De la même façon, la Finlande a pu se montrer exemplaire sur son maintien des déficits publics depuis l’entrée en crise. Le seul "dérapage" n’ayant eu lieu en 2014 :

Déficits publics. Finlande. En % de PIB

Ainsi, la Finlande s’est montrée parfaitement rigoureuse sur tous les plans, elle est un modèle de compétitivité, possède un cout du travail inférieur à celui de la France, et arrive quand même à afficher des résultats désastreux en termes de croissance. Le taux de chômage du pays est à ce jour de 9.5%.

La question qui se pose alors est celle de la validité de l’approche "compétitivité" au sein de la zone euro. Une approche que, le 14 janvier 2014, François Hollande s’est empressé d’embrasser. Soit le moment où le Président opérait son fameux virage de l’ "offre". Afin de traiter efficacement les effets  de la crise ; le manque de croissance, le chômage, les déficits et l’endettement, le chef de l’Etat donnait l’impulsion pour la mise en place d’une nouvelle réforme : "le pacte de responsabilité" dont l’essentiel reposait sur le Crédit impôt compétitivité emploi. (CICE)

"Pourquoi ce pacte ? Parce que le temps est venu de régler le principal problème de la France : sa production. Oui, je dis bien sa production. Il nous faut produire plus, il nous faut produire mieux. C’est donc sur l’offre qu’il faut agir. Sur l’offre ! Ce n’est pas contradictoire avec la demande. L’offre crée même la demande."

Malheureusement, et aussi séduisant soit-il, ce diagnostic de "compétitivité", a du plomb dans l’aile. Les résultats tardent à venir en France et le modèle finlandais fait peine à voir. A l’inverse, les résultats obtenus par la refonte, en janvier dernier, de la politique monétaire européenne, sous l’impulsion de Mario Draghi, viennent accréditer  la validité d’un diagnostic de la demande. Ce qui correspond d’ailleurs à la politique menée par les Etats Unis depuis 2009, et qui a permis au pays de réduire son taux de chômage à un niveau de 5%, ce qui correspond au seuil du plein emploi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 01/03/2016 - 08:27
eh bien!!
Sur Wikipédia sont énumérées toutes leurs entreprises très connues et diverses. Avec 5 millions d'habitants un mode de vie sain et l'austérité comme dogme, on apprend qu'il n'y a pas de croissance et que le chômage sévit . Il faut m'expliquer ou alors je dirai une fois de plus Vive l'Europe !
brennec
- 29/02/2016 - 17:52
Post scriptum
Ceci dit je suis d'accord que poser le problème en termes de compétitivité c'est tout simplement du mercantilisme pur et dur sous un autre terme.
brennec
- 29/02/2016 - 17:50
Pas du tout convaincu par cet article.
Si la finlande est un modèle, pourquoi pas la suisse? On nous serine toujours que la suisse, est trop petite et que ses recettes ne peuvent s'appliquer a la france. La finlande a 5 millions d'habitants, la suisse 8. En 1999, les ventes du groupe Nokia représentaient 4% du PIB finlandais et ... 1,5% en 2012, un poids qui a certainement encore diminué depuis. Voila qui peut aussi expliquer pas mal de choses. Je suis un peu étonné que Mr Goetzman soit obligé d'aller creuser aussi profond pour trouver des exemples qui confortent ses opinions. Il y en a de plus proches que cela et qui ne montrent pas forcément la même chose, et, en dehors de la zone euro, il y en a qui montrent exactement le contraire.