En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 10 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 5 heures 43 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 21 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 32 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 4 heures 52 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 21 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Mariage à l'italienne

Union civile homosexuelle en Italie : comment Matteo Renzi a réussi (malgré lui ?) à éviter les pièges du mariage pour tous

Publié le 26 février 2016
Ce jeudi 25 février, Matteo Renzi engageait la confiance de son gouvernement sur un sujet de tension : les unions civiles pour personnes de même sexe en Italie. A défaut de prévoir un mariage, le Premier ministre italien cherche à négocier un texte permettant une union civile qui n'offre pas de droit à l'adoption, ni d'obligation à la fidélité. Ces différences avec le mariage sont nécessaires pour convaincre les acteurs politiques les plus conservateurs en Italie.
Mauro Zanon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mauro Zanon est journaliste, correspondant à Paris du quotidien "Il Foglio".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 25 février, Matteo Renzi engageait la confiance de son gouvernement sur un sujet de tension : les unions civiles pour personnes de même sexe en Italie. A défaut de prévoir un mariage, le Premier ministre italien cherche à négocier un texte permettant une union civile qui n'offre pas de droit à l'adoption, ni d'obligation à la fidélité. Ces différences avec le mariage sont nécessaires pour convaincre les acteurs politiques les plus conservateurs en Italie.

Atlantico : Matteo Renzi engage ce jeudi la confiance de son gouvernement sur la loi relative aux unions homosexuelles. Après une forte opposition de plusieurs mois des milieux catholiques et du Parlement, y compris au sein du Parti démocrate, le gouvernement ne devrait pas avoir de problème pour faire passer cette loi. En quoi les ajustements apportés au texte ont-ils permis à Matteo Renzi de réunir une majorité sur ce sujet ?

Mauro Zanon : Les modifications qui ont poussé le Sénat à voter la confiance au gouvernement sur le "super-amendement" reformulant la loi sur les unions pour les couples de même sexe, ont été les suivantes : suppression du droit à l'adoption de l'enfant et suppression de l'obligation de fidélité. Ces modifications ont permis d'obtenir le soutien fondamental du courant catholique du Parti démocrate et des alliées du Nouveau Centre-Droite (NCD). Ces ajustements visent à souligner la différence entre les unions civiles et le mariage. C'est cette variable qui a poussé les catholiques du Pd et les membres du NCD à accepter le texte du gouvernement. Un compromis acceptable a été ainsi trouvé pour tout le monde et c'est cela la "vraie" victoire de Renzi : le fait d'avoir compris et écouté ses interlocuteurs, et de les avoir ainsi poussés à voter la loi grâce à des ajustements. 

En France, François Hollande et le gouvernement ont crispé une grande partie de la population française et provoqué le plus grand mouvement social depuis des décennies avec l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de personnes de même sexe. Alors que l’Italie, réputée encore plus conservatrice sur ces sujets, s’apprête à entériner l’union homosexuelle, qu'a fait Matteo Renzi mieux que l'exécutif français pour aboutir à un relatif consensus ?

La société italienne était prête depuis quelques années aux unions civiles, l'opinion publique a été préparée à cette "journée historique", comme Matteo Renzi l'a définie. Le président du Conseil italien, différemment de ses prédécesseurs, a compris la dimension historique de ce moment et il est en train de mener à bien un parcours qui garantit une extension de la sphère des droits civils, avec brio, dans le respect du pilier constitutionnel et libéral de l'égalité formelle de tous les citoyens devant la loi.

Matteo Renzi a-t-il retenu la "leçon" française ou a-t-il navigué à vue ? A-t-il tranché en fonction de ses convictions personnelles ou de pures considérations politiciennes ?

Le parcours qui mènera, sauf improbables revirements, à l'adoption définitive de la loi sur les union civiles a été profondément différent de celui auquel les Français ont assisté. Matteo Renzi était conscient qu'il y aurait des obstacles, comme la fronde des catholiques au sein de son parti et les militants proches des mouvements similaires à la Manif pour Tous (ceux qui se sont réunis au Circo Massimo à Rome le 30 janvier dernier), mais pas des murs insurmontables. En outre, par rapport à son homologue français, il connaît bien la règle dorée: la politique est l'art du compromis. Avec les unions civiles, le Premier ministre italien est en train de confirmer son rôle de réformiste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 27/02/2016 - 08:16
Sur Atlantico interdit de s'opposer
a la GPA ou la PMA pour le couple homos. Les enfants ont des droits de connaître leurs deux parents. J'attend pour la 3 eme fois que mon propos soit retiré, si Atlantico se met à censurer des propos " révolutionnaires" comme ça où va T on?
Deudeuche
- 26/02/2016 - 21:00
Plus pratique et pas à la recherche
D'une nouvelle civilisation , eux , les Italiens.
gerint
- 26/02/2016 - 19:50
Renzi a gardé son bon sens
Le couple Taubira Hollande s'est comporté en duo malfaisant