En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

04.

L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans

05.

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Une étude établit que la pollution due au transport aérien se révèle nettement pire que ce qu’on croyait

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Après la chute du Mur de Berlin, le marxisme et le totalitarisme n’ont pas disparu. Trente ans après les voilà revigorés

il y a 40 min 33 sec
décryptage > France
Tribune

Emploi à domicile : mais arrêtez d’emm*** les Français!

il y a 53 min 9 sec
décryptage > Economie
Désindustrialisation

Quand la justice s’en mêle et s’emmêle : l’anxiété indemnisée

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Environnement
Vérité dérangeante ?

Sommet Action Climat de l’ONU : et si une majorité silencieuse (de citoyens) avait en fait décidé d’assumer le risque du réchauffement climatique ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Usine à gaz

Voilà pourquoi le vrai problème du coup de rabot gouvernemental sur la défiscalisation des aides pour les seniors n’est pas d’être une politique “dure aux vieux”

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Economie
Couple germano-allemand

L’Allemagne, désormais seule à pouvoir sauver la zone euro de la récession (mais fera-t-elle le nécessaire ?)

il y a 2 heures 58 min
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 21 heures 6 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 23 heures 47 min
décryptage > Culture
Wikiagri

Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ?

il y a 45 min 59 sec
décryptage > Société
Mauvais genre

Je souffre d’hétérosexualité : est-ce que c’est grave docteur ? Oui ont répondu les deux médecins des Inrocks...

il y a 58 min 24 sec
décryptage > Style de vie
MANGER AVEC ATLANTICO

Comprendre les conseils d'alimentation et suivre d'abord les plus fondés

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Environnement
High-cost

Une étude établit que la pollution due au transport aérien se révèle nettement pire que ce qu’on croyait

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Société
Progressisme ?

Véritable acceptation ou résignation ? Ce que révèle l’opinion des Français sur la PMA pour toutes

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Thomas Cook, Aigle Azur, XL Airways, Air France : mais pourquoi les secteurs de l’aérien et du tourisme se portent-t-ils si mal ?

il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 20 heures 55 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 1 jour 59 min
© Flickr/Nightlife Of Revelry
© Flickr/Nightlife Of Revelry
Coke en stock

Les cartels de la drogue, des entreprises comme les autres ? En plus de leur faire la guerre pour tarir l'offre, il faudrait assécher la demande

Publié le 24 février 2016
Depuis trente ans, les pays occidentaux mènent une "guerre" contre la drogue. Mais les cartels sont plus des business que des armées, et si on les analyse comme des business, on peut trouver leurs faiblesses et les exploiter. C'est en tout les cas la thèse d'un nouveau livre, qui propose d'attaquer le problème de la drogue par la demande, plutôt que l'offre. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire...
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis trente ans, les pays occidentaux mènent une "guerre" contre la drogue. Mais les cartels sont plus des business que des armées, et si on les analyse comme des business, on peut trouver leurs faiblesses et les exploiter. C'est en tout les cas la thèse d'un nouveau livre, qui propose d'attaquer le problème de la drogue par la demande, plutôt que l'offre. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire...

Et si l'approche à avoir face à la drogue n'était pas de voir la situation comme une guerre, mais de considérer que le trafic de drogues est un business à rendre non-compétitif ? C'est la thèse de Tom Wainwright, journaliste à The Economist, dans son nouveau livre, "Narconomics". Pour lui, c'est très simple : les cartels de la drogue sont gérés comme des entreprises, et ils ont donc les mêmes faiblesses que ces dernières.

La situation n'est pas enthousiasmante. En avril, l'ONU tiendra une assemblée spéciale sur le problème de la drogue. La dernière réunion de ce type a eu lieu il y a presque vingt ans. Que s'est-il passé entre temps ? Le nombre d'utilisateurs de cocaïne et de cannabis a crû de 50% depuis 1998, et le nombre de consommateurs d'héroïne et d'opiacés a triplé. On estime le marché des drogues illégales à 300 milliards de dollars, rappelle Wainwright dans un article dans le Wall Street Journal. Peut-être est-il temps de changer d'approche ? 

Un cartel, c'est un business

Pour son livre, Wainwright a interviewé des leaders de cartels, et ils sont des businessmen. Un des leaders de cartel au Salvador se plaint de ses problèmes de ressources humaines : son taux de turnover de ses employés est élevé. 

Au Mexique, les cartels fournissent des services publics et même bâtissent des églises, ce qui est leur forme de "responsabilité sociale des entreprises" dont s'est entiché le CAC 40. 

Le cartel des Zetas a eu une stratégie de croissance bien connue des étudiants en école de commerce : ils co-optent les mafieux locaux et prennent un pourcentage de leur chiffre d'affaires. C'est le modèle bien connu de la franchise, qui a fait la prospérité de McDonald's. Et comme McDonald's ils doivent gérer des problèmes avec leurs franchisés. 

Et dans les pays riches, les dealers du coin sont entrain de perdre du marché face aux sites de vente illégale de drogues, tout comme le libraire du coin souffre d'Amazon. 

Au lieu de combattre l'offre, combattre la demande

Pour Wainwright, le problème est qu'on a essayé de s'attaquer à l'offre, plutôt qu'à la demande. Par exemple, pour la cocaïne, la politique pratiquée depuis vingt ans est de détruire les cultures de cocaïne. L'idée étant qu'en réduisant l'offre, on augmentera le prix, et donc on fera baisser la consommation. Chaque année, des gouvernements sud-américains, assistés par les Etats-Unis, détruisent environ la moitié des champs de production de coca. Pourtant, depuis 20 ans, le prix d'un gramme de cocaïne n'a pas bougé, restant toujours entre 150 et 200 dollars, quelle que soit la situation de l'offre. 

Le problème est que, comme Wal-Mart ou Carrefour, les cartels sont en situation de "monopsonie", ou de monopole d'acheteur. Wal-Mart garde les prix bas même lorsque les prix des matières premières augmentent, parce qu'il profite de sa taille sur le marché pour mettre la pression sur les producteurs. On constate la même chose avec la cocaïne : lorsqu'on détruit les champs de coca, les revenus des pauvres fermiers baissent, mais pas les prix. Un kilo de cocaïne coûte 400 dollars en Colombie, et 150 000 dollars aux Etats-Unis : c'est comme essayer de changer le prix de l'art en changeant le prix de la peinture. 

Donc, si cibler l'offre ne marche pas, il faut cibler la demande. Il faut améliorer l'éducation dans les écoles, améliorer les programmes de désintox et fournir des médicaments aux junkies, et diriger les consommateurs de drogues dures vers des drogues plus douces comme le cannabis.

Combattre la demande : plus facile à dire qu'à faire

La proposition de Wainwright a sans doute du mérite, mais certaines choses sont plus faciles à dire qu'à faire. 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les études montrent que certains programmes d'éducation peuvent avoir un effet. L'organisation Mentor UK, concentrée sur la prévention de l'alcool et de la drogue chez les jeunes, a épluché toutes les études et décelé des schémas. Certains programmes ne fonctionnent pas : ceux qui se concentrent exclusivement sur la peur, ou qui informent simplement sur les drogues sans évoquer le contexte social, ou qui cherchent simplement à renforcer l'estime de soi des ados. 

Par contre, les programmes qui se concentrent sur le contexte social semblent intéressants. Ceux-ci aident les enfants à comprendre que l'utilisation de drogue n'est pas aussi répandue qu'ils le croient, et à gérer les situations sociales où l'alcool et la drogue sont disponibles. Et certains programmes qui, sans évoquer directement la drogue, cherchent simplement à renforcer l'ancrage des enfants avec l'école et leur vie sociale, montrent des bons résultats, puisque les enfants mieux insérés se droguent moins.

Donc pour la prévention chez les jeunes, il y a quelques signes encourageants. Le problème, c'est le stade après la prévention. Comment soigner l'addiction ? Aux Etats-Unis, sur 23,5 millions d'adolescents et adultes en situation d'addiction, seulement 1 sur 10 reçoit un traitement. Mais surtout, les traitements qui existent ne sont pas efficaces. Comme le signale l'écrivain David Sheff, dont le fils était drogué avec de nombreuses rechutes, le chiffre d'un taux de succès de 30% des programmes de désintoxication, déjà peu enthousiasment, sur-estime grandement la réalité. En effet, ce chiffre ne prend en compte que ceux qui ont fini le programme, alors que la majorité des gens rechutent avant la fin du programme. Le chiffre réel de succès serait inférieur à 10%. 

Une étude de Suzette Glasner-Edwards et de Richard Ronson, pour le très sérieux National Institutes of Health, évalue toutes les évaluations faites des diverses méthodes de traitement de l'addiction, et conclut... qu'en réalité, on ne sait pas vraiment ce qui marche. Ce qu'on peut dire avec une relative certitude : il faut des médicaments, et pas que de la psychothérapie, mais les médicaments seuls ne fonctionnent pas, il faut aussi un accompagnement. Et cet accompagnement doit se faire sur la durée. Le docteur Mark Willenbring, du National Institute for Alcohol Abuse and Alcoholism, parle de la nécessité d'un traitement "multimodal" et "personnalisé", ce qui est une autre manière de dire qu'on n'a jusqu'à présent trouvé aucune technique vraiment efficace et qu'il faut faire au cas-par-cas. 

Bref : si essayer de s'attaquer au problème des drogues du côté de l'offre semble ne pas fonctionner, il ne faut pas croire que s'attaquer au côté de la demande ferait des miracles. Peut être faudrait-il faire...les deux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

04.

L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans

05.

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Une étude établit que la pollution due au transport aérien se révèle nettement pire que ce qu’on croyait

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 24/02/2016 - 16:51
Assécher la demande ça me semble impossible
Àlors pourquoi ne pas faire une légalisation dans un premier temps du canabis en vente dans les bureaux de tabac comme le tabac qui aurait l'avantage de taxer ce produit, de faire faillite à toute la racaille de banlieue, puis dans un second temps les autres drogues sur avis medical. Les drogues sont un fait, et combiens de policiers et douaniers seraient libérés de ces sales tâches dangereuses, avec l'avantage de faire rentrer des taxes dans les caisses de l'état et et connaître les malades des ces drogues.