En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 7 heures 58 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 17 heures 43 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 14 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 18 heures 50 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 11 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 14 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 14 heures 28 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 16 heures 26 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 16 heures 51 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 17 heures 22 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 17 heures 53 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 25 sec
© Reuters
© Reuters
Ça n’arrive pas qu’aux autres

Le calvaire d’un ancien conseiller d’Eric Woerth victime d’une usurpation d’identité

Publié le 24 février 2016
En plein scandale Bettencourt à l’automne 2010, Eric de Sérigny, ex-banquier, membre du cabinet d’Eric Woerth, se voit accuser d’être à la tête de sociétés panaméennes. Bref, d’être un fraudeur. La presse fait état de documents accablants. Or, ils étaient faux. Le nom de Sérigny a été usurpé. Il demande réparation, courant mars devant la Cour d’appel de Paris. Retour sur une histoire digne de Kafka.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En plein scandale Bettencourt à l’automne 2010, Eric de Sérigny, ex-banquier, membre du cabinet d’Eric Woerth, se voit accuser d’être à la tête de sociétés panaméennes. Bref, d’être un fraudeur. La presse fait état de documents accablants. Or, ils étaient faux. Le nom de Sérigny a été usurpé. Il demande réparation, courant mars devant la Cour d’appel de Paris. Retour sur une histoire digne de Kafka.

Etre victime de l’usurpation de son nom même par plaisanterie - cela arrive - n’est jamais agréable. Mais lorsque cette usurpation a pour seul motif une envie de nuire, voilà qui est plus que déplaisant. Cela peut même tourner au cauchemar. C’est la mésaventure aux conséquences terribles qui est survenue à un homme dans les années 2010. Pendant des semaines, ses amis et relations lui ont tourné le dos, il n’a plus retrouvé de travail, bref c’est devenu un paria. Il s’appelle Eric de Sérigny. Ancien banquier, fils d’Alain, le célèbre directeur de l’Echo d’Alger, connu pour ses opinions pro-Algérie française, il demande aujourd’hui réparation à la justice. Une audience est prévue devant la Cour d’appel de Paris dans le courant du mois de mars. 

Mais si cette histoire a pris un tour quasi-dramatique, c’est parce qu’elle s’est déroulée en pleine affaire Bettencourt, au moment où le ministre du Travail, Eric Woerth, était montré du doigt, parce que soupçonné d’avoir concouru au financement de Nicolas Sarkozy, via Patrice de Maistre… Lequel aurait reçu des fonds de la comptable de Liliane Bettencourt. Or, c’est là où les ennuis de Sérigny commencent, alors qu’il est conseiller pour l’économie, au cabinet de Woerth. Il est aussi le fondateur du W19, un club très fermé où se côtoient mécènes et soutiens de la carrière du député de l’Oise. Retour sur une manipulation dans laquelle, en toute bonne foi, est tombé le site Rue 89.

Nous sommes le 29 septembre 2010. Rue 89, le site dirigé par Pierre Haski publie un papier assassin sur Eric de Sérigny. D’abord le titre : "Sérigny, conseiller de Woerth, ange du paradis fiscal panaméen." Puis, après avoir présenté Sérigny comme "ami de Sarkozy et de Woerth", et lié au gestionnaire de fortune de l’actionnaire principale de l’Oréal, Rue 89 en vient à l’essentiel, en révélant qu’Eric de Sérigny a occupé, à la fin des années 80, les fonctions d’administrateur d’au moins 11 sociétés panaméennes détenues par des trusts aux Bahamas, aux Iles Vierges britanniques, aux Iles Caïman ou Jersey. Pour faire bonne mesure, le site publie un fac-simile qui semble attester que Sérigny est domicilié en 1987 à Saint-Hélier (Jersey). Toujours selon les documents publiés par Rue 89, il apparaît que ces sociétés offshore à la tête desquelles se trouve Eric de Sérigny - sans que sa signature et son état-civil ne soient mentionnés - comptent aussi deux directeurs au pedigree peu reluisant. Le premier, Keith R. Bish, domicilié aux Iles Vierges britanniques, est impliqué dans la faillite, à hauteur de 3,5 milliards de dollars, des fonds Kingate en 1994. Quant au second, Jean-Claude Schaeffer, toujours interrogé par Rue 89, ex-numéro de 2 de la Chase Manhattan Bank à Luxembourg, il se montre catégorique : il connait parfaitement Keith R. Bish et Sérigny, ce dernier rencontré lorsqu’il était vice-président de la Chase Manhattan Bank à Paris.

A la lecture de l’article, Eric de Sérigny "s’étrangle"… Comment lui, qui pendant plus de quarante ans, a eu une carrière exemplaire, de la banque Rothschild, au Crédit commercial de France en passant par la Llyods et la Chase Manhattan Bank, désormais dans le giron de JP Morgan, aurait-il pu déraper ? Comment lui, banquier apprécié par ses pairs aurait-il pu faire fi de ses obligations tant auprès de la SEC américaine que de la commission bancaire ? Oui, Alain de Sérigny ne comprend pas. Le ciel lui tombe sur la tête… Certes, nous sommes en pleine tempête Bettencourt, la presse se déchaine… Mais là, dans le papier de Rue 89, tout est faux. Alors, Eric de Sérigny va voir son avocat, Me Olivier Baratelli et décide de porter plainte pour faux et usage, faux commis dans des écritures publiques authentiques et usurpation d’identité. Puis, il dépose une plainte en diffamation contre le site de Pierre Haski et l’auteur de l’article David Leloup. Le banquier envoie également un droit de réponse à Rue 89…

Mais il y a plus urgent : la demande d’explication adressée par Me Baratelli à la Chase Manhattan, désormais dénommée JP Morgan Chase Bank. Les choses trainent. Dans un premier temps, la banque dit qu’elle "a procédé à des recherches destinées à identifier des documents pouvant potentiellement concerner M. de Sérigny." Puis, dans un second temps, la même banque écrit : "Malheureusement, nous ne voyons ni à quels faits, ni à quels documents votre courrier pourrait faire référence." Bref, les choses ne se présentent pas très bien pour Eric de Sérigny, d’autant que le procès en diffamation qu’il a intenté à Rue 89 se solde par une relaxe au bénéfice de la bonne foi prononcée par le tribunal correctionnel du 15 mars 2012, confirmée un an plus tard.

Mais le Tribunal relève quand même, que jamais Jean-Claude Schaeffer, lors de sa rencontre avec le journaliste David Leloup, n’indique que lui-même et Sérigny n’ont participé au moindre conseil d’administration des sociétés offshore citées. Certes encore, l’article affirme aussi qu’ Eric de Sérigny a été administrateur de 11 "opaques sociétés écran panaméennes créées il y a plus de 20 ans et qu’il est encore administrateur de trois de ces sociétés offshore". Il s’agit là de faits précis relève le tribunal, attentatoires à la honneur et à la considération. Mais, notent encore les juges, le journaliste emploie à plusieurs reprises "le conditionnel ou des formules mesurées". Il peut bénéficier de la bonne foi. Aussi est-il relaxé. C’est dire que, pour Sérigny, cette décision apparait mi-chèvre mi-chou. Même si d’une certaine façon, elle laisse la porte ouverte en faveur de Sérigny. "En effet, indique Me Olivier Baratelli, aucune des pièces de l’offre de preuves ne permet d’affirmer qu’Eric de Sérigny aurait été impliqué dans des sociétés panaméennes." Autre indice qui plaide en faveur du banquier, poursuit Me Baratelli, "les réponses très approximatives, faites par la Chase Manhattan aux différents courriers que nous lui avons adressés".

Le 23 octobre 2013, Eric de Sérigny a, enfin, toutes les raisons d’être heureux. Son calvaire, digne d’un roman de Kafka, cesse. En effet ce jour-là, le Tribunal de grande Instance de Paris écrit noir sur blanc : "La société JP Morgan Chase Bank, alors dénommée Chase Manhattan Bank , a commis une faute, en utilisant entre 1984 et 1988, à l’insu d’Eric de Sérigny , son nom pour le faire figurer, dans des actes relatifs à des sociétés panaméennes, en qualité d’administrateur." Une ombre, pourtant, reste en travers de la gorge de l’ex-banquier : un euro de dommages-et-intérêts lui est accordé au titre du préjudice moral. Dérisoire. Absurde. Aussi, a-t-il fait appel en réclamant 1 800 000 euros au titre du préjudice économique subi, puisque depuis 5 ans, Sérigny a dû faire face à un manque à gagner considérable, bon nombre de ses clients désertant ses conseils…Sur le préjudice moral, il ne cède pas davantage : il réclame 1 million d’euros. L’appel devrait être plaidé courant mars. Atlantico a sollicité à trois reprises - deux par téléphone, une par mail - l’avocat de JP Morgan pour recueillir son point de vue sur cette histoire qui secoue Eric de Sérigny depuis plusieurs années. En vain. 

Reste un double mystère, pour l’heure non élucidé : qui, en pleine affaire Bettencourt a monté cette entourloupe diabolique ? A qui pouvait-elle profiter ? Sérigny n’est pas décidé à laisser cette question sans réponse.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 26/02/2016 - 01:00
Mensonges
Si vous lisez attentivement cet article, vous y trouverez : ''La société JP Morgan Chase Bank, alors dénommée Chase Manhattan Bank , a commis une faute, en utilisant entre 1984 et 1988, à l’insu d’Eric de Sérigny , son nom pour le faire figurer…''. Il y a donc bien eu des documents de la banque, qui étaient authentiques, mais mensongers !
Benvoyons
- 24/02/2016 - 12:09
raslacoiffe - 24/02/2016 - 11:19 Jamais! Les gens comme cela
ne sont pas sur le Mur des Cons :)::))
raslacoiffe
- 24/02/2016 - 11:19
Le procès en diffamation pour Rue 89
C'est quand ? La même boutique que Médiapart, ils exploitent des faux dont ils sont à mon sens convaincus qu'ils sont faux, mais nuire à la droite ou à ses proches c'est tellement jubilatoire...