En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 24 min 52 sec
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 1 heure 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 1 heure 40 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 4 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 4 heures 26 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 4 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 4 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 57 min
© DR
© DR
Plaidoyer

Neurobiologie : l’étude choc qu’auraient pu utiliser les criminels de guerre nazis pour expliquer la dilution de leur responsabilité

Publié le 23 février 2016
Une étude neurobiologique publiée dans la revue Cell Biology le 18 février dernier, intitulée "Coercion changes the sense of agency in the human brain", démontre que des personnes ayant reçu l'ordre de faire du mal à autrui subissent une baisse biologique (donc automatique) du sentiment de culpabilité. Des résultats qui viennent appuyer la défense des bourreaux nazis, qui justifiaient leurs actes au procès de Nuremberg en disant n'avoir fait qu'obéir aux ordres.
Henri Rubinstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Docteur Henri Rubinstein est neurologue, spécialisé dans la recherche sur les explorations fonctionnelles-neurosomatique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude neurobiologique publiée dans la revue Cell Biology le 18 février dernier, intitulée "Coercion changes the sense of agency in the human brain", démontre que des personnes ayant reçu l'ordre de faire du mal à autrui subissent une baisse biologique (donc automatique) du sentiment de culpabilité. Des résultats qui viennent appuyer la défense des bourreaux nazis, qui justifiaient leurs actes au procès de Nuremberg en disant n'avoir fait qu'obéir aux ordres.

Atlantico : Les participants d'une étude (voir ici) ont porté des électroencéphalogrammes qui ont démontré au cours de différents tests que "le cerveau peut traiter les conséquences de ses actions sous la contrainte comme si elles étaient passivement déclenchées". Comment expliquer cette réaction d'un point de vue neurologique ? 

Henri Rubinstein : Avant toute chose, je tiens à préciser, même si celle-ci à l'air extrêmement sérieuse, qu'il faut tout de même faire attention avec ce genre d'étude qui mette en lumière des processus mono-factoriels, car les phénomènes neurologiques sont dus à tellement de variables que des conclusions aussi catégoriques sont difficiles à tenir.

Néanmoins, sur le plan neurologique en tout cas, cette expérience et les résultats qui en découlent me paraissent tout à fait plausibles. Dans le cerveau, il y a toujours des phénomènes d'inhibition. C'est-à-dire qu'il y a systématiquement des zones du cerveau qui sont actives et des mécanismes qui peuvent les inhiber. Cela peut être soit des mécanismes psychologiques - et dans ce cas précis, il s'agit bien d'un mécanisme psychologique - soit des mécanismes purement neurologiques.

Par exemple, concernant les problématiques de la douleur, du chatouillement ou du plaisir,  il y a des mécanismes purement neurologiques qui vont se mettre en place tout seul et inhiber la réflexion.

Cette étude repart d'expériences déjà menées sur le sujet, comme la célèbre expérience de Milgram, dont l'objectif était aussi de mesurer le niveau d'obéissance à un ordre même contraire à la morale de celui qui l'exécute. En quoi cette recherche est-elle novatrice sur le plan scientifique ?

Cette expérience est complètement innovante sur le plan neurologique, car elle prouve l'existence un mécanisme cérébral jusqu'ici ignoré (et non pas sociologique, comme dans l'expérience de Milgram, qui explique l'obéissance aveugle à un ordre immoral par le conformisme et la volonté d'appartenance à une structure sociétale) pouvant influer sur les décisions d'un individu.

Qu'est-ce exactement qu'un mécanisme cérébral ?

Un mécanisme cérébral se passe en général au niveau des émotions. Les émotions sont très peu contrôlées par le cerveau conscient, c'est-à-dire par l'intelligence, alors que les émotions contrôlent beaucoup l'intelligence.

Il y a cinq fois plus de synapses (c'est-à-dire de communication) qui vont des émotions au cerveau de l'intelligence que de connexions qui descendent du cerveau, de l'intelligence aux émotions.

Ce qui veut dire que l'intelligence est la plupart du temps sous le contrôle des émotions et que les émotions contrôlent très mal l'intelligence. Dans le cas de cette expérience, il est ainsi prouvé que même si votre intelligence vous dit que ce n'est pas bien de faire un acte immoral, elle sera inhibée par vos émotions, ce qui fait que vous seriez amené à faire des choses que vous ne feriez pas si vous étiez un individu parfait.

Cette avancée scientifique peut-elle avoir des impacts sur le plan juridique ou philosophique ?

Cette étude neurologique corrobore notamment les thèses de la professeur de théorie politique Hannah Arendt.

Ensuite, sur le plan juridique, cette étude mériterait d'être remise entre les mains de la justice. Car au fond, en prouvant que si l'on reçoit des ordres, on les exécute de manière mécanique, elle remet en cause la responsabilité et le libre-arbitre de chaque individu.

Comment dans ce cas ne pas penser au "syndrome de Nuremberg", procès au cours duquel les bourreaux nazis se défendaient en disant "je ne suis pas coupable, car je n'étais pas responsable, car j'obéissais aux ordres". C'est d'ailleurs une excuse qui est encore très souvent avancée dans tout ce qui touche à la part de culpabilité de chacun dans le fonctionnement de structures, lors des procès essayant de déterminer les coupables dans des génocides par exemple, ou encore en entreprise notamment, où il est très courant d'entendre dire "j'ai obéi aux ordres, donc je peux être coupable de cette mission ratée, mais je ne suis pas responsable, donc ce n'est pas moi qu'il faut sanctionner  mais mon supérieur hiérarchique".

En se basant uniquement sur cette nouvelle étude et sur ce raisonnement, on peut en conclure que les accusés n'ont plus commis un acte génocidaire parce qu'ils étaient particulièrement et délibérément méchants ou né tortionnaires, mais parce que c'étaient des êtres normaux qui ont obéi à un ordre inhibant leurs émotions positives.

Ainsi, comme c'est une étude qui remet en cause la responsabilité et le libre-arbitre de chacun, il est clair qu'elle sera sans doute à l'avenir très utile aux avocats de la défense, notamment dans les grands procès de génocide où il est très compliqué d'établir des responsabilités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 24/02/2016 - 09:53
@vangog, bien d'accord avec vous..
D'ailleurs ,de partout dans le monde ou les dictatures marxo/socialisme ou national socialiste d'Europe ,d'Asie et tropical , ont sévi ...après leur implosion ou disparition ...l'héritage quelle ont laissé aux peuple est terrible ..! des millions de morts, des millions de pauvres et forcément de miséreux ...mon père disait à un député socialiste , pendant la chute du mur de Berlin ( 26 ans déjà ) que le paradis socialiste était en fait un enfer...et celui-ci a répondu serein ...!que les socialisme ce n'est pas ça...! depuis ce dogmatique stratifié n'est plus député et rase les murs...!
JG
- 23/02/2016 - 23:17
Je pense que 30% des électeurs français
ceux qui ont élu Hollande (et oui, seulement 30% , il fallait vous réveiller les 30% qui n'ont pas voté , il a déjà sévi pendant 4 ans....et ce n'est peut-être pas fini...) ont dû être victime de ce problème neurobiologique : on sait qu'on fait le mal en votant socialiste, mais on ne se sent pas coupable.....On dit bien national-socialiste !!!
adroitetoutemaintenant
- 23/02/2016 - 21:18
Rien de nouveau
On sait depuis longtemps que le cerveau doit à chaque instant composer avec un équilibre fait de zones d’activation et d’inhibition. On sait aussi que ces zones et leurs intensités sont variables d’un instant à l’autre chez un même individu ou entre deux individus différents. On sait par exemple qu’un époux ou un parent ressent la douleur de son conjoint ou d’un enfant simplement en sachant que l’individu a mal. J’utilise ce phénomène pour traiter les douleurs chroniques et faire varier ces zones sans apport médicamenteux. Mais les sectes aussi connaissent cela très bien et en jouent que ce soient les sectes socialopes ou mahométanes. Cela n’en diminue en rien la responsabilité judiciaire et la question est toujours la même : « le coupable savait-il que ce qu’il faisait était mal ?». Bien entendu le juge ne va pas excuser un criminel car il a assassiné un membre du FN ou un mécréant chrétien ou juif alors que dans son dogme criminel ces individus sont considérés comme inférieurs.