En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la fraise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 29 min 30 sec
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 55 min 42 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 17 heures 14 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 19 heures 12 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 21 heures 56 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 jour 10 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 41 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 40 min 58 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 16 heures 11 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 43 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 37 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 21 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 40 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 29 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 55 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 18 heures
© Reuters
Le maire de Londres, le très conservateur, très fougueux, et très drôle Boris Johnson, s’est engagé à fond dans le camp du non à l’Union Européenne pour le référendum prévu en juin.
© Reuters
Le maire de Londres, le très conservateur, très fougueux, et très drôle Boris Johnson, s’est engagé à fond dans le camp du non à l’Union Européenne pour le référendum prévu en juin.
Ce n’est qu’un au revoir ?

Union européenne : Messieurs les Anglais partez les premiers !

Publié le 24 février 2016
On vous comprend. Il y a d’affreux mélanges que vous ne voulez pas mettre dans votre thé.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On vous comprend. Il y a d’affreux mélanges que vous ne voulez pas mettre dans votre thé.

Autrefois, à la veille de la Première Guerre mondiale, l’Empire Ottoman en pleine décomposition, était "l’homme malade" de l’Europe. Aujourd’hui c’est l’Europe qui est devenue "l’homme malade" de l’Europe. Et comme l’Empire Ottoman, elle risque de finir en lambeaux. D’ailleurs, pour se prémunir contre ses microbes et ses miasmes, certains commencent à s’éloigner de ce nouvel "homme malade". Les Anglais ont tiré les premiers. 

Pour les retenir, pour garder leur île arrimée au continent européen, de multiples cadeaux leur ont été consentis. David Cameron en avait plein sa hotte quand il est rentré à Londres. Mais peu de Britanniques voient en lui un Père Noël. A commencer par le maire de Londres, le très conservateur, très fougueux, et très drôle (ce n’est pas incompatible) Boris Johnson. Il s’est engagé à fond dans le camp du non à l’Union européenne pour le référendum prévu en juin. Sa popularité est telle qu’on peut raisonnablement envisager une victoire des eurosceptiques anglais. 

Pourquoi d’ailleurs les Anglais resteraient-ils dans l’Union européenne ? L’Union n’a d’européenne que le nom. Une structure sans âme, sans identité, sans personnalité. Une construction administrative réduite à ses aspects monétaires (l’euro), à ses réglementations, à la libre circulation des marchandises et des hommes. Jamais un dirigeant de l’Europe n’a essayé de parler de civilisation « européenne », de culture « européenne », de traditions « européennes ». C’était interdit car il fallait à tout prix faire les yeux doux aux autres, à tous ceux qui n’avaient rien à voir avec l’héritage chrétien pourtant constitutif de l’Europe. 

L’Europe aurait pu être une belle et nouvelle frontière pour ses habitants. Encore eut-il fallu que ses dirigeants aient le courage de se définir en tant qu’Européens. Pas contre qui que ce soit mais différents des autres. Par lâcheté, par crainte de choquer des immigrés d’une autre culture, par complexe post-colonial, par rejet de toute spécificité les dirigeants européens ont par ricochet - et il faut y voir une légitime vengeance de l’Histoire - accouché d’un monstre qui les terrifie : les identités nationales. Elles sont fortes et affichées en Grande-Bretagne. Marquées en Pologne, en Hongrie, en République tchèque et en Slovaquie. Et puissantes dans de nombreux pays de la vieille Europe. 

L’Union Européenne a peur de son éventuel démembrement. Alors elle paie pour que l’on reste avec elle : ça s’appelle des amours tarifés. Elle paye les Anglais avec des dérogations. Elle paye les Grecs avec des milliards. Elle paye en essayant de ne faire de peine à personne. Et en tout cas pas aux Hongrois ou aux Polonais qu’elle sermonne gentiment pour leurs mesures anti-démocratiques mais qu’elle ne sanctionne pas dès fois que, fachés, ils iraient voir ailleurs. 

Elle chante avec une voix de fausset : « Ne me quitte pas ». Mais l’Europe n’est ni jeune, ni jolie et donc pas très attirante. Qui a envie de faire chambre commune avec la France, son chômage, sa délinquance, ses violences, ses terroristes et ses djihadistes ? Qui veut partager le lit des Grecs ruinés et qui nous ruinent ? Qui veut flirter avec l’Allemagne et son million de migrants ? Il faudrait autre chose. Un catéchisme, un bréviaire de combat pour l’identité européenne. Mais pour ça, un peu de courage serait nécessaire. C’est une valeur qui, hélas, n’est pas cotée en bourse.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 25/02/2016 - 19:38
Femme ou homme malade...
Qui donc nous sortira de ce bourbier ? Pas la gauche, par définition et aussi dans la réalité crue ; pas la droite non plus, dont l'esprit est perverti, gangrené et phagocyté par la gauche ! Alors, qui ? Il faut donc casser, jeter, détruire, expulser, écraser, noyer ou laminer dans les hauts-fourneaux le bipartisme (mais ne surtout pas le congeler, ni le surgeler ni encore moins le cryogéniser, il risquerait de survivre en clone comme les mammouths !) et pousser "le troisième" (eh oui ! Il existe ! Et ce, malgré le bipartisme justement !) parti. Bon va falloir compter les cadavres. Statistiques, à vos tables de Gauss !
Lapalatine
- 25/02/2016 - 06:22
Triste réalité...
Tout est dit!!
Joly Maurice
- 24/02/2016 - 20:50
Une bonne idée
Mais une bonne idée qui à mal évolué! Plus personne ne se reconnait dans cette Europe d'apparatchiks, de bureaucrates sur payés mais très éloignés des préoccupations des citoyens qu'ils administrent. Il faut recommencer, faire des alliances ponctuelles entre états demandeurs. Et harmoniser les lois sociales et fiscales avant de permettre une libre circulation des travailleurs, ce qui constitue une forme de concurrence déloyale qui pénalise les systèmes nationaux hérités des luttes sociales et qui protègent le mieux les salariés.