En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
info atlantico
© Reuters
Info Atlantico
Forte envie d'autres têtes : 78% des Français prêts à voter pour un candidat ni issu ni soutenu par un parti et 66% pour un candidat en dissidence avec le sien
Publié le 21 février 2016
Par ailleurs, pour 59% des Français, le programme est l'élément-clé pour leur vote en 2017, dans un sondage exclusif Elabe pour Atlantico.
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Par ailleurs, pour 59% des Français, le programme est l'élément-clé pour leur vote en 2017, dans un sondage exclusif Elabe pour Atlantico.

Cliquez pour agrandir

Atlantico : quels sont les principaux enseignements de ce sondage ?

Yves-Marie Cann : Les résultats du sondage réalisé par Elabe pour Atlantico témoignent du climat particulièrement dégradé auquel doivent faire face aujourd'hui les organisations politiques et ceux qui les animent. Invités à préciser ce qu'évoquent aujourd'hui pour eux les partis politiques, une large majorité de répondants (74%) se positionnent sur un item négatif : 40% éprouvent de l’inquiétude à propos des partis politiques et jusqu’à 34% de la colère. S’ajoute à cela le fait que les partis politiques suscitent l’indifférence de 22% des personnes interrogées. Au final, seuls 4% nous donnent une réponse positive : 1% répondent que les partis leur inspirent de l’enthousiasme et 3% de la confiance. De tels résultats illustrent l'impasse dans laquelle semblent aujourd'hui se trouver les formations politiques françaises, comme en témoigne d’ailleurs la faiblesse numérique de leurs effectifs d’adhérents. De partis de masse dans les années 70 et 80, nous avons désormais face à nous des partis qui s'apparentent pour l'essentiel à des partis de cadres, c'est-à-dire des groupements d'élus, de collaborateurs d'élus et de leurs proches. Jamais sans doute depuis des décennies la distance avec les citoyens et la base électorale n'a été aussi grande. 

Cette situation n'est pas sans conséquences pratiques puisque comme le montre notre sondage la marque partisane s'avère extrêmement faible dans la perspective de l'élection présidentielle. Certes, elle fonctionne toujours comme un repère utile pour se positionner dans le champ politique, mais elle ne garantit pas pour autant le vote en temps d'élection. Ce sont ainsi 78% des personnes interrogées qui nous répondent qu'elles pourraient voter pour un candidat qui serait ni issu ni soutenu par un parti politique à l'élection présidentielle, un tiers allant même jusqu'à répondre "oui, certainement" à cette proposition. Enfin, invités à préciser quel est l’élément qui compte le plus dans leur choix à l’élection présidentielle, 59% répondent le programme du candidat, 20% son expérience, 16% sa personnalité… et seulement 5% le ou les partis qui le soutiennent.

De tels résultats peuvent expliquer au moins pour partie pourquoi la dynamique se trouve aujourd'hui du côté d'Alain Juppé et non de Nicolas Sarkozy dans la perspective de la primaire des 20 et 27 novembre. Le premier s'est engagé dans une stratégie hors du parti alors que le second a tout misé sur la présidence de l'ex UMP pour s'imposer comme le candidat naturel de son camp. Bien sûr, la primaire n'est pas jouée d'avance et la campagne n'a pas véritablement commencé, mais les rapports de force actuellement mesurés dans les enquêtes d'intentions de vote ne peuvent être négligés pour autant.

Dans quel contexte médiatique et politique a-t-il été réalisé ?

Un contexte général marqué du sceau de la défiance des Français à l'égard de leurs gouvernants ou de ceux qui aspirent aux plus hautes responsabilités. Le président de la République tutoie désormais ses plus bas niveaux de popularité de l’automne 2014 sans que l’opposition gagne pour autant en crédibilité. Ainsi je suis frappé d'observer que depuis plusieurs mois dans l'Observatoire politique réalisé par Elabe pour Les Echos et Radio Classique aucune personnalité politique, à l'exception d'Alain Juppé, n'obtient une cote de popularité majoritairement positive. Il faut aussi avoir à l’esprit que notre terrain d’enquête a été réalisé après un remaniement gouvernemental très critiqué et une convention nationale de LR marqué par l’absence remarquée de plusieurs ténors le dimanche 14 février, autant d’éléments qui n’améliorent sans doute pas l’image des partis auprès des Français.

A la décharge de ces derniers, notons toutefois qu’ils paient sans doute au prix fort le fait que l'intérêt à adhérer aujourd'hui à un mouvement politique est loin d’être évident pour beaucoup de Français, sauf à vouloir s'engager dans une carrière politique et donc obtenir une investiture. Les primaires ouvertes ont ainsi vidé d'une grande partie de leur substance les formations politiques : alors qu'il fallait autrefois être adhérent pour éventuellement désigner son candidat à l’élection présidentielle, nul besoin aujourd'hui d'être encarté, ce qui change considérablement la donne.

Si l'on ajoute à ceci les déconvenues et les déceptions suscitées à droite et à gauche par l'exercice des responsabilités présidentielles et gouvernementales, le désenchantement est sans doute à son zénith à l'égard de partis politiques qui s'avèrent de surcroît incapables de faire émerger des idées nouvelles et de renouveler leurs cadres pour les incarner.

>>>>> Lire aussi : SOS vision politique : les Français atterrés par leurs partis et prêts à voter pour des candidats dissidents… mais pourquoi est-il devenu si difficile de les convaincre ?

Observe-t-on des différences en fonction de la couleur politique de la personne sondée ?

Il existe des différentes, mais celles-ci s’avèrent minimes et nettement insuffisantes pour changer la donne observée à l’échelle de l’ensemble de l’échantillon interrogé. Ainsi, quelle que soit la préférence partisane exprimée par les personnes interrogées, les évocations négatives à l’égard des partis politiques l’emportent très majoritairement. A titre d’exemple, 52% des sympathisants socialistes nous répondent que les partis politiques leur inspirent aujourd’hui de l’inquiétude, de même que 51% des sympathisants LR. Et si les sympathisants FN sont moins nombreux à mentionner leur inquiétude (31%) c’est parce qu’ils sont 50% à ressentir de la colère, ce résultant constituant d’ailleurs la plus forte proportion de réponses observée pour cet item toutes familles politiques confondues.

Par ailleurs, les sympathisants de gauche s’avèrent un peu plus prompts que ceux de la droite et du centre à prendre en compte le ou les partis qui soutiennent un candidat à l’élection présidentielle (10% contre 2%). Mais là encore, les écarts observés s’avèrent négligeables puisque dans le même temps ils affirment privilégier à une très large majorité son programme (60% à gauche, 54% à droite). Fait intéressant toutefois on observe que les sympathisants de la droite et du centre sont beaucoup plus nombreux que ceux de la gauche à privilégier l’expérience du candidat : 27% des premiers citent cette dimension contre seulement 15% des seconds.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/02/2016 - 09:49
Choisissez les Socialistes Nationalistes FN qu'on vous dit
Programme de Mitterrand en 1981 est le meilleur pour la France. Comme en 1981 ( Frontières taxes), Nationalisations, ( Retraite à 60 ans pour éliminer les plus de 58ans du chômage) Le Franc "symbolique" avec la machine à billets avec le mouvement perpétuel à 0% de frais! 1981 : 6.1% de chômage, 3 ans après et avec 3 dévaluations relances et bien Miracle 9.3% de chômage. En effet elle dit la vérité ça marche :)::)) Les 35 h ont tellement créé de boulot que le chômage est à 11% 2015 avec les DOMTOM. Par contre ils ont augmenté le nombre de fonctionnaires donc les impôts pour les payer et ainsi ne plus pouvoir en créer dans le domaine du privé qui est le seul domaine réellement créateur de job. ( + de 57.2 %) le coût de l’État. Ainsi Les Socialistes Nationalistes FN veulent réalimenter la pompe à destruction d'emplois ( en isolant la France des marchés par des taxes qui réduiront nos importations qui feront monter les taxes des autres pays sur nos exportations):)::)) Donc augmenter tous les coûts de la France dont ceux des impôts pour compenser les pertes du au programme S N FN qui engendrera des dévaluations infernales du Franc Symbolique :)::))
lafronde
- 21/02/2016 - 10:07
Un sondage est virtuel, le vote c'est réel !
Lors des régionales, des offres politiques nouvelles, il y en a eu : moins d'Etat, moins de dépense publique, moins d 'impôt, davantage de liberté économique. Nous Citoyens et le Parti Libéral Démocrate le proposaient. Le résultat a été proche d'un pour cent des voix pour ces parti dans les régions où ils présentaient des candidats !

Si ces deux partis ne se réclament pas de la Droite, à Gauche Nouvelle Donne n'a pas fait mieux lorsque ce parti se présentait seul.

Ce sondage sur l'autonomie des personnalités politiques vis à vis de leur parti d'origine, mériterait d'être complété par d'autre sondages sur l'autonomie du citoyen vis à vis de l'Etat, c'est à dire tout simplement sa liberté. Car c'est la liberté du citoyen qui compte : au travail, en entreprise, sur un marché, dans sa municipalité, dans le choix de l'école, dans le choix de ses medias d'information. Ces libertés sont essentielles, et elle sont menacées : fiscalité anti-entrepreneur et pro-chômage, obstruction à l'école libre et aux radios libres, loi sur le renseignement numérique, police d'état d'urgence, censure judiciaire des sujets sociétaux par le détour d'auxiliaires politisés et stipendiés : Licra, LDH...
J'accuse
- 21/02/2016 - 09:58
J'veux du cuir, pas du peep-show
Je veux voter pour un leader LR qui quitte le parti et ne prend pas part aux Primaires pour se présenter directement en 17. Un réformateur, un vrai. Un démocrate, un vrai. Un républicain, un vrai. Un homme face au peuple, pas un crabe de plus dans le panier, pas un apparatchik carriériste. Qui aura les cojones ? Fillon, t'as aucune chance aux Primaires ! Le Maire, fais pas semblant d'y croire ! Prouvez que vous pouvez être le président que la France attend en montrant que vous avez vraiment du courage et de la volonté, sacrebleu ! Putain con, comme on dit à Toulouse.