En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 14 heures 12 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 14 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 19 heures 10 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 20 heures 29 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 13 heures 45 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 14 heures 34 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 18 heures 24 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 20 heures 19 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 20 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Yes or No?

Le Brexit : David Cameron a-t-il remporté la grande victoire qu'il prétend ? On peut en douter...

Publié le 20 février 2016
David Cameron s'est déclaré "très satisfait" de l'accord entre les pays de l'Union européenne sur le nouveau statut du Royaume-Uni. Mais est-ce une telle victoire diplomatique ? Sur de nombreux points, le Royaume-Uni n'a pas obtenu ce qu'il demandait...
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Cameron s'est déclaré "très satisfait" de l'accord entre les pays de l'Union européenne sur le nouveau statut du Royaume-Uni. Mais est-ce une telle victoire diplomatique ? Sur de nombreux points, le Royaume-Uni n'a pas obtenu ce qu'il demandait...

C'est dans la soirée du vendredi 19, à la dernière heure, que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont annoncé un accord unanime avec la Grande-Bretagne. David Cameron avait promis dans sa campagne de réelection une renégociation des termes de l'accord de son pays avec l'Union européenne, suivie d'un référendum pour savoir si la Grande-Bretagne restait dans l'UE ou non. Pour Cameron, soit l'UE consentait à un nouvel accord, soit le Royaume-Uni devait partir. A entendre David Cameron, cette fut pour lui un triomphe diplomatique : il a obtenu ce qu'il voulait et, en conséquence, il ferait campagne contre le Brexit dans le référendum britannique. 

Pourtant, tout le monde n'est pas de cet avis. Le premier ministre belge a mis les pieds dans le plat, déclarant que "Nous sommes très, très loin de la position britannique de départ." 

Qu'en est-il réellement ? 

Politico Europe a préparé une infographie qui recense ce qu'il en est réellement. Elle fait la liste de : ce que les Conservateurs avaient promis pendant leur campagne ; ce que David Cameron avait proposé ; la réponse de Donald Tusk, président du Conseil européen ; et ce qui fut dans l'accord final. 

Cameron avait demandé une renégociation sur quatre sujets : la gouvernance économique, la souveraineté, la compétitivité, et l'immigration.

Gouvernance économique

La Grande-Bretagne avait trois demandes principales : une pause de l'intégration économique, ne pas avoir à participer à de quelconques efforts de "renflouages", de banques ou de pays de la zone euro, et avoir sa souveraineté en matière de réglementation financière, sujet très important étant donné la City. 

Sur le renflouage, la position britannique l'a emporté. Sur l'intégration économique, c'est en demie-teinte : un pays non membre de la zone euro ne "peut pas empêcher" l'intégration économique des pays membres de la zone euro. Et, surtout, sur la réglementation financière, c'est la position européenne qui l'a emporté. La réglementation financière se fera à partir d'un "système de règles unique" ; si la Grande-Bretagne pourra avoir sa propre réglementation, celle-ci devra se conformer au droit européen. La Grande-Bretagne n'a pas de droit de véto ; elle peut seulement demander au Conseil européen une "discussion" des règles européennes qui peuvent impacter sa "stabilité financière". 

Or, l'idée qu'une réglementation financière unique mettrait en difficulté la City, et donc la compétitivité britannique, est un des grands arguments des partisans du Brexit. Gageons qu'ici Cameron n'a pas remporté la partie.

Souveraineté 

Dans sa campagne électorale, le Parti conservateur britannique avait promis de grandes choses : réformer la bureaucratie européenne ; donner aux parlements nationaux un droit de véto sur les règles européennes ; et se retirer de l'engagement d'"union toujours plus forte" présent dans les traités de l'Union. Cameron avait demandé la fin de l'engagement d'"union toujours plus forte" ainsi que la reconnaissance de la souveraineté de la Grande-Bretagne dans le domaine de la sécurité nationale. 

L'accord final exempte effectivement la Grande-Bretagne du principe d'"union toujours plus forte" et accepte le principe que le Royaume-Uni refuse plus d'intégration. Cependant, il ne dit rien sur la sécurité nationale et n'offre la possibilité d'un droit de véto sur les règles européennes qu'avec l'accord d'autres pays. 

Compétitivité

Le Parti conservateur avait promis une réforme en profondeur de la Politique agricole commune (PAC) et des fonds structurels européens. Cameron, lui, avait seulement demandé un "objectif de simplification administrative" et un "engagement clair et de long terme pour accroître la compétitivité". 

Que dit l'accord final ? Que "tous les Etats-membres implémenteront complètement et renforceront le marché interne", et promet des "avancées concrètes" pour améliorer la réglementation, ce qui ne veut pas dire grand-chose...

Immigration

Le sujet de l'immigration est très important au Royaume-Uni, comme dans de nombreux autres pays. Comme on le voit à Calais, le Royaume-uni est une cible privilégiée de migrants de nombreux horizons, y compris de l'intérieur de l'Union européenne. Or, le public britannique voit d'un mauvais oeil que des ressortissants de pays étrangers, souvent plus pauvres, puissent venir au Royaume-Uni et, notamment, avoir le droit en tant que citoyens européens de recevoir des prestations sociales. 

Cameron avait notamment demandé que le Royaume-Uni soit dispsensé de verser des allocations familiales aux étrangers dont les enfants vivaient à l'étranger, et qu'un migrant doive travailler au Royaume-Uni pendant 4 ans avant de pouvoir recevoir des prestations sociales. 

L'accord final prévoit que les allocations familiales soit indexées au niveau du pays d'origine de la personne, pour les nouveaux migrants, et pour tous les migrants à partir de 2020. L'accord prévoit également un "mécanisme d'alarme" pour arrêter les prestations pour les migrants dans des circonstances exceptionnelles ; ce mécanisme ne pourra être utilisé qu'une seule fois, pendant sept ans. 

Un accord en demie-teinte

David Cameron n'a pas rien obtenu. Il a obtenu quelques victoires symboliques, comme la dispense du Royaume-Uni de la clause d'"union toujours plus forte", et la reconnaissance officielle de la volonté du Royaume-Uni de ne pas participer à l'intégration. Sur la compétitivité il n'a obtenu que de vagues promesses, et sur l'immigration, il a obtenu un compromis. Mais il a également clairement perdu sur des dossiers clés, comme la réglementation financière, où le principe du droit européen continue de s'appliquer, et la possibilité d'un droit de véto sur les règles européennes. 

Est-ce que cet accord convaincra les britanniques de rester dans l'Union européenne ? David Cameron vient d'annoncer que le référendum se tiendra le 23 juin...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 20/02/2016 - 16:45
pourquoi cette question inutile ..?
Il est évident ...que le doute est permis chez les perdants ...et les gagnants gentlemen british forcément ..pourrons vous revendre en okaze le .mode d'emploi....