En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 16 min 39 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 32 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 19 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 21 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Oil sur le feu

Le pacte russo-saoudien sur le pétrole risque-t-il d’aggraver la guerre en Syrie ?

Publié le 19 février 2016
A la suite de l'accord entre la Russie et l'Arabie Saoudite sur les cours du pétrole, un article de Bloomberg annonce une intensification de la guerre en Syrie. Si la nouvelle hausse des prix de l'or noir n'est pas pour demain, elle pourrait avoir des conséquences sur le conflit à moyen terme.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de l'accord entre la Russie et l'Arabie Saoudite sur les cours du pétrole, un article de Bloomberg annonce une intensification de la guerre en Syrie. Si la nouvelle hausse des prix de l'or noir n'est pas pour demain, elle pourrait avoir des conséquences sur le conflit à moyen terme.

Atlantico : Selon un article de Bloomberg, l'accord sur la production du pétrole entre, notamment, la Russie et l'Arabie Saoudite pourrait avoir pour conséquence une intensification du conflit syrien. L'article pose comme postulat une ré-augmentation des cours du pétroles, ce qui n'est pas forcément vrai sur le fond. Mais si sur le moyen ou long termes, les pays de l'OPEP parvenait à faire remonter ces cours du pétrole, quelles conséquences cela pourrait-il avoir sur le conflit syrien? 

Francis Perrin : Parmi les pays qui sont fortement impliqués dans le conflit syrien, plusieurs d'entre eux sont très dépendants vis-à-vis des revenus pétroliers (et parfois gaziers). Il s'agit de la Russie et de l'Iran, du côté du régime de Bachar al-Assad, et de l'Arabie Saoudite, du Qatar et des Émirats Arabes Unis, qui soutiennent divers groupes d'opposition. Si les prix du pétrole remontaient de façon significative, chacun de ces pays verrait ses recettes d'exportation et ses recettes budgétaires augmenter, ce qui lui permettrait de disposer de plus de moyens financiers pour des "aventures" extérieures. Il n'y a pas bien sûr d'automaticité en la matière mais l'enjeu syrien est tellement important en termes stratégiques aux yeux de ces cinq États qu'il est assez probable qu'une hausse de leurs revenus se traduirait par une implication accrue de leur part en Syrie.

Du point de vue de l'EI, cette augmentation des cours, alors même qu'il revend du pétrole, pourrait-elle avoir un impact sur le conflit syrien ? de quelle façon ?

La chute des prix du pétrole brut pénalise tous ceux qui vendent du pétrole: États exportateurs, compagnies pétrolières nationales, sociétés pétrolières privées et État islamique. Si les prix du pétrole remontaient, cela aurait un impact positif sur les ventes de pétrole et de produits pétroliers par l'EI. Les revenus pétroliers de ce groupe sont en forte baisse depuis l'été 2014 du fait de la chute des prix du brut, des frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis, notamment à travers l'opération Tidal Wave II, et de la dégradation des conditions d'exploitation du pétrole dans les zones contrôlées par l'EI en Syrie et en Irak.

Un relèvement des prix du brut serait donc une bonne nouvelle pour l'EI et renforcerait ses capacités militaires et autres en Syrie et ailleurs. Cela dit, même dans cette hypothèse, l'EI ne retrouverait pas la situation du printemps 2014 avec des prix du pétrole très élevés et une production sous son contrôle probablement au moins deux fois supérieure à celle d'aujourd'hui. L'EI reste malheureusement une force majeure en Syrie mais il est quand même sur le recul.

Les prix du pétrole sont-ils un élément clé d'un cessez-le-feu ? Comment ?

Je ne crois pas. Un cessez-le-feu en Syrie, s'il était réellement et durablement respecté, relèverait beaucoup plus de considérations stratégiques, géopolitiques et militaires de la part des principales forces en présence que du niveau des prix du pétrole. Il reste d'ailleurs à voir si ce cessez-le-feu sera vraiment appliqué et s'il résistera au test du temps. Pour l'instant, on en est loin.

En quoi une telle hausse des cours du pétrole n'est pas envisageable pour le moment, ce qui nuance grandement la thèse soutenue par Bloomberg ?

L'accord conclu à Doha entre trois pays membres de l'OPEP, l'Arabie Saoudite, le Qatar et le Venezuela, et la Russie porte sur le gel de leur production pétrolière au niveau de janvier 2016. Mais, comme le marché pétrolier mondial est caractérisé par un excédent de l'offre sur la demande, il ne suffit pas de geler la production pour faire remonter les cours de l'or noir. Il faudrait réduire la production mondiale. De plus, le niveau de janvier 2016 est très élevé puisque la Russie produisait 11,20 millions de barils par jour le mois dernier et l'Arabie Saoudite 10,20 millions de b/j, selon les estimations de l'Agence Internationale de l'Energie. Lorsque l'accord de Doha a été conclu, les prix du pétrole ont un peu remonté mais cela n'a pas duré. Le 18 février, les prix du West Texas Intermediate et du Brent de la mer du Nord ne dépassaient pas $30 et $35 par baril environ.

D'autres pays ont annoncé qu'ils se joindraient à cet accord mais il s'agit toujours de gel de la production et non de réduction. En l'état, il n'y a pas de raison pour que les cours du pétrole augmentent même si la spirale baissière a été enrayée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires