En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 30 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 32 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 23 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 40 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 1 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 55 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 57 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 25 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 55 sec
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Oil sur le feu

Le pacte russo-saoudien sur le pétrole risque-t-il d’aggraver la guerre en Syrie ?

Publié le 19 février 2016
A la suite de l'accord entre la Russie et l'Arabie Saoudite sur les cours du pétrole, un article de Bloomberg annonce une intensification de la guerre en Syrie. Si la nouvelle hausse des prix de l'or noir n'est pas pour demain, elle pourrait avoir des conséquences sur le conflit à moyen terme.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de l'accord entre la Russie et l'Arabie Saoudite sur les cours du pétrole, un article de Bloomberg annonce une intensification de la guerre en Syrie. Si la nouvelle hausse des prix de l'or noir n'est pas pour demain, elle pourrait avoir des conséquences sur le conflit à moyen terme.

Atlantico : Selon un article de Bloomberg, l'accord sur la production du pétrole entre, notamment, la Russie et l'Arabie Saoudite pourrait avoir pour conséquence une intensification du conflit syrien. L'article pose comme postulat une ré-augmentation des cours du pétroles, ce qui n'est pas forcément vrai sur le fond. Mais si sur le moyen ou long termes, les pays de l'OPEP parvenait à faire remonter ces cours du pétrole, quelles conséquences cela pourrait-il avoir sur le conflit syrien? 

Francis Perrin : Parmi les pays qui sont fortement impliqués dans le conflit syrien, plusieurs d'entre eux sont très dépendants vis-à-vis des revenus pétroliers (et parfois gaziers). Il s'agit de la Russie et de l'Iran, du côté du régime de Bachar al-Assad, et de l'Arabie Saoudite, du Qatar et des Émirats Arabes Unis, qui soutiennent divers groupes d'opposition. Si les prix du pétrole remontaient de façon significative, chacun de ces pays verrait ses recettes d'exportation et ses recettes budgétaires augmenter, ce qui lui permettrait de disposer de plus de moyens financiers pour des "aventures" extérieures. Il n'y a pas bien sûr d'automaticité en la matière mais l'enjeu syrien est tellement important en termes stratégiques aux yeux de ces cinq États qu'il est assez probable qu'une hausse de leurs revenus se traduirait par une implication accrue de leur part en Syrie.

Du point de vue de l'EI, cette augmentation des cours, alors même qu'il revend du pétrole, pourrait-elle avoir un impact sur le conflit syrien ? de quelle façon ?

La chute des prix du pétrole brut pénalise tous ceux qui vendent du pétrole: États exportateurs, compagnies pétrolières nationales, sociétés pétrolières privées et État islamique. Si les prix du pétrole remontaient, cela aurait un impact positif sur les ventes de pétrole et de produits pétroliers par l'EI. Les revenus pétroliers de ce groupe sont en forte baisse depuis l'été 2014 du fait de la chute des prix du brut, des frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis, notamment à travers l'opération Tidal Wave II, et de la dégradation des conditions d'exploitation du pétrole dans les zones contrôlées par l'EI en Syrie et en Irak.

Un relèvement des prix du brut serait donc une bonne nouvelle pour l'EI et renforcerait ses capacités militaires et autres en Syrie et ailleurs. Cela dit, même dans cette hypothèse, l'EI ne retrouverait pas la situation du printemps 2014 avec des prix du pétrole très élevés et une production sous son contrôle probablement au moins deux fois supérieure à celle d'aujourd'hui. L'EI reste malheureusement une force majeure en Syrie mais il est quand même sur le recul.

Les prix du pétrole sont-ils un élément clé d'un cessez-le-feu ? Comment ?

Je ne crois pas. Un cessez-le-feu en Syrie, s'il était réellement et durablement respecté, relèverait beaucoup plus de considérations stratégiques, géopolitiques et militaires de la part des principales forces en présence que du niveau des prix du pétrole. Il reste d'ailleurs à voir si ce cessez-le-feu sera vraiment appliqué et s'il résistera au test du temps. Pour l'instant, on en est loin.

En quoi une telle hausse des cours du pétrole n'est pas envisageable pour le moment, ce qui nuance grandement la thèse soutenue par Bloomberg ?

L'accord conclu à Doha entre trois pays membres de l'OPEP, l'Arabie Saoudite, le Qatar et le Venezuela, et la Russie porte sur le gel de leur production pétrolière au niveau de janvier 2016. Mais, comme le marché pétrolier mondial est caractérisé par un excédent de l'offre sur la demande, il ne suffit pas de geler la production pour faire remonter les cours de l'or noir. Il faudrait réduire la production mondiale. De plus, le niveau de janvier 2016 est très élevé puisque la Russie produisait 11,20 millions de barils par jour le mois dernier et l'Arabie Saoudite 10,20 millions de b/j, selon les estimations de l'Agence Internationale de l'Energie. Lorsque l'accord de Doha a été conclu, les prix du pétrole ont un peu remonté mais cela n'a pas duré. Le 18 février, les prix du West Texas Intermediate et du Brent de la mer du Nord ne dépassaient pas $30 et $35 par baril environ.

D'autres pays ont annoncé qu'ils se joindraient à cet accord mais il s'agit toujours de gel de la production et non de réduction. En l'état, il n'y a pas de raison pour que les cours du pétrole augmentent même si la spirale baissière a été enrayée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires