En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 7 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 15 heures 2 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 34 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 15 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 13 heures 3 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 59 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 38 min
Provoc

Les missiles de Yongxing, le nouveau pied de nez de la Chine aux Etats-Unis

Publié le 18 février 2016
En déployant des missiles sol-air sur l'île de Yongxing, également convoité par Taïwan et le Vietnam, la Chine a une nouvelle fois affiché ses ambitions géopolitiques en mer de Chine. Mais le véritable destinataire de ce "message" pourrait bien être... les Etats-Unis.
Valérie Niquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En déployant des missiles sol-air sur l'île de Yongxing, également convoité par Taïwan et le Vietnam, la Chine a une nouvelle fois affiché ses ambitions géopolitiques en mer de Chine. Mais le véritable destinataire de ce "message" pourrait bien être... les Etats-Unis.

Atlantico : En déployant des missiles sur l'île de Yongxing, dans un secteur de mer de Chine du sud également revendiqué par Taïwan et le Vietnam, la Chine a envoyé un nouveau signe de sa volonté expansionniste. Mais au lendemain du sommet entre les Etats-Unis et l'ASEAN, où Barack Obama a appelé à une baisse des tensions dans la région, ce message envoyé par la Chine n'est-il pas destiné, en fin de compte, aux Américains ?

Valérie Niquet : En déployant des missiles sur l’un des îlots qu’elle contrôle dans l’archipel des Paracels en mer de Chine, la RPC poursuit une stratégie d’affirmation de puissance au niveau régional et face aux Etats-Unis, principale force d’équilibre dans la région, Pékin procède par avancées progressives, qui démontrent toutefois une véritable montée en puissance des ambitions chinoises depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Le bétonnage de rochers affleurants pour en accroître la surface, la construction de pistes d’atterrissage, le déploiement d’unités de l’APL, l’atterrissage d’avions civils, la construction de phares et l’ouverture au "tourisme" de certains îlots ainsi que la création d’entités administratives nouvelles constituent autant d’éléments mobilisés par le régime chinois pour tenter d’imposer un nouvel état de fait en mer de Chine. Il s’agit également de contrer les décisions de la cour de justice de La Haye, qui, en dépit de l’opposition de Pékin, s’est déclarée compétente pour recevoir une plainte déposée par les Philippines, et devrait rendre prochainement un jugement qui pourrait ne pas être favorable à Pékin.

Dans ce contexte, l’installation de moyens anti-aériens dans les Paracels, qui font potentiellement peser une menace directe sur l’ensemble du trafic aérien dans la région, constitue un pas de plus dans la provocation, qui correspond à la fois aux discours martiaux qui caractérisent le dirigeant chinois Xi Jinping, et peut également annoncer la prochaine proclamation unilatérale par la RPC d’une zone de contrôle aérien sur le modèle de ce qui a été fait plus au nord en mer de Chine orientale.

La relation entre la Chine et les Etats-Unis a connu un fort regain de tensions dans la semaine avec la proposition du Sénat américain de rebaptiser le nom de la rue de l'ambassade de Chine à Washington pour rendre hommage à Liu Xiaobo, dissident chinois emprisonné depuis 2009 et Prix Nobel de la paix 2010. Est-il possible d'envisager que ce déploiement militaire chinois soit une réponse à la "provocation" des sénateurs américains ?

La Chine s’est agacée de la proposition du Sénat américain, qui témoigne de la dégradation des relations entre Pékin et Washington et de l’échec de la stratégie chinoise de "séduction" de la puissance américaine fondée sur le concept de "nouvelles relations entre grandes puissances" énoncé par Xi Jinping en 2013. Ce concept avait pour Pékin le double mérite de détacher au moins symboliquement les Etats-Unis de leurs "petits" alliés en Asie, et d’accorder à la Chine un statut de puissance égale à celle des Etats-Unis. Toutefois, avec le déploiement de batteries de  missiles sol-air en mer de Chine, il s’agit également pour Pékin de répondre aux réactions suscitées par la stratégie agressive que la RPC mène dans la zone, telles que le resserrement des liens de sécurité entre les Etats-Unis et la majorité des pays de l’ASEAN, symbolisé par la rencontre de Sunnyland. Alors que la RPC était longtemps apparue comme une opportunité pour l’ensemble de la région, la Chine est aujourd’hui au contraire fédératrice d’inquiétudes et cible de nouveaux partenariats stratégiques qui impliquent les Etats-Unis, l’Asie du Sud-est, mais aussi le Japon, l’Inde et l’Australie.

La RPC répond aussi à l’envoi de bâtiments et d’avions américains dans les zones revendiquées par Pékin en mer de Chine, dans le but d’affirmer le droit de libre-passage dans une zone que Pékin considère comme relevant de sa souveraineté. Dans une situation de très grande asymétrie, le pouvoir chinois met donc en oeuvre des stratégies de bluff destinées à dissuader l’adversaire de toute action, au risque d’une montée accrue des tensions.

Dans quelle mesure l'opposition entre Chine et Etats-Unis représente-t-elle une menace pour l'équilibre géopolitique mondial ? Jusqu'à quel point ces deux géants peuvent-ils s'opposer, eux dont les économies sont fortement imbriquées entre elles ?

La Chine peut constituer un facteur majeur de déstabilisation et on voit que, dans le cas de la Corée du Nord, elle demeure peu disposée à soutenir des mesures qui pourraient aboutir à une solution de la question nucléaire dans la péninsule coréenne. Le régime chinois est aujourd’hui en phase de repli idéologique, confronté à des défis économiques et politiques majeurs et fonctionne dans sa stratégie extérieure en termes de jeux à somme nulle.

Dans ces conditions, les Etats-Unis apparaissent de plus en plus à Pékin comme un adversaire majeur, adversaire idéologique et obstacle stratégique sur la voie du retour de la puissance chinoise en Asie. Dans le même temps, il existe une forte interdépendance économique entre la RPC et les Etats-Unis. Toutefois, contrairement aux analyses communes, la Chine est sans doute bien plus dépendante de l’économie américaine que ne le sont les Etats-Unis à l’égard de Pékin. Les autorités chinoises ne pourraient brutalement rapatrier les bons du Trésor placés aux Etats-Unis sous peine de déstabiliser un peu plus des équilibres économiques déjà très fragilisés. Alors que la transition économique espérée ne s’est pas véritablement accomplie, la RPC ne peut pas non plus se passer des marchés extérieurs, à commencer par le marché américain. Par ailleurs, en dépit des progrès accomplis depuis plus de 10 ans, l’APL ne dispose pas des capacités de remporter un conflit face à la première puissance militaire mondiale.

Dans ces conditions, on peut supposer que - sans abandonner une stratégie de provocation qui répond d’abord à des exigences de légitimité interne - Pékin saura jusqu’où ne pas aller trop loin. Toutefois, dans une zone marquée par des tensions croissantes et l’autonomisation progressive d’acteurs stratégiques comme le Japon ou le Vietnam, les risques de dérapages ne peuvent être exclus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/02/2016 - 09:32
Mer de Chine
Pékin joue un jeu des plus dangereux, sans sembler se rendre compte que les provocations ne peuvent être indéfiniment tolérées.