En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 17 min 17 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 55 min 38 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 14 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 23 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 26 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 40 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 38 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 3 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 54 min 41 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 57 min 39 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 11 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 19 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 55 min
Mal français

Jean-Luc Schaffhauser : "Nos entreprises sont les plus fiscalisées au monde"

Publié le 17 février 2016
Les entrepreneurs français sont soumis aux plus fortes charges sociales au monde et font face à une concurrence déloyale. Ils ne peuvent pas créer des emplois car les politiques d'austérité du gouvernement ont tué la demande. Cette même austérité appliquée au niveau européen n'a pas eu les résultats escomptés, à savoir atteindre la rigueur, mais a provoqué une dépression et davantage de chômage.
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entrepreneurs français sont soumis aux plus fortes charges sociales au monde et font face à une concurrence déloyale. Ils ne peuvent pas créer des emplois car les politiques d'austérité du gouvernement ont tué la demande. Cette même austérité appliquée au niveau européen n'a pas eu les résultats escomptés, à savoir atteindre la rigueur, mais a provoqué une dépression et davantage de chômage.

Atlantico : Vous êtes député européen et souhaitez alerter sur la situation des entreprises françaises et la fiscalité à laquelle ces dernières sont soumises…

Jean-Luc Schaffauser : Nos entreprises sont les plus fiscalisées au monde selon l’étude produite par la cour des comptes en 2013 et l’OCDE en 2014. 18 points de Pib pour les impôts des entreprises en France, par exemple, contre 10 points en Allemagne, si nous voulons nous comparer à notre premier partenaire économique. 160 milliards devraient donc être donnés chaque année, par le gouvernement, aux entreprises françaises subissant cette concurrence, si on voulait rétablir une concurrence loyale. Je ne vous parle pas de la Chine ou d’un autre dragon asiatique !

A quelles entraves sont selon vous confrontés les entrepreneurs français ?

Nos entrepreneurs sont les plus enfermés dans la législation par un code du travail obsolète et tatillon qui n’a pas son pareil dans son formalisme, car il a perdu l’esprit de protection qui devait l’animer, pour aider à fabriquer 6 millions de chômeurs sans droit au travail, pour finir, sans-droit au chômage.

Nos entrepreneurs sont les plus soumis aux charges sociales car pour 1 euro donné au salarié, il en coûte plus de 2 euros à l’entreprise et pourtant nous avons 8 millions de pauvres, 3 millions de personnes assistées avec un budget social qui approche 35% du PIB.

Nos entrepreneurs n’en peuvent plus tout simplement d’essayer de survivre, malgré tous ces handicaps. Ils se suicident comme aucune profession, un tous les deux jours. Car aux charges publiques, à la législation du travail, à l’Etat social qui pèse sur eux en fabriquant toujours plus de pauvres, il y a ce marché ouvert à tout vent qui a fait de la concurrence déloyale – selon d’autres règles non protectrices - le principe même de l’organisation du marché. Mais où sont donc nos inspecteurs du travail pour rétablir la justice face à cette concurrence déloyale devenue un jeu de massacre ? Ils aimeraient bien agir mais les responsables politiques, socialistes et dit libéraux, leur ont tout simplement ôté tout pouvoir au nom de l’Europe et de l’OMC !

Ce constat est le constat de 40 ans d’irresponsabilité politique de nos dirigeants qui eux ont prospéré dans la faillite de la France.

Nos entrepreneurs qui permettent de créer des richesses en France, malgré tous ses handicaps, devraient mériter la reconnaissance de la Nation pour survivre malgré les irresponsables politiques de droite et de gauche, ils mériteraient d’être protégés comme la poule aux œufs d’or, mais les voilà conspués et rendus responsables de la situation du chômage et de l’emploi par cela-mêmes qui en portent la responsabilité.

Messieurs les socialistes, les entrepreneurs ne peuvent pas créer de l’emploi car il n’y a pas de demande ; vous l’avez tuée par vos politiques économiques et sociales de dépenses inutiles se conjuguant, malgré tout, avec l’austérité. Ce n’est pas 40 milliards que vous devriez donner à nos entreprises mais 160 milliards (80 milliards en diminuant les charges et 80 milliards en augmentant les salaires) pour susciter une politique d’offre et de demande ciblé vers nos entreprises. Vous en êtes bien incapables. C’est vous qui devez être renvoyés et vite ! La France ne peut plus attendre !

Suite au séminaire du Front National, ayant eu lieu en ce début du mois de février, le parti ne serait toujours pas parvenu à "clarifier" ses positions sur la ligne à tenir concernant la sortie , ou non, de l'euro.  Dans ce cas, quel crédit apporter à la déclaration de Marine Le Pen, qui a pu indiquer sur TF1 "Il n'a jamais été question de sortir de l'euro, jamais !". ?

La position du Parti – dont je ne suis pas membre – est très claire. La souveraineté monétaire est indispensable à toute politique économique, elle n’est pas négociable. Elle n’entraîne pas forcément la sortie de l’euro si la BCE est prête à considérer le développement de la zone euro et à faire un Quantitative Easing pour l’économie réelle en adaptant les traités, comme elle le fait actuellement. J’ai pu lire, d’ailleurs, dans Atlantico, souvent, un tel point de vue invoquant la nécessité de ces politiques monétaires pour des politiques de relance. Ces politiques sont une condition nécessaire, certes pas suffisante car, parallèlement à ces facilités monétaires, il faut mener des réformes structurelles d’offre (les 8 points de Pib qui pèsent, en plus, sur les entreprises françaises par rapport aux entreprises allemandes) et des politiques de la demande, en distribuant du pouvoir d’achat vers des productions françaises ciblées (habitat, développement durable, économies d’énergie et énergies nouvelles). Il faut à nouveau obtenir de la croissance en France. J’avais pu exprimer il y a quelques années, sous ces colonnes d’ailleurs, ce point de vue.

Si Marine le Pen arrivait donc au pouvoir (je m’exprime en mon nom propre mais je crois que c’est un scénario réaliste) elle se concerterait avec les autres pays du Sud (l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce) et demanderait à la BCE une politique de facilité monétaire pour la Banque de France et pour les Banques Nationales de ces pays. Il s’agirait d’un plan concerté de mise à niveau des pays du Sud par rapport aux pays du Nord comme celui que j’avais préparé en 2012 avec d’ailleurs le soutien informel de l’Elysée. Il s’agirait d’une politique d’offre – par la diminution de la mauvaise dépense publique - et par l’investissement rentable également appuyée par une demande ciblée. Il s’agirait de sortir de la dépression liée aux politiques d’austérité actuelles qui sont un cercle vicieux car ces politiques n’ont pas conduit à la rigueur en raison de la récession. L’équilibre de la balance des paiements ne s’est pas fait par des politiques d’offre plus rentables mais par la diminution de la demande et l’austérité avec le cercle vicieux de toujours plus d’austérité et de chômage. Cette politique a été menée contre le bon sens en raison, il faut le dire, de la pression allemande.

Marine le Pen dirait, sans doute, à la BCE si vous refusez ce plan, nous réquisitionnerons la Banque de France pour fabriquer nos euros et ceci sans votre consentement. L’option sortie de l’euro reste donc possible car, de fait, cela signifierait la fin de la zone euro, mais elle n’est pas un préalable. Marine le Pen n’a jamais dit qu’elle commencerait, si elle arrivait au pouvoir, à sortir de la zone euro. Elle a toujours mis en avant une concertation et un référendum. Je suis d’ailleurs opposé à cette idée de référendum, à titre personnel, car pour négocier avec la BCE et avec les Allemands, il faut avoir un fusil chargé et non pas un fusil qu’on pourrait éventuellement utiliser, après un référendum !

La maîtrise de la dépense publique est nécessaire et je l’ai, à maintes reprises, souligné avant d’être député. La France doit diminuer sa dépense publique pour arriver au maximum à 50% du Pib alors qu’elle est actuellement à 57%. En cela, la rigueur allemande est un exemple. Mais l’Allemagne veut bien qu’on crée de la fausse monnaie-car c’est ce que nous faisons actuellement- pour diluer les dettes de ses banques qui ont prêté aux pays du Sud et ont toujours de mauvaises créances. Egalement, il s’agit pour elle d’éviter de perdre les 600 milliards de Target 2-les transferts de la Banque Centrale- dans le collapse de la zone euro. L’épargne excédentaire allemande continue, en effet, d’être distribuée -via la Banque Centrale- aux pays du Sud ; c’est le principe même d’une zone à monnaie unique. Je crois que Madame Merkel et le docteur Schäuble ne connaissent rien aux phénomène monétaires et n’ont pas compris ce qui se passe., contrairement au professeur Sinn, ou aux membres d’Alternative pour l’Allemagne.

Madame Merkel comme nos gouvernements ne semblent pas avoir compris que si on refuse la monétisation des dettes des banques (et donc indirectement leur nationalisation), le bail in des banques, voulu par eux, entraînera, avec une nouvelle crise bancaire, nos dirigeants à piquer l’épargne des Allemands ou desFrançais pour essayer d’éviter la faillite des banques. Elle deviendra alors la femme la plus impopulaire d’Allemagne et de l’Europe, elle retrouvera la place qu’elle mérite dans l’histoire, sa place de physicienne qui expérimente comme les apprentis sorciers ce qui cache, en fin de compte, une non maîtrise totale des évènements politiques. Un jours l’histoire le dira, Madame Merkel a trahi l’Europe et l’Allemagne ! Marine le Pen est le contraire de Madame Merkel, l’histoire aussi le montrera.

Il y a 30 ans, le 17 février 1986, naissait l'acte unique européen. Quels ont été, selon vous, les progrès et les erreurs de ce texte et de ces évolutions ? Quelles seraient les adaptions nécessaires à mettre en place ?

Je crois qu’il faut totalement repenser la construction européenne sur la base de l’Europe des Nations et de la coopération internationale, c’est ce que disent d’ailleurs Marine le Pen et le Front. Je suis – comme vous avez pu le comprendre – opposé à une sortie brutale de la zone euro mais je suis, par contre, favorable à une sortie, après référendum, de la France des institutions actuelles de l’Europe. J’ai cru que ces institutions étaient réformables ; je reste un véritable européen de civilisation et de culture en tant qu’Alsacien. Mais bientôt 2 ans au Parlement m’ont appris une chose : il n’y a rien à attendre de cette Europe. Je ne suis donc pas éloigné de la position du Front. J’ai évolué. Il faut de manière concertée reconstruire l’Europe et poser de nouveaux actes fondateurs avec l’indispensable suppression de la Commission et la mise en place de la politique concertée au niveau du Conseil, sans pouvoir fédéral.

Il faut une Europe de la coopération des Nations avec des agences ouvertes à ceux qui veulent aller de l’avant. Il faut rétablir au Conseil le principe de l’unanimité de manière stricte – ce qui sera facilité par la suppression de la Commission - car notre politique étrangère ne peut dépendre – on l’a vu avec les sanctions russes – de pays qui sont instrumentalisés par les Etats- Unis, notre politique ne peut dépendre des pays baltes qui ont des comptes à régler et qui sont dirigés de Washington.

L’Europe actuelle est vassalisée à une puissance extérieure, les Etats-Unis, et ceci n’est pas possible pour l’Européen que je suis qui conçoit l’Europe avec la Russie. Je veux à titre personnel cette Europe continentale pour faire face à la menace de l’Islam radical mais aussi pour ne pas dépendre, demain, d’une autre puissance extérieure : la Chine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 17/02/2016 - 18:13
La France est la plus fiscalisée du monde
Que ce soit pour les particuliers ou les entreprises. Il ne faut donc pas s'étonner du niveau de notre économie. Trop de dépenses d'état et trop d'assistanat, trop de fonctionnaires et des dépenses générées par de nombreux strats avec une foule de fonctionnaires chèrement payés à vie. Les entreprises fr'ancaises paient 120 milliards d'impôts de plus que les Allemandes, ont un code du travail fou, comment peuvent t elles investir ,innover ? Pour les salariés il suffit de regarder le brut et le net pour comprendre le problème du cout de la redistribution pour des gens qui profitent d'un système socialisant pour les gens de voyage, les roms les immigrés, les feignants et j'en oublie.