En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 6 heures 28 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 10 heures 7 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 11 heures 33 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 13 heures 26 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 14 heures 43 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 15 heures 40 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 17 heures 27 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 18 heures 35 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 7 heures 4 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 9 heures 45 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 10 heures 35 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 12 heures 43 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 13 heures 51 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 15 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 16 heures 22 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 19 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Beaucoup de bruit pour rien

La droite au bord de la crise de nerfs : mais au fait, sur quoi les Républicains s’opposent-ils vraiment entre eux ?

Publié le 19 février 2016
Depuis l'annonce de Jean-François Copé, le nombre de candidats déclarés à la primaire des Républicains a été porté à huit, sans compter les candidats officieux comme Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire, et ceux qui attendent encore pour se déclarer. Pourtant, seule l'Europe, la question du positionnement face au Front national - et dans une moindre mesure les questions sociétales - semblent réellement opposer ces candidats.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard est rédacteur en chef et éditorialiste au Figaro. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Guillaume Tabard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard est rédacteur en chef et éditorialiste au Figaro. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'annonce de Jean-François Copé, le nombre de candidats déclarés à la primaire des Républicains a été porté à huit, sans compter les candidats officieux comme Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire, et ceux qui attendent encore pour se déclarer. Pourtant, seule l'Europe, la question du positionnement face au Front national - et dans une moindre mesure les questions sociétales - semblent réellement opposer ces candidats.

Atlantico : Depuis l'annonce de Jean-François Copé, le nombre de candidats déclarés à la primaire des Républicains a été porté à huit, sans compter les candidats officieux comme Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire, et ceux qui attendent encore pour se déclarer. Pourtant, au regard des déclarations des uns et des autres, seule l'Europe, la question du positionnement face au Front national - et dans une moindre mesures les questions sociétales - semblent réellement opposer ces candidats. Qu'en pensez-vous ? S'agit-il des véritables lignes de fracture existantes au sein du parti ?

Vincent Tournier : Ce foisonnement des candidatures est inédit, mais il faut dire aussi que l’on manque de recul. En fait, ces primaires de la droite et du centre sont une grande nouveauté. Il y a certes eu des primaires en 2007 mais à l’époque, seul Nicolas Sarkozy s’était finalement présenté devant les sympathisants, tous les autres candidats ayant renoncé. Et en 2012, la question des primaires ne s’était pas posée puisque Nicolas Sarkozy était le président sortant.

Face à cette multiplication des candidatures, on peut émettre deux hypothèses. La première est que la droite est devenue plus disparate, plus éclatée qu’autrefois. Cette hypothèse n’est pas exclue, mais elle reste fragile. En réalité, il faut surtout constater que la droite connaît une double crise de leadership et de stratégie, dont la source se trouve dans l’échec de Nicolas Sarkozy en 2012. En perdant l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a démontré que la stratégie qui avait si bien fonctionné en 2007 n’est pas infaillible. Cette stratégie, rappelons-le, a consisté à rompre avec le discours modéré de Jacques Chirac, jugé responsable du score pitoyable au premier tour de 2002 (moins de 20%) avec pour objectif de prendre des voix au Front national, tout en proposant un discours de rupture sur le plan économique susceptible de plaire aux électeurs centristes et libéraux.

En échouant en 2012, Nicolas Sarkozy a rebattu les cartes de la stratégie et du leadership. La stratégie de la droitisation n’est pas la recette miracle, et le leader de 2007 n’est plus le cheval gagnant assuré. Les doutes sur Nicolas Sarkozy sont d’autant plus importants que les affaires judiciaires sont loin d’être closes. C’est d’ailleurs ce qu’a mis en avant Jean-François Coppé, le grand rival de Nicolas Sarkozy, en soulignant que lui-même ne pourrait pas être candidat s’il était mis en examen, ce qui est une manière subtile de rappeler que Nicolas Sarkozy est lui-même dans ce cas.

Dans ce contexte, la porte est aujourd’hui ouverte à ceux qui veulent tenter leur chance. Deux grandes stratégies sont possibles : celle de la droitisation incarnée par Nicolas Sarkozy et celle de la modération portée par Alain Juppé. A son tour, cette lutte au sommet ouvre la porte à d’autres candidatures par une sorte d’effet boule de neige : puisque d’autres y vont, pourquoi ne pas tenter sa chance ?

Guillaume Tabard : Effectivement, le paradoxe des primaires c'est que sur le fond, les positions des différents candidats tendent naturellement à converger. Sur les questions économiques par exemple, même s'il existe des nuances, tous prônent un report de l'âge de la retraite, une réduction des dépenses publiques, une baisse des charges, etc. Sur l'Europe, ils sont tous d'accord sur la fin de Schengen et sur la nécessité d'inventer quelque chose d'autre. Sur l'immigration, ils prônent tous plus de fermeté. Les divergences notables entre les candidats se constatent plutôt sur les intonations, sur l'accent mis par les uns par les autres sur des thématiques différentes. Ils ont peu ou prou les mêmes propositions, mais ne mettent pas les mêmes en avant. Par exemple, Nicolas Sarkozy veut donner une tonalité de rupture à son discours quand Alain Juppé veut se présenter comme plus consensuel. Ils ne présentent donc pas leurs propositions de la même manière et n'insistent pas sur les mêmes thématiques.

Sur les questions sociétales – PMA, GPA, adoption et mariage homosexuel – il existe effectivement un clivage car des candidats comme Hervé Mariton ou Jean-Frédéric Poisson veulent abroger la loi Taubira quand d'autres comme Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou encore les candidats pas encore déclarés comme Bruno Le Maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet sont en définitive favorables à ces réformes. François Fillon de son côté a redit au Conseil national des Républicains qu'il était en faveur d'une réécriture de la loi Taubira en ce qui concerne le volet "filiation". Je crois que ces sujets représentent un véritable enjeu pour une partie non négligeable des électeurs de la droite, mais pas pour la plupart des ténors des Républicains candidats à la primaire. Pourtant, quand Laurent Wauquiez ou Hervé Mariton parlent de réécrire la loi Taubira, ils sont très applaudis, ce qui montre qu'il peut y avoir un décalage sur ces questions entre les attentes des militants et de l'électorat de droite, et les personnalités qui se veulent leurs représentants. On remarque d'ailleurs que le réel clivage aujourd'hui n'est plus sur le mariage ou l'adoption des couples homosexuels, mais sur la Gestation Pour Autrui (GPA). Nicolas Sarkozy a eu dans son discours de dimanche des mots très forts sur la politique familiale et s'est déclaré opposé radicalement à la GPA, n'évoquant volontairement pas la Procréation Médicalement Assistée (PMA) qui soulève pourtant des problèmes connexes pour ses détracteurs.

Existe-t-il de réelles divergences idéologiques sur les questions économiques ou sur l'immigration au sein des Républicains ? Ou alors s'agit-il seulement de débats de pure sémantique ?

Vincent Tournier : Les divergences idéologiques ne sont pas négligeables puisque le parti Les Républicains couvre un large spectre politique. Plusieurs sensibilités coexistent : libérale, chrétienne, gaulliste, etc. Les candidats à la primaire espèrent incarner ces différents courants : Michèle Alliot-Marie entend représenter la tendance gaulliste, Nadine Morano et Jean-Frédéric Poisson veulent incarner la tendance chrétienne, François Fillon se positionne sur le créneau du libéralisme thatchérien, Jean-Christophe Lagarde veut porter la sensibilité centriste, etc. 

Cela étant, les différences restent limitées. Lorsqu’une compétition interne a lieu, les candidats ne peuvent pas aller trop loin sous peine de menacer la cohésion de leur mouvement. Cela ne les empêche pas de se démarquer en jouant sur les curseurs, en modifiant sensiblement les différents dosages du corpus idéologique. Les différences sont parfois minimes, mais elles sont suffisantes pour créer des points de divergence et faire passer des messages aux cadres et aux militants du parti. Le but est de trouver des soutiens. Les ténors sont d’ailleurs face à des choix difficiles. Chacun doit se positionner, en sachant que l’on peut perdre beaucoup si on choisit le mauvais cheval, ce qui incite à ménager toutes les issues. Les ralliements reposent moins sur des considérations idéologiques que sur des logiques de fidélité ou, au contraire, d’hostilité. Un exemple intéressant est Jean-Pierre Raffarin : il vient d’annoncer son ralliement à Alain Juppé, ce qui correspond au choix le plus facile pour lui car cela lui permet de rester cohérent avec sa ligne centriste. Mais n’y a-t-il pas aussi de sa part une volonté de revanche face à Nicolas Sarkozy pour son manque de soutien dans sa tentative de prendre la présidence du Sénat ? En même temps, Jean-Pierre Raffarin multiplie les déclarations favorables à Nicolas Sarkozy car il doit aussi préserver l’avenir.

Guillaume Tabard : Il n'y a pas de réelles ruptures idéologiques. Le débat sur le fond est secondaire dans cette élection. Aucun des candidats n'a de programme qui soit foncièrement incompatible avec celui des autres. Nicolas Sarkozy va reprocher à Alain Juppé d'avoir un ton trop centriste, d'être trop conciliant avec la gauche ; Alain Juppé va accuser Nicolas Sarkozy d'être trop brutal, trop clivant. Ils se démarquent donc plus sur des effets de tribune ou sur des postures que sur le contenu de leurs propositions.

Si la multiplicité des candidatures ne repose pas sur la variété des lignes politiques, comment expliquer que tant de candidats souhaitent se présenter ? La compétition se fera-t-elle donc entre les personnalités et l'expérience des candidats ?

Vincent Tournier : La multiplication des candidatures doit beaucoup à la crise du leadership que traverse la droite. L’absence d’un leader incontesté encourage les aventures individuelles. Que risque-t-on à tenter sa chance ? Les mesures de rétorsion sont limitées, surtout pour ceux qui ont déjà des mandats électoraux et ont la possibilité de se replier sur leur fief. Inversement, une candidature peut rapporter gros. Les chances de succès sont certes minimes pour la plupart des candidats, mais en se présentant aux primaires, ils peuvent espérer gagner en notoriété, prendre date pour la suite et, éventuellement, négocier des places dans un futur gouvernement.

Cela dit, il ne faut pas sous-estimer les clivages politiques, lesquels sont susceptibles de s’amplifier pour deux raisons. La première n’est autre que la multiplication des candidatures, laquelle produit des effets complexes sur les stratégies des candidats avec des phénomènes d’imitation et de démarcation. C’est ce que l’on observe en comparant les projets d’Alain Juppé, de Nicolas Sarkozy et de François Fillon : si certaines propositions reviennent dans les différents projets, comme l’abolition de l’ISF, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou le contrôle des frontières, d’autres sont plus ou moins différentes car il faut bien se démarquer de ses rivaux.

La seconde raison est que le contexte européen et international est aujourd’hui très tendu. Des questions majeures sont en jeu. L’avenir même de l’Union européenne n’est pas assuré, d’autant que la crise économique n’est pas derrière nous. On voit aussi monter des périls considérables avec la crise migratoire et le retour des ambitions de certains pays comme la Russie ou la Turquie, sans oublier les risques d’attentat qui sont manifestement élevés. Les candidats risquent donc de devoir ajuster leurs positions, d’autant qu’ils devront aussi tenir compte des propositions de l’autre bord, lorsque François Hollande entrera en campagne.

Guillaume Tabard : La compétition se fera sur plusieurs critères. Il y a d'abord bien sûr la question de la personnalité du candidat et de l'affection qu'il peut susciter. Par ailleurs, malgré un accord des différents candidats sur le corpus global du projet, ils vont néanmoins s'efforcer de faire ressortir leurs spécificités et les nuances qui leur sont propres. François Fillon va par exemple certainement se montrer plus radical en matière de réformes économiques. Nicolas Sarkozy va sans doute opter pour une ligne plus intransigeante sur les questions de laïcité.

Un autre élément déterminant sera la stratégie électorale élaborée par le candidat, qui aura à l'évidence un impact important sur la ligne politique du candidat. Les divergences stratégiques sont importantes au sein des Républicains, entre ceux qui se donnent pour objectif de rallier à eux les déçus de la droite passés au FN et ceux qui visent plutôt les électeurs du centre-gauche. Encore une fois, ils vont jouer sur la tonalité de leurs discours et sur les thématiques mises en avant pour tenter de rallier à eux ce qu'ils considèrent être leur électorat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 16/02/2016 - 21:17
@l'enclume : certains peut-être dinent avec des routiers !
C'est un fantasme dans certains milieux !!
Le gorille
- 16/02/2016 - 19:08
Juste Cloette !
Normal pour une payse ! J'apprécie l'humour, pointu. Mais franchement, non. Ce n'est pas une hypothèse que je retiens. Et vous le savez !
zouk
- 16/02/2016 - 18:47
Pagaille(mot très faible) à droite
Bataille d'egos, sans aucun sens des besoins de notre pays. Quel effondrement! Comment se débarrasser de cette engeance? et confier les responsabilités au seul candidat qui a proposé un véritable programme de redressement: Fr. Fillon. Tous les autres ne manifestent que des ambitions personnelles.