En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Editorial

Pourquoi le retour du krach conduit à tourner le dos aux réformes avec un slogan "tous aux abris !"

Publié le 12 février 2016
Cette fois, le krach larvé que l’on pressentait depuis janvier est bien de retour. En quelques jours, la plupart des places financières ont perdu entre vingt et trente pour cent de leur valeur.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette fois, le krach larvé que l’on pressentait depuis janvier est bien de retour. En quelques jours, la plupart des places financières ont perdu entre vingt et trente pour cent de leur valeur.

Même si la crise financière qui explique cette déroute n’est pas la répétition de celle de 2008, elle traduit un point commun : le sentiment qu’on n’a pas réussi à extirper le virus qui était à l’origine du mal et que les autorités monétaires ont surtout tenté au fil des ans de colmater par des mesures de circonstance l’incendie qui couvait et qui éclate à nouveau grand jour sans amorcer les réformes structurelles qui s’imposaient.

 Devant la carence des gouvernements, les banques centrales sont restées seules à la manœuvre. Elles ont inondé de liquidités les marchés, conduisant à un effondrement des taux d’intérêt, qui sont devenus négatifs dans la plupart des grands pays, malmenant de plus en plus les banques dont la source principale de profit s’évaporait. L’argent  ainsi distribué à profusion ne s’orientait pas vers l’investissement, mais vers la constitution de bulles financières qui éclatent aujourd'hui devant les dangers qui sont  apparus. Le coup de semonce a été donné par la Chine, qui a pris une place considérable sur la scène  économique mondiale, mais dont on se demande si elle va réussir à organiser sa transition sans passer par une phase de récession qui affecterait le reste de la planète. Déjà les experts annoncent un ralentissement de l’expansion mondiale et s’interrogent sur les Etats-Unis, où la menace d’une fin de cycle se précise et qui pourraient à leur tour être conduits à une quasi stagnation. Les propos ambigus, et trop prudents de la présidente de la Fed, Janet Yellen n’ont pas rassuré les marchés saisis par le doute.

Sur le plan international, les pays du sud de l’Europe, qui avaient pourtant tenté des efforts de redressement, sont menacés à nouveau par un rebond de la crise : Espagne, Portugal et Grèce sont confrontés à une hausse du loyer de l’argent et à une menace de défaut de paiement généralisée.

  Avec la baisse dramatique des cours du pétrole et des matières premières, c’est toute une partie du commerce  mondial qui commence à souffrir sérieusement : les pays émergents sont étranglés par la chute du baril, bien au-dessous de 27 dollars (et qui pourrait tomber jusqu'à vingt  dollars) et ralentissent leurs achats aux pays industrialisés. Un vent de panique s’étend alors aux entreprises qui avaient pourtant enregistré de bons résultats l’an dernier, mais qui se réfugient désormais dans la recherche de la sécurité, en invoquant le leitmotiv bien connu du « tous aux abris », ou encore le chacun pour soi. Une attitude de repli, à laquelle la France ne va pas échapper et qui n’est pas de nature à résoudre le problème de l’emploi.

  Dans ce contexte, le remaniement du gouvernement opéré par François Hollande a quelque chose de dérisoire. Avec l’arrivée de l’ancien premier ministre Jean Marc Ayrault au quai d’Orsay à la place de Laurent Fabius et de trois écologistes qui étaient dans l’attente de leur nomination depuis trois ans et qui ont été désavoués par leur parti, on a plutôt l’impression d’un retour en arrière, avec un sentiment de gestion du pays non pas  par un chef d’Etat, mais un premier secrétaire du parti socialiste. Là aussi les changements dans l’équipe ministérielle traduisent surtout le souci de maintenir autant  que possible le statu quo, toute l’ambition de François Hollande étant axée sur l’espoir de sa réélection en 2017,  alors que la tempête actuelle sur   les marchés qui risque de prendre de l’ampleur, justifierait un choc, des initiatives courageuses et pas seulement le souci affiché par François Hollande « de protéger les Français ». Au moment où leur angoisse se développe, ce n’est pas de tranquillisants dont ils ont besoin, mais d’un chef qui affiche  un cap, une  direction, cruellement  absents aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 13/02/2016 - 09:09
Opportunité
C'est une évidence, une bulle spéculative gigantesque va exploser.
Ce serait l'opportunité pour une refonte complète de notre système économique : disparition des paradis fiscaux, de la spéculation boursière, de l'exploitation des millions de travailleurs détachés (Bolkenstein) et de l'immigration… Bref, un grand nettoyage de l'épouvantable pourriture que présente désormais notre système ''capitaliste libéral'' qui est devenu complètement fou ! Concevoir une économie saine, juste et raisonnable. Instauration du ''Revenu de Base'' ? Les ''anti-communistes primaires'' vont piailler, mais le retour du Marxisme est inévitable, tout comme la République est revenue après Napoléon et les tentatives de restauration de la Monarchie. Le Capitalisme nous montre son ''niveau d'incompétence'', devenu totalement inacceptable  ! Bien évidemment, tout comme la Terreur de 1793 avait servi de leçon, nous ne retomberons pas dans le Stalinisme ! L'humanité peut progresser ! C'est ce qui nous différencie du monde animal. Nous allons sortir de la ''Loi de la Jungle'' et c'est une bonne nouvelle !
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 12/02/2016 - 22:45
on est dans l'implosion finale
attention les fonds vautours arrivent
vautour = rapaces d'une autre espèce que les buses et les condors ( qui se prennent pour des aigles) qui nous gouvernent
brexit+déficits chroniques + taux d'intêret + chine +état de guerre + + + = rien de bon pour votre épargne braves gens
Anguerrand
- 12/02/2016 - 14:50
Si une nouvelle crise de grande ampleur arrive
Il sera aisé de comparer comment notre lumière de Hollande agit. On pourra faire la comparaison avec la gestion de 2008 par NS.