En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 13 heures 35 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 17 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 21 heures 5 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 21 heures 54 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 23 heures 14 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 23 heures 38 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 15 heures 14 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 17 heures 56 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 20 heures 55 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 22 heures 38 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 23 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 23 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Qui veut la peau du Premier ministre ?

Remaniement : y a-t-il une guerre en cours à l’Elysée pour sortir Valls de Matignon (comme il y en a eu une pour l’y faire entrer) ?

Publié le 11 février 2016
Pour certains proches du président de la République, Manuel Valls est la source de tous les maux de François Hollande. Après un bras de fer pour le faire entrer à Matignon à la suite du départ de Jean-Marc Ayrault en mars 2014, un conflit similaire pourrait avoir lieu... pour l'inviter à sortir. C'est sans compter sur un vrai problème de casting : personne, dans l'entourage de Hollande, ne semble pouvoir remplacer l'actuel chef du gouvernement.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour certains proches du président de la République, Manuel Valls est la source de tous les maux de François Hollande. Après un bras de fer pour le faire entrer à Matignon à la suite du départ de Jean-Marc Ayrault en mars 2014, un conflit similaire pourrait avoir lieu... pour l'inviter à sortir. C'est sans compter sur un vrai problème de casting : personne, dans l'entourage de Hollande, ne semble pouvoir remplacer l'actuel chef du gouvernement.

"J'ai, à titre personnel, un inconfort philosophique avec la place que ce débat a pris. On ne traite pas le mal en l'expulsant de la communauté nationale, il faut prévenir et punir implacablement". Lorsqu'Emmanuel Macron lance, mardi, ces quelques mots à propos de la déchéance de nationalité, il sait qu'ils vont rapidement retomber sur un petit monde médiatico-politique éberlué. Comment, en plein débat à l'Assemblée, l'un des piliers du gouvernement peut-il s'autoriser une telle liberté de ton ? Comment, alors que le vote sur l'article 2 du projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation s'annonce serré, peut-il ainsi démobiliser les troupes. Et le landernau de s'interroger : le jeune ténor agit-il sur ordre des proches de François Hollande qui le couvent comme des mères poules ? De Hollande lui-même ? Emmanuel Macron a-t-il agit une fois de plus en électron libre ? Peu probable alors que les heures qui viennent s'annoncent à haut risque. Alors quel est le but de la manœuvre ? Déstabiliser le Premier ministre ?

Pour certains, ça ne fait aucun doute, les proches du chef de l'Etat ont sonné l'hallali. Comme Arnaud Montebourg et Benoît Hamon avaient passé un pacte pour porter Valls à Matignon, Manuel Valls serait-il aujourd'hui la victime d'une caballe ? "L'entourage de François Hollande, le carré de valets qui l'entoure n'a jamais aimé Valls car il n'est pas l'un des leurs, explique un ancien conseiller. Ils considèrent que François Hollande est leur propriété exclusive et n'aiment pas ceux qui peuvent s'en approcher. Et ils craignaient dejà, lors de sa nomination, qu'il veuille se présenter en 2017" Une partie de l'entourage du Chef de l'Etat considère, depuis, que le locataire de Matignon est la cause des malheurs de François Hollande. Il aurait, selon eux, forcé la main du chef de l'Etat après les attentats du 13 novembre pour imposer l'idée de la déchéance de nationalité, idée qui est en train de tourner au fiasco, de fracturer la gauche de manière irréversible sans réussir à agréger la droite.

Les proches du Président considèrent aussi que la fin du quinquennat de François Hollande ne peut se résumer à la ligne incarnée par le Premier ministre. Le chef de l'Etat, s'il veut avoir une chance de pouvoir se représenter et d'être élu doit élargir sa base, s'ouvrir à nouveau aux écologistes et aux frondeurs. Impératif d'autant plus important s'il se trouve en face d'Alain Juppé. Le maire de Bordeaux captant l'électorat du centre, François Hollande doit absolument  se réconcilier avec sa gauche. Or Manuel Valls constitue, aujourd'hui, un obstacle au retour de certains de ses représentants.

Remercier Valls ? "C'était une bataille absurde. Pourquoi le PR changerait-il de Premier ministre alors que celui-ci a mené la politique que lui a demandé François Hollande, qu'il n'a commis aucune faute et qu'il est à 10 points devant lui dans les sondages", explique un ancien conseiller. En effet, "virer Valls, c'est lui offrir un boulevard pour la présidentielle, surtout compte tenu des sondages dont bénéficie François Hollande aujourd'hui", complète Jean-Pierre Bedei, éditorialiste à La Dépêche du Midi et auteur d'un ouvrage sur les remaniements (1) pour qui: "se pose, de plus, un problème de casting. Qui nommer à la place de l'actuel Premier ministre ? Bernard Cazeneuve ? Pas assez de surface politique. Promouvoir Emmanuel Macron reviendrait à se mettre une autre partie de la gauche à dos". François Hollande aurait donc résisté à la pression de ses proches. "Le remaniement de 2014, qui acte le départ de Montebourg, Hamon et Filipetti, c'est Valls qui l'impose à Hollande. Cette fois, les choses sont différentes, c'est Hollande qui choisit de nommer Fabius au Conseil Constitutionnel, c'est son remaniement, celui qui doit lui permettre de se représenter", affirme un ancien conseiller. Le Chef de l'Etat est donc resté ferme quitte à imposer une défaite à ses proches qui semblaient, hier, s'être résignés.

Manuel Valls devrait donc rester, comme il l'a lui-même promis, jusqu'à la fin du quinquennat. François Hollande pourrait, afin d'atténuer sa suprématie, continuer à choyer Emmanuel Macron et offrir une belle promotion à l'actuel secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Matthias Fekl. Un jeune pour neutraliser un autre jeune et un Premier ministre moins jeune mais omniprésent. Un élu de province pour rivaliser avec un non élu et un élu de banlieue. Et surtout un social-démocrate pour contrer deux sociaux libéraux et donner des gages à la gauche du PS. L'idée sur le papier a de quoi plaire.  Restera-t-elle de papier ? Seul François Hollande le savait à l'heure où nous écrivions ces lignes. Peut-être hésitait-il même encore, analysant encore le scrutin d'hier. Le remaniement découlera aussi de la lecture que le chef de l'Etat fera de ce vote. Il devra aussi résoudre un problème de parité, au moins deux femmes devront faire leur entrée si le chef del'Etat veut respecter les équilibres et compenser les départs de Christiane Taubira et celui de Sylvia Pinel.

Le maintien de Manuel Valls à Matignon comporte au moins un avantage aux yeux des hollandais: jusqu'à la fin du quinquennat, ils auront un bouc émissaire bien utile pour endosser la responsabilité des erreurs passées et à venir et décharger François Hollande d'une certaine dose de responsabilité.

(1)    Sur proposition du Premier ministre Editions de l'Archipel 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/02/2016 - 00:44
Pauvre Valls, qui a désespérément tenté de se faire licencier...
en se disant: "Flamby est tellement nul, que je peux le doubler, en me présentant contre lui, en 2017!"...mais si Flamby est nul en gestion de la France, il y a deux qualités dans lequel les il excelle: la conduite du scooter dans les bas-fonds de Paris, et la "stratégie de la couleuvre"! En conservant son challenger dans le gouvernement, la limace l'asphyxie pour 2017, lui laissant croire bêtement à 2022 ( qui seront pour Marine Le Pen et le Front National, c'est sûr!), et se Menage ses petites alliances contre-nature: Juliette Méadel, la copine de Montebourg, pour asphyxier cet autre challenger, et les ultra-gauchistes camouflés en vert-cacas-d'oie, pour asphyxier Mélenchon, en pure perte, car celui-ci le dépassera en 2017...
de20
- 12/02/2016 - 00:10
Ces nigauds devenus, helas
Ces nigauds devenus, helas sont brillants donc sans excuses.
Ils ne font plus que lire les enveloppes de Bruxelles ou d ailleurs et ce pour notre plus grand des malheurs. Ceux qui les persuadent d avoir encore la moindre utilité sont des fakirs puissants .
gerint
- 11/02/2016 - 22:58
Rien à faire de Valls
Il ne vaut pas mieux que les autres. Ambitieux et prêt à tout. Et accepter d'être le Premier Ministre du misérable Hollande le déshonore et cela vaut pour tout le gouvernement