En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 25 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 31 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 26 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 58 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 39 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 27 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 42 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 23 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 38 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Guerre des chefs

La droite face à la déchéance de la nationalité : dans les coulisses d’une bataille clé pour la primaire

Publié le 10 février 2016
En s'invitant, mardi matin, à la réunion du groupe LR à l'Assemblée, Nicolas Sarkozy a entamé un bras de fer avec François Fillon. L'ancien Chef de l'Etat défend la réforme constitutionnelle alors que son ex premier ministre, qui appelle à voter contre, séduit de plus en plus de députés.Ils seront finalement, en fin de soirée, 32 députés à voter pour l'article 2 sur la déchéance de nationalité et 30 contre.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En s'invitant, mardi matin, à la réunion du groupe LR à l'Assemblée, Nicolas Sarkozy a entamé un bras de fer avec François Fillon. L'ancien Chef de l'Etat défend la réforme constitutionnelle alors que son ex premier ministre, qui appelle à voter contre, séduit de plus en plus de députés.Ils seront finalement, en fin de soirée, 32 députés à voter pour l'article 2 sur la déchéance de nationalité et 30 contre.

Un seul vote pour, 6 contre et trois abstentions… Dix députés LR seulement, sur 196, ont pris la peine, lundi soir, de rester pour s'exprimer sur la constitutionnalisation de l'Etat d'urgence, et ça n'est pas parce qu'ils avaient piscine, buvette ou une grosse flemme. A droite, depuis les annonces faites par François Hollande lors du congrès à Versailles, il y a malaise. Les élus oscillent jusqu'à tanguer parfois dangereusement entre la volonté de ne pas offrir une victoire au gouvernement, la défense de leurs convictions et les exhortations, parfois contradictoires, de leurs électeurs. Prenant leur courage à deux mains, ils ont donc préféré s'absenter.

Des tiraillements assez bien résumés par la scène qui s'est jouée, hier, lors de la réunion de groupe des députés LR au Palais Bourbon. Nicolas Sarkozy s'y était invité, inquiet de voir François Fillon retourner un à un les parlementaires en les incitant à le suivre sur la voix du non. Et il y a défendu le oui avec conviction: "La question c'est : quand il y aura un nouvel attentat en France. A tous, on demandera des comptes. Au prétexte qu'une mesure ne serait plus pleinement suffisante on ne la vote pas ? A ce compte-là, on ne fait rien, c'est de l'impuissance. La seule question (est) : vous avez été au rendez-vous ou pas ? Il ne faut pas être dans des préoccupations politiciennes mais dans la seule position raisonnable et responsable". Un message envoyé droit dans le plexus de son ancien Premier ministre à qui le président des LR a reproché de ne pas être venu s'expliquer devant le bureau politique du parti. Mais il n'est pas le seul visé, NKM et Patrick Devedjian, initiateur d'une pétition appelant aussi à voter non au projet de réforme constitutionnelle, sont aussi dans le viseur sarkozien même si l'ancien chef de l'Etat reconnait qu'eux, au moins, ont défendu leur position face à lui. François Fillon prend alors la parole pour se justifier: "Je suis pour la déchéance, nous sommes tous pour mais ce texte ne changera rien. Le Parlement peut se ridiculiser à ce jeu. Je n'ai pas envie de jouer à cela".

Entre les deux hommes l'ambiance est glaciale, Nicolas Sarkozy est conscient que les députés rêvent de voter contre le texte afin de mettre en minorité François Hollande et Manuel Valls au risque de le faire trébucher, lui qui s'est prononcé pour un vote favorable après avoir obtenu du Chef de l'Etat les ajustements qu'il réclamait et notamment l'extension de la déchéance aux délits. Nicolas Sarkozy fait donc monter ses soutiens au créneau. Eric Woerth intervient: "Cela ne sert à rien, bien sûr. Et, dans l'idéal, il ne faudrait pas changer la Constitution. Mais les Français ne comprendraient pas qu'on vote 'contre'". "Comment donner l'impression qu'on mégote?", renchérit Eric Ciotti passé, récemment, du camp Fillon au camp Sarkozy.

L'ancien locataire de l'Elysée a, face à lui, les fillonistes favorables à la déchéance mais opposés à la réforme constitutionnelle, mais aussi les juppeistes défavorables à la déchéance et donc à la réforme et les 26 parlementaires qui derrière NKM et Patrick Devedjian, ont eux aussi appelé à voter contre car, expliquent-ils: " en inscrivant dans la Constitution une distinction entre les Français uni-nationaux et binationaux, on envoie aux derniers un signal de défiance". De plus en plus seul à invoquer le oui, l'ancien Président ne trouvait plus, à ses cotés, que Bruno le Maire, pour qui "un individu qui s'attaque à ce que nous sommes comme Français ne mérite pas d'être Français" et Alain Juppé qui, dans une position inverse à celle de François Fillon a annoncé qu'il voterait pour le texte par solidarité avec le gouvernement alors qu'il est contre la déchéance. Nicolas Sarkozy se devait donc de taper du poing sur la table afin d'éviter d'être mis en minorité par son propre groupe parlementaire. Mais pourquoi tant de divergence d'un Républicain à l'autre?

Parce que le texte sur la déchéance, comme celui inscrivant dans la constitution l'Etat d'urgence, peut-être analysé sous un nombre de prismes indéfinissable ou presque. Juridique tout d'abord: la réforme annoncée est-elle utile? D'un point de vue idéologique ensuite: est-elle risquée en termes de fonctionnement démocratique du pays ou bien souhaitable. Les députés doivent aussi prendre en compte l'opinion de leurs électeurs qui sont partagés entre une envie de décisions fermes et celle d'infliger une défaite au parlement à un François Hollande honni.

Enfin, chaque candidat à la primaire a été forcé de se positionner en fonction de ses concurrents et de la cible électorale qu'il vise : Alain Juppé au centre, Bruno Le Maire à droite et Nicolas Sarkozy ? Il se pose en meilleur adversaire de François Hollande, celui qui a réussi à faire plier le chef de l'Etat, à lui imposer les modifications qu'il souhaitait apporter au texte. Et c'est bien ainsi qu'il faut comprendre la démarche de l'ancien président de la République. En négociant avec François Hollande, en lui imposant ses vues, il se replace au centre du jeu, sans tourner le dos à ses électeurs.

L'œil rivé sur les sondages, il n'a, en effet, jamais perdu de vue que la majorité des français est toujours favorable (61% le 5 février) à la déchéance et tout particulièrement son électorat. Un joli coup politique donc mais qui pourrait se transformer en camouflet si la majorité des députés décidait de suivre son adversaire Fillon et de voter contre la révision constitutionnelle. De ce point de vue, l'ancien président a dû observer d'un bien mauvais œil l'absentéisme massif de lundi soir. Il a donc rappelé, hier matin, aux députés qu'une victoire politique contre François Hollande ne valait pas de sacrifier toute cohérence politique. A-t-il été entendu?  Il est finalement suivi, en fin de soirée, par une très faible majorité de députés: 32 élus votant pour l'article 2 sur la déchéance de nationalité et 30 contre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 11/02/2016 - 08:15
LA CRITIQUE EST AISEE MAIS L'ART EST DIFFICILE
Je rappelle que si NS est venu prendre l'UMP pour la remonter , c'était juste après le lamentable spectacle que nous offrirent deux actuels candidats aux primaires , je rappelle la bataille de chiffonniers auxquels se sont livrés sous le regard des médias et les mines consternés des militants et adhérents donnant ainsi pour ne pas dire véhiculant une image lamentable de notables se roulant dans des résidus excrémentiels pour prendre un parti afin de le soumettre à sa volonté de puissance entre un taiseux qui ne dit rien durant 5 années de sous fifre et l'autre faiseur , multipliant les initiatives et déclarations à l'emporte pièce donnant une vision de la politique à la Berlusconi, le beau spectacle que nous avons vu là. Quand à la communication de hollande , il n'y a pas besoin d'être un grand clerc pour comprendre que ce sont ces dernières cartouches avant de passer à une tentative de recentrage de sa majorité politique , mais toute cette soupe de gauche et de droite ne doit pas faire perdre de vue la sécurité de notre peuple et la défense de notre pays . Les primaires ne doivent pas prendre le pas sur le travail fourni par nos forces de sécurité et la guerre aux terroristes .
jurgio
- 11/02/2016 - 00:25
Sarkozy défend son idée foireuse
Hollande lui tend une ficelle en travers des pieds et il marche ! Pourtant, l'ex-président pourrait se contredire. Son adversaire ne fait que ça. L'amour-propre et la politique ne font pas bon ménage. Sarkozy recommence ses erreurs : on ne fait pas de pacte avec ses ennemis.
Borgowrio
- 10/02/2016 - 19:55
Honnêteté intellectuelle
Si les "déchus" ont recours à la cour européenne des droits de l'homme pour rester français et conserver les aides qui vont avec , c'est que ça fait mal quand même où ça passe .( Il y en a quatre actuellement ) . Ce n'est pas si inutile que ça , Sarko est cohérent que vous le vouliez ou non . Et cette histoire d' apatrides , s'ils choisissent l'état islamique , ils ont une patrie , qu'ils ne viennent plus se faire entretenir en France , pays qu'ils trahissent