En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 46 min 1 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 59 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 31 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 15 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 51 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Booster de vocations

Des nouveaux concurrents à gauche pour 2017 : qui aura encore peur de François Hollande après un échec au Congrès ?

Publié le 10 février 2016
Plus le temps passe et plus le Président semble s'embourber dans une réforme - la seule véritablement audacieuse - qu'il a voulu : la déchéance de nationalité. Un échec devant le congrès pourrait marquer la faiblesse de François Hollande... mais pas forcément le rendre moins effrayant.
Ghislaine Ottenheimer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Ottenheimer est journaliste politique et d'investigation. Elle est rédactrice en chef de Challenges depuis 2008. Elle a écrit de nombreux ouvrages dont Les deux Nicolas : La machine Balladur (Plon) en 1994 et Poison présidentiel en 2015 ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus le temps passe et plus le Président semble s'embourber dans une réforme - la seule véritablement audacieuse - qu'il a voulu : la déchéance de nationalité. Un échec devant le congrès pourrait marquer la faiblesse de François Hollande... mais pas forcément le rendre moins effrayant.

Atlantico : François Hollande souffre aujourd'hui d'une véritable faiblesse face à l'opinion publique. S'il rencontre également des difficultés face à sa majorité, la situation est moins tendue. Mais après l'échec annoncé du dossier "déchéance de nationalité", la situation pourrait changer. Qui – à gauche – sont ceux susceptibles de se dresser face à François Hollande, en 2017 après un échec au congrès ?

Ghislaine Ottenheimer : La seule voix pour imposer une primaire à gauche, c'est la voix judiciaire. Jamais, pour le moment du moins, François Hollande ne cédera à une quelconque pression de l'opinion ou de son aile la plus à gauche. D'autant plus que personne à gauche – au vu des sondages – n'a plus de chances que lui de se qualifier au second tour. Par conséquent, toute cette pression n'a pas d'impact : elle ne se concrétise pas sur un rival susceptible de le doubler. Enfin, François Hollande reste dans une possibilité de reconquête encore crédible, si on la compare avec celle de Nicolas Sarkozy. C'est pourquoi il n'a pas à craindre autre chose qu'une décision judiciaire ou que de militants ou d'élus de gauche cherchant à faire respecter les statuts du Parti Socialiste – dans lesquels il est effectivement inscrit la nécessité d'une primaire. Lui-même s'y était engagé. Et même cette solution souffre de défauts, notamment en termes de timing. C'est un processus long, qu'il sera difficile d'engager et de terminer d'ici la fin du mandat du président de la République et la prochaine élection présidentielle.

En dépit d'une importante pression de l'opinion publique, en partie liée au rejet de tous ceux qui incarnent la vie politique française de ces trente dernières années, il est important de se souvenir qu'un président de la République – ou même un candidat à la présidentielle – nourrit un fort ego. Il s'agit d'un chef de guerre, qui n'en est pas à sa première balafre. François Hollande ne se laissera pas impressionner. Bien sûr, certains se dresseront devant lui, sans passer par une primaire. On comptera certainement Jean-Luc Mélenchon parmi ceux-là. Cécile Duflot hésite beaucoup, dans la mesure où un parti qui ne se présente pas à la présidentielle est un parti voué à la marginalisation, et ce tant en termes de pouvoirs que de marge de négociation. Arnaud Montebourg s'est installé dans le monde du business et il y restera tant qu'il n'aura pas une vraie opportunité de retour. Il va de soi que Manuel Valls n'ira pas se présenter contre François Hollande : leurs bilans sont bien trop liés. Quant à Emmanuel Macron, qui fait espérer beaucoup de Français, demeure plus dans la transgression que dans la construction. Récemment, il avait mis en place une cellule, rapidement mise en sommeil puisqu'elle agaçait François Hollande. Il lui est très difficile de tuer le père, surtout en période de pré-élection présidentielle. Il n'y a pas de candidats susceptibles de renverser la table aujourd'hui.

N'oublions pas non plus que François Hollande est très tactique. Qui aurait à gagner à son échec au Congrès, sur la question de la déchéance de nationalité ? A qui profite le crime ? Clairement, c'est au Front National, premier tributaire de l'idée, qui pourra souligner l'indignité d'une classe politique, inapte à se mettre d'accord sur un sujet aussi primordial que la lutte contre le terrorisme. Sans oublier l’hémicycle au trois quart vides. Or le FN est le meilleur allié du président de la République, puisque c'est celui qui peut mordre le plus sur l'électorat de droite. Cette situation est très compliquée, mais François Hollande est un très habile tacticien. Il demeure sans réel rival jusqu'à présent.

Jusqu'où un échec de François Hollande au Congrès serait-il représentatif de sa faiblesse politique aujourd'hui ? Concrètement, quel impact cela pourrait-il avoir sur la fin de ce quinquennat ?

C'est assez amusant car François Hollande a été décrit pendant toute la précédente primaire comme un "mou", une "fraise des bois" ou encore une "fraise tagada", et il est vrai qu'il n'a pas pris de décisions très audacieuses notamment sur le plan économique – même si c'est un peu différent si l'on parle du militaire. Mais il a fait preuve d'une audace assez considérable au lendemain des attentats de novembre où il a proposé cette mesure de la déchéance de nationalité, qui est portée par le FN et par une partie de l'UMP de l'époque. Il s'était rendu compte qu'il ne pouvait plus se limiter à faire de l'anesthésie ou de l'accompagnement mais qu'il se devait de prendre des décisions importantes.

Et la première fois où il propose une mesure phare avec du leadership, devant le Congrès, il se plante. C'est extraordinaire tout de même ! Pour lui, au regard de l'histoire, c'est une fin de quinquennat pitoyable. Pour un Président de gauche, la priorité devrait être le chômage, or ça ne s'est pas amélioré. Le logement aussi devrait être primordial pour lui, et la situation n'a jamais été aussi mauvaise. L'éducation, elle n'a pas bougé. L'échec scolaire est toujours aussi élevé. Peut-on parler ici de la légalité républicaine ? Rien n'a avancé. Rien n'a changé. C'est donc un échec considérable et sur la seule mesure où il a fait preuve d'une véritable audace et d'un certain courage, c'est un échec phénoménal s'il s'avérait que la mesure ne passe pas. Ça confinerait au grotesque tellement c'est considérable. Au final, c'est une décision politique qui restera dans l'histoire comme aussi grotesque que la dissolution de Jacques Chirac.

Mais Nicolas Sarkozy est aussi touché dans cette affaire. Il a négocié un certain nombre d'éléments de la réforme pour voter. Et le gagnant, finalement, c'est un peu François Fillon. Ce dernier a pris pour une fois le bâton de leader – leader d'opinion en tout cas.     

La gauche demeure très scindée et comporte plusieurs familles politiques. Faut-il s'attendre à une réaction unanime de l'ensemble de celles-ci, dans le cadre d'un échec au Congrès ? Lesquelles sont les plus susceptibles de mener une "guerre sainte" au Président ?

Le problème, on le voit dans les sondages, c'est qu'il y a une vraie révolte contre le système, une déception forte et une réelle volonté de changement. Mais elle ne s'exprime pas à gauche de François Hollande. Je ne crois pas que les Français espèrent renverser le système par la gauche de la gauche. C'est pour cette raison que le Président déborde assez largement sur la droite. Il n'y a pas d'espaces à gauche pour le moment. Que ce soit l'extrême gauche, le PCF et EELV, tout cet ensemble stagne à 13% - ce qui est très faible. Alors que la droite peut augmenter avec un FN à 30-40%. Donc le danger n'est pas à gauche de François Hollande. Son vrai danger est de ne pas réussir à mobiliser son camp. Il n'y a pas de leader conséquent chez les Frondeurs. Or 2017 va arriver très vite…

Fondamentalement, François Hollande est-il piégé ? De quelles possibilités dispose-t-il encore pour se sortir du bourbier de la déchéance de nationalité ?

Il est très mal engagé. Le bénéficiaire de tout cela est le Front National. Si Nicolas Sarkozy est le candidat des Républicains, il peut également être très affaibli par cette mesure, ce qui peut être une chance pour Hollande. Ce sont des jeux de billard à trois bandes, c'est très aléatoire, un grain de poussière peut tout faire rater. Il serait préférable qu'ils s'affrontent sur le terrain des idées et des positionnements, car c'est cela la démocratie. Il y avait certainement une part de sincérité chez Hollande lorsqu'il a proposé cette mesure, il avait une volonté de frapper fort face à l'horreur du Bataclan.

En même temps, il souhaitait également piéger le FN et les Républicains. Ce mélange d'émotion et de tactique est malsain. Un leader doit avoir une vision du pays ce que Hollande n'a pas eu en faisant cela. Les Français sont attachés à l'égalité entre les citoyens, il ne doit pas y avoir de différences, du moins sur le plan des textes de la loi. Cela est absolument incompatible avec les mentalités des Français. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 11/02/2016 - 08:03
Soyons sérieux,qui a peur de Normal 1er même avant le congrès..?
personne ...! à part les contribuables, les chômeurs, les sans-dents...!
winnie
- 11/02/2016 - 07:18
Hollande un chef de guerre ?
Oui, la guerre dans des assemblée ,la guerre en dentelle comme au temps des rois mais ou est le courage personnel, physique, incapable de trancher de se faire respecter.On la bien vu avant son élection, se prendre un sac de farine sur la tête, et continuer sans sourciller,s' abaisser devant une merdeuse Rom.etc...
Non madame la journaliste, ce type ne prend pas de risque personnels, ne risque rien, et joue avec un pays dans l'impunité total, il ne sera jamais juger pour le mal fait a la France, il ne travail que pour son ego sa gloire personnelle avoir son nom dans les livres d'histoire( pour lui ce sera la petite). Il a conditionner sa réélection a la baisse du chômage qu'a cela ne tienne, 600.000 chômeurs en plus et il se présente tout de même, il est inscrit des primaires dans les statuts de son parti,qu'a cela ne tienne, il se représentera ! C'est ca le courage ? Non ça c'est le parjure,le non respect de la parole,le manque de conviction
.
Camtom
- 10/02/2016 - 18:01
Ce quinquennat était écrit si
Ce quinquennat était écrit si on regardait les primaires socialistes!!! Un tas de mensonges et un déni des réalités qui présageait toutes les catas que l'audacieux (il s'est lui même désigné comme tel! à se faire pipi dessus!) nous fait subir...