En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 29 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 41 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 48 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 46 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 4 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 10 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 12 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 9 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 17 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 8 min
© Reuters
Deutsche Bank aurait plus que doublé ses résultats annuels sur les cinq dernières années si elle n’avait pas été sanctionnée autant.
© Reuters
Deutsche Bank aurait plus que doublé ses résultats annuels sur les cinq dernières années si elle n’avait pas été sanctionnée autant.
Bis repetita

2008, le retour ? Cette jolie crise financière qui s’amorce avec le matraquage des banques européennes dans la chute des bourses mondiales

Publié le 12 février 2016
Avec JNSF
Banques italiennes, allemandes, françaises... Comment et pourquoi les cours des banques européennes sont-ils en train de chuter ? Les valeurs des banques connaissent une chute continue depuis le début de l'année. Analyse des causes.
JNSF
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
JNSF est analyste financier senior, et travaille dans une banque d'investissement. Il s'exprime ici sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Banques italiennes, allemandes, françaises... Comment et pourquoi les cours des banques européennes sont-ils en train de chuter ? Les valeurs des banques connaissent une chute continue depuis le début de l'année. Analyse des causes.
Avec JNSF

Atlantico : Alors que les bourses mondiales subissent une forte chute depuis plusieurs mois, il apparaît que le secteur financier européen semble souffrir particulièrement. Comment expliquer un tel phénomène ? Faut-il s'inquiéter d'un retour du risque bancaire au sein de l'économie européenne ?

JNSF : Le secteur financier européen, mise à part quelques exceptions, a mis beaucoup plus longtemps à se restructurer que son homologue américain, qui a effectué des changements plus drastiques et rapides. Quatre raisons à cela.

Premièrement, les responsables politiques essaient à tout prix d’éviter que leur système bancaire national soit trop affecté par les réformes voulues par le nouveau régulateur européen, la BCE. L’union bancaire, officiellement encouragée par les leaders européens, est encore très loin de devenir concrète.

Deuxièmement, les réformes européennes semblent particulièrement pénaliser les banques européennes, au détriment de leurs consœurs américaines, qui ne cessent de gagner des parts de marché. Ceci est dû en partie aux particularités du système américain, qui bénéficie de différentes règles comptables et aux agences gouvernementales comme Fannie Mae et Freddy Mac, qui rachètent les prêts hypothécaires aux banques américaines, et qui n’ont pas d’équivalents en Europe.

Troisièmement, les taux d’intérêts européens restent extrêmement bas (et négatifs dans certains pays), ce qui met la pression sur les revenus et marges des banques, et affaiblit d’autant plus leur rentabilité. Et une faible rentabilité ne permet pas d’accumuler le capital nécessaire pour être en conformité avec les nouvelles exigences des régulateurs.

Enfin, de nombreuses banques ont vu leur rentabilité s’effondrer sous le coup de pénalités légales, qui n’ont pas l’air de cesser. On pense notamment aux 9 milliards de dollars que BNP Paribas a dû payer aux autorités américaines. De même, Deutsche Bank aurait plus que doublé ses résultats annuels sur les cinq dernières années si elle n’avait pas été sanctionnée autant.

Dans ce contexte, un grand nombre de banques européennes étaient déjà fragilisées avant même que les peurs sur une nouvelle récession mondiale ressurgissent. Malgré cela, les marchés semblent sur-réagir car les fondamentaux de beaucoup de grandes banques ne justifient pas cette panique : les banques sont en moyenne plus solides (capitalisation plus élevée, plus liquide, moins exposée aux actifs à risques…) qu’elles ne l’étaient au moment de la crise de 2008. Les expositions des banques au secteur de l’énergie, ou à la Chine, Russie et autres pays émergeants (mise à part les banques autrichiennes), restent limitées. Il est tout à fait possible qu’un nombre de fonds spéculatifs jouent sur ces craintes et amplifient temporairement les prix à la baisse.

Evidemment, certains pays, comme l’Italie et la Grèce, semblent plus fragilisés que d’autres. Les acteurs financiers ont aussi peur des dommages collatéraux de certaines réformes bancaires (décrits ci-dessous), qui pourraient exacerber les effets de certains crashs boursiers ou économiques.

Plus spécifiquement, que penser du secteur financier français ? Quels sont les risques existants ? Existe-t-il un risque particulier sur nos grands acteurs bancaires ?

La France se situe en milieu de tableau. Pas aussi solide que certains de ses voisins, mais en meilleure position que plusieurs pays du sud de l’Europe. Les banques françaises ont mis du temps a améliorer leur capitalisation, mais elles sont maintenant mieux placées pour absorber des chocs externes. Elles ont notamment fait de bon progrès concernant la réduction de leur exposition aux pays européens en crise, alors qu’elles faisaient partie des banques les plus à risque il y a quelques années.

Le secteur immobilier français, qui était en surchauffe, ne semble pas poser trop de problèmes pour le moment car la population française a culturellement tendance à privilégier le remboursement des prêts immobiliers par rapport aux autres dépenses (à l’inverse de certains pays comme les Etats-Unis). La structure particulière du système français et de son utilisation quasi-systématique de garanties à plutôt que d’hypothèque lui permet de bien absorber les augmentations de prêts douteux, tant qu’ils restent modérés et temporaires.

Pour autant, les performances économiques de la France restent faibles et la combinaison de chocs internes (forte récession) et externe (crise économique mondiale et crash des marchés financiers) pourrait mettre les banques en danger.

Jusqu’à maintenant, les performances des banques françaises sont restées acceptables. Légèrement moins capitalisées que certaines banques européennes, elles ont, à l’image de BNP Paribas, réussit à bénéficier de la volatilité des marchés financiers pour reporter des bénéfices records lors des premiers trimestres 2015. Ce qui par ailleurs a permis à BNPP, qui est la banque française avec les activités de marché les plus étendues, de reporter de relativement larges bénéfices sur l’année 2015 malgré un dernier trimestre plutôt mauvais.

Les secteurs financiers grec et italien ont été particulièrement affectés lors de ces derniers jours, ceci faisant écho au contexte de l'été 2011. Les mesures mises en place pour régler le risque bancaire sont-elles à la hauteur des enjeux dans la contexte actuel ?

Les banques italiennes et grecques souffrent particulièrement de leur économie locale. Les risques bancaires dans ces pays étaient plus élevés que dans le reste de l’Europe (très faible croissance en Italie, récession profonde en Grèce) et les créances douteuses ne cessent d’augmenter (aux alentours de 15% et 35% du total des prêts en Italie et Grèce respectivement, contre 2 à 5% pour les autres pays comme la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni).

Une nouvelle récession mondiale provoquerait un choc externe sur ces pays en affaiblissant leurs exports ainsi que l’industrie du tourisme, ce qui fragiliserait d’autant plus leur système bancaire.

Malgré les réformes bancaires, il est difficile de transformer rapidement des banques qui sont déjà sous stress. Solidifier les banques de ces deux pays va prendre de nombreuses années, à moins qu’elles ne bénéficient d’une improbable embellie rapide de leur croissance économique.

Par ailleurs, de plus en plus de voix discordantes se lèvent pour dénoncer les possibles effets pervers de la dernière vague de régulation bancaire sur la stabilité financière. Malgré le renforcement des règles de capital, liquidité et financement, qui renforcent les institutions au niveau individuel, de nombreux financiers et économistes soulignent les possibles dommages collatéraux de ces règles sur le système dans son ensemble.

Par exemple, la demande pour un certain nombre d’actifs financiers a été exacerbée par les nouvelles régulations, ce qui a réduit l’offre de ces produits sur les marchés, et commence à créer une pénurie. De plus, les banques ont considérablement réduit la taille de certaines activités de trading, ce qui amplifie cette pénurie. Ceci pourrait créer des fluctuations plus extrêmes des prix en cas de crise, menant potentiellement à de grosses pertes comptables. Il y a malgré tout peu de chances que ce type de risque soit suffisant pour mener à une large crise systémique et profonde du type de celle de 2008.

Enfin, les réformes deviennent de plus en plus complexes, créant une incertitude sur le comportement de certains nouveaux instruments financiers de capitalisation lors d’une crise. Nous nous rappelons que les anciennes règles bancaires, dites de Bâle 1 et 2, n’avaient pas fonctionné de manière attendue lors de la crise financière, les banques apparaissant alors plus capitalisées qu’elles ne l’étaient réellement. Il ne peut être exclu que les nouvelles règles (Bâle 3) réagissent de la même manière.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/02/2016 - 17:51
Labarthe, d'accord avec vous !
Article d'un optimisme totalement délirant ! On voit souvent sur Atlantico des fans un peu ''simplets'', ''bébêtes'', de Sarko venir nous affirmer qu'en 2008, '''Sarko a sauvé les banques''. La vérité, c'est que ni Sarko ni Hollande n'ont eu les ''cojones'' pour imposer la séparation des banques de dépôt des particuliers de celles qui se livrent à la ''spéculation frénétique'' ! Un article récent évaluait les encours toxiques de la BNP à 24 fois le PIB de la France ! Il faudrait plusieurs siècles d'impôts pour les rembourser ! L'éclatement de la bulle sera donc une ''catastrophe nucléaire'' qui réduira notre pays en miette ! Sauf si Marine Le Pen est au pouvoir : elle seule est capable de ''tenir tête à la Finance'', la fameuse promesse de Hollande au Bourget ! Quand on lit les pauvres connards qui viennent ici pleurnicher : ''Marine va nous ruiner'' !
Labarthe
- 09/02/2016 - 13:05
Très optimiste
Votre article me paraît bien optimiste. On est devant le même problème qu’avant 2008 : On cache une situation économique réelle désastreuse en promouvant une économie virtuelle créée par une politique financière basée sur des artifices. Cette politique financière est notamment relayée par les banques. Par ailleurs, leur exposition á la crise dans les pays émergents est, je crois, bien plus forte que vous ne le dites. Par exemple, les banques espagnoles, dont personne ne parle, sont très, très, exposées à la situation économique des pays sud américains et notamment du Brésil qui est en train de s’effondrer.

jybro
- 09/02/2016 - 10:53
tu connais jnsf
l'ordonnance 1024-2015 d'aout 2015 transposition de la directive sur les defauts des banques tout instruments financiers créditeur de 100000€ ( plancher) peuvent etre debiter de sommes necessaires au retablissement de l'equilibre financier du failli ou des faillis si risque systemique. Et tu parles de banques victimes!!