En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Défense
Théâtre des opérations
Des combattants syriens djihadistes seraient présents au Karabakh, selon Emmanuel Macron
il y a 5 heures 13 min
pépites > Santé
Stratégie contre le virus
Coronavirus : la région parisienne pourrait passer en "alerte maximale" dès lundi, selon Olivier Véran
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Joaquin Sorolla. Lumières espagnoles" : "Petit fils de Velázquez, fils de Goya", Sorolla enfin connu et reconnu en France

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Laëtitia" de Jean-Xavier de Lestrade : hymne à la vie

il y a 7 heures 32 min
pépites > Défense
Chemin de la paix
Haut-Karabakh : Emmanuel Macron, Vladimir Poutine et Donald Trump appellent à un cessez-le-feu immédiat
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Défense
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

il y a 13 heures 46 sec
décryptage > Economie
Chiffres

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Economie
Effets d'aubaine

Diriger l’épargne des Français vers les PME : cette vieille lune qui exempte banques et fonds d’investissement de leurs responsabilités

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Chronique résolument féminine

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 16 heures 9 min
light > High-tech
Mise à jour
Microsoft : une panne mondiale affecte la messagerie Outlook
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Sénatoriales
Gérard Larcher est réélu président du Sénat
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Cinéma "écolo" : plus écolo, tu meurs. Certains films dans la nature sont un régal, quelques uns à classer parmi les pépites (mais pas tous)

il y a 7 heures 18 min
pépites > International
Novitchok
Alexeï Navalny accuse Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement
il y a 8 heures 29 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron veut se débarrasser de LREM, Marine Le Pen se repositionner comme une gentille maman; Schiappa agace l’Elysée, le Covid le déboussole; Les écolos ? Des Hitler du bien pour Depardieu
il y a 12 heures
décryptage > Politique
Atteinte aux libertés

Loi Avia : retoquée en France, recyclée à Bruxelles

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Santé
Impact de la maladie

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Les Républicains
Bruno Retailleau est favorable au passage aux 37 heures
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 16 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Argent liquide

(Presque) Interdire les billets pour sortir de la crise ? Ce qui se cache derrière la tentation de Mario Draghi

Publié le 08 février 2016
Dans le cadre de la lutte contre la déflation, l'idée germe : faire disparaître les billets et les pièces, dont la part de la masse monétaire dans la zone euro est en progression. Bien que les billets restent particulièrement appréciés des populations, ils représentent un frein à l'épargne, aux taux négatifs et somme toute aux politiques monétaires. Une idée, cependant, qui n'est pas prête de se faire.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de la lutte contre la déflation, l'idée germe : faire disparaître les billets et les pièces, dont la part de la masse monétaire dans la zone euro est en progression. Bien que les billets restent particulièrement appréciés des populations, ils représentent un frein à l'épargne, aux taux négatifs et somme toute aux politiques monétaires. Une idée, cependant, qui n'est pas prête de se faire.

Tiens, c’est une idée… De fait, Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne, s’énerve. Les billets et les pièces représentent désormais 10,1% de la masse monétaire au sens large en zone euro, contre 9,6 % il y a quatre ans. Dans une économie plus électronique, voilà que le papier progresse ! Pourquoi donc ? Et pourquoi donc ceci énerve-t-il Mario Draghi ? Sus aux billets !

Après les chèques, ce serait leur tour ? Voilà des années que les banquiers ne veulent plus de chèques, parce qu’ils sont moins utilisés et (surtout) pas rentables. Les commerçants non plus ne veulent plus de chèques, parce qu’ils sont moins sûrs. Les personnes âgées veulent, elles, les conserver, parce qu’elles en ont l’habitude. Les syndicats veulent bien sûr les garder, parce qu’ils défendent l’emploi. Mais la bataille semble perdue, même si la France fait de la résistance en restant le plus gros utilisateur de chèques d’Europe et en payant ainsi près de 15 % de ses achats. La carte va être acceptée partout, dans les taxis dès le premier euro désormais (promis !).

Et maintenant, les billets devraient disparaître ! Les banquiers trouvent aussi que cela leur coûte. Les commerçants les préfèrent, pour des raisons peut-être fiscales, allez savoir ! Les syndicats les défendent, car il y a de l’emploi à la clef – comme toujours. Et tous, vous et moi, aimons bien les billets. C’est pratique, rapide, simple.

Les grosses coupures sont sur la sellette. En Allemagne, elles font fureur, moins ailleurs. En France, les décrets limitent les achats en liquide : 1000 euros pour les Français, 10 000 pour les touristes (avec pièce d’identité). Pour les impôts, le mieux serait bien sûr que le billet disparaisse, autrement dit que tout soit déclaré. La police aimerait aussi suivre les divers circuits (drogue, vol, armes…) sur écran. Et voilà que les autorités chinoises s’y mettent, pour être modernes elles aussi, peut-être pour contrer chez elles la corruption. Allez savoir !

Mais supprimer tous les billets, c’est quand même étrange ! Bien sûr, ceci rapportera plus d’argent aux fiscs du monde entier et réduira les trafics, petits et grands. En attendant que des astuces nouvelles se trouvent. Mais ce n’est quand même pas cela qui fera repartir la croissance et l’emploi ! Alors, pourquoi cet énervement des grands banquiers ? Où est le loup ?


C’est la nouveauté : les banques centrales s’en mêlent ! Pour faire repartir l’activité, elles veulent encore et encore faire baisser les taux d’intérêt. Et quand ils sont à zéro, il faut donc qu’ils soient négatifs ! En zone euro, Mario Draghi rémunère ainsi les liquidités que les banquiers déposent à la banque centrale à -0,35 %, en attendant moins encore ! Les banquiers qui gagnaient avant de l’argent sur ces flux, se mettent à en perdre. Ils vont facturer de plus en plus les services. Ils se demandent même s’ils ne vont pas facturer leurs déposants, surtout les gros, autrement dit les entreprises !

Si Mario Draghi, et de plus en plus de pays hors zone euro (Japon, Suède, Danemark…), font payer les banques, c’est pour faire encore baisser les taux d’intérêt et les pousser à faire du crédit, ceci pour faire repartir l’activité et l’inflation. Si les dépôts bancaires sont taxés, c’est pour que les ménages consomment et soutiennent la reprise.

Mort aux billets ! Car alors, ce qui bloque cette logique de taux de plus en plus négatifs… ce sont les billets ! Détenir des billets, c’est accepter bien sûr de ne pas avoir de rémunération. Mais le sacrifice disparaît, si elle devient négative à la banque ! Alors les billets ne se trouvent pas mal rémunérés. Alors il devient rationnel d’épargner de plus en plus en billets, a fortiori si les taux bancaires sont de plus en plus négatifs ! Alors les billets bloquent les politiques monétaires ! Alors, si les billets disparaissaient, on pourrait avoir une rémunération négative sur tous les actifs monétaires ! La banque centrale pourrait taxer toute la liquidité, pour pousser à la dépense et lutter contre la déflation. Et en cas de nouvelle crise, hop : on la règlera… par prélèvement bancaire (obligatoire) !

Mais attention, les épargnants ont vu ce qui se trame. Leur imagination ne va pas s’arrêter ! Ils vont chercher une autre monnaie, dollar, franc suisse, solide bien sûr, bitcoin ou autre si on veut ! Et puis, faire disparaître le billet vert, nous n’y sommes pas encore ! La lutte contre la déflation n’a pas fini de nous surprendre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 09/02/2016 - 07:03
Sommes nous ?
Mardis gras ou le 1° avril?
crobard007
- 08/02/2016 - 23:07
La disparition des billets
Tous les dictateurs en ont rêvé, le contrôle intégral du citoyen !
Semper Fi
- 08/02/2016 - 20:34
Il y a vraiment un truc qui ne tourne plus rond....
Il y a vraiment un truc qui ne tourne plus rond dans notre système pour que certains imaginent comme solution le remplacement des valeurs "travailler, économiser et enfin acheter" par "travailler (ou pas - revenu universel), emprunter et acheter". Comment dire à mes enfants que rien n'est du et que s'ils veulent s'offrir un petit plaisir, ils doivent d'abord économiser leur argent de poche pour pouvoir acheter l'objet de leurs rêves ? Et si notre société de "sur-consommation" était bel et bien en train de mourir, la majorité s'apercevant qu'il n'est peut-être nécessaire de toujours plus consommer pour exister ? Je fais à peine 5000 km / an en voiture, mon véhicule a 6 ans, pourquoi en changerais-je, sinon pour satisfaire un "plaisir" ? sauf que.... pour moi voiture = bien utilitaire, pas autre chose. Mon PC a 5 ans, un peu dépassé,mais mes besoins n'ont pas évolué, je ne vois pour quelle raison je devrais dépenser de l'argent pour acheter quelque chose qui rendra exactement les mêmes services. Bref, une moindre rémunération de mon épargne ne me poussera pas à dépenser plus... bien au contraire.