En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Copie à revoir

Philippe Aghion : "Je ne suis pas fondamentalement contre l'euro, mais il est évident que cela a été mal conçu"

Publié le 08 février 2016
Après avoir passé 15 années à l'Université de Harvard où il a enseigné l'économie, Philippe Aghion est aujourd'hui titulaire d'une chair au Collège de France. Proche du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, il revient sur la situation économique actuelle.
Philippe Aghion est un économiste français. Il a enseigné à l'université Harvard ainsi qu'à l'École d'économie de Paris. Depuis octobre 2015 il enseigne également au Collège de France.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Aghion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Aghion est un économiste français. Il a enseigné à l'université Harvard ainsi qu'à l'École d'économie de Paris. Depuis octobre 2015 il enseigne également au Collège de France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir passé 15 années à l'Université de Harvard où il a enseigné l'économie, Philippe Aghion est aujourd'hui titulaire d'une chair au Collège de France. Proche du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, il revient sur la situation économique actuelle.

Atlantico : La Chine fait face à un ralentissement, les Etats Unis publient une croissance de 0.7% pour le dernier trimestre 2015, êtes-vous inquiet de la tournure actuelle de la conjoncture économique mondiale, notamment pour la France et l’Europe ?

Philippe Aghion : Il y a bien des raisons de penser qu’il y aura un ralentissement. Il y a non seulement le ralentissement de la Chine qui épuise les ressorts du rattrapage technologique, mais également l’effondrement du prix du pétrole: cela peut paraître comme une bonne nouvelle, mais il ne faut pas oublier que les pays dont le pétrole est la ressource sont aussi nos clients. De son côté, la France a des ressources de croissance supplémentaires qu’elle n’exploite pas, ce sont les réformes structurelles pour dynamiser les marches et restaurer la compétitivité des entreprises. Ces reformes auraient la vertu additionnelle de rétablir la confiance entre la France et l'Allemagne et par suite de faire redémarrer le moteur de la croissance européenne. En l'absence de réformes d'envergure, notre taux de croissance se rapprochera de 1.5% en 2016, ce qui correspond à la création d’environ 30 000 emplois alors que notre taux de chômage s'élève à 10,2% de la population active.

Lors de votre discours inaugural au Collège de France, vous avez pu évoquer un de vos sujets d’étude, "les énigmes de la croissance", dont l’innovation serait la pierre angulaire. Dans ce discours, vous traitez notamment du paradoxe existant entre profits et innovation au travers d’une courbe en U inversée. Pourriez-vous développer ce point ?

La courbe en U inversée correspond à la relation entre concurrence et croissance. La concurrence a deux effets contradictoires sur l'innovation. D'un côté elle réduit les rentes de monopole qui récompensent un innovateur quand l’innovation est faite par des agents extérieurs, qui ne font pas de profits actuellement. Mais en réalité, l’innovation est souvent réalisée par des entreprises qui sont à la frontière technologique, et qui donc font déjà des profits même avant d'innover. Pour ces entreprises-là, la concurrence stimule l'innovation car si elle réduit les rentes après innovation, elles réduisent encore plus les profits avant innovation (ou en l'absence d'innovation). Autrement dit, ces entreprises innovent davantage pour échapper à la concurrence (en anglais, on parle du "escape competition effect"). C’est un peu comme une classe dans une école. En faisant venir un très bon élève de l’extérieur, cela va stimuler les très bons élèves qui veulent garder leur première place mais cela va encore plus décourager les élèves en queue de peloton. C’est la même chose pour la concurrence. Les firmes qui sont proches de la frontière vont être encouragées, alors que celles qui en sont loin vont être découragées. Lorsque l’on met les deux ensembles, on obtient une courbe en U inversée. Dans un pays développé, la plupart des firmes sont à la frontière technologique et par conséquent l’effet qui domine est le "escape competition effect". A l’inverse, dans les pays peu avancés, la plupart des firmes sont loin de la frontière technologique et par conséquent l’effet qui domine est l'effet de découragement. Et plus un pays est avancé, plus la concurrence stimule la croissance. Ce qui est vrai pour la concurrence l'est également pour d’autres politiques, comme l’éducation supérieure, la flexibilité du marché du travail etc... Voilà pourquoi la France doit se reformer pour devenir une économie pleinement innovante.

En caricaturant légèrement, peut-on dire que le besoin de libéraliser l'économie française peut s'expliquer par des firmes qui font du profit et qui ne sont pas suffisamment incitées à innover ?

C'est tout à fait cela, un peu comme une entreprise très protégée qui ne ressent pas le besoin d'innover. On le voit bien d'ailleurs avec les taxis en ce moment. Ils auraient pu depuis longtemps généraliser les GPS, les cartes de crédit, etc. Ils introduisent cela maintenant, sous la pression des VTC. Sans concurrence, ils ne l'auraient pas fait. Le service taxi s'est amélioré grâce à la concurrence des VTC.

En 2013, vous avez co-publié, avec Enisse Kharroubi, un article pour la BIS (Bank for International Settlements), indiquant "Cela confirme que la cyclicité des politiques macroéconomiques est une source de croissance à long terme, en ce sens qu'elle affecte de façon essentielle la productivité du travail à long terme". Cela signifie-t-il que vous êtes favorable au changement de doctrine monétaire menée par Mario Draghi, par rapport à celle qui a pu être menée par son prédécesseur Jean-Claude Trichet ?

Je n'ai pas envie de les opposer l'un à l'autre, mais disons que je suis pour tout ce qui va dans ce sens... Trichet s'était déjà engagé dans la voie du quantitative easing. Je crois beaucoup dans la nécessité de politiques macro-économiques contra-cycliques. On veut que les entreprises innovent. Pour innover, elles doivent investir sur le long terme. Le problème, c'est que quand elles ont des contraintes de crédit en période de récession, elles tendent à réduire leurs investissements, en particulier dans l'innovation. Donc il faut que les politiques macro-économiques suppléent ce problème de rationnement de crédit en baissant les taux d'intérêt en périodes de récession, et en maintenant les aides aux entreprises innovantes le long du cycle économique. Mais il se trouve que les politiques d'effet contra-cyclique ont un effet plus important sur la croissance si elles opèrent dans un environnement avec de la concurrence et des marchés plus flexibles. Il y a donc une vraie complémentarité entre politiques macroéconomiques contra-cycliques et réformes structurelles.

Selon vous, Mario Draghi va-t-il assez loin, ou pourrait-il aller plus loin ?

Je pense qu'il a raison de maintenir le taux et de ne pas l'augmenter. Nous ne sommes pas dans la même situation que les États-Unis. Ils ont un taux de chômage de 5%, et ils craignent qu'un taux trop bas accroisse les risques d'instabilité financière et les menaces de bulles spéculatives.

Vous ne considérez pas que cela relève plutôt des politiques macro-prudentielles (qui vise donc à limiter le risque systémique ; une désorganisation d'ampleur conséquente avec un impact sur l'économie réelle), que de la politique monétaire directement ?

Le problème des politiques macro-prudentielles, comme je le montre dans l'article pour la BIS, par exemple l'imposition de ratios de capital élevés aux banques, c'est qu'elles réduisent l'efficacité des politiques monétaires contra-cycliques, et que par suite le mécanisme de transmission monétaire par les banques opère moins.

Selon un rapport relatif à l'endettement émis par la DG Ecofin (Directorate General for Economic and Financial Affairs) le 25 janvier, la France connaîtrait une croissance moyenne de l'ordre de 1,3% au cours des 10 prochaines années, et une inflation moyenne de 1,6%, soit une chute du taux de croissance du PIB nominal de 30% par rapport à la période 1995-2007. S'agit-il selon vous, plus d'une fatalité, ou d'une contrainte faite à la France ?

La France n'a pas su encore transformer son modèle économique pour passer d'une économie de rattrapage a une économie de l'innovation a la frontière. Or l'expérience d'autres pays développés montre qu'il n'est jamais trop tard pour engager des réformes d'envergure (réforme de l'Etat, reforme fiscal, réforme du marché du travail et de la formation professionnelle,..) et très vite doper la croissance grâce a de telles reformes. La Suède a quadruplé son taux de croissance après ses reformes au début des années 1990. La vraie question, c'est de savoir si elle sera capable de surmonter les blocages politiques et institutionnels qui empêchent ces réformes.

Lorsque vous avez déclaré à propos de l'euro "S'il fallait recommencer l'aventure, je ne suis pas sûr d'être partant", s'agissait-il de fatalisme face à une impossibilité de changer le modèle européen aujourd'hui ? Est-ce qu'un changement de doctrine monétaire, vers le modèle américain de l'emploi maximal, vous conduirait à soutenir l'euro plus volontiers ?

Je ne suis pas fondamentalement contre l'euro, mais il est évident que cela a été mal conçu. L'euro a été fait pour des raisons politiques, pas pour les bonnes raisons. François Mitterrand avait peur que l'Allemagne unifiée prenne trop d'importance et se détache de l'Europe. L'idée était que l'euro arrimerait l'Allemagne à l'Europe. La politique de concurrence en Europe s'est faite elle aussi pour des raisons politiques, et on finit par avoir davantage une politique d'intégration qu'une véritable politique de concurrence. Je ne suis pas un grand amateur de cette façon de procéder : faire des réformes économiques à la va-vite parce que je n'arrive pas à initier ouvertement des changements politiques. Je pense par ailleurs que nous avons intégré trop vite des pays qui n'auraient pas dû être mis dans la zone euro. Nous aurions dû établir un club très fermé dès le départ, et y aller très progressivement. Au lieu de cela, nous avons accueilli des pays à niveaux de développement trop hétérogènes, a la fois sur le plan technologique et d'un point de vue institutionnel. En particulier la Grèce est ce que l'on appelle en anglais un weak state et a mon sens un weak state n'a pas immédiatement sa place dans l'euro.

Cela ne veut pas dire qu'il faille sortir de la Grèce de l'euro, mais un weak state n'aurait pas dû être intégré. Une question par exemple est de savoir si vous avez un Etat capable de lever l'impôt. Si vous ne l'êtes pas, vous n'êtes pas mûr pour être dans l'euro. Vous pouvez être dans la communauté européenne et profiter de beaucoup d'avantages, mais l'euro doit demeurer un club très sélectif. J'ajoute enfin que nous n'étions pas du tout conscient de l'importance des réglementations macro-prudentielles à l'époque. Maastricht aurait dû inclure des volets macro-prudentiels. Cela a été fait de manière un peu rapide et improvisée. Quand des pays comme la Suède et le Royaume-Uni ont décidé de ne pas rejoindre l'euro, ils ont été très bien inspirés. Cela a dopé la croissance de la Suède.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

07.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/02/2016 - 21:34
Cohen, Aghion, Rancière, Piketty, Sterdyniak...
ces mauvais économistes ont élaboré l'economie socialiste, préparé l'Euro et la politique europeiste...aujourd'hui, ils crachent dans le brouet infâme qu'ils ont concocté, sans avoir le courage de se remettre en question, ni de s'interroger sur leurs erreurs. Comment faire confiance à des économistes qui se sont autant plantés? Depuis 1917, l.economie socialiste s'avère être un appauvrissement général pour les peuples qui osent en appliquer la politique. Et, depuis ce temps, aucune remise en cause de l'idéologie, du processus de pensée?...seuls les hommes sont coupables d'avoir mal appliqué l'idéologie...Hollande sera sacrifié sur l'autel éternel de l'incompétence socialiste, afin de préserver le dogme, sacrifice expiatoire dans la dernière courbe non inversée du quinqenat, afin de laisser passer en tête un Macron, dopé à la finance Rothshild, un Montebourg en embuscade, ou un Valls, prêt à donner son coup de menton rageur sur la ligne d'arrivée des socialos, la seule qui les intéresse, celle du pouvoir...
Lafayette 68
- 08/02/2016 - 15:47
@marie06
cynisme et incompétence : je vous rejoins entièrement . J'avais mis "lucidité" car il est rare de voir un proche de Macron , enseignant d'économie ,dire le fond de sa pensée...
marie06
- 08/02/2016 - 11:40
Euro : Incompétence et cynisme
Oui c'est honnête de reconnaitre les erreurs graves concernant la mise en place de l'euro mais personne n'ose dire que cela ne pourra pas tenir et qu'il faut en sortir car personne ne veut prendre la responsabilité du fiasco. En attendant ce sont les peuples qui payent la note et elle devient de plus en plus insupportable pendant que tous ces incompétents continuent de nous faire avaler des couleuvres. Pour en sortir il faut attendre encore un peu que par la force des choses les conséquences soient si douloureuses que les gens finiront par se révolter vraiment d'ailleurs ça a commencé partout en Europe.
Et dire que ceux qui sont lucides sur la question et veulent en sortir sont traités de "populiste"