En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

De quoi allons-nous mourir demain ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 9 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 51 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 10 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 40 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 18 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 48 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 55 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 20 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Un secret de polichinelle

Débat sur la déchéance de la nationalité : mais pourquoi personne n'ose dire la vérité ?

Publié le 08 février 2016
Tous la connaissent pourtant. Mais il y a des mots qui restent interdits en France.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous la connaissent pourtant. Mais il y a des mots qui restent interdits en France.

C'est un sondage – celui du Journal du Dimanche – qui dit bien les choses. 73% des Français sont favorables à la déchéance de la nationalité. Mais ils sont encore plus nombreux à penser que la classe politique en parle très mal. En effet le débat sur cette question part en sucettes, ou pour le dire plus crument, en couilles. Il permet, certes, de grandes envolées lyriques. La gauche de la gauche représentée bruyamment par Cécile Duflot et Pascal Cherki soutient qu'avec cette réforme on revient à Vichy. Rien que ça ! Une partie de la droite y est également hostile soit pour des raisons de principe soit parce que cette réforme est voulue par François Hollande. A l'Assemblée Nationale, Nathalie Kosciusko-Morizet  a exprimé son refus avec sa fougue et sa conviction habituelle. Et – on allait l'oublier – une partie de la gauche est en faveur de la déchéance de la nationalité en arguant du fait que cette mesure sera efficace contre le terrorisme et surtout par fidélité à Hollande.

Aucun de tous ceux qui s'écharpent ainsi drapés dans des postures aussi nobles que creuses, ne dit la vérité. Oh, ils ne mentent pas ! Tout simplement ils omettent de dire la vérité. Et celle-ci est connue de tous les Français, toutes opinions, toutes origines, toutes confessions confondues. Les mots "nationalité" et "déchéance" ont une très lourde portée symbolique. Oui il y a en France un réveil identitaire dont on peut se féliciter ou qu'on peut déplorer. Il est la conséquence directe d'une agression identitaire – je pèse mes mots – qui souhaite imposer aux "sales Français", ou leur faire accepter, des pratiques et des coutumes qu'ils rejettent. De plus en plus nombreux sont ceux qui ne pensent pas avoir le même sens de l'appartenance nationale qu'une catégorie de la population ou se pratique le "nique la France" et le bras d'honneur brandi dès lors qu'on entend la Marseillaise. Tout le monde sait de quelle origine et de quelle confession sont les assassins de janvier et de novembre. Nul n'ignore non plus qui sont et comment s'appellent les milliers de djihadistes, dont de nombreux Français binationaux, amateurs de voyages en Syrie et en Irak. Et personne n'est assez bête pour croire que les plus de 8000 "radicalisés" dénombrés par les services de renseignements vont à la messe, à la synagogue, au temple ou dans les pagodes.

Les mots "déchéance de la nationalité" lancés par Hollande répondent donc, ou tentent de répondre, à l'attente de millions de gens qui savent ce qu'ils savent et qui ont besoin de l'entendre. Mais comme toujours avec le chef de l'Etat on est dans le subliminal, le chafouin et l'hypocrisie. Ce ne sont évidemment pas les binationaux franco-belges, franco-anglais ou franco-allemands qui sont visés, mais les binationaux franco-algériens, franco-marocains, franco-tunisiens. Mais comment le dire quand on est de gauche. La gauche, on le sait, ne stigmatise pas ! A droite même déni de la vérité. Qu'on soit pour ou contre la réforme les mots "Arabe" et "musulman" ne peuvent être prononcés. Car ils font partie de l'arsenal sémantique du Front National auquel la droite sage et bon genre ne veut pas être associée.

Reprenons ici une distinction maurassienne. Le pays légal se gargarise avec des demi-vérités qui sont autant de mensonges. Le pays réel lui fonctionne avec une vision au "faciès". On voit ce qu'on voit et on sait ce qu'on sait… Ce n'est pas très beau ? Certes. Mais pour que ça change il faudrait que les terroristes, les islamistes, les fanatiques s'appellent André, Jacques, Pierre et Paul. Et ça c'est pas demain la veille…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 09/02/2016 - 06:52
Toujours autant de bon sens,
Rien a redire, si nos dirrigeants en avaient un peut plus !
Alapage
- 09/02/2016 - 06:45
Bravo
Bravo Mr Rayski, tout est dit. Si seulement tous nos politiques de tous bords pouvaient vous lire. Au moins cela remettrait un peu leur cerveau en place. On en a tellement marre du politiquement correct. De cette police de la pensée généralisée qui tue notre France à petit-feu. Seulement on a la gauche la plus stupide du monde et la droite la plus incompetente et lache du monde. Et vice et versa. Le symbole dans chaque camp c'est cet abruti fini de Cherki (à gauche) et cette bobo-gaucho de NKM (à droite). On attend donc 2017 pour donner un grand coup de balai et ne plus voir tous ces nuls.
Le gorille
- 08/02/2016 - 21:48
Bénéfique
Merci Gré: j'acquiesce à votre sentiment. Mais de toutes manières, là n'est pas le problème. Entre Fillon, Juppé, et autres ténors de la Droite, j'y perds mon latin ; j'omets la Gauche, car alors c'est mon grec. Je ne vois que deux choses. La première est qu'aujourd'hui, si la procédure existe, elle apparait (pas de î !) lourde, et peut-être pas aussi efficiente qu'on le voudrait. La seconde est que si la procédure est "banalisée" au bon niveau judiciaire, elle sera "rapide" et permettra de mettre les documents, les individus et leurs actes en cohérence. C'est ce mot "en cohérence" qui n'est jamais prononcé ! Le reste est un brouhaha infernal totalement hors de propos, hors de sens logique, et hors contexte.... sur ce dernier point M. Rayski a parfaitement développé le "contexte" !