En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 min 30 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 53 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 53 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 57 min 27 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Quand Jacques Chirac choisissait Alain Juppé plutôt que Philippe Séguin pour prendre la tête du RPR

Publié le 09 février 2016
Cette décision de Chirac de faire de Juppé le numéro deux du RPR, en le nommant au poste de secrétaire général du parti gaulliste, ne s’est pas faite simplement..
Dominique Lormier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Lormier, historien et écrivain, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire militaire. Membre de l'Institut Jean-Moulin et membre d'honneur des Combattants volontaires de la Résistance, il collabore à de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette décision de Chirac de faire de Juppé le numéro deux du RPR, en le nommant au poste de secrétaire général du parti gaulliste, ne s’est pas faite simplement..

Tout comme Jacques Chirac, Alain Juppé est assommé par la défaite du 8 mai 1988. Courant juin, il se rend de nouveau en Grèce pour retrouver une certaine sérénité, d’autant que sa vie de couple bat de l’aile, et que ses relations avec sa fille Marion, en pleine crise d’adolescence, sont loin d’être faciles : « J’ai éprouvé le besoin de me ressourcer. Je suis parti, seul, dans l’île de Spetses. J’avais trouvé un petit hôtel sympathique qui avait malheureusement la particularité d’être envahi par une horde de moustiques qui ont bien profité de moi… Après la première nuit, je me suis réveillé le visage tuméfié. J’ai décidé de prendre le bateau et d’explorer une autre île, plus au sud. J’ai repéré un autre hôtel qui m’a plu ! Je m’y suis installé. Quelle ne fut pas ma surprise, en prenant mon petit déjeuner sur la terrasse, quand le patron est venu me chercher. Il y avait un coup de fil pour moi, venant de Paris. Je ne comprenais pas car personne ne savait où j’étais ! J’ai réalisé qu’en fait, j’avais prévenu le propriétaire du premier hôtel qui avait fait suivre… Au téléphone, je reconnais la voix de Roger Romani, un collaborateur de Chirac. Il m’annonce tout bonnement que je suis nommé secrétaire général du RPR, il ajoute qu’il faut rentrer aussitôt à Paris. J’ai répondu que je n’avancerai pas la date de mon retour. Il n’est pas question que je change mes plans. J’ai donc profité des quelques jours de soleil et de farniente qu’il me restait ! »

Cette décision de Chirac de faire de Juppé le numéro deux du RPR, en le nommant au poste de secrétaire général du parti gaulliste, ne s’est pas faite simplement. Chirac pense un premier temps confier ce poste à Édouard Balladur, devenu un de ses plus proches conseillers. Chirac fait part de son projet à Charles Pasqua lors d’un déjeuner en tête-à-tête dans un excellent restaurant parisien en juin. Ce gaulliste de la première heure, engagé tout jeune dans la Résistance, croit s’étrangler : « Édouard Balladur ? Il ne fait même pas partie de la famille !… Ce n’est pas possible, s’exclame Pasqua. Il ne sait pas parler en public. Lorsqu'il monte à la tribune, les militants l’applaudissent du bout des doigts. » Chirac est d’autant plus embarrassé par la réaction hostile de son convive, qu’il a déjà proposé le poste à Balladur, qui doit passer prendre le café avec ses deux compagnons déjà attablés… Pasqua prend son courage à deux mains et annonce au nouveau venu qu’il faut oublier la proposition de Chirac. Balladur ne se vexe pas et va même jusqu'à proposer à Pasqua de prendre le poste à sa place. Ce dernier, qui en a pourtant tant rêvé, décline l’offre avec une grande lucidité : « Je suis trop marqué à droite, ce ne serait pas bon pour le mouvement. »

Les trois convives estiment finalement qu’il faut un homme neuf pour rénover le RPR. Et à ce jeu de tournoi, chacun à son favori. Charles Pasqua propose Philippe Séguin, incarnation du gaullisme social, attaché à l’indépendance nationale. Édouard Balladur, plus libéral et favorable à la construction européenne, cite Alain Juppé, dont il a apprécié les hautes compétences en tant que ministre délégué du budget, malgré quelques frictions passagères entre eux.

« Le président du RPR, écrivent Isabelle Dath et Philippe Harrouard, hésite entre celui qui le rassure et celui qui fonce. Entre l’eau et le feu. Finalement, il tranche : ce sera Juppé, au grand dépit de son éternel rival Philippe Séguin. »

Le 22 juin 1988, six semaines après la défaite électorale de Chirac à la présidentielle, Alain Juppé est officiellement nommé secrétaire général du RPR. Un jour auparavant, Bernard Pons a été élu président du groupe parlementaire gaulliste à l’Assemblée nationale avec 64 voix, devant Philippe Séguin qui en obtient 63 ! Il manque à ce dernier celle de Jean de Gaulle, petit fils du Général, qui s’est égaré mystérieusement dans les couloirs lors du vote, alors qu’il avait promis de le soutenir…

Extrait de "Alain Juppé sans masque" de Dominique Lormier, aux éditions First document, 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 06/02/2016 - 22:27
Quand on vend l'humanité Dimanche sur les marchés...
On est mal parti.....comme dirait Brassens , la connerie n'attend pas le nombre des années....elle se révèle assez tôt.....
Le plus grand fossoyeur de la France...bon juste après Hollande et Mitterand, mais pas très loin....Et dire que les journaleux font tout ce qu'ils peuvent pour faire élire Juppé.....On est mal barrés je vous le dis
jurgio
- 06/02/2016 - 14:15
Chirac et Juppé
Peut-on politiquement trouver plus insignifiant et plus nocif en même temps ?
Deudeuche
- 06/02/2016 - 10:44
Chirac, Machiavel de la droite
Le gars qui élu à 75% en 2002 ne réforme rien, mais rien du tout!