En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 16 min 42 sec
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 2 heures 33 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 4 heures 6 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 5 heures 48 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 8 heures 10 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 8 heures 54 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 9 heures 35 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 9 heures 56 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 3 heures 32 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 5 heures 18 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 8 heures 20 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 9 heures 20 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 9 heures 53 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 10 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Entre soi

Juppé rallié par Cohn-Bendit (et beaucoup d’autres) mais y a-t-il encore un électeur dans l’avion des soutiens politiques ?

Publié le 03 février 2016
Il a choisi "le moins pire". Daniel Cohn-Bendit a décidé de rallier publiquement le camp d'Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017. Pour "Dany", cette option doit permettre d'éviter à tout prix un duel Sarkozy-Le Pen au second tour. Mais cette course aux soutiens et aux ralliements semble oublier un acteur majeur de la démocratie : le citoyen.
Joseph Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Daniel a consacré une grande partie de sa carrière à la communication politique, notamment comme dirigeant du SID (actuel SIG, Service d'information du Gouvernement) de 1981 à 1986, puis responsable de la Communication de la Présidence de l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il a choisi "le moins pire". Daniel Cohn-Bendit a décidé de rallier publiquement le camp d'Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017. Pour "Dany", cette option doit permettre d'éviter à tout prix un duel Sarkozy-Le Pen au second tour. Mais cette course aux soutiens et aux ralliements semble oublier un acteur majeur de la démocratie : le citoyen.

Atlantico : Daniel Cohn-Bendit a rallié publiquement Alain Juppé. Pourquoi les candidats accordent-ils une telle importance à cette course aux ralliements ? 

Joseph Daniel : Historiquement, c'est une habitude qui a été très utilisée, notamment pour des candidats qui avaient soit une certaine aura intellectuelle, soit des difficultés politiques à rassembler. Dans le premier cas, cela leur permettait de montrer qu'ils étaient soutenus par ce que l'on pourrait appeler la classe des artistes, des écrivains, des intellectuels, etc. En son temps, François Mitterrand a beaucoup joué là-dessus, avec l'aide de Jack Lang. Dans le second cas, le comité de soutien apporte par définition des compléments politiques inattendus et surprenants qui ont cette capacité à (re)booster une campagne politique. Si ces ralliements sont attendus, ils n'ont aucun intérêt. Un député proche d'Alain Juppé qui affirmerait publiquement le soutenir ne ferait pas un événement. Si cela vient d'une figure comme Daniel Cohn-Bendit, ça l'est davantage car il y a une dimension symbolique en plus. C'est alors une valeur ajoutée. Même si nous sommes extrêmement loin de l'élection et qu'il peut se passer encore beaucoup d'évènements, ce ralliement peut être bénéfique.

Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer le fait que nous sommes dans un contexte mondial (et pas seulement en France) de contestation très forte des élites. Or, les comités de soutien peuvent aussi apparaître comme de l'entre-soi face à un corps électoral en colère. Donald Trump n'a pas besoin de comité de soutien, une telle démarche le desservirait bien au contraire. C'est donc une navigation un peu fine entre l'intérêt de montrer que l'on possède une base large – et Juppé sait bien qu'une partie de la gauche craint qu'elle ne soit écartée du deuxième tour et pourrait être amenée à le soutenir – et ce phénomène anti-élites extrêmement puissant et encouragé, paradoxalement, par des élites comme Eric Zemmour ou Alain Finkielkraut.

Par ailleurs, il me paraît frappant que de tels soutiens puissent accélérer un phénomène qui est pourtant leur propre crainte affichée. Daniel Cohn-Bendit affirme avoir peur que la gauche ne soit pas présente au second tour. Mais il se met lui-même en situation d'assurer que la gauche n'y soit, effectivement, pas. Il contribue à faire tanguer un peu plus le bateau du côté qui pourrait le faire couler.

Selon vous, est-ce un impact réel ou fantasmé ? Les deux à la fois ?

Il y a un impact indéniable auprès des journalistes et du monde médiatique. Est-ce qu'il y a un bénéfice électoral ? C'est très difficile à dire, d'autant plus que je répète que nous sommes très loin de l'élection. Personne ne peut prétendre deviner quel candidat sera élu Président, plus d'un an avant l'élection ! Il peut se passer tellement de choses d'ici-là…

Cette recherche de ralliements symboliques est-elle notamment en train de s'accélérer à droite, au détriment d'une réflexion sur un programme politique ?

Généralement, ce ne sont pas les candidats qui s'occupent des ralliements, sauf pour obtenir le soutien de quelques personnalités de grande importance. Quand Jack Lang s'occupait de mettre en place des comités de soutien pour François Mitterrand ou pour les élections européennes des uns et des autres, cela ne prenait pas énormément de temps aux candidats. Ces démarches demandent un petit peu de temps et d'énergie, mais les leaders politiques savent que cela compte infiniment moins aujourd'hui qu'en 1974, 1981 ou même 1988.

 

Qu'est-ce qu'un soutien "de poids" ? Et quelle légitimité supplémentaire peut-il donner ?  L'opinion publique y est-elle attachée ? S'en soucie-t-elle ?

Un soutien de poids est à mes yeux une personnalité connue qui possède une expertise ou un talent dans un domaine qui peut ne pas être politique. Lorsque Haroun Tazieff et Alain Bombard affirmaient soutenir François Mitterrand, en 1981, il s'agissait de soutiens importants, même si politiquement ils ne pesaient pas grand-chose. En termes d'image, ils pesaient beaucoup.

Si le soutien de Daniel Cohn-Bendit venait à se confirmer, il serait un atout symbolique pour Alain Juppé. Il a en effet cette dimension franco-allemande tout en demeurant, dans l'imaginaire, l'homme de Mai 68. Son ralliement à Juppé apporte indéniablement du jus, de la vitalité et de la couleur à sa campagne même si celle-ci est encore longue.

La formation d'un comité de soutien composé de personnalités appartenant à l'élite (politique, économique, intellectuelle, etc.) n'est-elle pas aux antipodes des préoccupations réelles des Français ? Ne revient-elle pas au final à faire apparaître encore davantage les politiques comme coupés du peuple ?

Il est vrai que ce risque existe. Prenez le dîner du Fouquet's par exemple. Nicolas Sarkozy, tout juste élu Président, y a rassemblé de nombreux industriels et artistes. Cette soirée a donné une image de légèreté un peu provocatrice dont Sarkozy a eu bien du mal à se débarrasser.

A la place des hommes politiques, j'éviterais de créer des comités de soutien, mais je serais heureux d'avoir des ralliements individuels, en l'occurrence de personnalités dont on n'ait pas l'impression qu'elles se fédèrent au sein d'une opération de communication, mais qui apportent individuellement leur image. Aujourd'hui, c'est dérisoire de la part d'un politique de dire que tel ou tel actrice ou chanteur vous soutient.

En revanche, un petit nombre de personnalités très inattendues, qui viennent en appui d'une candidature sans donner l'air d'une opération organisée, ou d'un simple racolage, peut effectivement apporter des compléments solides. Une photo sur laquelle on retrouvera, côte à côte, Alain Juppé et Daniel Cohn-Bendit, illustrerait clairement l'intérêt du second pour le premier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 04/02/2016 - 00:20
Pas de quoi être fier
Avec le soutien de cet ultra gaucho - rien d'étonnant ça se rajoute au soutien de Bayrou le traitre - l'horreur totale - si les gens n'ont pas compris que voter Juppe c'est voter pour un mou qui ne fera rien et qui a les mêmes idées que la gauche, c'est grave - sans compter le "bonheur" d'avoir Bayrou ministre beurk.....
Semper Fi
- 03/02/2016 - 01:32
@Liberte1776
Zut alors ! Vous m'ôtez les mots de la bouche ! Bien content de vous retrouver... cela faisait longtemps que vous n'aviez pas fait de commentaire et je me sentais un peu seul. Je n'avais déjà pas envie de voter Juppé... cela est maintenant confirmé !
Liberte1776
- 02/02/2016 - 20:29
Au revoir, Alain.
Je sais donc pour qui je ne voterai pas. Voici Juppé soutenu par le chantre des frontières ouvertes, un leader de Mai-68, qui fut une revolution d enfants gates, dont l idéologie libertaire nous mène paradoxalement tout droit a la charia. Apres tout, entre revolution sexuelle des enfants promue par DCB, et le mariage des filles a 9 ans, courant dans le monde islamique, on se rejoint, n est ce pas ?

Au moins, cela clarifie les choses. Juppé, de "droite", ce n est qu est un positionnement marketing. Vale Alanus Libertarius !