En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Entre soi
Juppé rallié par Cohn-Bendit (et beaucoup d’autres) mais y a-t-il encore un électeur dans l’avion des soutiens politiques ?
Publié le 03 février 2016
Il a choisi "le moins pire". Daniel Cohn-Bendit a décidé de rallier publiquement le camp d'Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017. Pour "Dany", cette option doit permettre d'éviter à tout prix un duel Sarkozy-Le Pen au second tour. Mais cette course aux soutiens et aux ralliements semble oublier un acteur majeur de la démocratie : le citoyen.
Joseph Daniel a consacré une grande partie de sa carrière à la communication politique, notamment comme dirigeant du SID (actuel SIG, Service d'information du Gouvernement) de 1981 à 1986, puis responsable de la Communication de la Présidence de l&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Daniel a consacré une grande partie de sa carrière à la communication politique, notamment comme dirigeant du SID (actuel SIG, Service d'information du Gouvernement) de 1981 à 1986, puis responsable de la Communication de la Présidence de l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il a choisi "le moins pire". Daniel Cohn-Bendit a décidé de rallier publiquement le camp d'Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017. Pour "Dany", cette option doit permettre d'éviter à tout prix un duel Sarkozy-Le Pen au second tour. Mais cette course aux soutiens et aux ralliements semble oublier un acteur majeur de la démocratie : le citoyen.

Atlantico : Daniel Cohn-Bendit a rallié publiquement Alain Juppé. Pourquoi les candidats accordent-ils une telle importance à cette course aux ralliements ? 

Joseph Daniel : Historiquement, c'est une habitude qui a été très utilisée, notamment pour des candidats qui avaient soit une certaine aura intellectuelle, soit des difficultés politiques à rassembler. Dans le premier cas, cela leur permettait de montrer qu'ils étaient soutenus par ce que l'on pourrait appeler la classe des artistes, des écrivains, des intellectuels, etc. En son temps, François Mitterrand a beaucoup joué là-dessus, avec l'aide de Jack Lang. Dans le second cas, le comité de soutien apporte par définition des compléments politiques inattendus et surprenants qui ont cette capacité à (re)booster une campagne politique. Si ces ralliements sont attendus, ils n'ont aucun intérêt. Un député proche d'Alain Juppé qui affirmerait publiquement le soutenir ne ferait pas un événement. Si cela vient d'une figure comme Daniel Cohn-Bendit, ça l'est davantage car il y a une dimension symbolique en plus. C'est alors une valeur ajoutée. Même si nous sommes extrêmement loin de l'élection et qu'il peut se passer encore beaucoup d'évènements, ce ralliement peut être bénéfique.

Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer le fait que nous sommes dans un contexte mondial (et pas seulement en France) de contestation très forte des élites. Or, les comités de soutien peuvent aussi apparaître comme de l'entre-soi face à un corps électoral en colère. Donald Trump n'a pas besoin de comité de soutien, une telle démarche le desservirait bien au contraire. C'est donc une navigation un peu fine entre l'intérêt de montrer que l'on possède une base large – et Juppé sait bien qu'une partie de la gauche craint qu'elle ne soit écartée du deuxième tour et pourrait être amenée à le soutenir – et ce phénomène anti-élites extrêmement puissant et encouragé, paradoxalement, par des élites comme Eric Zemmour ou Alain Finkielkraut.

Par ailleurs, il me paraît frappant que de tels soutiens puissent accélérer un phénomène qui est pourtant leur propre crainte affichée. Daniel Cohn-Bendit affirme avoir peur que la gauche ne soit pas présente au second tour. Mais il se met lui-même en situation d'assurer que la gauche n'y soit, effectivement, pas. Il contribue à faire tanguer un peu plus le bateau du côté qui pourrait le faire couler.

Selon vous, est-ce un impact réel ou fantasmé ? Les deux à la fois ?

Il y a un impact indéniable auprès des journalistes et du monde médiatique. Est-ce qu'il y a un bénéfice électoral ? C'est très difficile à dire, d'autant plus que je répète que nous sommes très loin de l'élection. Personne ne peut prétendre deviner quel candidat sera élu Président, plus d'un an avant l'élection ! Il peut se passer tellement de choses d'ici-là…

Cette recherche de ralliements symboliques est-elle notamment en train de s'accélérer à droite, au détriment d'une réflexion sur un programme politique ?

Généralement, ce ne sont pas les candidats qui s'occupent des ralliements, sauf pour obtenir le soutien de quelques personnalités de grande importance. Quand Jack Lang s'occupait de mettre en place des comités de soutien pour François Mitterrand ou pour les élections européennes des uns et des autres, cela ne prenait pas énormément de temps aux candidats. Ces démarches demandent un petit peu de temps et d'énergie, mais les leaders politiques savent que cela compte infiniment moins aujourd'hui qu'en 1974, 1981 ou même 1988.

 

Qu'est-ce qu'un soutien "de poids" ? Et quelle légitimité supplémentaire peut-il donner ?  L'opinion publique y est-elle attachée ? S'en soucie-t-elle ?

Un soutien de poids est à mes yeux une personnalité connue qui possède une expertise ou un talent dans un domaine qui peut ne pas être politique. Lorsque Haroun Tazieff et Alain Bombard affirmaient soutenir François Mitterrand, en 1981, il s'agissait de soutiens importants, même si politiquement ils ne pesaient pas grand-chose. En termes d'image, ils pesaient beaucoup.

Si le soutien de Daniel Cohn-Bendit venait à se confirmer, il serait un atout symbolique pour Alain Juppé. Il a en effet cette dimension franco-allemande tout en demeurant, dans l'imaginaire, l'homme de Mai 68. Son ralliement à Juppé apporte indéniablement du jus, de la vitalité et de la couleur à sa campagne même si celle-ci est encore longue.

La formation d'un comité de soutien composé de personnalités appartenant à l'élite (politique, économique, intellectuelle, etc.) n'est-elle pas aux antipodes des préoccupations réelles des Français ? Ne revient-elle pas au final à faire apparaître encore davantage les politiques comme coupés du peuple ?

Il est vrai que ce risque existe. Prenez le dîner du Fouquet's par exemple. Nicolas Sarkozy, tout juste élu Président, y a rassemblé de nombreux industriels et artistes. Cette soirée a donné une image de légèreté un peu provocatrice dont Sarkozy a eu bien du mal à se débarrasser.

A la place des hommes politiques, j'éviterais de créer des comités de soutien, mais je serais heureux d'avoir des ralliements individuels, en l'occurrence de personnalités dont on n'ait pas l'impression qu'elles se fédèrent au sein d'une opération de communication, mais qui apportent individuellement leur image. Aujourd'hui, c'est dérisoire de la part d'un politique de dire que tel ou tel actrice ou chanteur vous soutient.

En revanche, un petit nombre de personnalités très inattendues, qui viennent en appui d'une candidature sans donner l'air d'une opération organisée, ou d'un simple racolage, peut effectivement apporter des compléments solides. Une photo sur laquelle on retrouvera, côte à côte, Alain Juppé et Daniel Cohn-Bendit, illustrerait clairement l'intérêt du second pour le premier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
L'homme qui ne voulait pas être le deuxième flic de France…
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 04/02/2016 - 00:20
Pas de quoi être fier
Avec le soutien de cet ultra gaucho - rien d'étonnant ça se rajoute au soutien de Bayrou le traitre - l'horreur totale - si les gens n'ont pas compris que voter Juppe c'est voter pour un mou qui ne fera rien et qui a les mêmes idées que la gauche, c'est grave - sans compter le "bonheur" d'avoir Bayrou ministre beurk.....
Semper Fi
- 03/02/2016 - 01:32
@Liberte1776
Zut alors ! Vous m'ôtez les mots de la bouche ! Bien content de vous retrouver... cela faisait longtemps que vous n'aviez pas fait de commentaire et je me sentais un peu seul. Je n'avais déjà pas envie de voter Juppé... cela est maintenant confirmé !
Liberte1776
- 02/02/2016 - 20:29
Au revoir, Alain.
Je sais donc pour qui je ne voterai pas. Voici Juppé soutenu par le chantre des frontières ouvertes, un leader de Mai-68, qui fut une revolution d enfants gates, dont l idéologie libertaire nous mène paradoxalement tout droit a la charia. Apres tout, entre revolution sexuelle des enfants promue par DCB, et le mariage des filles a 9 ans, courant dans le monde islamique, on se rejoint, n est ce pas ?

Au moins, cela clarifie les choses. Juppé, de "droite", ce n est qu est un positionnement marketing. Vale Alanus Libertarius !