En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 35 min 52 sec
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 heures 28 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 heures 25 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 heures 57 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 heures 23 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 heures 32 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 heures 54 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 heures 19 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 7 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Qui déstabilise qui ?

L'appel du pied de Sarkozy à Macron

Publié le 01 février 2016
Ce jeudi 28 janvier, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau de C à vous pour faire la promotion de son ouvrage. Il a eu des mots plutôt élogieux à l'égard d'Emmanuel Macron. Par le passé, il avait également invité le ministre de l'Economie à rejoindre les rangs des Républicains. Des attentions probablement pas dénuées d'intentions.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 28 janvier, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau de C à vous pour faire la promotion de son ouvrage. Il a eu des mots plutôt élogieux à l'égard d'Emmanuel Macron. Par le passé, il avait également invité le ministre de l'Economie à rejoindre les rangs des Républicains. Des attentions probablement pas dénuées d'intentions.

Atlantico : Ce jeudi 28 janvier, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau de C à vous pour faire la promotion de son ouvrage. A l'attention d'Emmanuel Macron, il a eu quelques mots plutôt élogieux, estimant que "Beaucoup de ce que dit Emmanuel Macron est intéressant et justifié." Par le passé, il avait également invité le ministre de l'Economie à rejoindre les rangs des Républicains. En quoi ces diverses déclarations de Nicolas Sarkozy sont un bon, ou un mauvais calcul de la part de l'ancien chef de l'Etat ?

Maxime Tandonnet : Les propos de Nicolas Sarkozy sont sincères. En effet, les positions prises par Emmanuel Macron sur les 35 heures, sur la fonction publique, sur l'entreprise ou la libéralisation de l'économie rejoignent les positions de l'ancien chef de l'Etat. On ne voit pas bien comment ce dernier pourrait ne pas être en adéquation avec les déclarations du ministre de l'Economie sur ces sujets. Quant à la dimension politique de ces éloges, ils expriment une volonté de l'ex-président de la République de transcender les clivages et de se donner une image d'union nationale dont il ne souhaite pas laisser le monopole à son concurrent probable aux primaires de la droite et du centre, Alain Juppé. Mais en même temps, il atténue son profil clivant qui plaît à une partie de ses soutiens. L'équation est complexe. En même temps, il est difficile d'envisager une élection présidentielle sans passer par l'appel à l'unité. Souvenons nous de son discours de janvier 2007 ou M. Sarkozy invoquait Jean Jaurès et Léon Blum puis de sa politique "d'ouverture".

Une telle approche permet-elle à Nicolas Sarkozy de souligner la contradiction de l'approche d'Emmanuel Macron par rapport à la ligne traditionnelle du PS ? Est ce un moyen d'isoler encore un peu plus le ministre de l'économie vis à vis des membres du Parti socialiste ?

Franchement, je n'en sais rien... Comment connaître, voire deviner ses intentions profondes? A priori, l'intérêt d'isoler davantage M. Macron ne paraît pas évident. Au contraire, l'ex-chef de l'Etat n'a pas forcément avantage à renforcer l'isolement du ministre de l'Economie à gauche au point d'en faire un nouveau héros de la droite. Je ne suis pas certain que l'idée de diviser et d'affaiblir davantage le parti socialiste qu'il ne l'est aujourd'hui soit une priorité pour Nicolas Sarkozy. Sa préoccupation fondamentale concerne son image dans l'opinion publique. Contrairement à la plupart des commentateurs, je suis certain qu'il ne bluffait pas en affirmant qu'il ne se présenterait à la présidentielle que s'il y voyait un "intérêt". Il me semble que sa candidature dépend d'un frémissement en sa faveur dans l'opinion. Je ne le vois pas bien aller aux primaires puis à la présidentielle, au risque d'une défaite humiliante, s'il n'est pas porté d'ici là par un courant favorable. Sa priorité du moment est là.

Inversement, alors que Nicolas Sarkozy a, de façon récurrente, voulu incarner le rôle d'un homme politique hors système, le profil d'Emmanuel Macron n'est il pas en cela très éloigné de lui, au moins aux yeux de l'opinion ? 

Leurs deux parcours sont très différents, la politique pour l'un, l'ena et la banque pour l'autre. Cependant, ils ont des ressemblances. M. Sarkozy, ministre de l'Intérieur et de l'Economie, s'est montré adepte d'une méthode politique qui privilégie les formules choc destinées à frapper l'opinion, quitte à déplaire à la classe dirigeante et aux médias, voire même à se désolidadriser du gouvernement. Ce côté transgressif se retrouve chez M. Macron. En revanche, ils se séparent sur leurs centres d'intérêt. M. Sarkozy a construit son image sur les sujets régaliens, sécurité, immigration, qui sont eu coeur des préoccupation des Français. M Macron ne semble pas passionné par ces enjeux. Au-delà de la ressemblance de méthode, ils incarnent deux profils politiques bien distincts. L'ex-président joue sur une fibre populaire et le ministre de l'Economie plus élitiste.

De façon plus lointaine, quels sont été les effets des différentes expériences de Nicolas Sarkozy en termes de "prises de guerre" de personnalités de gauche ?

Les effets sont contrastés. Il est difficile de reprocher à l'ancien président d'avoir voulu marquer sa volonté unitaire, dans la ligne de sa campagne. Cependant la politique "d'ouverture" a été ressentie comme ambigüe, destinée à déstabiliser l'opposition. Le débauchage, entre les deux tours, de proches de son adversaire socialiste a pu donner une image de manoeuvre politicienne. En outre, elle n'a pas été comprise par une grande partie de sa majorité qui y a vu le signe d'un reniement de ses engagements de campagne sur la sécurité, l'immigration, la réhabilitation du travail contre l'assistanat. Certains de ses électeurs de 2007 ne lui ont pas pardonné et le lui ont fait payer en 2012. Cette politique d'ouverture ne lui a valu aucune grâce à gauche, bien au contraire, et l'a privé d'une bonne partie de ses soutiens à droite. S'il était élu en 2017, M. Sarkozy s'y prendrait sans doute autrement en fondant une politique d'unité nationale sur un contrat d'objectifs clair. Et pour cela, il est vraisemblable que dans son esprit M. Macron, dans la lignée de ses dernières déclarations, pourrait être un atout éventuel.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 01/02/2016 - 13:51
Nicolas qui?
connaît pas, un bonimenteur de marché probablement.
A M A
- 01/02/2016 - 11:42
Macron.
Fort de ses soutiens bien connus, Mr.Macron se joue de Mr.Sarkhozy dont il peut nourrir efficacement les ambitions.