En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

06.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 11 heures 17 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 12 heures 29 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 15 heures 1 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 17 heures 4 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 17 heures 32 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 18 heures 15 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 7 heures 33 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 16 heures 56 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 17 heures 24 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 18 heures 8 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 18 heures 27 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 18 heures 59 min
© Reuters
La chancelière allemande, Angela Merkel.
© Reuters
La chancelière allemande, Angela Merkel.
Migrants, 2ème effet kiss kool

Inquiétudes en Allemagne : Angela Merkel pourrait-elle perdre le pouvoir avant la fin de la législature en cours ?

Publié le 31 janvier 2016
Suite aux agressions de Cologne et à la crise des migrants, Angela Merkel est affaiblie plus que jamais. Elle doit faire face à une fronde politique venant de toute part - y compris de son propre parti, la CDU - et à la chute de sa cote de popularité.
Lothar Ruhl
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lothar Ruhl est un journaliste et politlogue allemand.Il est notamment l'auteur de "l'Empire du Bien" (Klett-Cotta, Stuttgart 2005)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux agressions de Cologne et à la crise des migrants, Angela Merkel est affaiblie plus que jamais. Elle doit faire face à une fronde politique venant de toute part - y compris de son propre parti, la CDU - et à la chute de sa cote de popularité.

Atlantico : Selon un dernier sondage, environ 40 % des Allemands souhaitent que la chancelière démissionne. Une quarantaine de députés de la CDU ont signé pour la première fois noir sur blanc un appel « urgent à revenir sur l'actuelle politique d'immigration » D'un point de vue institutionnel, la Chancelière est-elle menacée ?

Lothar Ruhl : Les prochaines semaines seront décisives pour Angela Merkel et son gouvernement. Mais en ce qui concerne les derniers sondages d’opinion, il ne faut pas dramatiser la situation outre mesure. Il y a encore une majorité dans l’électorat qui soutient la chancelière allemande. L'opinion n'a pas encore basculé, elle est à «cinquante-cinquante». Ce soutien dans l’opinion, même s’il a été affaibli avec les derniers évènements à Cologne, est toujours présent et explique qu’il n’y ait pas de candidat officiel à sa succession. Certes, notre constitution prévoit  la possibilité d’avoir recours à un vote de défiance constructif en cas de trop grande défiance vis-à-vis du chancelier. Il faut qu’au sein du gouvernement fédéral un candidat se présente et s’oppose au chancelier ou à la chancelière et obtienne une majorité absolue. Mais la situation actuelle n’offre pas encore cette occasion.

 

Angela Merkel n’est pas menacée pour le moment. Le parti chrétien démocrate va se rassembler autour d’elle pour affronter les élections régionales dans le sud-ouest et le centre de l’Allemagne. Mais à plus long terme, tout est possible. Si l’afflux des migrants continue au-delà du printemps prochain, sa situation pourrait être critique et le gouvernement pourrait affronter une crise politique. Pour Angela Merkel, le parti chrétien démocrate doit absolument résister à des pressions extérieures, notamment celle du parti social chrétien de Bavière. Si la CSU devait sortir du gouvernement, Angela serait très exposée et son autorité encore plus diminuée.  

Qui sont les personnalités susceptibles représenter une réelle menace pour Angela Merkel, aussi bien dans son propre parti que dans l'opposition ? Wolfgang Schäuble, emblématique figure de la droite allemande, représente-il une alternative aux yeux de la population ?

Wolfgang Schauble, le ministre des Finances, est un homme politique du centre qui a été longtemps ministre sous Helmut Kohl, président du groupe parlementaire CDU-CSU - il est resté très influent et  très apprécié par la population. Il a toujours défendu une position frontale contre les nombreuses concessions faites en matière de politique migratoire. Sa contestation est d’ailleurs partagée par Thomas de Maizière, le ministre de l’Intérieur, d’autres ministres de l’union chrétienne démocrate et les chrétiens sociaux de Bavière.  Mais personne ne veut s’opposer à la Chancelière autrement que par des critiques constructives. Pour l’instant, je ne pense pas qu’il pourrait y avoir un candidat au sein de la coalition gouvernementale qui se présenterait pour prendre la succession d'Angela Merkel. Ni Horst Seehofer, le chef de la CSU bavaroise, ni les hommes politiques influents de la CDU ne sont prêts pour le moment à s’exposer en posant leur candidature à la succession de Angela Merkel.

Quels sont les moyens dont dispose Angela Merkel pour asseoir son pouvoir jusqu’au prochaines élections ?

Angela Merkel ne peut pas faire machine arrière. Si elle devait admettre ses erreurs et revenir sur ses prévisions et ses mesures, elle serait sans doute obligée de démissionner. Elle n’a aucun intérêt à jouer cette carte-là, qui serait un aveu d’échec et une concession à l’opposition au sein de son propre parti, la CDU, ou à la CSU bavaroise. Elle n’obtiendrait aucun soutien si elle revenait sur ses positions prises en public.

Pour rester au pouvoir, elle n’a pas d’autre choix que de continuer cette fuite en avant. Et c’est ce qu’elle fait, comme le montrent ses promesses peu réalisables, comme celle de réduire le nombre des demandeurs d’asile, celle d’obtenir de la part des partenaires européens qu’ils acceptent un quota plus important de migrants ou encore celle de renforcer le contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne et de l'espace Schengen pour dissuader les migrants de venir en Allemagne.

Mme Merkel joue avec ces promesses qui sont illusoires. Mais elle n’a pas le choix : il faut qu’elle tienne sur sa position et gagne du temps. Elle espère limiter les dégâts aux prochaines élections régionales qui auront lieu le 13 mars dans trois länder (en Bade-Wurtemberg, en Rhénanie-Palatinat et en Saxe-Anhalt) où les deux partenaires de sa coalition gouvernementale, l'Union démocrate chrétienne (CDU/CSU) et le Parti social-démocrate (SPD) sont en difficulté, le parti xénophobe Alternative pour l’Allemagne (AfD) étant crédité d’au moins 10% des voix.

Angela Merkel  va s’engager pleinement dans la campagne des régionales. Ce sera l’occasion pour elle de défendre ses postions, de renouveler ses promesses, d’expliquer que le peuple allemand doit être patient, que la situation va s’améliorer. La chancelière allemande parie sur la coopération turque avec le plan négocié fin novembre 2015 entre Ankara et Bruxelles qui prévoit que la Turquie bloque le flux de réfugiés en provenance de Syrie. Elle compte également sur les pressions exercées par l’Europe sur la Grèce, sur la possible dissuasion que provoqueraient des contrôles plus effectifs à la frontière allemande. Elle ne peut qu’espérer car elle ne peut pas fermer les frontières pour des raisons économiques. Tout ne joue pas contre Angela Merkel. Mais les scrutins des élections régionales seront décisifs pour elle et son partenaire social-démocrate avant les élections fédérales de septembre 2017. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joke ka
- 12/02/2016 - 10:18
Merkel
Merkel a déçu beaucoup de monde : elle a commis une lourde erreur qui mène l'Europe au chaos ..on la pensait intègre et uniquement motivée par l'intérêt de son pays et de l'Europe .si elle était vraiment honnête ,elle reconnaîtrait ses fautes et démissionnerait qu lieu d'aller magouiller en Turquie avec un islamiste autoritaire pour conserver le pouvoir
Aldebaran45
- 01/02/2016 - 01:07
Criminels
Une nouvelle sur LCI, 10,000 enfants de migrants auraient "disparu" et seraient exploités par les mafias dans la prostitution notamment. Le Bien ne peut pas émerger d'un tel chaos, nos politiques ont du sang sur les mains : si la cause des migrants était si importante et vitale, pourquoi ne pas leur avoir délivré des visas et les laisser par les moyens légaux? Cela aurait évité ainsi d'engraisser les mafias qui veulent que ce "cirque" continue aussi longtemps que possible. Quand l'inaction et la politique des bras ballants sont érigées en vertu...
Lafayette 68
- 31/01/2016 - 17:39
@cloette
Vous avez raison : un peu des deux,le sentiment de culpabilité encore présent, la démographie faible compensée par les migrants (forte natalité ,idée encore marquée par le nazisme ),et le souvenir du mur et de son ouverture à l'ouest en 89 ,elle qui vient de RDA ...
Il est temps d'avoir des dirigeants allemands des nouvelles générations.