En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 5 min 38 sec
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 15 heures 23 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 16 heures 26 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 20 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 22 heures 18 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 23 heures 31 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 33 min 29 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 15 heures 48 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 16 heures 52 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 18 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 20 heures 27 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 1 jour 31 min
© Reuters
© Reuters
Edito

Pourquoi la France ne peut plus attendre 2017 pour commencer à se réformer

Publié le 29 janvier 2016
Les désordres s’accumulent dans le pays avec la multiplication de conflits sociaux dont le caractère violent s’aggrave chaque jour en raison des difficultés que connaissent aussi bien les agriculteurs que les chauffeurs de taxis, mais qui affectent bien d‘autres secteurs tels que le commerce, les banques ou le tourisme.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les désordres s’accumulent dans le pays avec la multiplication de conflits sociaux dont le caractère violent s’aggrave chaque jour en raison des difficultés que connaissent aussi bien les agriculteurs que les chauffeurs de taxis, mais qui affectent bien d‘autres secteurs tels que le commerce, les banques ou le tourisme.

C’est une atmosphère crépusculaire qui règne en France en ce début d’année, où les épreuves s’accumulent pour François Hollande. Sa grande quête du rassemblement de la gauche a volé définitivement en éclats avec le départ du gouvernement  de Christiane Taubira et la pression monte au sein du PS en faveur d’une primaire avant la prochaine élection présidentielle, ce qui compromettrait les espoirs de réélection du chef de l’Etat.

Les désordres s’accumulent dans le pays avec la multiplication de conflits sociaux dont le caractère violent s’aggrave chaque jour en raison des difficultés que connaissent aussi bien les agriculteurs que les chauffeurs de taxis, mais qui affectent d’une manière plus sourde, bien d'autres secteurs tels que le commerce, les banques ou le tourisme. Tandis que la grande promesse de François Hollande, martelée à chaque occasion, concernant le renversement de la courbe du chômage, s’est effondrée de la manière la plus piteuse avec le nouveau record des sans emploi enregistré en décembre dernier. Un bilan consternant, une véritable marque au fer rouge avec sept cent mille individus supplémentaires concernés depuis le début du quinquennat. Un record dont la fameuse exception française se passerait bien, puisque le chômage régresse partout en Europe, sauf dans notre pays. Tandis que les espoirs d’une amélioration  paraissent bien précaires, au moment où les grands pays comme les  Etats-Unis, l’Allemagne ou la  Grande-Bretagne connaissent un ralentissement  de leur rythme de croissance.

La France ne peut indéfiniment compter sur les autres pour améliorer sa conjoncture. Elle subit au demeurant des injonctions  de plus en  plus pressantes de ses partenaires, du Fonds Monétaire International ou de la Commission européenne pour s’engager résolument  dans les  réformes. Mais sa réponse est toujours dans le Verbe, jamais dans l’action positive. La communication fait figure de décision, mais le  changement  ne suit pas. Ce n’est pas faute d’interventions parlementaires. La machine  à légiférer tourne  même à plein régime, mais c’est pour produire des textes bâclés, qui obligent souvent à revenir en  arrière en raison de leur imprécision et qui vont toujours dans le même sens, celui de   conforter la situation de ceux qui sont  en  place,  améliorer  encore si faire se peut,  leurs « droits », en laissant  de côté une partie croissante  de la population hors des chantiers du travail, en ajoutant  toujours un peu plus de complexité et de freins au progrès, la dernière trouvaille dans ce domaine étant la loi sur la pénibilité, pratiquement inapplicable, mais  qui va  ajouter  un surcroît de charges  aux entreprises.

En fait, le pouvoir est en proie à un véritable  désarroi. Il prend  conscience  chaque jour des effets de la révolution internet qui transforme la vie économique, en donnant un nouveau visage à une mondialisation qui fait disparaître une  grande  partie de tous les corps intermédiaires, dont la France est particulièrement dotée. L’économie numérique donne  un formidable coup de vieux à notre politique fiscale, éducative et réglementaire. Elle implique  une mutation  complète du droit social devenu obsolète. Mais devant l’énormité  du changement nécessaire, François Hollande est tétanisé et selon son habitude refuse de choisir. Demander à l’ancien ministre  de  la justice de 1981,  Robert Badinter de formuler des propositions nouvelles après toutes celles qui ont déjà été produites était une initiative dérisoire.Tout cela pour en rester aux bouts de ficelle traditionnels : les contrats aidés , ou le recours à une formation inadaptée  au monde  de demain. A vouloir ménager, comme d’habitude l’ancien et le nouveau, on perdra sur les deux tableaux et les Français, qui sont mûrs aujourd'hui pour accepter le changement que leur refusent les politiques, continueront de ressasser leur amertume  devant le déclin  du pays qui leur paraît inexorable.                

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 30/01/2016 - 05:05
Excellent constat
..qui ne devrait malheureusement pas changer la situation de ce pays avant 2017. Toutes les forces politiques préparent les primaires pour certains, les plans de bataille pour d'autres.

Qu'en sortira-t-il?
Lafayette 68
- 29/01/2016 - 22:02
psychologie des Français
Corporatistes et finalement frileux à la réforme car "bénéfices secondaires" ...
Ganesha
- 29/01/2016 - 18:33
Nazisme
Superlibéral, ce dont je me souviens de vos commentaires habituels ne me poussent pas à avoir beaucoup de considération à votre égard. C'est donc surtout vis a vis des autres lecteurs, que je précise : ce que je reproche à l'agriculture ''productiviste'', c'est de considérer les animaux comme des ''objets'', au même niveau que les fruits et légumes ! Les animaux sont sensibles à la douleur ! Alors, bien sûr, on peut argumenter qu'un animal, porc ou vache, qui depuis sa naissance passe sa vie immobilisé 24h/24, 7j sur 7, maintenu parfaitement immobile par une structure métallique, ''n'en souffre pas'', parce qu'il ne sait pas qu'une autre possibilité de vie existe… eh bien, cela me paraît aussi inadmissible que ce qu'ont fait autrefois les nazi !