En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 22 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 19 heures 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 22 heures 58 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
Hillary Clinton, ici dans l'Iowa, à quelques jours du caucus, est celle que tout le monde attendait, mais qui échoue toujours à convaincre.
© Reuters
Hillary Clinton, ici dans l'Iowa, à quelques jours du caucus, est celle que tout le monde attendait, mais qui échoue toujours à convaincre.
Let's go

Primaires américaines, c’est parti : ce qu’il faut attendre de l’étape clé de l’Iowa

Publié le 29 janvier 2016
Enfin, nous y voilà ! Ce lundi 1er février les « primaires » vont, enfin, débuter aux Etats-Unis avec le vote de l’Iowa (vote que l’on appelle « caucus » parce qu’il se déroule lors de réunions publiques, et non par suffrage direct). « Enfin », parce que ce vote va donner la première mesure concrète de l’état d’esprit des électeurs américains après neuf mois d’une campagne mouvementée.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Enfin, nous y voilà ! Ce lundi 1er février les « primaires » vont, enfin, débuter aux Etats-Unis avec le vote de l’Iowa (vote que l’on appelle « caucus » parce qu’il se déroule lors de réunions publiques, et non par suffrage direct). « Enfin », parce que ce vote va donner la première mesure concrète de l’état d’esprit des électeurs américains après neuf mois d’une campagne mouvementée.

Deux personnalités ont dominé les débats : Donald Trump chez les Républicains, Hillary Clinton chez les Démocrates. Le premier est celui que l’on n’attendait pas, et dont la popularité médiatique surprend. La seconde est, au contraire, celle que tout le monde attendait, mais qui échoue toujours à convaincre.

Au-delà de ces deux personnalités, une douzaine de candidats sont en lice côté républicain, contre trois côté démocrate. Mais malgré de multiples débats télévisés, des dizaines de réunions publiques et des centaines d’interviews, il est bien difficile d’établir un état des forces en présence. De sorte que le vote de l’Iowa va « enfin » éclaircir un peu les choses.

Côté démocrate, la question concerne la popularité réelle de Bernie Sanders, le sénateur du Vermont et socialiste avoué. En clair est-il en mesure de déstabiliser Hillary Clinton ? Ou bien la course à la nomination va-t-elle s’avérer finie avant d’avoir commencé. Selon les sondages les deux candidats seraient à égalité avec 45% des intentions de vote. Mais les enquêtes d’opinion ont une fiabilité très relative outre-Atlantique. Si Sanders recueille moins de 25% des voix, c’en sera quasiment terminé de sa candidature. Un tel écart face à une candidate dotée des moyens dont dispose Hillary serait insurmontable. A l’inverse si Bernie Sanders réalise un score supérieur à 40%, sa candidature gagnera en crédibilité. Et si, surprise, il venait à remporter ce vote, ce serait un coup terrible à l’image et à l’amour propre d’Hillary Clinton. Cette défaite rappellerait 2008, quand elle avait été battue par Barack Obama, et remettrait en cause l’inévitabilité de sa victoire…

Côté républicain les choses sont plus complexes. Mis à part l’inénarrable Donald Trump, aucun candidat n’est parvenu à émerger. La plupart se morfondent dans les profondeurs des sondages avec entre 1 et 5% des intentions de vote. Le « caucus » de l’Iowa sera donc source de deux enseignements : un, établir une hiérarchie parmi eux; deux, indiquer le soutien réel dont bénéficie M. Trump.

Toutefois ces enseignements auront leurs limites. La réponse, quelle qu’elle soit, sera tout sauf définitive.

L’Iowa est le premier Etat à se prononcer. Mais à peine 1% des délégués nécessaires à la nomination, de chacun des deux grands partis américains, y seront attribués. 

Depuis la campagne présidentielle de 1972, l’Iowa, petit état du Middle-West, a le statut de « first in the nation ». Il ouvre les scrutins des primaires.  Des cinquante Etats de l’Union, il est le premier à se voter. C’est une tradition. Une règle non écrite qui fait que ce  vote suscite de la part des candidats et des média un intérêt inégalé. Le vote de l’Iowa n’est pas suivi de près  parce qu’il est important. Il est important parce qu’il est suivi de près. 

L’Iowa est un Etat du « midwest », situé presque au centre géographique des Etats-Unis. Sa superficie est de  56 000 km²  et  il compte 3 millions d’habitants. Il est dix fois plus petit que la France et vingt fois moins peuplé.  Son nom dérive d’une tribu indienne, les Ioways.  Sa capitale s’appelle  Des Moines, du nom de son principal cours d’eau.  Prononcé  à l’américaine,  Des Moines devient « di-mogne’z »,  mais le nom est bel et bien français et rappelle que ce territoire fut,  au XVIIIe siècle , propriété de  la couronne. Napoléon le vendit en 1803 au président Thomas Jefferson avec le reste de ce qui s’appelait alors la Louisiane…

Longtemps l’Iowa a été considéré comme « le cœur de l’Amérique » (« Americas’ Heartland »). C’était une Amérique en miniature et le pays votait à son image.  D’où une réputation valorisante d’oracle politique.  Aujourd’hui sa sociologie n’est plus représentative de celle du pays.  L’Iowa est blanc  à 92%. Avec une population de souche allemande (35%), anglaise, irlandaise, et norvégienne.  Moins de 3% de ses résidents sont des « foreign born », c’est-à-dire «  nés à l’étranger ».  Or les Etats-Unis sont marqués par la mixité ethnique et au plan national, les blancs n’y sont plus de 65%, face à 16% d’hispaniques, 12% de noirs et 5% d’asiatiques… C’est aussi un Etat où les évangélistes sont nombreux et actifs, ce qui tend à biaiser ses résultats en faveurs des candidats aux convictions religieuses fortes.

Chez les démocrates, L’Iowa demeure un baromètre fiable de l’issue des primaires. Le candidat qui arrive en tête dans l’Iowa, finit en général par emporter la nomination.  Ce fut le cas en 2008 avec Barack Obama, qui rassembla 38% des suffrages, contre 28% pour Hillary Clinton, reléguée à la troisième place, derrière John Edwards. Ce fut le cas également en 2004 avec John Kerry, en 2000 avec Al Gore, en 1984 avec Walter Mondale et en 1976 avec Jimmy Carter. Ce fut aussi le cas en 2012 avec Barack Obama, en 1996 avec Bill Clinton et en 1980 avec Jimmy Carter. Dans ces trois derniers cas il s’agissait de présidents sortant mais affrontant un défi, au moins symbolique, pour leur re-nomination. Au cour des quatre dernières décennies, seuls les scrutins de 1988 et 1992 ont fait exception à la règle. En 1988 Dick Gephardt arriva en tête, mais la nomination revint à Michael Dukakis et en 1992 c’est Tom Harkin (enfant du pays, puisqu’il était alors sénateur de l ‘Iowa) qui l’emporta alors que Bill Clinton fut cette année-là le candidat présidentiel démocrate.

On ne retrouve pas une tendance aussi nette chez les Républicains. Ainsi en 2012 c’est Rick Santorum qui arriva en tête, et en 2008, Mike Huckabee. Mais ni l ‘un ni l’autre ne parvinrent à emporter la nomination du parti qui échoua dans les mains respectivement de Mitt Romney et John Mc Cain. Au cours des quarante dernières années hormis des présidents sortant, seuls trois républicains ont emporté la nomination après avoir remporté l’Iowa, George W. Bush en 2000, Bob Dole en 1996 et Gerald Ford en 1976.

De sorte que, côté républicain, il sera plus instructif d’observer, non pas le vainqueur, mais plutôt les trois premiers, car le futur « nominé » sera très probablement l’un de ces trois-là. Depuis 1972 seul John Mc Cain est parvenu à obtenir la nomination du parti sans être monté sur le podium dans l’Iowa (il avait terminé quatrième avec 13% des voix).

L’Iowa  sert donc moins à désigner le vainqueur  final, qu’à identifier les premiers perdants et éclaircir les rangs des candidats. Ceux, et celle, qui totaliseront moins de 10% des voix auront beaucoup de mal à poursuivre leur campagne à moins d’un coup d’éclat la semaine suivante lors de la primaire du New Hampshire (9 février).

Mais cette année, tous les regards se porteront inévitablement sur le score de Donald Trump. Le  trublion républicain joue très gros à l’occasion de ce premier vote. Caracolant en tête des sondages depuis six mois, alors que beaucoup le considèrent comme trop extrême et trop instable pour être « présidentiable », il a l’occasion de confirmer son statut de nouveau favori. A contrario, un score décevant,  le ferait tomber de son nuage.

A l’évidence le milliardaire newyorkais est conscient de l’enjeu. Pour s’assurer de bien figurer lors de ce caucus, il a engagé Chuck Laudner,  le directeur de campagne qui obtint une victoire surprise pour Rick Santorum en 2012.  Il s’est aussi payé l’équipe de campagne la plus étoffée de tous les candidats ; pas moins de treize personnes rémunérées, quand ses adversaires se reposent principalement sur le travail de militants bénévoles… Enfin Trump a bénéficié la semaine dernière du soutien de Sarah Palin, l’égérie du mouvement du Tea Party et de l’aile populiste du parti républicain.

Selon les derniers sondages Trump est crédité de 34 à 39% des voix dans l’Iowa. Il devance largement Ted Cruz (21 à 24% des intentions de vote) et Marco Rubio (12% à 15% des voix).

Au-delà du score obtenu par ces candidats, si ce trio de candidats arrivait en tête, même dans un ordre différent,  la course à la nomination du parti républicain serait de facto ramenée de douze candidats à trois. Ce qui serait déjà une clarification de taille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 29/01/2016 - 20:54
Enfin..!
Un article qui dépeint justement les enjeux . L' auteur aurait pu rajouter les vents contraires qui soufflent sur la campagne de Me Clinton , mais ce n' est pas le sujet du moment .