En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Indignation à géométrie variable
Malaise sur le plateau du "Supplément" : l’intolérable réserve de Najat Vallaud-Belkacem face à un représentant associatif musulman rechignant à condamner l’Etat islamique
Publié le 26 janvier 2016
Sur le plateau de l'émission de Canal+, Idriss Sihamedi, président de l'ONG humanitaire Barakacity, qui exerce notamment en Syrie, a refusé de condamner l'Etat islamique pour ses actes, sans essuyer la moindre critique de la part de la ministre, inhabituellement effacée.
 Xavier Saincol est haut fonctionnaire. Il s'exprime ici sous pseudonyme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Saincol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Xavier Saincol est haut fonctionnaire. Il s'exprime ici sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur le plateau de l'émission de Canal+, Idriss Sihamedi, président de l'ONG humanitaire Barakacity, qui exerce notamment en Syrie, a refusé de condamner l'Etat islamique pour ses actes, sans essuyer la moindre critique de la part de la ministre, inhabituellement effacée.

Atlantico : Le 24 janvier, Najat Vallaud-Belkacem était invitée sur le plateau du Supplément de Canal+, en compagnie d'Idriss Sihamedi, président de l'ONG Barakacity. Ce dernier n'a pas souhaité condamner l'Etat Islamique, sans essuyer de véritable réaction de la part de la ministre. Jusqu'où peut-on tolérer ces deux attitudes ? Le communautarisme et le silence ?

Xavier Saincol : Ce qui est terrible, c'est de voir à quel point on oublie que la France est en état de guerre. Parfois, il semble que l'on oublie que 130 Français ont été massacrés dans les attentats de Paris le 13 novembre dernier, ainsi que les victimes des attentats des 7 et 9 janvier 2015. Cette capacité d'oubli donne le vertige. Aujourd'hui même, un rapport d'EUROPOL révèle que des attentats massifs sont possibles en Europe et plus particulièrement en France. Le plus inacceptable n'est pas le communautarisme en soi mais le refus de dénoncer clairement les atrocités de Daesh par le président de l'ONG. Quant à la ministre, elle a donné un signe de faiblesse inouïe devant les caméras de télévision. En tant que membre du gouvernement, son rôle était d'être solidaire d'un gouvernement qui mène la guerre à Daesh et donc de condamner en direct ces propos sans aucune ambiguïté. 

En réaction à la polémique, Najat Vallaud-Belkacem publie un billet sur facebook, dans lequel elle estime avoir montré son profond désaccord avec Idriss Sihamedi. Qu'en est-il dans les faits ?

Bien sûr, elle était très ennuyée par la tournure de l'entretien, mais son billet n'a aucune valeur, le mal est fait devant des millions de téléspectateurs. Elle a donné une image d'indécision et de tergiversation face à l'inadmissible. En période de guerre, alors que le sang de plus d'une centaine de civiles a coulé, que des militaires français sont engagés sur plusieurs théâtres d'opération, en Afrique et au Moyen-Orient, le sentiment que l'un des membres du gouvernement est fragile face à ces sujets est inquiétant. En outre, Mme Vallaud-Belkacem est ministre de l'Education nationale, un poste stratégique puisqu'il est en lien avec l'avenir des jeunes. 

A plus d'une reprise, la ministre s'est faite plus prompte à défendre les valeurs "progressistes", prenant régulièrement position sur les discriminations, les droits des femmes, etc… Que dire de cette indignation à géométrie variable ? Comment l'expliquer ?

Les ambiguïtés de Mme Vallaud-Belkacem reflètent celles du pouvoir socialistes. Les ONG, le monde associatif représentant de la "diversité" est sa clientèle électorale. Souvenons-nous du célèbre rapport de Terra Nova, le think tank du parti socialiste, en 2012. Il invitait le parti socialiste à s'appuyer sur une "France nouvelle", celle des quartiers, des minorités, des personnes issues de l'immigration, qui vote à 80% à gauche. Quand certains représentants de cette "France nouvelle" prennent le parti des ennemis de la France et des massacreurs de ses enfants, le pouvoir socialiste se trouve totalement déstabilisé et hésite entre ses intérêts électoralistes et le destin national. Toute la tragédie du parti socialiste est là, dans ce malaise, cette ambiguïté, dans cette hypocrisie illustrée par Mme Vallaud-Belkacem sur Canal +... 

D'habitude beaucoup plus vindicative, Najat Vallaud-Belkacem s'est, cette fois, illustrée par sa volonté de ne pas réagir. Déclarant que l'association "porte une façon de voir les choses à laquelle elle ne souscrit pas", Najat Vallaud-Belkacem ne remet-elle pas en cause tout son combat ? Quels sont les risques à s'effacer de la sorte, chercher le compromis ?

Oui, c'est sidérant. Madame Vallaud-Belkacem, si hargneuse, si sectaire, si mauvaise face à la droite dite "réactionnaire", se montre penaude, intimidée, presque petite fille, face à un personnage qui manifeste des signes de complaisance envers les bourreaux de jeunes Français. Mais ce n'est pas fini. Le silence du gouvernement, du chef de l'Etat, du Premier ministre face à cette honteuse prestation soulignent l'embarras de l'ensemble du pouvoir socialiste. Bien sûr que les gestes de faiblesse et d'indécision de ce type ne peuvent qu'encourager les islamistes radicaux à redoubler de haine et de violence. Nous assistons aussi à la débâcle de la politique spectacle, cette course des politiciens qui ne pensent plus qu'à se faire valoir dans les médias en oubliant leur mission d'intérêt général. Qu'avait à faire la ministre de l'Education sur ce plateau? Elle n'a rien d'autre à faire dans son ministère? Comme M. Manuel Valls chez Ruquier samedi soir... Leur prestation peu glorieuse, de l'un comme l'autre, marque la déchéance de toute une conception de la politique tournée vers un culte du moi narcissique dont l'effarant naufrage de Mme Vallaud-Belkacem sur Canal + montre les limites...  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 27/01/2016 - 17:42
Après Taubira
Ouf, enfin elle a dégagé et je veux espérer qu'elle mettra désormais son pouvoir de nuisance pour faire dégager Pépère l'audacieux. Mais en attendant, que pépère ne s'arrête pas en si bon chemin et démissionné la deuxième teigneuse du gouvernement la Najat (le naja est une catégorie de serpent, ça lui va bien)
Mike Desmots
- 27/01/2016 - 08:59
Quand la presse découvre qu'il y a une 5ème colonne en France...
Le djihadisme (guerre sainte) se propage par tous les moyens ...Daech et ses métastases n'est que la partie violentes visible de cette guerre ...
vangog
- 27/01/2016 - 01:51
Peut-être la marocaine veut-elle proposer un poste à ce barbure?
Prof d'islamisme...