En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 4 heures 10 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 51 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 22 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 13 heures 58 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 42 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 41 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 56 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 5 heures 8 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 14 heures 11 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 14 heures 20 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 15 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Trompe l'oeil

Pourquoi la question des 35 heures est économiquement plus complexe que les débats idéologiques le laissent penser

Publié le 26 janvier 2016
16 ans après la mise en place des 35 heures, le débat politique semble converger vers la nécessité de réformer le temps de travail en France. Pourtant, cet apparent consensus actuel masque la complexité d'une question dont la pertinence repose avant tout sur la conjoncture économique actuelle.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
16 ans après la mise en place des 35 heures, le débat politique semble converger vers la nécessité de réformer le temps de travail en France. Pourtant, cet apparent consensus actuel masque la complexité d'une question dont la pertinence repose avant tout sur la conjoncture économique actuelle.

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron a relancé le débat sur les 35 heures lors du Forum de Davos, en indiquant qu'au regard du contexte économique "ne plus payer les heures supplémentaires est une nécessité", Manuel Valls souhaite revenir sur la durée légale du travail mais en proposant une majoration de leur paiement. En quoi ce débat est-il, ou non, pertinent ?

Nicolas Goetzmann : La question, telle qu'elle est ici posée par Emmanuel Macron, consiste à promouvoir l'idée d'une baisse du "coût" du travail, ou plus largement, des salaires. Car en travaillant plus, tout en gagnant un salaire équivalent, l'effet produit est une baisse effective du salaire horaire pour les personnes concernées. En brandissant une telle proposition, finalement, Emmanuel Macron laisse la possibilité à Manuel Valls de le freiner, en acceptant la remise en question des 35 heures, tout en défendant la nécessité de payer les nouvelles heures travaillées. Ce qui ressemble à une stratégie du gentil flic - méchant flic. Car la proposition du ministre de l'économie ne paraît même pas crédible. Comment serait-il possible d'imaginer, au sein même des entreprises, des salariés acceptant de travailler plus pour rien. Revenir aux 39 heures payées 35, cela signifierait une perte de salaire horaire de l'ordre de 10% pour les salariés. Si la modération salariale a été acceptée au début des années 2000 en raison de la baisse du temps de travail, c'est justement parce qu'il existait une contrepartie. Mais sans contrepartie, comment les salariés pourraient-ils l'accepter ?

Concernant l'annonce de Manuel Valls, qui revient à proposer l'application du programme de Nicolas Sarkozy de 2007 "travailler plus pour gagner plus", le contexte économique a son importance. Si le pays était au plein emploi, une telle réforme permettrait d'augmenter l'offre de travail disponible dans le pays tout en favorisant une hausse notable des salaires ; parfait. Par contre, en période de faible activité économique, la hausse du temps de travail ne permet pas de répondre à une demande. Selon les calculs de l'OFCE, plus de 100 000 personnes en France sont employées dans les entreprises sans que cela ne soit justifié par les besoins de production. En l'espèce, cela permet d'élargir théoriquement la voilure de l'économie française, mais c'est l'absence de vent qui caractérise l'économie française. Le diagnostic de base est donc simplement erroné, même s'il peut s'avérer utile lorsque le vent reviendra.

Au fil des mois, la question de la compétitivité est devenue centrale dans le débat politique. Cette approche ne conduit-elle pas à ignorer trop facilement la question de la productivité ?

La compétitivité doit être la politique de ceux qui ont renoncé à la productivité. C'est le problème de fond. Car, pour que le potentiel économique du pays se développe réellement, c'est la question de la productivité, seule, qui a un sens. Or, cette question de la productivité ne passe pas par le même type de réformes que la compétitivité. Pour la productivité, il s'agit d'investissement, d'innovation, de recherche et développement, d'éducation, c’est-à-dire un ensemble de mesures permettant d'enrichir les capacités de l'économie française. A l'inverse, les politiques de compétitivité ont pour objectif d'adapter le pays à un contexte morose. C'est une forme d'acceptation de la défaite. Et la réforme du temps de travail, dans le contexte actuel, ne fait que traduire ce mouvement. Parce que l'objectif n'est pas de permettre à un pays en situation de plein emploi d'appuyer encore sur l'accélérateur, mais de répondre à une demande politique qui explique plus ou moins que les salariés français travaillent trop peu, et qu'il s'agirait là de la cause de la crise. Le fait est que le temps de travail moyen pour un actif français était de 1473 heures par an contre 1366 heures pour un allemand. Ce qui s'explique principalement par la forte intensité du travail temporaire en Allemagne. Mais cela permet de jeter un large doute sur la validité de la problématique "temps de travail" en France par rapport à la crise actuelle.

Quelle est l'utilité réelle de telles réformes ? Sur le terrain politique, François Hollande se sert-il de ces modifications comme une monnaie d'échange au niveau européen ?

En effet, la réforme du temps de travail correspond parfaitement à la logique des mesures structurelles qui sont demandées à la France. Ceci, aussi bien par la Commission européenne, la Banque centrale européenne, ou même l'Allemagne. Pourtant, François Hollande n'a à aucun moment jugé utile de se servir de ces réformes pour tenter une politique du donnant-donnant en Europe. C’est-à-dire de proposer la mise en place de réformes structurelles en France à condition que la BCE soutienne la demande de façon suffisamment forte pour que ces mesures soient pleinement efficaces. Ou, en demandant simplement à l'Allemagne de respecter, elle aussi, les injonctions de la Commission et de la BCE. En l'occurrence, ces instances européennes implorent les pays qui en ont la capacité budgétaire de soutenir le niveau de demande. Sont visés ici les pays qui sont largement au-delà des critères de Maastricht ; comme l'Allemagne, qui affiche un excédent budgétaire, soit une capacité de relance proche de 100 milliards d'euros, ce qui est loin d'être neutre à l'échelle du continent.

Mais non. François Hollande ne demande aucune contrepartie, et ce, comme si la logique économique qui se cachait derrière l'approche exclusive des réformes structurelles avait un sens. Ce qui n'est pas le cas, car de telles mesures ont besoin de croissance, c’est-à-dire de demande, pour "s'exprimer".

Quel pourrait être l'apport d'une réforme du temps de travail en France ?

Il s'agit de raisonner en terme de potentiel. Si la France était en situation de plein emploi, et que ce potentiel de travail était alors pleinement exploité, un relèvement du temps légal du travail permettrait de gagner en potentiel de croissance. Les salariés seraient payés plus, les entreprises gagneraient plus, la croissance du PIB du pays progresserait plus vite etc…même s'il existe une limite. Car lorsque tout va bien, que les revenus progressent etc… les salariés penseront également à leur qualité de vie et donc au temps de travail effectif. Ce qui est naturel. C'est une question d'équilibre à trouver permettant de faire progresser le temps de travail tout en gagnant en productivité. La question du temps de travail est donc parfaitement légitime en théorie. Mais encore une fois, proposer un allongement de ce temps de travail en pleine période de crise, c’est-à-dire dans un moment où le pouvoir de négociation est quasiment nul du point de vue des salariés, cela revient à offrir une marge de manœuvre pour les entreprises qui seraient, de facto, payées par les salariés. Ou comment transformer une mesure qui pourrait être populaire, et souhaitée légitimement par tous dans une période de plein emploi, comme un repoussoir absolu en période de crise. Une telle mesure a la capacité de répondre à de nombreuses attentes de la population, mais le timing est essentiel. Et ce n'est pas le moment. A moins de relancer fortement la demande pour que cette hausse du temps de travail puisse profiter au plus grand nombre sur la feuille de salaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 28/01/2016 - 00:22
Ce qui m’énerve et me rend parfois.. un peu agressif
Ce qui m’énerve et me rend parfois.. un peu agressif, c'est l'obstination, l'aveuglement du peuple français à élire ses dirigeants toujours dans les deux mêmes partis : PS/Ripoublicains. Comment peut-il y avoir des gens suffisamment naïfs pour imaginer un instant que Juppé ou Fillon feraient mieux que Hollande ? Ne parlons pas de Sarko, je deviendrais à nouveau insultant… Un dernier point, comment peut on lire quotidiennement sur Atlantico une bêtise aussi énorme que ''Philippot = Mélenchon'' ? Il suffit d'avoir vu ces deux hommes parler quelques minutes à la télé, pour réaliser combien ils sont différents ! Cela me rappelle les formules sacramentelles que l'on entend à la messe le dimanche… On sort le chiffon rouge et tous les fidèles se prosternent !
Gordion
- 27/01/2016 - 15:06
@Aldebaran45
..non, c'est la croissance qui crée la demande. Répondre à la demande est d'abord par un gain de productivité, et quand les gains de productivité ne suffisent plus ou que leur mise en oeuvre génère des coûts non supportables, l'accroissement de la force de production, donc l'embauche.
Aldebaran45
- 27/01/2016 - 13:31
Arguments fallacieux
Ganesha utilise les arguments comme bon lui semble, comme si la statistique sur le nombre d'heures travaillées en Allemagne qui est influencée par l'emploi à temps partiel avait un quelconque intérêt pour la France, d'autant que ce même Ganesha est le premier à nous critiquer le modèle allemand... tient une autre statistique: la quasi totalité de l'écart de PIB par tête entre la France et les États Unis est due à la différence entre le nombre d'heures travaillées... Rappelez moi le taux de chômage aux États Unis ?