En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 4 heures 47 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 31 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 7 heures 38 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 8 heures 37 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 52 sec
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 30 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 2 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 8 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 7 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 28 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 8 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Trompe l'oeil

Pourquoi la question des 35 heures est économiquement plus complexe que les débats idéologiques le laissent penser

Publié le 26 janvier 2016
16 ans après la mise en place des 35 heures, le débat politique semble converger vers la nécessité de réformer le temps de travail en France. Pourtant, cet apparent consensus actuel masque la complexité d'une question dont la pertinence repose avant tout sur la conjoncture économique actuelle.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
16 ans après la mise en place des 35 heures, le débat politique semble converger vers la nécessité de réformer le temps de travail en France. Pourtant, cet apparent consensus actuel masque la complexité d'une question dont la pertinence repose avant tout sur la conjoncture économique actuelle.

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron a relancé le débat sur les 35 heures lors du Forum de Davos, en indiquant qu'au regard du contexte économique "ne plus payer les heures supplémentaires est une nécessité", Manuel Valls souhaite revenir sur la durée légale du travail mais en proposant une majoration de leur paiement. En quoi ce débat est-il, ou non, pertinent ?

Nicolas Goetzmann : La question, telle qu'elle est ici posée par Emmanuel Macron, consiste à promouvoir l'idée d'une baisse du "coût" du travail, ou plus largement, des salaires. Car en travaillant plus, tout en gagnant un salaire équivalent, l'effet produit est une baisse effective du salaire horaire pour les personnes concernées. En brandissant une telle proposition, finalement, Emmanuel Macron laisse la possibilité à Manuel Valls de le freiner, en acceptant la remise en question des 35 heures, tout en défendant la nécessité de payer les nouvelles heures travaillées. Ce qui ressemble à une stratégie du gentil flic - méchant flic. Car la proposition du ministre de l'économie ne paraît même pas crédible. Comment serait-il possible d'imaginer, au sein même des entreprises, des salariés acceptant de travailler plus pour rien. Revenir aux 39 heures payées 35, cela signifierait une perte de salaire horaire de l'ordre de 10% pour les salariés. Si la modération salariale a été acceptée au début des années 2000 en raison de la baisse du temps de travail, c'est justement parce qu'il existait une contrepartie. Mais sans contrepartie, comment les salariés pourraient-ils l'accepter ?

Concernant l'annonce de Manuel Valls, qui revient à proposer l'application du programme de Nicolas Sarkozy de 2007 "travailler plus pour gagner plus", le contexte économique a son importance. Si le pays était au plein emploi, une telle réforme permettrait d'augmenter l'offre de travail disponible dans le pays tout en favorisant une hausse notable des salaires ; parfait. Par contre, en période de faible activité économique, la hausse du temps de travail ne permet pas de répondre à une demande. Selon les calculs de l'OFCE, plus de 100 000 personnes en France sont employées dans les entreprises sans que cela ne soit justifié par les besoins de production. En l'espèce, cela permet d'élargir théoriquement la voilure de l'économie française, mais c'est l'absence de vent qui caractérise l'économie française. Le diagnostic de base est donc simplement erroné, même s'il peut s'avérer utile lorsque le vent reviendra.

Au fil des mois, la question de la compétitivité est devenue centrale dans le débat politique. Cette approche ne conduit-elle pas à ignorer trop facilement la question de la productivité ?

La compétitivité doit être la politique de ceux qui ont renoncé à la productivité. C'est le problème de fond. Car, pour que le potentiel économique du pays se développe réellement, c'est la question de la productivité, seule, qui a un sens. Or, cette question de la productivité ne passe pas par le même type de réformes que la compétitivité. Pour la productivité, il s'agit d'investissement, d'innovation, de recherche et développement, d'éducation, c’est-à-dire un ensemble de mesures permettant d'enrichir les capacités de l'économie française. A l'inverse, les politiques de compétitivité ont pour objectif d'adapter le pays à un contexte morose. C'est une forme d'acceptation de la défaite. Et la réforme du temps de travail, dans le contexte actuel, ne fait que traduire ce mouvement. Parce que l'objectif n'est pas de permettre à un pays en situation de plein emploi d'appuyer encore sur l'accélérateur, mais de répondre à une demande politique qui explique plus ou moins que les salariés français travaillent trop peu, et qu'il s'agirait là de la cause de la crise. Le fait est que le temps de travail moyen pour un actif français était de 1473 heures par an contre 1366 heures pour un allemand. Ce qui s'explique principalement par la forte intensité du travail temporaire en Allemagne. Mais cela permet de jeter un large doute sur la validité de la problématique "temps de travail" en France par rapport à la crise actuelle.

Quelle est l'utilité réelle de telles réformes ? Sur le terrain politique, François Hollande se sert-il de ces modifications comme une monnaie d'échange au niveau européen ?

En effet, la réforme du temps de travail correspond parfaitement à la logique des mesures structurelles qui sont demandées à la France. Ceci, aussi bien par la Commission européenne, la Banque centrale européenne, ou même l'Allemagne. Pourtant, François Hollande n'a à aucun moment jugé utile de se servir de ces réformes pour tenter une politique du donnant-donnant en Europe. C’est-à-dire de proposer la mise en place de réformes structurelles en France à condition que la BCE soutienne la demande de façon suffisamment forte pour que ces mesures soient pleinement efficaces. Ou, en demandant simplement à l'Allemagne de respecter, elle aussi, les injonctions de la Commission et de la BCE. En l'occurrence, ces instances européennes implorent les pays qui en ont la capacité budgétaire de soutenir le niveau de demande. Sont visés ici les pays qui sont largement au-delà des critères de Maastricht ; comme l'Allemagne, qui affiche un excédent budgétaire, soit une capacité de relance proche de 100 milliards d'euros, ce qui est loin d'être neutre à l'échelle du continent.

Mais non. François Hollande ne demande aucune contrepartie, et ce, comme si la logique économique qui se cachait derrière l'approche exclusive des réformes structurelles avait un sens. Ce qui n'est pas le cas, car de telles mesures ont besoin de croissance, c’est-à-dire de demande, pour "s'exprimer".

Quel pourrait être l'apport d'une réforme du temps de travail en France ?

Il s'agit de raisonner en terme de potentiel. Si la France était en situation de plein emploi, et que ce potentiel de travail était alors pleinement exploité, un relèvement du temps légal du travail permettrait de gagner en potentiel de croissance. Les salariés seraient payés plus, les entreprises gagneraient plus, la croissance du PIB du pays progresserait plus vite etc…même s'il existe une limite. Car lorsque tout va bien, que les revenus progressent etc… les salariés penseront également à leur qualité de vie et donc au temps de travail effectif. Ce qui est naturel. C'est une question d'équilibre à trouver permettant de faire progresser le temps de travail tout en gagnant en productivité. La question du temps de travail est donc parfaitement légitime en théorie. Mais encore une fois, proposer un allongement de ce temps de travail en pleine période de crise, c’est-à-dire dans un moment où le pouvoir de négociation est quasiment nul du point de vue des salariés, cela revient à offrir une marge de manœuvre pour les entreprises qui seraient, de facto, payées par les salariés. Ou comment transformer une mesure qui pourrait être populaire, et souhaitée légitimement par tous dans une période de plein emploi, comme un repoussoir absolu en période de crise. Une telle mesure a la capacité de répondre à de nombreuses attentes de la population, mais le timing est essentiel. Et ce n'est pas le moment. A moins de relancer fortement la demande pour que cette hausse du temps de travail puisse profiter au plus grand nombre sur la feuille de salaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 28/01/2016 - 00:22
Ce qui m’énerve et me rend parfois.. un peu agressif
Ce qui m’énerve et me rend parfois.. un peu agressif, c'est l'obstination, l'aveuglement du peuple français à élire ses dirigeants toujours dans les deux mêmes partis : PS/Ripoublicains. Comment peut-il y avoir des gens suffisamment naïfs pour imaginer un instant que Juppé ou Fillon feraient mieux que Hollande ? Ne parlons pas de Sarko, je deviendrais à nouveau insultant… Un dernier point, comment peut on lire quotidiennement sur Atlantico une bêtise aussi énorme que ''Philippot = Mélenchon'' ? Il suffit d'avoir vu ces deux hommes parler quelques minutes à la télé, pour réaliser combien ils sont différents ! Cela me rappelle les formules sacramentelles que l'on entend à la messe le dimanche… On sort le chiffon rouge et tous les fidèles se prosternent !
Gordion
- 27/01/2016 - 15:06
@Aldebaran45
..non, c'est la croissance qui crée la demande. Répondre à la demande est d'abord par un gain de productivité, et quand les gains de productivité ne suffisent plus ou que leur mise en oeuvre génère des coûts non supportables, l'accroissement de la force de production, donc l'embauche.
Aldebaran45
- 27/01/2016 - 13:31
Arguments fallacieux
Ganesha utilise les arguments comme bon lui semble, comme si la statistique sur le nombre d'heures travaillées en Allemagne qui est influencée par l'emploi à temps partiel avait un quelconque intérêt pour la France, d'autant que ce même Ganesha est le premier à nous critiquer le modèle allemand... tient une autre statistique: la quasi totalité de l'écart de PIB par tête entre la France et les États Unis est due à la différence entre le nombre d'heures travaillées... Rappelez moi le taux de chômage aux États Unis ?