En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 48 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 26 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 14 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 8 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 11 heures 4 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 47 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 17 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 13 min
C'est Noël pour le Trésor américain

Et pendant ce temps là... les États-Unis n'ont jamais eu autant d'acheteurs pour leur dette !

Publié le 29 décembre 2011
Alors qu'ils sont considérés comme un investissement risqué et que les Etats-Unis ont perdu leur triple A, les acheteurs s'arrachent les bons du trésor américains à des taux d'intérêts quasi négatifs. Une situation qui pourrait inciter Washington à emprunter plus pour relancer l'économie.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'ils sont considérés comme un investissement risqué et que les Etats-Unis ont perdu leur triple A, les acheteurs s'arrachent les bons du trésor américains à des taux d'intérêts quasi négatifs. Une situation qui pourrait inciter Washington à emprunter plus pour relancer l'économie.

En 2011, les obligations du gouvernement américain ont eu un succès qu'elles n'avaient pas connu depuis le mandat de Georges Bush le père. L’agence Bloomberg rapporte ainsi que la demande des investisseurs pour les bons du trésor américains n’a jamais été aussi importante depuis 1995. Bonne nouvelle pour les contribuables d’outre atlantique, car plus les banques, fonds de pension et autres pays achètent de la dette américaine, plus les taux d’intérêts seront bas.

Selon Bloomberg, lors d’une vente aux enchères d’obligations à court terme la semaine dernière, le trésor américain aurait reçu neuf fois plus d’enchères que nécessaire pour vendre les 30 milliards de dette dont il avait besoin. A un taux d’intérêt record : 0%. Nul.

Sur le site Wonkblog, Ezra Klein explique que la seule conduite évidente à avoir dans ces conditions est d’emprunter plus. Si l’inflation est prise en compte, les investisseurs payent le gouvernement afin qu’il prenne leur argent, et non l’inverse. Car les rendements s’avèrent négatifs pour les obligations de cinq, sept et dix ans. Une bonne occasion de se servir de cette manne pour investir et relancer l’économie. Celle-ci risque de ne pas se représenter de sitôt.

Cette situation, particulière, est temporaire comme le souligne The Atlantic. L’Europe a sombré dans la crise, faisant de la dette américaine l’un des derniers investissements encore viables sur le marché mondial. En même temps, la Réserve fédérale a été atteinte de fièvre acheteuse, raflant les 600 milliards de dollars de bons du trésor afin de pousser les investisseurs vers d’autres types d’actifs. Les investisseurs privés étaient prêts à accepter un taux d’intérêt ridiculement bas dans le seul but d’avoir un endroit sûr où placer leur argent.

Mais le désir des investisseurs semble déjà être en déclin. Le prix des emprunts va continuer à augmenter et il sera bientôt plus confortable pour les investisseurs de placer leur argent ailleurs, surtout si les États européens agissent de concert. Mais il reste encore du temps. Par exemple, la valeur refuge du crédit suisse a significativement reculé depuis la crise financière. Les obligations grecques et italiennes ne reprendront peut être jamais leur valeur d’avant la crise, et mettront de toutes façons très longtemps avant de redevenir crédibles.

Certains des investisseurs recherchent déjà d’autres options, comme le note le Wall Street Journal, et se tournent vers les obligations de sociétés privées. Jim McDonald, stratège en investissement à la Northern Trust, observe que cela coûte moins d’acheter de l’assurance contre le défaut de paiement de Nestlé et Exxon Mobil que contre celui du gouvernement américain. Même chose avec Coca-Cola ou Wall-Mart, qui valent mieux que les bons de la Suisse ou l’Allemagne. Ce qui est extraordinaire, vu que les gouvernements ont le pouvoir de taxer, alors que les entreprises privées ne l’ont pas.

Pour l’instant, l’offre de dette privée n’est pas assez conséquente pour supplanter les bons du trésor. Pas encore. Ce qui laisse encore un peu de temps au gouvernement américain pour profiter de ce relatif état de grâce.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
letroll
- 30/12/2011 - 11:16
mort de rire !!
la dette américaine est avant tout achetée par la Fed elle-même avec tous les beaux dollars imprimés par ben bernake. donc les américains s'achètent leurs propres dettes, avec de la fausse monnaie ... manquerait plus qu'ils demandent des taux élevés :-)))
ensuite, il importe peu importe qu'ils remboursent ou pas
HR
- 30/12/2011 - 09:29
@ caod4444
"relire Maurice allais sur la crise 29 et celle de 97"
Je ne sais pas ce que vous lisez comme livre d'histoire, mais s'ils vous disent que la France était "gouvernable" entre 1929 et 1939, ils vous mentent. Sans aller jusqu'à 97, il suffit de se souvenir de 1940. Restons chez nous? Ben oui, mais c'est quand même en Europe qu'on est "chez nous. Aveugle.
HR
- 30/12/2011 - 09:25
@ Lepongiste
Je n'évite aucun raccourci.
Je fais juste remarquer une évidence. La crise de 1929 a touché avec une égale violence les USA et l'Europe. Mais c'est en Europe qu'elle a provoqué une guerre, pas aux USA. C'est tout. Pourquoi? Pour une raison simple. Les Américains disposent d'une Constitution démocratique bi-centenaire qui leur permet de se gouverner. Quant à l'Union Européenne, même aujourd'hui...