En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 3 heures 14 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 6 heures 49 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 9 heures 3 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 9 heures 35 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 10 heures 42 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 11 heures 35 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 4 heures 25 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 5 heures 21 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 8 heures 52 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 10 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 10 heures 53 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 11 heures 40 min
Coup de gueule

"Il est grand temps d’aérer la démocratie française !"

Publié le 28 décembre 2011
Arnaud Dassier qui souhaite se présenter aux législatives dans le Loiret a décidé de quitter l'UMP suite aux difficultés rencontrées dans sa quête d'une investiture. L'occasion pour lui de réfléchir aux défauts d'un système français verrouillé et sclérosé, incapable de se renouveler avec du sang neuf.
Arnaud Dassier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Dassier est un entrepreneur et consultant dans le secteur d'Internet. Il est spécialiste de l'Internet politique, il a notamment contribué aux campagnes présidentielles de Jacques Chirac (en 2002) et de Nicolas Sarkozy (en 2007).Depuis 2010, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Dassier qui souhaite se présenter aux législatives dans le Loiret a décidé de quitter l'UMP suite aux difficultés rencontrées dans sa quête d'une investiture. L'occasion pour lui de réfléchir aux défauts d'un système français verrouillé et sclérosé, incapable de se renouveler avec du sang neuf.

J’ai réalisé à l’occasion de ma demande d’investiture à quel point le système politique français était devenu un syndicat de professionnels et de rentiers de la politique, un système féodal dirigé par des barons locaux, qui fonctionne à l’ancienneté et au copinage, de plus en plus déconnecté de la population et peu représentatif de sa diversité. Plusieurs amis socialistes font exactement la même analyse concernant le PS.

Néo-féodalisme

La décentralisation, le cumul des mandats, le scrutin majoritaire et l’alignement des élections législative et présidentielle ont donné un pouvoir démesuré aux barons locaux, capables d’imposer leur volonté et leurs hommes aux appareils nationaux. Ils sont indéboulonnables. Leur avenir est déconnecté de celui de leur parti au niveau national, voire contradictoire (une défaite nationale étant généralement la promesse de victoires locales aux élections intermédiaires). Et, depuis le quinquennat présidentiel, ils ont presque tout pouvoir sur les investitures parlementaires car il est impossible de se fâcher avec eux et de perdre leur soutien pendant l’élection présidentielle. Comment expliquer autrement l’impuissance du PS face à des élus locaux qui ont mis en coupe réglée les Bouches-du-Rhône, le Pas-de-Calais et que je ne sais quel autre département … ?

Ces barons locaux cumulent des mandats parlementaires et les principales responsabilités locales. Ils contrôlent les élus communaux et cantonaux comme des clientèles grâce aux subventions cruciales pour des collectivités dépensières. On le voit avec les pressions de plus en plus fortes, et efficaces, qui sont exercées sur eux pour les dissuader d’apporter leurs signatures aux différents candidats à l’élection présidentielle.

Gérontocratie

Indéboulonnables et cumulards, ces barons locaux ont bloqué efficacement le renouvellement depuis 20 ans. L’Assemblée nationale s’est peu renouvelée depuis 1993 et a vieilli rapidement, avec une alternance des mêmes parlementaires des 2 côtés de l’échiquier. Avec une moyenne d’âge de 59 ans, l’Assemblée nationale française est, de loin, la plus vieille d’Europe, et se rapproche de l’âge moyen du Sénat (65 ans). Ce qui est logique puisque le mode de désignation, par cooptation entre élus locaux, est désormais le même. En France, il y a 1 parlementaire de moins de 40 ans pour 9 de plus de 60. Ce rapport est de 3 en Italie, et de 0,4 en Suède !

Cela pose évidemment un problème de représentativité, mais aussi de modernité de la législation. C’est le signe d’un pays tourné vers le passé, conservateur, qui privilégie la rente plutôt que le changement et l’innovation. Alors que le pays est en faillite après 30 ans de mauvaise gestion, on peut légitimement se demander si l’on peut entrer dans une nouvelle ère et régler les problèmes en s’appuyant sur ceux qui les ont créés.

Médiocratie

Les barons locaux sont assez puissants pour empêcher l’émergence de jeunes talents qui pourraient menacer leur position. Ils décident de la distribution des mandats et rentes politiques locales, privilégiant généralement leurs amis, les plus loyaux, les moins dangereux, ou les plus dociles. Cela pose également un problème en termes de profils de parlementaires. Les caractères sont écrêtés par le long parcours initiatique qu’on vous impose. Les jeunes idéalistes deviennent de vieux cyniques, professionnels de la politique, dont l’objectif est d’éliminer les concurrents internes pour faire carrière.

Ces défauts sont très humains, mais notre système institutionnel, loin de les compenser contribue plutôt à les favoriser en altérant la capacité de renouvellement du jeu démocratique (cumul des mandats, scrutin majoritaire, décentralisation, absence de démocratie interne...).

Au final, nous aboutissons à une Assemblée nationale de super conseillers généraux, plus préoccupés de solidifier leur position locale avec leur mandat national que de faire de la bonne législation. Le mandat local est en effet plus intéressant et plus valorisé que le national, largement vidé de son intérêt par la Ve République et le régime présidentiel. D’où une recrudescence de parlementaires qui s’investissent surtout localement, et parviennent à faire 20 ans de mandat sans laisser leur nom sur une seule loi.

Avec la domination croissante de ces parlementaires « hyperlocaux », on s’éloigne de l’expression de l’intérêt général. Quand on voit la gestion des collectivités locales, qui ont fait exploser le montant des dépenses publiques et des impôts locaux depuis 30 ans, à l’inverse de la très relative politique de « rigueur » de l’Etat, on peut légitimement se demander si cumuler un mandat de parlementaire national et d’élu local n’est pas aussi une forme de skyzophrénie, voire de conflit d’intérêt. L’intérêt général (économiser) et les intérêts locaux (dépenser) sont en effet souvent antinomiques.

Les élus nationaux vous expliquent que leur mandat local leur donne l’expérience du terrain. Certes, mais n’importe quelle profession, la vie en général, vous donne également une expérience du « terrain ». Ne serait-il pas plus enrichissant pour la représentation nationale qu’elle rassemble une plus grande diversité de parcours, de professions, d’âges et de sexes ?

Que faut-il faire pour régénérer cette République française vermoulue et condamnée par son échec de gestion aujourd’hui patent à travers la faillite financière et psychologique de notre pays ?

-          Interdire le cumul des mandats, pour casser le professionnalisme politique, élargir le nombre et la diversité des élus et empêcher les conflits d’intérêts entre le national et le local

-          Revaloriser le rôle des parlementaires, notamment en leur donnant les moyens de contrôler la bonne gestion des dépenses publiques sur le terrain, dans les administrations…

-          Obliger les fonctionnaires à démissionner de la fonction publique après leur élection, afin de rétablir l’égalité de situation avec le secteur privé, et limiter les conflits d’intérêts (défense du secteur public, pantouflage….)

-          Appliquer des règles transparentes et démocratiques de désignation des candidats dans les partis politiques (primaires), mais cela relève du libre arbitre des partis et de la vigilance de leurs adhérents.

-          Rétablir une part de scrutin proportionnel, afin d’ouvrir le jeu démocratique au niveau des partis, et de permettre l’émergence de quelques talents différents du prototype uniforme actuel.

Il faut mettre fin à la domination exclusive des deux mêmes partis politiques, qui a favorisé un véritable encroutement de la démocratie entre deux « clans » qui pensent être propriétaires du pays et de leurs offices. Le pouvoir leur est dû et ils n’ont qu’à attendre la défaite de l’autre camp pour le détenir à nouveau. Une défaite nationale n’est pas si grave, car elle assure généralement une victoire aux élections locales. C’est ainsi qu’on voit des barons locaux qui n’hésitent pas à jouer contre leur propre camp. Tout cela a conduit à un appauvrissement du débat politique, de plus en plus réduit à des attaques supposées affaiblir l’adversaire unique, et à un déchainement des ambitions personnelles et divisions intérieures dans chaque camp. Le pouvoir devant vous revenir inévitablement, votre principal problème devient d’éliminer vos concurrents à l’intérieur de votre parti.

Le renouvellement ne pourra pas venir de l’intérieur, car seuls les profils les plus dociles survivent dans cet environnement gérontocratique et oligarchique ou seule l’obéissance aux mâles dominants est -parfois- récompensée. Les meilleurs renoncent rapidement à cette terrible et médiocre compétition de lenteur, et se consacrent à leur réussite professionnelle et familiale, autrement plus heureuse et gratifiante.

Face à un système aussi verrouillé, la seule solution est de renverser la table en portant au pouvoir une personnalité nouvelle, libre de toutes ces agrégations d’intérêts corporatistes, de tous ces réseaux, nationaux et locaux, politiques et économiques, qui se sont progressivement développés sur le corps immobile du bipartisme à la française. Un nouveau président qui aura besoin, pour assurer son indépendance politique, de faire émerger, lors de l’élection législative, une nouvelle génération ; une nouvelle équipe de France, fraiche et enthousiaste, moderne et représentative, qui renouvellera les pratiques et sera capable d’imaginer de nouvelles solutions adaptées à ce nouveau monde qui émerge sous nos yeux avec cette crise systémique historique qui signifie un véritable changement d’ère.

NDLR : Arnaud Dassier est l'un des actionnaires minoritaires d'Atlantico. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Cors@ire
- 02/01/2012 - 07:21
Il était temps d'ouvrir les yeux !!!
Selon votre CV cela fait au moins 10 ans que vous naviguez dans les eaux obscures de la politique. Et Il a fallu que vous ne soyiez pas investi par l'UMP pour en découvrir ses travers après avoir, apparemment, contribué aux campagnes de Chirac et Sarkozy ??? Vous nous prenez pour des sots ? Désolé mon ami mais il y a du Yade, du Borloo, du Morin, du Hirsch et du Kouchner en vous...
FIGAROCB
- 29/12/2011 - 18:49
Cet article dit la vérité !
Nous sommes presque revenu dans une monarchie, presque de "droit divin" les barons locaux, appuyés par le pouvoir central, fait en effet la pluie et le beau temps !
Si vous n'êtes pas "adoubés", soyez certain qu'il vous sera difficile de vous présenter à un élection législative. Ces barons du pouvoir s'y accroche car la "soupe est bonne" honteusement trop payés grâce à notre dette !
Aie
- 29/12/2011 - 18:10
regardez bien cette photo
http://static.lexpress.fr/medias/1657/848717.jpg
et dites moi qui est le plus jeune des présidents de la V ème ?