En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 39 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 3 heures 40 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 3 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 5 heures 38 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 52 min 28 sec
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 3 heures 14 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 3 heures 48 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 5 heures 16 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 6 heures 15 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 6 heures 43 min
Transitivité

Bienheureuse Allemagne qui bénéficie à fond les ballons de la relance budgétaire de ses partenaires...

Publié le 29 décembre 2011
Pourquoi l'Allemagne devrait-elle se soucier de création monétaire ou de grands plans de relance ? Le reste de l'Europe les financent pour elle grâce aux excédents commerciaux qu'elle accumule chaque année! 2ème partie de notre série en deux volets consacrée à la relance économique et budgétaire allemande.
Pascal Ordonneau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Ordonneau est l'ancien patron du marketing chez Citibank, ancien Directeur général des groupes Crédit Lyonnais et HSBC.Il a notamment publié La désillusion, abécédaire décalé et critique de la banque et de la finance, paru aux éditions Jacques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi l'Allemagne devrait-elle se soucier de création monétaire ou de grands plans de relance ? Le reste de l'Europe les financent pour elle grâce aux excédents commerciaux qu'elle accumule chaque année! 2ème partie de notre série en deux volets consacrée à la relance économique et budgétaire allemande.

Pour lire la première partie de cette contribution sur la relance économique et budgétaire allemande, c'est ici

Au début de la crise de 2008, Angela Merkel, n’était pas du tout enthousiaste pour lancer l’Allemagne dans une politique de relance budgétaire. Elle n’en avait pas besoin ! Il lui suffisait  que les autres pays se lancent dans une relance active quitte à s’endetter. Alors, mécaniquement, par le jeu des importations, c'est-à-dire par le jeu d’une demande adressée aux entreprises allemandes, l’activité industrielle de l’Allemagne serait stimulée mieux encore qu’elle ne l’aurait été si les finances publiques avaient été mises à contribution !

Berlin n'est pas Washington et n'est pas besoin de l'être grâce à ses excédents commerciaux, pourquoi la BCE devrait-elle donc copier la FED et son « Quantitative easing » récurrent ? 

Une politique du type américain ou anglais, les fameux QE (quantitative easing) ne peut pas avoir de sens pour l’Allemagne ! [NDLR : le quantitative easing ou assouplissement monétaire consiste à imprimer de la monnaie supplémentaire] C’est parfaitement superflu ! Pourquoi monétiser de la dette publique alors que l’argent arrive dans les caisses allemandes sous la forme d’un excédent commercial en constant accroissement ?

Elle n’est pas nouvelle, cette hostilité à la création de monnaie par la Banque centrale. Hormis la période peu satisfaisante sur le plan budgétaire et sur le plan du commerce extérieur qu’a été l’unification économique et monétaire des deux parties de l’Allemagne, il n’a jamais été nécessaire pour notre voisin de fabriquer de la monnaie. Elle venait toute seule. Si, parfois les finances publiques étaient déséquilibrées, le financement global était assuré par les excédents de la balance commerciale. La monnaie des autres était  "siphonnée" par la vertueuse Allemagne ! Le besoin en monnaie était assuré par les vertus de l’économie réelle : les grosses voitures vendues aux voisins. Attention "siphonner"  ne s’entend pas uniquement de façon négative. L’argent qui arrive dans les caisses allemandes n’est pas "gelé" comme les dollars qui s’accumulent dans les caisses de la Banque centrale chinoise. Il n’y a pas de "trappe à liquidité", cet argent est effectivement réintégré dans le circuit économique.

Au surplus, le financement de la dette publique est assuré localement ! De même que les Japonais placent leurs économies dans la dette publique japonaise, la part des résidents allemands dans la détention de la dette atteint 46%. Le reste des porteurs et investisseurs en dette souveraine allemande sont en majorité des banques centrales. Ironie de l’histoire : la dette allemande est utilisée par les banques centrales pour placer leurs réserves de change en euro ! Pas la dette espagnole ni la portugaise !  L’euro est pourtant une monnaie à 17 ! Malgré cela, les pays étrangers ne constituent pas leurs réserves sur un panier de dettes souveraines pondérées émises par les 17 membres de l’euro : c’est la dette Allemande qui est préférée (avec la dette française pour être juste). Résidents et non résidents sont si heureux de pouvoir prêter de l’argent à l’Allemagne ! Qui a parlé de monétiser la dette ?

La Bundesbank en ne faisant rien fabrique plus de monnaie que la FED qui en fait beaucoup !

En 2010, le patron de la Federal Reserve américaine était très fier d’avoir lancé 750 milliards de dollars dans l’économie américaine. Un peu plus tard, il en rajoutait une autre couche ! Soit 1500 milliards de dollars.  L’Allemagne, a injecté dans son économie 1000 milliards de dollars via ses excédents commerciaux sur la période 2007-2011. Son économie est 4 fois plus petite que celle des Etats-Unis. Elle a donc injecté, l’équivalent de 4000 milliards de dollars version américaine…. Soit 2,7 fois plus que les fameuses mesures de "quantitative easing" de Monsieur Bernanke et près de deux fois et demi la dette souveraine allemande !

Mais à l’inverse de la FED Bundesbank n’a pas eu à bouger le petit doigt et de "monétiser la dette publique fédérale". L’argent est venu de la bonne Europe, sous la forme de bon euro encaissé grâce à l’excédent commercial pour près de la moitié…soit l’équivalent de 2000 milliards version américaine !

Le désintérêt des Allemands pour la monnaie, sa création, le financement des déficits publics est le sous-produit d’une situation que personne ne prend la peine de relever ! On a dit, dans les articles qui précèdent qu’Angela Merkel n’était peut-être pas encline à louer les charmes de l’économie virtuelle. On pourrait penser qu’elle ne veut pas comprendre un mot de la finance, des banques, de la monnaie et de la dette publique. Elle ignorerait qu’une Banque centrale peut servir à créer de la monnaie et contribuer à stimuler le rythme de l’activité économique d’un pays ?

Angela Merkel, comme les conseillers qui l’entourent, connaissent leur économie aussi bien que les autres. Mais ils savent surtout une chose : depuis des décennies, l’Allemagne est un exportateur exemplaire. Depuis des décennies, elle accumule les excédents. Cela fait donc des décennies que la Banque centrale allemande est financée par le monde non-allemand et que la production de monnaie est la conséquence de la supériorité économique et industrielle allemande.

Donc, décidément non… la monnaie n’est pas le vrai sujet pour les Allemands. Ils ont sous-traité la question à leurs clients ! C’est-à-dire à l’Europe.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 31/12/2011 - 09:54
bof
"le financement de la dette publique est assuré localement ", rien d'étonnant si les allemands ont plus confiance dans leurs politiciens que les français en les leurs. Quand au fédéralisme européen, on ne peut pas se plaindre de la domination allemande et souhaiter en avoir un peu plus.
alankin
- 29/12/2011 - 19:36
NS aura été le pire défenseur de la Zone Euro en cédant
aux allemands. Un excédent Allemand en Zone Euro se compense à somme nulle par un déficit en France. pour la monnaie, le critère est la balance commerciale hors Zone Euro, seul ce chiffre devrait compter. Aux USA, entre les états, les deficits sont compensés par les éxcédents, le tout sous la bannière du $. donc, traiter les états independamment, c'est de la pure fiction.
alankin
- 29/12/2011 - 19:31
l'Allemagne peut bomber le torse mais ce n'est que temporaire
son commerce extérieur est déficitaire en dehors de la Zone Euro. -20 MDE pour l'allemagne avec la Chine, en France on a le même chiffre. Autrement dit, sa "vertu" provient de nos déficits. Si on prend la balance commerciale de la Zone Euro, celle ci est à l'équilibre. l'Allemagne n'a rien d'un modèle. Il y a peu de chômage chez eux parce qu'il n'y a pas de smic, des salaires horaires à 3 E! super