En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Mal du pays

Déçus de l'Europe : des milliers de réfugiés rentrent chez eux en Irak

Publié le 07 février 2016
Alors qu'un million de réfugiés irakiens et syriens poussés hors de chez eux par la guerre ont atteint l'Europe au cours de l'année 2015, certains réalisent après coup que leur vie n'est pas foncièrement meilleure. Nombreux d'entre eux prennent alors le chemin du retour.
Myriam Benraad est politologue, docteure de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po, 2011) et enseignante en science politique. Parallèlement, elle est conseillère technique auprès de l'Union européenne (Politique de voisinage) et auprès de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Benraad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Benraad est politologue, docteure de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po, 2011) et enseignante en science politique. Parallèlement, elle est conseillère technique auprès de l'Union européenne (Politique de voisinage) et auprès de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un million de réfugiés irakiens et syriens poussés hors de chez eux par la guerre ont atteint l'Europe au cours de l'année 2015, certains réalisent après coup que leur vie n'est pas foncièrement meilleure. Nombreux d'entre eux prennent alors le chemin du retour.

Atlantico : Le mythe de l'Europe et de l'Amérique est encore assez vivace chez les réfugiés. Comment se transforme cette vision une fois arrivés à destination après un voyage périlleux et souvent très coûteux ?

Myriam Benraad : Si le mythe de l’Europe est réel, celui concernant les Etats-Unis est à nuancer. Avec toute l’atrocité de ce qu’il s’est passé en Irak, je ne pense pas que les Irakiens imaginaient un mythe américain au moment du début de la crise de l’Etat islamique. L’immigration vers l’Amérique est très limitée. L’image de l’Europe est bien meilleure que celle des USA. Il s’agissait du vrai rêve des Irakiens, qui était perçu comme un horizon de paix et de vie décente. 

Avant même la question du travail - car elle ne s’est pas posée d’emblée - le sentiment de ne pas être les bienvenus a été destructeur. Il s’agit de la première raison qui est largement évoquée par les Irakiens arrivés en Europe. Certes, apprendre la langue, trouver un travail et renouer du lien n’est pas toujours un succès - certains réfugiés résident depuis plusieurs années sur le continent sans s’être pour autant intégrés - et peut être source de nostalgie.

Cependant, lors de la dernière vague de réfugiés arrivés en Europe, le sentiment de ne pas être les bienvenus était prédominant. Nombreux migrants irakiens vont jusqu'à affirmer qu’ils préfèrent mourir en Irak que de rester ici. Par ailleurs, les conditions dans les camps de réfugiés sont terribles et les temps d’attente pour les visas très longs. Ces conditions plus matérielles n’ont fait qu’encourager ce sentiment de refus.

Selon le ministère irakien de l'Immigration et des Réfugiés, des milliers d'Irakiens seraient revenus dans leur pays. Comment se déroule le voyage de retour et comment se passe leur réinstallation dans leur pays ?

Ce sont les ambassades qui organisent les voyages. Les conditions sont bonnes, car le gouvernement irakien a un budget alloué au rapatriement de ses citoyens qui expriment la volonté de rentrer. Il leur délivre un document de voyage. Généralement il s’agit de clandestins, ainsi le document leur permet de repartir. L’Irak a mis en place un programme de gestion des réfugiés.

Quelles catégories sociales privilégient un retour dans leur pays?

Il y a de tout. Du fonctionnaire de classe moyenne à l’Irakien moins favorisé, tout le monde peut choisir de rentrer. La classe sociale n’interfère pas vraiment dans ce choix. Néanmoins, la perspective d’emploi une fois de retour va jouer un rôle. Effectivement, les Irakiens qui n’ont aucune perspective et qui le savent vont être moins enclins à regagner l’Irak.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/02/2016 - 22:26
@cloette la coalition des Bilderberg et des trotskystes..
pour deux raisons différentes, ces deux catégories de faux-culs poursuivent les mêmes objectifs, et utilisent les mêmes moyens...les uns pour travailler les salaires à la baisse et la soumission des peuples à la finance et aux multinationales, les autres pour travailler la soumission à la pensée unique et l'esclavage idéologique des peuples...les moyens? La dilution ethnique, le multi-culturalisme et l'immigration de masse. Le but? Le pouvoir! Les uns et les autres ont cru qu'ils coifferaient leur associé au poteau, dans la dernière ligne droite, mais les choses ne se sont pas passées comme prévu...la dilution ethnique s'est muée en acculturation... L'immigration s'est muée en invasion...le multiculturalisme s'est mué en communautarisme! Aujourd'hui, les Soros, Rothshild et autres Bilderberg refluent tous, tentant de laisser aux trotskystes la responsabilité du bordel créé. Les trotskystes ont un temps de retard, mais ne voudront pas porter le chapeau...pour se défausser de toute responsabilité, ils dénonceront leurs anciens alliés Bilderberg! Cette année sera l'année des règlements de compte..ça va être chaud!
vangog
- 08/02/2016 - 22:14
@cloette la coalition des Bilderber et des trotskystes..
pour deux raisons différentes, ces deux catégories de faux-culs poursuivent les mêmes objectifs...les uns pour travailler les salaires à la barbures s la soumission des peuples à la finance et aux multinationales et les salaires à la baisse, les autres
cloette
- 08/02/2016 - 21:10
On se demande même
s'ils n'ont pas été incités à partir ( on leur aurait fait miroiter un eldorado par exemple ) , mais qui et pourquoi ?