En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 23 min 32 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 1 heure 38 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 2 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 13 heures 45 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 48 min 4 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 2 heures 33 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 13 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Révélations creuses

Enregistrement clandestin dans l'affaire Kerviel : la stratégie du coup de com' qui risque de ne pas disculper l'ex-trader et de ne pas inquiéter la Société générale

Publié le 19 janvier 2016
Une ancienne vice-procureure qui a suivi l'affaire Kerviel met en cause sa hiérarchie et la banque dans un enregistrement réalisé à son insu.
Olivia Dufour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivia Dufour a commencé sa carrière en tant que juriste dans un cabinet d'avocats parisien avant de devenir journaliste en 1995. Spécialisée en droit, justice et finance, elle collabore depuis lors à de nombreux titres de la presse économique et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une ancienne vice-procureure qui a suivi l'affaire Kerviel met en cause sa hiérarchie et la banque dans un enregistrement réalisé à son insu.

Atlantico : Un nouvel enregistrement publié hier soir par Mediapart et 20 minutes, lié à l’affaire Kerviel a fait couler l’encre des médias aujourd’hui. Quelle est la nature de cet enregistrement, et les conditions dans lesquelles il a été réalisé ?

Olivia Dufour : Médiapart révélait hier que la policière Nathalie Le Roy, ancienne enquêtrice de la brigade financière et qui mène actuellement une enquête privée, aurait enregistré à son insu Chantal de Leiris, vice-procureur au Parquet de Paris. Dans cette conversation, la magistrate assure que la Société générale était au courant des prises de risques colossales que Jérôme Kerviel prenait. Comme toujours avec les révélations fracassantes Koubbi-Mediapart, elles sont basées sur des états d’âme, des impressions et des sentiments. Que des enquêteurs s’interrogent dans une affaire aussi complexe n’est pas surprenant ni critiquable, c’est normal. On le voit dans toutes les grandes affaires judiciaires. 

 

En principe, on les écoute calmement et on essaie d’y voir plus clair. Mais ici, ces réflexions sont le prétexte à la mise en scène de « révélations fracassantes » dont on nous assène qu’elles vont nécessairement bouleverser le dossier. L’histoire a montré récemment dans cette affaire à plusieurs reprises que les soi-disant révélations fracassantes n’aboutissaient nulle part. Rappelons l’affaire des enregistrements soi-disant tronqués par la Société Générale.  Jérôme Kerviel est repéré par les systèmes de contrôle le Vendredi 18 janvier 2008. Des équipes d’enquête travaillent toute la nuit du vendredi au samedi. En fin de journée, la hiérarchie de Jérôme Kerviel l’appelle sur son portable - il est alors en train de fêter son anniversaire à Deauville - et lui demande de rentrer immédiatement afin de l’interroger. A partir de là, à 18h, tour de la Défense, débute ce qu’il appellera une « garde à vue sauvage. » Sa hiérarchie l’interroge jusqu’à 2h du matin ; heure à laquelle, les enquêteurs finissent par comprendre qu’effectivement, il y aurait bien 1,4 milliard de trésorerie en positif qu’ils n’auraient pas vu. Je souligne qu’il leur faut 8 heures pour déméler ses dissimulations et découvrir ce qu’ils les accusent maintenant d’avoir toujours. Ce 1,4 milliard correspond au gain de ses activités occultes en 2007 où il a investi à l’insu de sa hiérarchie deux fois 30 milliards. On va s’apercevoir dans la nuit qu’il a repris des positions depuis, les fameux 50 milliards, et que celles-là sont perdantes. Toutes ces auditions sont enregistrées comme il est d’usage dans une banque d’investissement. Plus tard, les bandes ont été versées au dossier.

Sur ce David Koubbi, l’avocat de Jérôme Kerviel, assure que les enregistrements ont été tronqués car son client lui rapporte qu’à un moment, il aurait dit à son patron « tu savais bien ce que je faisais », et que cette intervention ne figure plus sur les bandes. Ce point a été examiné en Cour d’appel et un expert judiciaire a certifié que ces bandes ne pouvaient être modifiées. Simplement l’enregistreur se déclenche au bruit et s’éteint en cas de silence, d’où les blancs soi-disant suspects. David Koubbi dépose alors une plainte simple. Dans ce cadre, le procureur n’est pas obligé d’ouvrir une enquête. Il peut la classer s’il pense que ce n’est pas sérieux. L’affaire est donc classée. Mais David Koubbi dépose à nouveau une plainte, cette fois-ci avec constitution de partie civile qui oblige le procureur à ouvrir une enquête. Un nouvel expert judiciaire atteste à son tour que cette bande son n’a pas pu être trafiquée. Voilà un exemple d’acharnement qui n’a mené nulle part. De la même façon, dans le cadre de l’instruction, les propos de la policière auraient été contredits, pièces à l’appui, par son supérieur hiérarchique.
 

Nathalie Le Roy indique par ailleurs avoir remis l’enregistrement à David Koubbi, l’avocat de Jérôme Kerviel il y a plusieurs mois. Pourquoi cet enregistrement est donc diffusé maintenant ?

Les révélations de Mediapart en juin concernant les impressions de la policière intervenaient au moment où Kerviel déposait sa demande en révision. Très logiquement, les nouvelles révélations concernant la magistrate sont publiées la veille où cette demande de révision doit être plaidée. A chaque fois, une opération de communication vient appuyer une stratégie judiciaire. Il s’agit d’un coup médiatique évident.

Voir d’un coup de bluff car cette conversation, retirée de son contexte et surtout diffusée sans l’autorisation de la magistrate, n’a aucun sens. Pour obtenir la révision d’une condamnation pénale définitive, les conditions ont certes été assouplies, mais il faut encore avancer des éléments solides. La défense du trader doit penser que cette conversation livrant des convictions profondes, mais non étayées factuellement, peut suffire.  Laissons les juges trancher.

Maintenant que tout le monde a connaissance du contenu de cet enregistrement, concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour la suite ? Il ne remet en rien en question la culpabilité de Jérôme Kerviel …

Jérôme Kerviel a été condamné pour faux et abus de confiance. Il a bel et bien rédigé de faux mails et entré  900 fausses opérations dans les systèmes de la banque pour dissimuler ses opérations occultes. A supposer que l’on découvre des complicités internes,  cela élargirait le champ des personnes susceptibles d’être condamnées, mais cela ne l’innocenterait pas pour autant. Quant à la culpabilité de la Société générale, elle n’est pas de nature pénale. Tout le monde est d’accord depuis le départ sur le fait qu’elle a été négligente et elle a été sanctionnée par la commission bancaire pour ça. Le reste relève du débat de société sur le rôle de la finance, des marchés financiers, sur le trading pour compte propre etc. Ces questions ont déjà été abordées suite à la crise des subprimes et ont donné lieu à des réglementations nouvelles en Europe et en France, mais le débat est loin d’être clos.  Il ne faut pas mélanger les sujets.

Est-ce que des éléments nouveaux pourraient invalider ce qui a déjà été jugé ?

Non. Il s’agit d’un gros coup de cymbale. J’ajoute que nous sommes face à des méthodes judiciaires et médiatiques extrêmement contestables venant de gens qui, parce qu’ils pensent défendre une cause juste, estiment que tout leur est permis. Enregistrer à son insu un magistrat et le jeter en pâture est terriblement choquant. Et tout ça pour étayer une fuite en avant judiciaire étrangement comparable à la fuite en avant du trader quand il travaillait pour la Société Générale. …

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 19/01/2016 - 10:41
Sidéré
Sidéré par tant de complaisance envers les banquiers....Depuis l'affaire du Crédit Lyonnais, tout est possible dans ce milieu...
Les enquêteurs de la brigade financière ne croient pas les banquiers et le procureur subit des pressions pour enterre les plaintes de M. Kerviel et la journaliste balaie cela d'un revers de la main en se basant sur les experts judiciaires (on se souvient au passage des coups d'éclats de ceux de l'affaire d'Outreau) qui valident les enregistrements supposés tronqués de la SG. Alors qu'avec les techniques numériques, n'importe quel ingénieur du son ferait gagner des chèvres à "The Voice".
Dans tous les cas, même si l'on porte crédit aux affirmations de cette contributrice, on ne peut être que sidéré par le fait qu'un employé puisse engager une banque à hauteur de 50 milliards d'euros sans le moindre garde-fou sérieux. Si cela est réel, je pense que l'on devrait féliciter M. Kerviel d'avoir fait prendre conscience de ce danger. Imaginez qu'un autre trader ait engagé des sommes largement supérieures.
Et dans ce cas, je ne peux que m'étonner qu'une direction négligente à ce point soit restée en place.
vangog
- 18/01/2016 - 23:43
Le porte-flingue paie pour les banquiers mafiosos...
et leurs copains politiciens gauchistes s'amnistient à tour de bras. Et quand ils ne peuvent d'amnistier, ils disparaissent...vous savez où se trouve Cahuzac, vous? Disparu dans les brumes de la propagande médiatique...