En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

06.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 54 min 14 sec
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 18 heures 27 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 19 heures 37 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 20 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 4 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 18 heures 13 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 20 heures 8 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 21 heures 19 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 23 heures 10 min
(Dur) retour à la réalité

Comment a-t-on pu oublier l'économie réelle à ce point ?

Publié le 27 décembre 2011
Il y a sur les marchés financiers 200 fois plus de transactions purement financières que d'investissements concrets et le secteur financier représente désormais 6% du PIB européen contre 4% à la création de l'euro. Un système devenu fou ?
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a sur les marchés financiers 200 fois plus de transactions purement financières que d'investissements concrets et le secteur financier représente désormais 6% du PIB européen contre 4% à la création de l'euro. Un système devenu fou ?

Atlantico : Il y a sur les marchés financiers 200 fois plus de transactions relevant de la stricte spéculation que d'investissements concrets, c'est à dire que les acteurs du marché se vendent et s'achètent en permanence beaucoup plus de produits financiers qu'ils n'injectent d'argent dans des projets créant de la richesse matérielle. La durée de détention des actifs est d'ailleurs devenu beaucoup plus courte qu'il y a 10 ans. Les investisseurs ont-ils oublié l’économie réelle ?

Robin Rivaton : Economies réelle et financière sont intimement liées. Il est difficile de délier les activités de spéculation et d’investissement. L’étape qui suit la transaction financière, c’est la réutilisation de ces fonds dans l’économie réelle. Il est délicat de scinder les deux aspects.

Par contre, nous pouvons observer un décrochage entre les deux sphères lorsque l’une des deux croît plus vite que l’autre. C’est ce qui s’est passé lors de la décennie 2000-2010. Alors qu’en 2002, le secteur financier représentait quatre fois le PIB de l’Union européenne, il est passé à six fois en 2007, au début de la crise. L’argent qui circule dans cette sphère financière ne sert pas qu’à soutenir les investissements de l’économie réelle mais aussi à nourrir des flux spéculatifs inutiles pour l’économie réelle.

 

Des volontés de maîtriser cet écart et de le réduire ont été annoncées par nos gouvernements dès le début de la crise, il y a deux ans. Y a-t-il eu le moindre résultat ?

Il y a une tentative de rééquilibrage depuis le G20 de Pittsburgh en 2009. Une partie de l’argent, parfaitement virtuel, a fui la sphère financière. Il y a eu une modeste évolution de la situation et pour reprendre les chiffres que je viens de citer, le volume de la sphère financière est revenu à 5,5 fois le PIB de l’Union européenne.

Beaucoup des points évoqués à Pittsburgh, qui visaient à réglementer la finance, sont restés en suspens. La séparation entre les banques de dépôt et les banques d’investissement a été remise au goût du jour la semaine dernière au Royaume-Uni par la commission Wickers sur la réforme bancaire britannique. Ces changements sont longs à mettre en place. Il y a une complète cassure de la réglementation financière qui bloque à l’échelon national. Aucun effort n’est fait au niveau multinational et les acteurs n’hésitent toujours pas à se tourner vers les Etats les plus permissifs.

Au niveau européen, il y a actuellement une négociation sur un règlement EMIR qui permettrait un contrôle et un suivi des produits dérivés. Ces fameux produits servent à la base à financer l’économie mais sont souvent détournés de manière à n’être utilisés que pour la spéculation. [NDLR : Ce règlement EMIR serait la traduction de l’engagement des Européens pris au G20 de réguler le marché des produits dérivés de gré à gré. L'enjeu est de permettre la transparence de ces marchés afin de réduire les risques qui y sont attachés puisque ces transactions se font hors du système bancaire classique. La réduction des risques se ferait en instituant des chambres de compensation qui serviraient d'intermédiaires entre acheteurs et vendeurs et en s’assurant de leur solvabilité en demandant des dépôts de garantie].

Problème, le 19 décembre, la discussion prévue à ce sujet a été complétement bloquée par le Royaume-Uni qui ne veut pas du tout en entendre parler. 

 

Pourquoi est-il si difficile de réformer l’équilibre économique ?

La sphère financière a pris une telle importance dans l’économie générale, en terme de croissance des Etats notamment, qu’elle est devenue essentielle. Elle a été un facteur majeur de la progression de nos pays ces dernières années. En 1950, la finance représentait environ 3% du PIB américain. Elle est montée à plus de 10% peu avant la crise et se trouve aujourd’hui aux alentours de 8%.

Lorsqu’un tel pourcentage de votre économie dépend directement de la finance, vous ne pouvez pas vous permettre de la sacrifier. C’est ce qu’on observe au Royaume-Uni. Dans le domaine des produits dérivés, chaque banque a son propre fonctionnement et refuse toute forme de régulation centrale européenne.

Si le marché devient plus transparent grâce à un rassemblement des chambres de compensation, il devient plus difficile de spéculer au détriment des acteurs les moins informés.

 

Du coup, il reste plus intéressant de spéculer sur les marchés financiers que d’investir dans l’économie réelle ?

C’est le mal originel des banques. Le ratio du retour sur fonds propres est devenu la règle d’or. Elles se sont rendues compte qu’il était beaucoup plus rentable de faire de l’investissement sur les marchés financiers parce qu’il est rentabilisé à court terme et plus profitable malgré un risque accru. Le prêt sur l’économie réelle est engageant à long terme et réduit de fait les disponibilités en liquidités des établissements bancaires.

C’est la réglementation qui a alimenté cette situation. Dans le domaine bancaire, Bâle II et Bâle III ont sacralisé les fonds propres des banques et les ont poussés à sortir des activités les moins rentables. Parfois, ces activités moins rentables étaient directement liées à l’économie réelle. En les incitant à les abandonner, les banques ont été amenées vers la spéculation. C’est pour cette raison que les activités spéculatives ont pris une telle place dans une banque comme la Société générale.

 

Comment soutenir et protéger malgré tout l’économie réelle ? Comment la stimuler ?

La sphère financière joue un rôle crucial dans l’économie. Elle dépend complètement de la capacité de certaines personnes à mobiliser de l’épargne et d’autres à pouvoir l’investir pour favoriser le développement économique. La question est de savoir qui assure ces rôles. On se rend compte aujourd’hui que les banques ont de plus en plus de mal à jouer ce rôle, notamment pour des investissements à moyen et long terme. Dans les projets d’infrastructures, les banques et l’Etat sont dans l’incapacité de prendre part au financement. La grosse question est donc de savoir qui peut le faire.

Il faut revoir les réglementations des secteurs bancaire et de assurance. La part des actions, dans le portefeuille d’actifs d’Axa est passée de 20% en 2000 à 10% en 2007. Ces acteurs qui jouent un grand rôle dans l’apport d’argent aux entreprises ne sont plus incités à le faire.

Une autre piste évoquée par Nicolas Sarkozy et ses partenaires européens est de laisser la sphère financière se développer tout en la taxant en retour. Cette taxe sur les transactions financières pourrait générer des recettes suffisamment élevées et être réinjectée dans l’économie réelle. La question de la faisabilité, avec l’opposition très forte du Royaume-Uni notamment, continue cependant de se poser.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

06.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 28/12/2011 - 17:00
L'appât du gain...
Les industriels ont basculé dans la finance quand ils ont constaté que cela rapporte plus et plus vite que l'industrie manufacturière. Comme les gogos de Madoff ou de tous les escrocs du monde, ils ont voulu beaucoup d'argent très vite( le rêve de 90% des humains). Résultats: la catastrophe, enfin, pas pour les financiers qui, eux, se marrent et empochent.
Mad
- 28/12/2011 - 11:27
Les coupables = les Etats !!!
La financiarisation de l'économie n'a qu'une seule cause : la politique d'argent facile des Etats depuis 10 ans (planche à billets, faibles taux d'intérêt) qui n'a eu que des inconvénients :
- bulles spéculatives,
- financement de projets non rentables (subprimes),
- utilisation de l'argent pour l'argent.
Réduisez l'argent disponible et vous réduirez la spéculation. Mais on sera TOUS plus pauvres.
vangog
- 27/12/2011 - 22:52
A qui ces flux spéculatifs font-ils du tort? Plutôt que pointer
du doigt ces flux spéculatifs qui ne font que donner leur vraie valeur de marché aux matières premières, sociétés cotées et dettes souveraines, ils serait plus utile de savoir pourquoi ils sont nocifs! Serait-ce l’adjectif"spéculatif" qui donne de l'urticaire à certains auteurs. Et si la valeur vraie n'avait pas été donnée aux dettes souveraines, l'Europe aurait-elle pris la mesure du défi?