En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 15 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 18 min 19 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 10 heures 32 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 11 heures 31 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 17 heures 40 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 20 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 16 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 16 min 18 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 34 min 46 sec
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 10 heures 44 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 14 heures 47 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 1 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 19 heures 59 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 23 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 20 heures 55 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 21 heures 26 min
© Pixabay.com
© Pixabay.com
Représente !

Démocratie en crise : pourquoi l’idée d’une primaire à gauche n’est certainement pas le remède mais le symptôme de la maladie

Publié le 12 janvier 2016
Après la primaire Les Républicains pour 2017, voici peut-être bientôt celle du PS. Dans les colonnes de Libération ce lundi 11 janvier, une trentaine de personnalités réclament une "sortie de la crise politique" et des primaires pour la gauche avant la prochaine présidentielle. Mais derrière ce débat se pose la question de la crédibilité des partis et les limites de la démocratie représentative.
Raul Magni-Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Voir la bio
Bernard Lamizet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamizet enseigne les sciences de la communication à Sciences-po Lyon.Il a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l'information et de la communication dont Le Langage Politique Analyse du Discours Politique (Ellipses - 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la primaire Les Républicains pour 2017, voici peut-être bientôt celle du PS. Dans les colonnes de Libération ce lundi 11 janvier, une trentaine de personnalités réclament une "sortie de la crise politique" et des primaires pour la gauche avant la prochaine présidentielle. Mais derrière ce débat se pose la question de la crédibilité des partis et les limites de la démocratie représentative.

Atlantico : En quoi la primaire demandée au PS et en cours chez Les Républicains seraient-ils le summum de la démocratie représentative ?

Raul Magni-Berton : Les primaires sont un mode de désignation de candidat qui existe déjà depuis très longtemps aux Etats-Unis, dans un système bipartisan où dans chacun des deux partis contient des mouvances très diversifiées. Lorsque quelqu'un n'est pas d'accord, il y crée une nouvelle structure pour représenter ses idées. En Europe, ce mode de désignation est beaucoup plus récent, et n'y est pas forcément adapté. Mais il répond à la baisse significative du militantisme qui, il y a quelques années, était encore très actif.

Ceux qui s'investissent dans les partis se voient désavantagés dès lors qu'ils représentent une seule voix, c'est-à-dire autant que celle de tous les autres. D'un certain point de vue donc, les primaires donnent plus de légitimité au partis puisque les militants sont peu nombreux, et en même temps elles découragent un peu plus encore ceux qui souhaitent être actifs et s'investir dans la vie politique.

Bernard Lamizet : Les primaires sont une falsification de la démocratie représentative. Il s’agit d’une pratique politique copiée des États-Unis, qui montre leur influence sur notre propre vie politique, et qui s’inscrit fans une culture politique différente de la nôtre : en effet, le propre des élections primaires est, finalement, de diminuer le rôle des partis politiques en diminuant l’importance du débat d’idées et de la confrontation entre les projets pour leur substituer le rôle de la personne, du « leader ».

Dans quelle mesure l'idée d'organiser des élections primaires marque-t-elle d'une certaine façon la défaite des partis politiques ?

Raul Magni-Berton : Disons que c'est le symptôme d'une défaite des partis qui n'attirent plus les gens. Mais à la question : pourquoi ils n'attirent plus ? La raison la plus crédible est contenue dans l'idée, qu'avec le temps, les formations politiques ont trop favorisé la collaboration entre elles pour assurer leur élection. Elles ont commencé par augmenter leurs budgets de campagne, pour augmenter leur visibilité dans les médias, et cela s'est fait en réponse à la baisse du nombre de militants.

Au contraire, aujourd'hui, la base militante est presque devenue un obstacle. J'ai par exemple des étudiants qui ont essayé de s'inscrire à l'UMP et au Parti socialiste, le même jour. Et on peut dire qu'ils ont été plutôt mal accueillis. Le degré d'accueil dépendra en fait du nombre de militant dont le parti aura besoin pour vivre, et pour coller des affiches…

Lorsque l'on dit que les partis doivent organiser des primaires pour acquérir de la légitimité, fondamentalement c'est vrai, car ils en manquent.

Bernard Lamizet : Comme je l'ai dit, les primaires transfèrent le politique vers l’opinion publique et restreignent le rôle des partis et de leur dynamique d’élaboration de projets.

De manière plus générale, une démocratie représentative fonctionne avec des corps intermédiaires (partis, syndicats, etc.) or si ces représentants ne peuvent réussir qu'en passant par une forme de démocratie plus directe, cela ne fait-il pas émerger d'autres problèmes ? Les corps intermédiaires sont-ils dans une crise de confiance et quelles sont les conséquences éventuellement de cette crise ?

Raul Magni-Berton : Il y a clairement une demande de démocratie directe. Mais elle consiste plus à voter pour des lois que pour des personnalités. C'est ce qui se passe par exemple en Suisse. Voter pour des personnalités, des lois, est une pratique qui se développe de plus en plus en Europe. La France, qui élit son Président par suffrage direct, n'en a pas forcément besoin. Mais ce n'est pas le cas d'autres pays comme la Turquie, ou encore la République Tchèque.

De plus, les corps intermédiaires sont extrêmement forts en Suisse par exemple, car ce sont eux qui organisent les initiatives populaires. Des corps intermédiaires organisés ne rentrent pas nécessairement en contradiction avec des primaires.

Maintenant, en France, il est vrai que l'adhésion aux syndicats est aussi extrêmement faible, et le fait de participer à des associations n'est pas un phénomène aussi important qu'ailleurs en Europe. Beaucoup de Français sont particulièrement enclins à participer à des manifestations, ou à boycotter des produits, mais ils dénigrent les activités qui nécessitent une implication régulière.

Dans les corps intermédiaires, on trouve aussi les corps locaux, et en France, pays centralisé où le Parlement peut prendre des décisions sur tout, où l'opposition n'est pas toujours un contre-pouvoir efficace, effectivement le manque de corps intermédiaire empêche un certain équilibre politique.

Bernard Lamizet : En effet, l’invention française des primaires traduit une perte de confiance des acteurs politiques collectifs (partis, syndicats et même associations), dont les conséquences sont l’importance accrue de la personnalisation, l’atténuation du débat d’idées remplacé par des confrontations de personnes et le sentiment généralisé de crise des institutions.

Accès à l'information, connaissance de l'offre politique... Par ailleurs, quels sont les écueils liés à des élections primaires ?

Raul Magni-Berton : Je serai plus nuancé : à chaque fois que l'on vote - pour les lois, les représentants -, cela produit de l'information. Quand ils votent, les électeurs apprennent plus de choses. Le meilleur exemple pour l'illustrer est le référendum de 2005, puisqu'il a provoqué une conversion des mentalités qui se sont positionné contre l'Europe, alors qu'ils étaient traditionnellement pour, à plus de 80%, quelques années avant lui.

Bernard Lamizet : Le rôle de l’argent et des acteurs financiers dans le financement des campagnes pour les primaires, le rôle accru des médias de loisirs qui confondent débat politique et logique de spectacle, et, enfin, la déresponsabilisation des citoyens et des électeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Babaswami
- 12/01/2016 - 18:11
Catastrophe
Cette élection présidentielle est une catastrophe pour la France.
Tant que cette élection, qui confie tous pouvoirs à un incapable, et prive pendant 5 ans le peuple français de son libre arbitre, perdurera, le pays continuera de s'enfoncer lentement jusqu'à une crise finale à la grecque.
Mike Desmots
- 12/01/2016 - 09:45
La démocratie avec la dernière Nomenklatura au pouvoiu en UE
A largement un coup dans l'aile...! 2 exemples parmi tant d'autres ,l'un sociétal , comme le mariage homosexuel pour tous imposait .sans référendum...! plus grave.., .le découpage/bidouillage géo/politico/économique des régions imposé ..! pourtant , pour une réforme de cette ampleur l'avis du peuple aurait eut du sens ...mais pas de référendum...! le plus grave ...c'est que la droite atteinte de sclérose en plaque ....n'a même pas protester sérieusement.....!