En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 49 min 34 sec
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 14 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 29 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 15 heures 53 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 4 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 22 heures 57 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 23 heures 47 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 14 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 10 heures 47 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 22 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 1 jour 5 min
© Capture
© Capture
Pas content

Etat d’urgence et réforme de la Constitution : les parlementaires de gauche en colère peuvent-ils vraiment faire chuter Hollande au Congrès ?

Publié le 11 janvier 2016
Bien au-delà des frondeurs, les parlementaires de gauche tirent la sonnette d'alarme sur le projet de loi visant à renforcer la lutte contre le terrorisme. Que peuvent-ils faire concrètement et jusqu'où peuvent-ils aller ?
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien au-delà des frondeurs, les parlementaires de gauche tirent la sonnette d'alarme sur le projet de loi visant à renforcer la lutte contre le terrorisme. Que peuvent-ils faire concrètement et jusqu'où peuvent-ils aller ?

Atlantico : Jusqu'où les frondeurs peuvent-ils aller dans leur opposition à la loi de réforme constitutionnelle ? 

Christophe Bouillaud : Tout d’abord, il faut bien indiquer que les « frondeurs » tel que la presse les ont nommés avaient une divergence sur la politique économique et sociale du gouvernement Valls. Il n’est pas sûr que ce soient les mêmes personnes qui s’opposent à la réforme constitutionnelle sur la déchéance de nationalité, même si, d’après les déclarations connues à ce jour, il existe un large recoupement. De fait, l’opposition à la réforme constitutionnelle sur ce point précis semble bien plus large au sein du PS que celle à la politique économique et sociale. Les raisons sont différentes, elles peuvent être très personnelles, comme ce député qui a indiqué son opposition et  qui a rappelé que sa mère elle-même (une juive d’Alexandrie en Egypte) avait été un temps apatride avant de devenir française. On touche là à des questions d’histoire personnelle qui vont bien au-delà des oppositions classiques sur la politique économique et sociale. On touche aussi à des questions de valeurs, soi-disant peu importantes selon un ultra-pragmatique Manuel Valls, mais qui comptent pour beaucoup de gens.

De ce fait, on peut supposer que les opposants à ce texte – s’il reste en l’état - iront jusqu’au bout, en votant contre ou en s’abstenant, parce qu’il y va de leur propre image vis-à-vis d’eux-mêmes. On ne trahit pas sa mère, ou alors on est tout de même le pire des salauds. On veut bien être payé à faire le député ou le sénateur de gauche et voter une politique économique et sociale, renommé « socialisme de l’offre », que n’aurait pas renié la droite du début des années 2000, mais on aura quelques scrupules à voter une réforme constitutionnelle approuvée par le FN. A-t-on donc tant vécu que pour cette infamie ?

En quoi selon vous, une scission du PS est-elle inenvisageable?

Christophe Bouillaud : Les élus tentés par la scission ne sont pas encouragés par l’histoire des scissions du PS depuis 1981 : elles ont toutes échoué à constituer une force importante à gauche du PS. Le « Mouvement des citoyens » lancé par J. P. Chevènement dans les années 1990 est un souvenir. Le « Parti de gauche » de J. L. Mélenchon n’a jamais réussi dans les années 2010 à décoller. Il y a plusieurs raisons à cette débâcle systématique des scissionnistes du PS : d’une part, la direction du PS opère une traque impitoyable contre ses traîtres et fait tout pour leur faire perdre leurs postes électifs, en particulier dans le cadre des scrutins majoritaires  ; d’autre part, les électeurs les moins politisés de la gauche n’ont jamais été désireux de suivre le mouvement impulsé par les élites scissionnistes : le gros des votants de la gauche reste fidèle, quoi qu’il puisse arriver, à la marque PS – un peu comme les électeurs qui s’identifient comme démocrates aux Etats-Unis qui votent la « marque» quoiqu’il puisse arriver. Le contrôle de l’étiquette PS est donc électoralement décisif, et la plupart des élus, sauf ceux qui se sont bâti un fief sur leur seul nom (comme jadis Chevènement), sont incapables de survivre à la perte de cette étiquette. Il en résulte que l’immense majorité des élus locaux socialistes n’ont jamais voulu quitter le parti en cas de scission, car celui-ci (« l’étiquette ») est un élément essentiel de leur possible réélection.

En dehors de ces aspects de moyenne période, il faut considérer le fait qu’une scission du PS, accompagnée d’un réel conflit entre les deux ailes, signifierait pour les prochaines élections une déroute inédite de la gauche. Le poids de la droite et de l’extrême droite dans l’opinion est telle au vu des récentes européennes, départementales et régionales qu’une division du PS serait suicidaire, la direction actuelle joue d’ailleurs beaucoup sur cet argument, et elle n’a pas tort de le faire d’ailleurs.

Quelles seraient les conditions pour arriver à une scission du PS ?

Christophe Bouillaud : Pour les raisons que je viens d’énoncer, je ne crois pas beaucoup à une scission, même si, en fait, il existe en effet toute une diaspora d’élus socialistes depuis 2012. Le parti « Nouvelle Donne » mené par un ancien encarté au PS, Pierre Larrouturou, en est un exemple, mais il y aussi le groupe de la « Nouvelle Gauche socialiste » créé à l’automne 2015. Il y a aussi des élus qui partent discrètement et ne sont plus encartés nulle part (comme récemment la dernière élue socialiste au conseil départemental du nouveau département du Rhône). Cependant, ce sont toujours des seconds couteaux de l’aile gauche  du parti qui partent, et aucun de ces scissionnistes n’apporte en dot au nouveau parti un beau fief électoral, comme jadis le fit Chevènement avec Belfort pour le "Mouvement des citoyens".

Par contre, il faut noter, contrairement aux épisodes précédents de scission liés à un choix de politique économique ou à l’Europe, qu’une majorité de la périphérie, sinon la totalité, du PS est contre la réforme. Les organisations collatérales du PS ne suivent  en effet pas cet abandon de toute morale de gauche en matière de droit de la nationalité. On a ainsi entendu s’exprimer contre la réforme la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), SOS Racisme, le Mouvement des Jeunes socialistes (MJS), la CFDT. On a entendu quelques vieilles barbes du socialisme des années 1980, revigorées, comme Pierre Joxe ou Paul Quilès, donner de la voix avec un allant de jeune homme. Les intellectuels de gauche, dont Valls moquait le silence il y a quelque temps, se sont réveillés et donnent l’assaut par vagues compactes contre ce qui leur apparait comme une vilénie. Je me demande si tous ces opposants, qui forment la périphérie du PS comme nœuds de relations sociales, ne vont pas se lancer à l’assaut du PS, plutôt que le quitter, ou bien s’ils ne  vont pas réussir à  faire comprendre à F. Hollande que, sans l’appui de tous ces réseaux qui lient le PS et le pays, sa réélection ne se fera pas. Je serais aussi très curieux de savoir ce qui peut se passer à l’intérieur de la franc-maçonnerie : en effet, je me demande comment ses membres les plus traditionnels peuvent réagir au fait qu’un parti, dont elle a été historiquement proche, va donner son aval à une réforme constitutionnelle qui, non seulement « fait le jeu du FN », mais qui est largement « ce que veut le FN ».

On remarquera aussi que toute une partie de la nomenklatura du PS semble bien être contre : la maire de Paris, la maire de Lille, et même un récent ancien Premier ministre, ancien maire de Nantes. L’affaire est donc très sérieuse pour le triumvirat exécutif Hollande/Valls/Cambadélis, et je comprends que l’actuel Premier secrétaire du PS souhaite qu’on arrête de parler de ce thème. Cependant, je le répète : une scission serait un suicide, et il faut aussi souligner que les scissionnistes n’ont pas de leader naturel à suivre. Le plus probable est donc que la contestation reste limitée aux personnes ayant un grave cas de conscience. Les comptes se régleront en effet plus facilement après 2017. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 11/01/2016 - 23:15
Scission ou pas scission
La Gauche reste la même : un gros bloc malsain.
boulegan
- 11/01/2016 - 17:10
primaires..sais pas mais primates pour sur ..
Avec ce quinquennat on aura bien bu le bouillon, ruiné les entreprises endetté la France mais consolation ..on aura bien rigolé quand même avec le spectacle grand guignolesque de ce gouvernement ; représentations permanentes 24/24 7/7 (même le dimanche comme à la FNAC ! ) un show chasse l'autre
Ex abrupto
- 11/01/2016 - 15:55
Une scission au PS???
Voyons, ce n'est pas bien: ne me faites pas rêver inutilement!!