En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters Pictures
En 2013, grâce à House of Cards, Netflix a gagné 2 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis, et 1 million de plus à travers le monde
Big Data
Hits en stock : la recette "magique" de Netflix pour enchaîner la production de séries cultes
Publié le 10 janvier 2016
Netflix prétend avoir une arme fatale pour aligner les hits plus rapidement que ses concurrents : ses données utilisateurs. Mais ce n'est pas si simple...
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Netflix prétend avoir une arme fatale pour aligner les hits plus rapidement que ses concurrents : ses données utilisateurs. Mais ce n'est pas si simple...

La firme américaine Netflix transforme la télévision et la manière dont nous regardons la télé et les films. Au départ, Netflix louait des DVD par mail. Puis ils sont passés au streaming. Et maintenant, Netflix ne fait pas que du streaming de séries produites par d'autres dont ils achètent les droits, mais produit également ses propres séries.

Sa première série originale, House of Cards, a fait un tabac aux Etats-Unis (et en France sur Canal+). A 2 ou 4 millions de dollars de coûts de production par épisode, la réalisation des deux premières saisons a représenté un investissement de 100 millions de dollars : pas une mince affaire pour une entreprise de streaming qui ne s'était jamais lancée dans la production originale. 

Depuis, Netflix produit de nombreuses séries, et d'autres, telles Orange is the New Black et Narco, sont elles aussi devenus des succès critiques et commerciaux. Au final, le pari fut gagné : en 2013, grâce à House of Cards, Netflix a gagné 2 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis, et 1 million de plus à travers le monde.

Comment Netflix a-t-il réussi ? 

Décider de produire ou non un film ou une série, on pense souvent que c'est la décision intuitive par excellence : savoir ou non si un film va "marcher", s'il a la recette magique pour trouver son public, c'est beaucoup plus un art qu'une science. Et pourtant...

Netflix collecte énormément de données sur ses utilisateurs, et leurs habitudes lorsqu'ils regardent des films et des séries. Ils savent non seulement ce que les gens regardent, mais ce qu'ils regardent jusqu'au bout, ce qu'ils aiment, ce qu'ils s'arrêtent de regarder, et ainsi de suite. 

Pour House of Cards, un projet qui était un remake d'une série britannique, produite par David Fincher, réalisateur de Social Network entre autres, et avec Kevin Spacey dans le rôle titre, Netflix savait déjà : que ses utilisateurs avaient regardé les films de David Fincher ; qu'ils aimaient beaucoup les films et séries avec Kevin Spacey ; qu'ils avaient aimé la série britannique. Netflix a donc décidé de battre son grand rival HBO aux enchères pour acquérir les droits pour produire la série.

Cette utilisation des données d'utilisations aide beaucoup Netflix dans sa prise de décision. C'est parce que ses utilisateurs regardaient beaucoup Arrested Development, une sitcom culte interrompue abruptement après sa quatrième saison, que Netflix a acheté les droits pour relancer la série. Netflix espionne aussi les sites de piratage : ils ont racheté les droits de Prison Break parce que c'était une des séries les plus piratées en ligne, d'après le site spécialisé KissMetrics

La donnée ne remplacera jamais complètement l'aspect humain

Il faut néanmoins relativiser tout cela. Netflix aime beaucoup communiquer sur son utilisation des données utilisateurs et de l'avantage stratégique énorme que ça lui donnerait. Cependant, il n'y avait pas besoin d'un doctorat en mathématiques et de téra-gigas de données pour se douter qu'une série produite par un des plus grands réalisateurs à succès de la décennie, avec un des plus grands acteurs à succès d'Hollywood, qui est un remake d'une série à succès, avait des chances d'être un succès. 

Dans une note d'analyste, Morgan Stanley a mis le doute sur cette idée. Après tout, certaines des séries de Netflix ont échoué. Netflix a des succès et des échecs, comme toutes les autres entreprises de production audiovisuelle. 

Sebastian Wernicke, un scientifique spécialiste d'analyse de données, signale qu'Amazon a tenté une approche similaire pour produire à son tour des séries originales, sans le même succès, alors qu'eux aussi ont accès à énormément de données sur les goûts de ses utilisateurs. 

La décision de Netflix s'appuyait sur des données, oui, mais comportait également un élément d'intuition et de prise de risque. Pour Wernicke, l'utilisation des données ne représente qu'une partie de la prise de décision. Résoudre un problème, résume Wernicke, consiste en deux étapes : le diviser en parties et comprendre ces parties, et ensuite remettre ces parties ensemble pour voir le tout. L'analyse de données est une technique qui aide beaucoup à la première étape--mais est complètement inutile pour la deuxième étape. Pour cette étape, il faut le cerveau humain, et son intuition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 10/01/2016 - 14:19
Désolé Monsieur Gobry, mais...
vous n'abordez effectivement qu'une partie du problème. Indiscutablement la datas sont utiles et sont efficaces lorsqu'elles sont bien utilisées. Et s'il est aussi nécessaire d'avoir en même temps un cerveau humain et de l'intuition, Netflix utilise aussi d'autres connaissances, celles là même qui ont redressées Hollywood au début des années 80 en permettant au contenu de s'imposer sur le contenant, ce qui est exactement le cas avec Netflix. Ces connaissances sont totalement ignorées en France, au point qu'il est possible d'affirmer qu'il n'existe pas en France d'industrie des contenus. Oh..choking...isn't it.?.