En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 13 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 14 heures 51 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 18 heures 31 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 23 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 12 heures 41 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 14 heures 19 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 16 heures 45 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 21 heures 36 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 22 heures 29 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 23 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
Emmanuel Macron revendique une nouvelle fois son volontarisme, et indique "Je ne suis pas de ceux qui disent qu’on a tout fait pour l’emploi et le marché du travail, c’est faux".
© Reuters
Emmanuel Macron revendique une nouvelle fois son volontarisme, et indique "Je ne suis pas de ceux qui disent qu’on a tout fait pour l’emploi et le marché du travail, c’est faux".
Potentiel inexploité

Pourquoi Emmanuel Macron a 100% raison quand il dit "qu’on n'a pas tout fait pour l’emploi" mais totalement tort lorsqu'il dit que "Mario Draghi a été au bout de ce qu'il pouvait faire"

Publié le 07 janvier 2016
En 1993, François Mitterrand faisait preuve de fatalisme face au chômage en déclarant "contre le chômage, on a tout essayé". 20 ans plus tard, Emmanuel Macron veut relever le défi de l'emploi en se démarquant de son aîné, mais oublie un peu trop vite ce qui reste le remède le plus efficace.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1993, François Mitterrand faisait preuve de fatalisme face au chômage en déclarant "contre le chômage, on a tout essayé". 20 ans plus tard, Emmanuel Macron veut relever le défi de l'emploi en se démarquant de son aîné, mais oublie un peu trop vite ce qui reste le remède le plus efficace.

Dans une interview donnée au quotidien Le Monde ce 6 janvier 2016, Emmanuel Macron revendique une nouvelle fois son volontarisme, et indique "Je ne suis pas de ceux qui disent qu’on a tout fait pour l’emploi et le marché du travail, c’est faux". En cette semaine anniversaire, cette déclaration fait figure d’hommage inversé à François Mitterrand, qui, en 1993, affirmait pour sa part que "dans la lutte contre le chômage, on a tout essayé". Bille en tête, Emmanuel Macron poursuit sa logique de rupture avec le parti socialiste d’antan, et cherche une nouvelle fois à créer le décalage, le renouvellement. Les bougies ne seront pas soufflées sur le terrain économique.

Et il est difficile de donner tort au ministre. Car contre le chômage, la France a bien tout essayé, sauf peut-être ce qui marche. Afin de soutenir sa vision, et tout en utilisant un ancrage idéologique qui reste marqué à gauche, le ministre de l’économie plaide en faveur d’un "New Deal" européen, fait  de "réformes profondes" et d'une "politique de relance". En puisant ses racines à la période de la Grande Dépression, et en se raccrochant au programme économique de FD Roosevelt, Emmanuel Macron rompt avec le fatalisme mitterrandien, tout en mettant en avant l’audace économique dont avait fait preuve l’administration américaine au cours des années 30. 

Concernant les mesures proposées par le ministre, le programme est simple. Les réformes, c’est pour la France, et  la politique de relance, c’est pour l’Allemagne. Les pays ayant la capacité de dépenser plus doivent le faire, et les pays n’ayant pas cette possibilité doivent se réformer. Soit une stratégie économique du donnant-donnant ayant pour objectif de permettre un rééquilibrage progressif de la zone euro. En soutenant leur demande intérieure, les "bons élèves" de la classe européenne soutiendront la croissance des autres pays, leur facilitant ainsi la tache dans la voie des réformes.

Pourtant, si cette analyse est une première étape, le ministre de l’économie commet une erreur. Car pour Emmanuel Macron, cette solution du "new deal" se justifie surtout par l’incapacité de la Banque centrale européenne à aller plus loin dans son soutien à l’économie du continent. Il déclare :

"En Europe, nous avons eu une politique monétaire qui a pris tous les risques, avec des taux d'intérêts aujourd'hui négatifs. Mario Draghi a été au bout de ce qu'il pouvait faire".

Ainsi, pour le ministre, la configuration actuelle, faite de taux d'intérêts négatifs, permettrait de conclure que la Banque centrale européenne "a été au bout" de ce qu'elle pouvait faire en terme de politique monétaire expansionniste. Désormais, les moyens manqueraient à l'autorité monétaire pour soutenir l'économie de la zone euro. A partir de ce postulat, le "New deal" ne supporterait aucune alternative.

Pourtant, cette petite musique relative à la situation des taux d'intérêts fait encore écho aux déclarations du Prix Nobel d'économie, Milton Friedman, qui écrivait en 1998 :

 je pensais que la vieille erreur d’identifier  une politique accommodante avec des taux bas était morte. Apparemment, les vieilles erreurs ne meurent jamais".

Et le Prix Nobel de conclure, de manière totalement contrintuitive :

"Des taux d'intérêts bas sont en général le signe que la politique monétaire a été trop stricte (…) et des taux d'intérêts élevés, que la politique monétaire a été laxiste"

Une analyse que partage également l'ancien Président de la Réserve fédérale des Etats Unis, Ben Bernanke, qui, lors d'un discours tenu en 2004, expliquait :

 confondre des taux d’intérêts nominaux avec une politique souple a été la source de problèmes majeurs dans les années 30, et a peut-être aussi été un problème au Japon dans les récentes années."

L'analyse du ministre de l'économie est donc ici très largement contestée, et sa référence à la grande dépression, parfait contre-exemple de son raisonnement, tombe mal.

Parce que la simple observation des taux d'intérêts ne permet pas d'établir le caractère strict ou souple de la politique monétaire européenne, et, au pire, cette analyse devrait même être inversée. En réalité, et Ben Bernanke nous en livre l'examen, d'autres indicateurs offrent une meilleure définition de la situation :

"Finalement, il apparaît que l’on ne puisse évaluer si une économie dispose d’une politique monétaire stable seulement par l'observation d'indicateurs macroéconomiques que sont la croissance du PIB nominal et l’inflation"

Or, concernant le premier indicateur qu'est l'inflation, les résultats ne plaident pas en faveur de diagnostic ministériel. En effet, ce 5 janvier 2016, Eurostat publiait les chiffres de l'inflation en zone euro, soit 0.2% sur la dernière année. Très loin de l'objectif de 2% fixé par la Banque centrale européenne. De ce point de vue, la politique monétaire de la BCE peut être jugée comme étant stricte. Tout n’a donc pas été fait.

Puis, concernant le second indicateur, la croissance du PIB nominal, le constat apparaît comme étant encore plus douloureux :

Evolution du PIB nominal de la zone euro par rapport à sa tendance longue (1995-2008). Source Eurostat

Par rapport à sa tendance de long terme, le PIB nominal de la zone euro s'est écroulé de plus de 20% depuis l'entrée en crise en 2008. La politique monétaire a été verrou, et non un soutien.

Ainsi, selon les deux indicateurs recommandés, la politique monétaire européenne peut être considérée comme étant excessivement rigide, bien trop stricte. Il reste à savoir comment la BCE pourrait aller plus loin. Et ici encore, Milton Friedman offre la réponse, celle-là même que Bernanke a pu appliquer aux Etats Unis au cours des années 2009 à 2014.

"Il n'y a aucune limite à la capacité de la Banque du Japon d'augmenter son offre de monnaie, si celle-ci le souhaite. Une plus forte offre monétaire aura les mêmes effets que toujours. Après une année, l'économie progressera plus rapidement, la production augmentera et après un nouveau délai, l'inflation augmentera modérément".

Ainsi, la politique de taux bas, combinée au plan de relance monétaire européen, ne signe pas la fin des solutions offertes par la politique de la BCE. Celle-ci n'est pas du tout au bout de ce qu'elle peut et doit faire. Elle n'est qu'au milieu du gué. Le plan d'assouplissement quantitatif européen suit la bonne trajectoire pour relancer l'économie de la zone euro, mais celui-ci est encore largement insuffisant pour permettre une réelle amélioration de la situation.

Si Emmanuel Macron puise ses sources dans la période de la Grande Dépression, alors il ne doit pas ignorer ce qui a été la cause fondamentale de l’effondrement des années 30. Une crise monétaire. Et ce, comme la Grande récession de 2008 est une crise monétaire. La BCE est donc loin d’être au bout du chemin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 07/01/2016 - 11:11
Il y a les grands électeurs
Il y a les grands électeurs de Bruxelles, de Francfort, de Wall Street, de la City et d'ailleurs qui désignent celui qui sera l'homme à élire. Les Primaires sont faites pour entériner la décision ou pour barrer la route aux concurrents . Il ne reste plus qu'à faire plébisciter ce choix par les électeurs. Les médias, aux ordres, sont là pour diriger les consciences dans le bon sens. Et les braves électeurs sont persuadés d'avoir fait un choix républicain et démocratique. "Macron", le Rotschildien aux compétences miraculeuses, avec sa gueule d'ange de séducteur , rempli toutes les bonnes cases pour ramasser la mise en 2017.
vangog
- 07/01/2016 - 10:32
La grande famille tente péniblement de vendre
aux Francais le petit rejeton Rotschild, afin de sauver les grands-frères banquiers et les cartels des multinationales de l'arrivée imminente des patriotes...la contre-attaque Macron suffira-t-elle? Suspens!...