En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 40 min 16 sec
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 2 heures 12 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 3 heures 28 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 7 heures 8 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 23 heures 26 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 heure 18 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 2 heures 56 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 5 heures 22 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 10 heures 13 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 11 heures 7 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 23 heures 1 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 23 heures 44 min
Bonnes feuilles

Le rugby n'est plus le rugby : il succombe aux mêmes embrassades forcenées que celles des footballeurs

Publié le 04 janvier 2016
Qui peut affirmer, sans rire, que l’Education nationale enseigne mieux aujourd'hui que sous la IVe République ? Non seulement c’est pire, mais cela va s’aggraver : les humains auront de plus en plus de mal à s’exprimer entre eux parce qu’ils auront remplacé la conversation par la communication. Entre 1950 et aujourd'hui, nous sommes passés à la société industrielle, puis à celle de la "com" et de la pub pour échouer dans le virtuel. Avec sa verve habituelle et son humour caustique, Alain Paucard invite à trouver dans notre malheur la force de l’affronter. Extrait de "Oui c'était mieux avant" d'Alain Paucard éditions Jean-Cyrille Godefroy 1/2
Alain Paucard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Paucard est né et ne vit qu’à Paris. À son compteur, 35 livres dans tous les genres, notamment Paris, ses rues, ses chansons, ses poèmes (2000), VIII e Prix des Bouquinistes. Mais le Président du Club des Ronchons se signale surtout par de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui peut affirmer, sans rire, que l’Education nationale enseigne mieux aujourd'hui que sous la IVe République ? Non seulement c’est pire, mais cela va s’aggraver : les humains auront de plus en plus de mal à s’exprimer entre eux parce qu’ils auront remplacé la conversation par la communication. Entre 1950 et aujourd'hui, nous sommes passés à la société industrielle, puis à celle de la "com" et de la pub pour échouer dans le virtuel. Avec sa verve habituelle et son humour caustique, Alain Paucard invite à trouver dans notre malheur la force de l’affronter. Extrait de "Oui c'était mieux avant" d'Alain Paucard éditions Jean-Cyrille Godefroy 1/2

Dans les années cinquante, les deux sports les plus populaires étaient le vélo, moyen de transport le plus utilisé par « les travailleurs » et la boxe, qui remplaçait avantageusement les honoraires d’avocat. Le rugby n’était guère populaire mais ses dirigeants eurent la bonne idée d’accepter les retransmissions télévisées au contraire du football. C'est ainsi que Roger Couderc fut grand et les frères Boniface ses prophètes. Jusqu’à sa transformation en sport professionnel le rugby était surnommé le rugby des villages. Un joueur qui venait de marquer un essai n’était pas félicité par ses camarades. S’il avait marqué ce n’était que la conséquence d’un mouvement collectif et il n’avait pas plus à être fêté que celui qui venait de lui passer le ballon. Le rugby de maintenant succombe aux mêmes embrassades forcenées que celles des footballeurs. Le rugby n’est plus le rugby. Les passes croisées ont été remplacées par les auto-tamponneuses. Le délire des meetings sportifs est insensé, dans le strict sens du terme. On est dans l’hystérie collective et peut-être que les supporteurs, au premier chef ceux du football, verseront bientôt dans l’hallucination collective avec des buts virtuels.

Le Tour de France à la télévision est un régal. On y montre, vues d’hélicoptère, les merveilles de notre pays. Mais sur les pentes des cols comme dans les échappées sur le plat, que de combinaisons, de calculs, d’alliances contre nature, alliances interdites par le règlement. 

Les coureurs utilisent des vélos de plus en plus légers sur des routes de plus en plus roulantes. C’est un peu comme si on organisait des combats de gladiateurs avec des épées en carton. Quant au dopage, il ne me dérange pas. Il est consubstantiel au professionnalisme. Un sportif n’a que quelques années pour mettre sa famille à l’abri du besoin et il doit satisfaire la marque, la Marchandise qui l’emploie. Mlle Jeannie Longo, fut accusée d’avoir utilisé des amphétamines pour remporter une course cycliste. Jean Dutourd, superbe, lui apporta son soutien dans France Soir du 14 novembre 1987. Il compara le dopage à la gnôle des poilus de 14-18, que ceux-là avalaient avant de monter à l’assaut. Jamais l’État-major allemand n’a protesté et exigé la disqualification de l’Armée française. Ce qu’il faut punir, concluait Dutourd, c’est « la vaste organisation mondiale qui a créé de toutes pièces cet être bizarre, absolument anti-naturel, qu’est l’athlète professionnel ». 

Dans le meilleur des cas, celui des amateurs si tant est qu’on soit amateur quand on veut s’élever par le sport, la compétition sportive est la forme abâtardie de la chevalerie et de ses tournois. Dans le film anglais Les Chariots de feu (1981), un coureur à pied s’entraîne en vue des J.O. de 1924, à sauter des haies sur lesquelles il a placé des coupes de champagne pleines, le jeu étant de ne pas renverser les secondes tout autant que les premières.

Le sport ainsi, pourquoi pas ?

Extrait de "Oui c'était mieux avant" d'Alain Paucard éditions Jean-Cyrille Godefroy. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/01/2016 - 01:58
Je n'ai pas tout compris...
mais suis d'accord avec le principe "c'était mieux avant" et cela vaut aussi pour la culture, le travail, les valeurs nationales etc...
zouk
- 03/01/2016 - 11:15
Rugby vs "foute"
L'argent a tout pourri: il faut faire du spectacle, aussi ridicule soit-il comme les embrassades et jet de maillot comme signes de "triomphe"