En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 8 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 18 heures 7 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 20 heures 6 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 21 heures 55 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 8 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 21 heures 26 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
© Reuters
Retour de bâton

Pourquoi les pertes de territoire que subit l'Etat islamique sont une très mauvaise nouvelle pour les pays occidentaux

Publié le 06 janvier 2016
L'Etat islamique a subi des pertes territoriales de grande ampleur qui peuvent néanmoins se retourner contre la coalition. Pour exister et continuer à recruter les victoires de l'Etat islamique, même symboliques, sont nécessaires : et en perdant du terrain en Syrie et en Irak, il y a de fortes chances pour que les attentats se fassent plus nombreux.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat islamique a subi des pertes territoriales de grande ampleur qui peuvent néanmoins se retourner contre la coalition. Pour exister et continuer à recruter les victoires de l'Etat islamique, même symboliques, sont nécessaires : et en perdant du terrain en Syrie et en Irak, il y a de fortes chances pour que les attentats se fassent plus nombreux.

Atlantico : L'armée irakienne a notamment repris la ville stratégique de Ramadi le 28 décembre. Globalement l'Etat islamique a perdu du territoire, ce dont s'est félicité Barack Obama. Devons-nous craindre une vague d'attentats en retour ?

Alain Rodier : Il est parfaitement exact de dire que Daesh perd du terrain, que ce soit en Irak avec la prise de Ramadi et en Syrie où les Forces démocratiques syriennes (FDS) majoritairement kurdes ne se trouvent plus qu’à une vingtaine de kilomètres de Raqqa, la "capitale" de l’"Etat" Islamique. Même Palmyre peut être reprise dans les prochaines semaines par les troupes de Bachar el Assad avec l’appui des Russes. Il faut dire que Daesh avait commencé à sérieusement piétiner au début 2015 même si le mouvement salafiste-djihadiste était capable de redoutables contre-offensives (ne nous leurrons pas, c’est toujours possible aujourd’hui car Daesh garde globalement l’initiative). N’étant plus en "odeur de victoire" dans son berceau syro-irakien, il lui a fallu prendre des mesures pour retrouver l’initiative. En effet, Daesh ne peut se permettre d’être acculé à la défensive, c’est une question d’image de marque qui conditionne ensuite ses renforcements en moyens humains et financiers. Il a alors été décidé par la Choura (le conseil, l’organe de commandement de l’EI), sans doute en juin, de faire porter l’effort à l’extérieur du théâtre syro-irakien.

Sur le plan tactique classique, la Libye présentait les caractéristiques voulues pour accroître l’influence du mouvement. 250 kilomètres de côtes autour de Syrte ont été conquises et la progression s’est étendue vers le sud. Il semble que la jonction avec Boko Haram ne soit pas vraiment à l’ordre du jour. Reprenant le moyen de base de la guerre asymétrique (du faible au fort), il a été décidé de revenir aux attentats, le moyen le plus simple et le plus efficace pour faire parler de soi : le terrorisme. Et se furent les attaques lancées contre l’Airbus russe de Charm-el-Cheik, les attentats de Beyrouth, de Paris, de Tunis avec également des poussées de fièvre en Arabie saoudite, au Pakistan, en Afghanistan, au Bengladesh, au Yémen, au Nigeria et dans les pays voisins. La situation qui prévaut pour la fin 2015 / début 2016 laisse prévoir que cette logique de la violence externalisée va se poursuivre voire s’étendre. Ce n'est, en fin de compte, qu'une question de moyens humains (sur le plan des moyens techniques, le terrorisme ne coûte pas très cher).

La stratégie adoptée par la coalition à l'heure actuelle a-t-elle portée ses fruits ? Des changements stratégiques doivent ils être opérés ?

La stratégie de la coalition apporte ses premiers fruits mais le temps de la cueillette est encore très loin. Ramadi, ce n’est pas Mossoul et la bataille de Raqqa est loin d’être gagnée puisqu’elle n’a pas encore été lancée. Je pense que là, Daesh prévoit une défense acharnée de la ville en préparant ses positions en profondeur. Pas sûr que les Kurdes tiennent à y mettre les doigts même avec l’appui massif des Américains et d’autres membres de la coalition. Par contre, les retraits de l’EI redonnent de l’espoir aux forces qui se battent à terre et peut semer le doute au sein des groupes et des tribus qui sont, pour l’instant, les alliés de Daesh. En ce qui concerne les activistes fanatisés du mouvement, ce doute n’existe pas ; ils savent que c’est la victoire ou la mort et beaucoup veulent finir en martyrs. De toutes façons, le président Obama l’avait prédit : "la guerre sera longue".

Et un petit rappel : même si Daesh est un jour vaincu, son idéologie salafiste-djihadiste sera toujours présente avec comme tuteur Al-Qaida "canal historique". Pas plus tard qu’hier, des menaces contre la France circulaient sur les réseaux sociaux. Elles provenaient d’Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) (1) et d’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI).

(1). AQPA est responsable des attentats de janvier à Paris.

Quels sont les pays les plus concernés par le risque d'attentat ? Comment un État peut-il protéger son territoire efficacement ?

Aucune région du monde n’est épargnée. Si dans les mois passés Daesh appelait surtout les volontaires présents à l’étranger, soit à le rejoindre en Syrie ou en Irak, soit à défaut à passer à l’action localement, les attentats de Paris du 13 novembre ont démontré qu’il avait maintenant la capacité à utiliser des returnees (des djihadistes revenus au pays) pour conduire des opérations terroristes coordonnées. Si l’on s’en tient aux chiffres, il faut voir d’où venaient la majorité des djihadistes étrangers : Tunisie, Arabie saoudite, Égypte, Turquie, Caucase, Europe, Chine… Tous ces pays peuvent donc être frappés à plus ou moins longue échéance sans compter des initiatives individuelles prises localement par ceux qu’on appelle un peu rapidement des "loups solitaires".

La Turquie constitue un cas particulier. Certes des attentats meurtriers ont bien eu lieu jusque dans la capitale et deux activistes qui, selon les autorités turques prévoyaient une action suicide à la fin de l’année viennent d’y être arrêtés. Mais curieusement, aucune revendication n’a été émise par Daesh alors que ce mouvement s’empresse de donner sa marque à la moindre petite action offensive à l’extérieur. Je me perds en conjectures… Il n’y a pas de protection du territoire à 100%. Elle doit être défensive (l’état d’urgence) et offensive par le renseignement. Et les populations doivent être préparée à résister (la résilience). Tout cela est facile à dire mais extrêmement compliqué à mettre en œuvre.

Est-il possible de remporter cette nouvelle forme de guerre dite "asymétrique" ?

Actuellement non. La guerre asymétrique n’est qu’un moyen or il faut se battre au niveau des idées pour assécher le recrutement de Daesh. Pour l’instant, l’Occident est en peine de donner des réponses à ces recrues qui vont chercher ailleurs ce qu’elles ne trouvent pas dans la vieille Europe ou sur le continent américain. La mondialisation, la réussite (ou l’échec) par l’argent et même la liberté ne semblent présenter aucun attrait pour eux. Et en plus, beaucoup acceptent en souriant de se sacrifier pour leur "cause".

L’heure d’une remise en question sociétale est peut-être venue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 12/01/2016 - 14:40
Bomb more
Kill them all, let God sort them out.
Pour denoncer l'islam, Ataturk a essaye de les moderniser, une foi musulman c'est impossible. Des arrieres qu'il faut eliminer.
Gordion
- 07/01/2016 - 12:04
Obama met la pression sur la Turquie
Lu sur Cumhuriyet. Obama a appelé 2 fois Erdogan pour lui demander de retirer ses troupes d'Irak.
L'allié OTAN encombrant..cf. La guerre du Golfe où la Turquie voulait envahir le Kurdistan irakien. Les US ne veulent pas que la Turquie en Irak car leurs alliés kurdes sont prioritaires. L'orient compliqué...
Gordion
- 07/01/2016 - 10:32
Turquie
On peut effectivement s'interroger sur la médiatisation des tentatives récentes d'attentat en Turquie. Le pouvoir actuel n'en serait pas à une manipulation près. Donner des gages de bonne conduite à la coalition anti-Daesh que la Turquie à officiellement rejoint...Rappelons nous l'implication du MIT turc dans le soutien logistique de Daesh dénoncé par le journal d'opposition kémaliste Cumhuriyet, dont les dirigeants viennent d'être jetés en prison incidemment.
Le calife neo-ottoman Erdoğan est hélas incontournable dans cette partie d'échecs régionale