En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 3 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 16 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 12 min
Apprentis sorciers

Derrière l’annonce d’une entreprise chinoise du clonage de 100 000 vaches, une stratégie pour familiariser l’opinion aux manipulations génétiques

Publié le 02 janvier 2016
De Dolly au phénomène du Pet Cloning, en passant par la récente annonce faite par la société chinoise Boyalife Group's, les techniques du clonage animal n'ont cessé d'évoluer tendant vers son industrialisation. Quant au clonage humain, celui-ci est réalisable sur le plan technique depuis 2013. En l'absence d'un consensus international sur l'interdiction du clonage humain, des dérives sont à craindre, tant le clonage humain touche à la question essentielle du vivant, aux frontières avec la métaphysique.
Alexandra Henrion-Caude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De Dolly au phénomène du Pet Cloning, en passant par la récente annonce faite par la société chinoise Boyalife Group's, les techniques du clonage animal n'ont cessé d'évoluer tendant vers son industrialisation. Quant au clonage humain, celui-ci est réalisable sur le plan technique depuis 2013. En l'absence d'un consensus international sur l'interdiction du clonage humain, des dérives sont à craindre, tant le clonage humain touche à la question essentielle du vivant, aux frontières avec la métaphysique.

Atlantico : L'entreprise chinoise Boyalife Group's s'apprête à lancer ses activités de clonage d'animaux, principalement de chiens. Quelles utilisations sont faites de ce type de clonage ? Les techniques se sont-elles améliorées depuis Dolly ? 

Alexandra Henrion Caude : Pour commencer, revenons sur l'historique de Boyalife Group's : il s'agit d'une entreprise créée par Sooam Biotech, société coréenne dirigée par le fameux Hwang Woo-Suk, le premier scientifique à avoir annoncé des clonages à corps et à cris, une personnalité terrifiante sur le plan scientifique, faite de falsifications et de mauvais traitements infligés à ses collaboratrices. Ses principaux travaux sur des manipulations d’embryons clonés, pour en dériver des cellules souches, annoncés en 2005, se sont avérés être une imposture. Par ces liens entre les deux sociétés, il convient de faire attention aux déclarations de Boyalife Group's, d'autant plus que l'an dernier, l'entreprise annonçait avec fracas avoir réussi à cloner trois chiots tibétains de pure race ; or, dans l'annonce faite il y a peu, ils annonçaient le clonage de 100 000 embryons de vaches par an. On est clairement là sur un nouvel effet d'annonce pour faire monter la valeur de l'entreprise et familiariser le public avec le clonage.

Il faut être extrêmement vigilant dès qu'il est question d'industrialiser un processus biologique. La voute de toute industrialisation du clonage repose sur l'obtention d'ovocytes. Ces derniers constituent la cellule œuf que la femelle fournit. Cette dernière a un nombre fixe d'ovocytes pour sa vie. La sur-stimuler hormonalement va lui faire produire plusieurs ovocytes d'un coup. Cela implique donc une exposition de l'animal au danger d'une surcharge hormonale, mais aussi à celui de l’intervention pour récupérer ses ovocytes ou ses ovaires: une intervention qui est lourde. A chaque fois donc, pour récupérer des ovocytes, c'est la vie d'une femelle qui est en jeu. L’annonce signifiie que Boyalife Group's est prêt à mettre en danger 20 000 vaches pour récupérer leurs ovocytes (environ 7 par vaches, dont 5 qui seront transférables) pour escompter les 100 000 embryons… Quel en est l’intérêt ?

En tant que scientifique, je n'ai jamais réussi à concevoir l'intérêt du clonage, qu'il soit animal ou humain. Les raisons invoquées sont celles de la reproduction des qualités d'un animal. Or, là encore, c'est un coup d'annonce car on sait qu'un animal cloné ne peut jamais être identique à l'animal dont on a récupéré le matériel génétique.

Il convient de rappeler, à propos du clonage animal, le marché qui a été constitué dans les années 2003-2004 sur les animaux domestiques : le Pet Cloning, développé aux Etats-Unis, permettait de cloner son chien ou son chat pour la somme de 100 000 dollars. On a eu toutes sortes de résultats bizarres, au niveau du pelage notamment (des chiens jaunes pour un chien initialement noir et blanc), mais aussi sur le sexe : on clonait un mâle et on se retrouvait avec un chien femelle, un phénomène encore inexpliqué à ce jour. On atteint là les limites dramatiques de la biologie car comme je le disais, le clonage animal porte atteinte à la vie de l'animal : cela a déjà été démontré avec la brebis clonée Dolly, qui subissait notamment un vieillissement accéléré. 

Dans sa déclaration, la société Boyalife Group's a surtout affirmé qu'elle ne mettrait pas ses technologies de clonage animal à profit du clonage humain. Quelles sont les avancées réelles, sur le plan technique, accomplies dans le clonage humain ? Est-on vraiment en mesure de cloner des humains aujourd'hui ? N'y-a-t-il pas un dispositif juridique encadrant strictement ces activités de clonage, voire même les interdisant ? 

En premier lieu, Boyalife avait, au contraire, suggéré que l'entreprise était dans une logique d'être la 1ère entreprise à produire des clones humains dès que ce serait légal et approuvé par le public. Face au tollé de cette suggestion, notamment du côté américain, ils ont finalement annoncé qu'ils ne le feraient pas.

Techniquement, nous sommes tristement capables de réaliser le clonage humain, et ce depuis 2013. Trois équipes y sont parvenues, trouvant la recette manquante jusqu'alors au clonage humain.

Sur le plan légal, et tout particulièrement en France, on se croit protégé juridiquement contre le clonage, alors que c'est faux. L'article 16-4 du Code civil français déclarait, le 6 août 2004, que "Toute pratique eugénique tendant à l'organisation de la sélection des personnes est interdite",  précisant au début que "Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine". L'article poursuit : "Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée". Avant même de continuer, on peut s'arrêter là, car je disais plus haut que génétiquement, l'être cloné n'est pas identique à la personne clonée : on peut donc commencer à jouer sur les mots dès ce stade. Mais nous n'avons même pas besoin de jouer sur les mots car il est précisé à la fin de cet article 16-4 la chose suivante : "Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne". A partir du moment où vous ajoutez cette précision, cela signifie pour les scientifiques que nous sommes et que je suis, que vous entérinez l'autorisation de pratiquer le clonage humain ; d'autant plus qu'il a été autorisé en 2011 à travailler sur des embryons humains à des fins de recherche et de traitement des maladies génétiques. Autrement dit, nous n'avons plus aucun frein dans la législation française actuelle pour ne pas pratiquer nous-mêmes le clonage humain.

A l'échelle internationale, il n'y a pas non plus de consensus d’interdiction. Ce que je viens de dire sur la législation française a été, hélas, entériné au niveau international par la déclaration de l'ONU du 08 mars 2005 qui révèle très clairement l'absence du consensus qu’on aurait pu espérer sur une interdiction de toute forme de clonage humain. Quelques pays se sont vivement opposés à la légalisation de toute forme de clonage parmi lesquels l'Espagne, l'Italie, les USA, le Costa-Rica, etc. mais pas la France, vous l'aurez remarqué, et ce à cause de la précision contenue dans l'article 16-4 précédemment invoqué. 

Quelles sont les perspectives offertes par le clonage humain ? A l'opposé, quelles sont les inquiétudes qu'il peut susciter ?

En tant que scientifique, je suis terrifiée par le clonage humain car j'estime de notre honnêteté intellectuelle et de notre humilité sur l’état de notre compréhension du vivant de dire à nos concitoyens que nous ne savons toujours pas identifier toutes les forces qui soutiennent la vie. Lorsque vous voyez une petite graine de pissenlit être capable de défoncer du bitume pour pousser avec sa petite tige, j'aimerais qu'un scientifique me liste toutes les forces mises en jeu pour rendre capable cette petite graine d'une telle chose. On touche là au problème même de la vie, que nous n'avons toujours pas résolu sur le plan biologique : où se situe cette force vitale ? Dans quelle molécule ? Dans quelle force ?

Lorsque des scientifiques font de la biologie synthétique, c'est-à-dire lorsqu'ils essaient de créer du vivant, systématiquement, ils doivent prendre un écrin. Cet écrin peut être une bactérie, ou le fameux ovocyte dans le cas du clonage. Car si nous n'avons pas cet écrin pour réceptionner l'information génétique, on n'obtient pas du " vivant ". Un exemple : le virus pourrait être considéré comme un écrin sauf qu’il n'est pas capable de se reproduire ; il a son information génétique propre mais pour autant, la biologie le définit comme n’étant pas vivant car il ne dispose pas de cet écrin qui le rend capable de se reproduire. J'en reviens donc à cette question de la force vitale qu'aucun scientifique n'est encore capable de définir de façon satisfaisante. En fait, le clonage annihile toute reproduction car il prend le matériel génétique d'une personne pour le réinjecter dans l'écrin de l'ovocyte : il n'y a donc plus de reproduction chez l'homme en l'occurrence entre un patrimoine génétique mâle et un patrimoine génétique femelle, qui normalement se mélangent pour créer un individu unique au monde… Car c’est cela un être humain : un individu totalement unique : unique du temps de son vivant comme à travers toutes les générations !

Des dérives de l'utilisation de telles techniques de clonage humain sont-elles à craindre ? De quelle nature pourraient-elles être ? 

Quand on ne sait pas à quelle force on touche, puisqu'on n'a pas compris comment la matière est vitalisée, forcément, si l’on poursuit, c’est que l’on franchit une ligne rouge, ce qui va à l’encontre de toute démarche scientifique. Ainsi sur le plan scientifique, nous devons poser des hypothèses. C'est indispensable en sciences car même si ces hypothèses sont fausses, elles permettent de mettre en œuvre un protocole expérimental qui permettra de comprendre la validité ou non de l'hypothèse de départ, et donc de comprendre comment le vivant fonctionne. Avec le clonage animal, nous avons suffisamment pu observer d’avertissements quant au franchissement de cette ligne rouge pour stopper là nos agissements et choisir de progresser dans notre connaissance scientifique plutôt que de continuer à détruire

Avant même d'être techniquement envisagé, le clonage humain a toujours été craint, dans une sorte d'inquiétude sur le sort de l'être humain comme pour les mélanges hommes-animaux. Ce sont deux craintes que l'on retrouve dans de très nombreuses civilisations anciennes. Il y a là comme une sagesse chez l'homme qui sent qu'il touche à une frontière métaphysique qui le dépasse. Le Professeur Axel Kahn disait "quand naît le début d'une vie humaine, là le biologiste se tourne vers le théologien qui, comme nous venons de l'entendre, n'a pas de réponse plus claire que lui". Cette phrase qui date de 2001 indique bien qu’en touchant à des limites métaphysiques comme je vous le disais, il faut faire appel logiquement au religieux. Je ne sais pas qui donnait alors la réplique au Professeur Axel Kahn, mais il me semble intéressant que dès 1995, était précisé dans une encyclique papale que "dès que l’ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n’est celle ni du père ni de la mère, mais d’un nouvel être humain qui se développe pour lui-même"Il semble donc parfaitement clair que pour le théologien, dès lors qu'on pratique le clonage humain, on touche au niveau le plus intime de la relation entre Dieu et sa créature.

Pour conclure, j'ajouterai que supprimer les verrous législatifs, techniques et aujourd’hui commerciaux, avec l’annonce de Boyalife, au clonage humain, ouvre la voie à la création de variétés humaines sélectionnées. Supprimer ces verrous traduit une néantisation de l'homme dans son altérité. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires