En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 3 heures 26 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 4 heures 51 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 7 heures 1 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 9 heures 15 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 9 heures 47 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 11 heures 46 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 4 heures 36 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 5 heures 33 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 9 heures 4 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 11 heures 5 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 11 heures 52 min
© wikipédia
© wikipédia
D'une rive à l'autre

Guerre civile en vue ? Ce que la Corse préfigure de l’escalade des tensions de la société française

Publié le 01 janvier 2016
Les incidents survenus ce week-end à Ajaccio dans le quartier des Jardins de l'Empereur suite à l'agression de deux pompiers et d'un policier reflètent les tensions dans l'île, notamment sur le plan communautaire. Dans le contexte de la montée des nationalismes en Corse et sur le continent, il est impératif que les politiques ouvrent enfin les yeux sur ce qui alimente les tensions pour éviter une aggravation de la situation.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les incidents survenus ce week-end à Ajaccio dans le quartier des Jardins de l'Empereur suite à l'agression de deux pompiers et d'un policier reflètent les tensions dans l'île, notamment sur le plan communautaire. Dans le contexte de la montée des nationalismes en Corse et sur le continent, il est impératif que les politiques ouvrent enfin les yeux sur ce qui alimente les tensions pour éviter une aggravation de la situation.

Atlantico : Tensions communautaires, affaissement du sentiment national, repli communautaire, etc. Peut-on dire que ce qui se passe en Corse préfigure la situation à venir sur le continent ? 

Vincent Tournier : Il faut d’abord souligner que les événements ont eu lieu à Ajaccio, dont la situation est assez différente de celle du reste de la Corse. La Corse est une région très rurale, alors qu’Ajaccio est un centre urbain et se rapproche des agglomérations métropolitaines de taille moyenne. On retrouve donc à Ajaccio des problèmes comparables puisque l’île a connu une forte immigration, notamment à cause du tourisme et de la spéculation immobilière. Comme la plupart des centres urbains, Ajaccio a aussi ses quartiers de relégation, où se concentrent les migrants et la délinquance, même si les écarts de richesse sont probablement moins élevés que dans les villes métropolitaines car le niveau de vie sur l’île n’est pas très élevé.

La question est maintenant de savoir si les événements qui se sont produits à Ajaccio pourraient se produire en métropole. On ne peut rien exclure, mais a priori, ce n’est pas évident. Les ingrédients sont certes les mêmes, mais il y a des particularités corses. Rappelons notamment que le point de départ est une réaction collective contre l’attaque subie par des pompiers. Imagine-t-on une telle réaction en métropole ? Cela nécessite un certain niveau de solidarité, une volonté d’agir à plusieurs, y compris par l’action physique. Il faut aussi avoir envie de défendre ceux qui ont été attaqués. La réaction des Ajacciens aurait-elle été la même si des policiers ou des gendarmes avaient été attaqués ? Ce n’est pas sûr car, pour beaucoup de Corses, les forces de l’ordre ne bénéficient pas d’une forte légitimité (elles représentent le bras armé de l’Etat colonial), alors que les pompiers sont généralement des volontaires locaux, qui bénéficient d’une très bonne image dans la population. En France métropolitaine, les pompiers ont une bonne image, mais pas au point d’entraîner une mobilisation collective pour les défendre ou les venger.

Quels renoncements/aveuglements politiques ont été commis pour en arriver à cette situation ? 

Il me semble qu’il faut tenir compte de deux grands facteurs. Le premier, c’est le sentiment national, qui est évidemment très fort en Corse. Il a pu baisser dans la période récente, mais le contexte actuel semble lui avoir donné un nouveau souffle. Ce n’est pas un hasard si les événements d’Ajaccio se sont produits peu de temps après les élections régionales qui ont vu les nationalistes faire alliance avec les indépendantistes pour prendre le pouvoir local, ce qui a donné une nouvelle légitimité aux revendications identitaires. A Ajaccio, on a entendu les manifestants scander « on est chez nous », reprenant un slogan qui se développe en France depuis quelque temps. La crise migratoire, les inquiétudes face à la mondialisation, les échecs de l’Europe, les tensions séparatistes en Grande-Bretagne ou en Espagne ont aussi un écho en Corse et favorisent les revendications nationalistes.

Le second facteur est la question de la délinquance, laquelle est encore plus mal perçue en Corse que dans le reste de la France car, contrairement à une idée reçue, celle-ci est assez faible dans la population locale. Cela peut paraître paradoxal puisque le taux d’homicide en Corse figure parmi les plus élevés des départements français, mais cela s’explique assez facilement. La Corse est une société qui est restée assez traditionnaliste sur le plan des mœurs. Du coup, il existe un fort contrôle social, ce qui limite la délinquance ordinaire, tandis que le code de l’honneur crée au contraire un terreau propice aux homicides.

C’est pourquoi la délinquance est un sujet encore plus sensible. L’Etat est accusé de laisser se développer une délinquance endémique dans certains quartiers. Cette accusation de laxisme est d’autant plus forte que la légitimité de l’Etat est faible. Il en va de même pour la religion : certes, le contexte post-13 novembre ajoute un élément dans la radicalisation contre les musulmans. Mais d’une certaine façon, l’Etat paie aussi le prix de ses ambiguïtés à l’égard de l’islam, lequel bénéficie d’une certaine mansuétude de la part des pouvoirs publics, y compris au niveau des maires, puisqu’il semble que la salle de prière qui a été vandalisée n’ait été ni déclarée, ni autorisée : comment est-ce possible ? Le maire se défend en disant que l’association ne posait aucun problème, mais la question n’est pas là. Bref, si l’on tient compte de ce contexte local marqué à la fois par une faible légitimité de l’Etat et par un fort sentiment d’appartenance collective, il est logique que les réactions soient plus fortes en Corse qu’ailleurs.

Dans une interview accordée au JDD dimanche 27 décembre, Manuel Valls cite l'historien Pierre Nora, affirmant donc que "La France est en péril de paix". Le 11 décembre, il évoquait le risque de "guerre civile" auquel pourrait mener le FN. Au regard de ces deux déclarations, peut-on parler d'excès de langage ou de prédiction ? 

 Il est difficile de répondre de manière tranchée. D’un côté, on ne doit pas sous-estimer la dimension tactique de telles déclarations car il est possible que le Premier ministre cherche à dramatiser pour faire taire l’aile gauche de son parti, laquelle représente toujours son principal souci. Mais d’un autre côté, les responsables politiques ne sont pas toujours dans le mensonge. Ils peuvent faire un constat lucide sur l’état de la société et tenir un discours de vérité.

Ce qui est sûr, c’est que les tensions s’accroissent dans la société française. Nier la montée des périls serait faire preuve d’une certaine mauvaise foi. La menace islamiste n’est pas une invention du gouvernement puisque l’armée française est mobilisée sur plusieurs fronts. En France même, la cohabitation avec l’islam génère des problèmes inédits qui ont été bien soulignés par Pierre Manent dans son livre Situation de la France, paru juste avant les attentats de novembre. La discussion de ce livre s’est polarisée sur les propositions de l’auteur, lesquelles peuvent effectivement être contestées, mais il est dommage de ne pas avoir discuté davantage le constat très sombre que celui-ci propose sur l’évolution de l’islam, évoquant même l’hypothèse d’une " islamisation par défaut " de l’Europe si rien n’est fait.

Le Front national est-il la cause des problèmes ? Aborder le problème sous cet angle paraît réducteur et, d’une certaine façon, contre-productif. Manifestement, certains n’arrivent pas à faire le deuil de l’idée selon laquelle le principal danger n’est pas le FN, ou plutôt que celui-ci est surtout la conséquence d’une inquiétude qui taraude une part croissante de l’électorat. Le FN doit d’abord être vu comme le produit d’un contexte anxiogène qui a été ouvert par la mondialisation et l’immigration de masse. L’angoisse est d’autant plus vive que les gouvernants ne proposent aucun discours global sur les perspectives d’avenir, hormis quelques formules creuses sur le vivre-ensemble, la tolérance ou le respect des croyances. Ce sont certes de belles valeurs, mais encore faut-il pouvoir leur donner un contenu : à quelles conditions peut-on vivre ensemble ? Jusqu’où doit aller la tolérance ? Toutes les croyances sont-elles respectables ? Pour l’heure, personne n’a répondu à ces questions.

Les électeurs ont aussi le sentiment que les élites renient certains principes. La laïcité est aujourd’hui de plus en plus dénoncée par les intellectuels pour sa supposée hostilité envers l’islam. Résultat : la laïcité est progressivement vidée de toute substance, comme en témoigne la mise en place de la " journée de la laïcité ", célébrée le 9 décembre dernier dans les établissements scolaires, sans que personne ne sache ce qu’il fallait faire.


De même, la question de la déchéance de nationalité provoque des réactions disproportionnées dans une partie de la gauche, qui accuse le gouvernement de faire le jeu de l’extrême-droite et de trahir les valeurs républicaines. C’est de bonne guerre de la part de tous ceux qui veulent prendre leur revanche sur Manuel Valls, comme Jean-Marc Ayrault ou Martine Aubry. Cela dit, dans le contexte actuel, ces positionnements tactiques semblent déplacés. Parler d’une mesure anti-républicaine est un comble quand on sait que la déchéance de nationalité était prévue par les Républicains dans le décret de 1848 sur l’abolition de l’esclavage. Etait-il alors anti-républicain d’affirmer qu’on ne peut pas être Français et esclavagiste ? De ce point de vue, il est difficile de donner tort à Manuel Valls lorsque celui-ci déplore qu’" une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs en oubliant le contexte, notre état de guerre." Par certains côtés, on a l’impression de revivre la guerre froide, lorsqu’une partie de la gauche s’est montrée incapable de réajuster ses jugements en fonction de la réalité qu’elle avait sous les yeux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 30/12/2015 - 09:21
La vérité
Pour piéger les pompiers, les cailleras ont incendié une ECOLE DE LA RÉPUBLIQUE. Alors la profanation d'une pseudo salle de prières...
Liberte1776
- 30/12/2015 - 05:45
Quelle guerre civile ?
Il s agira d une guerre tout simplement. Celle que nous déclarent les séparatistes musulmans (zones de "non-droit", ou plutôt zones de charia, donc de facto séparatistes). Si on n applique pas les lois de la Republique, de manière légale et saine, ce sont les citoyens qui la rendront eux memes. Ca ne sera pas joli-joli, mais bon, vous trouvez joli-joli l impunité dont jouissent les caillasseurs de pompiers et de policiers depuis des années ? Que l Etat fasse son job. Apres tout, on paye assez d impôts comme ca, non ? Plus que tout autre pays du monde a part la Coree du Nord... Sinon, les citoyens prendront leur destin en main. L analyse est fort simple. Un Etat fort qui règle les problèmes fait baisser le FN. Un Etat faible et veule le fait monter. Mécanique. Pas besoin d un traite de sociologie.
Gré
- 29/12/2015 - 19:50
PS-Républicains : une alliance contre-nature mais opportuniste
La Droite qui s'auto-proclame républicaine (càd celle qui ignore que, quand on respecte les lois - ce que fait le FN - on est républicain) devra un jour se rendre compte que, à force de se laisser manipuler et culpabiliser par le PS, elle fait couler la France.----------- Non une alliance avec le FN ne serait pas "fasciste". Il y a certes des abrutis au FN ; il y en a aussi qu'on tolère chez les "Démocrates", dont de fieffés menteurs (style Cahuzac).---------- L'argument "fascisme, nazisme" fonctionne encore chez les + 65 ans parce qu'ils confondent les Musulmans d'aujourd'hui et es Juifs de 1940. Ces deux groupes n'ont pourtant rien en commun (et ce sont des Musulmans qui l'affirment) --------- Comme dans une famille, si on veut éviter les affrontements, ici une guerre civile, il faut éviter de favoriser le dernier venu au détriment de l'aîné.