En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 7 heures 24 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 42 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 33 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 13 heures 10 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 15 heures 17 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 20 heures 22 sec
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 10 heures 2 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 35 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Anarchy in the UK

Brexit : la grenade que David Cameron a dégoupillée sans être capable d’en maîtriser les effets

Publié le 23 décembre 2015
A Bruxelles, David Cameron défend ses demandes de réformes de l'UE. Pour lui, elles seules peuvent convaincre les Britanniques à rester membre. Mais les eurosceptiques britanniques demandent toujours plus au Premier ministre qui se retrouve en position délicate face à ses partenaires européens et ses électeurs.
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Bruxelles, David Cameron défend ses demandes de réformes de l'UE. Pour lui, elles seules peuvent convaincre les Britanniques à rester membre. Mais les eurosceptiques britanniques demandent toujours plus au Premier ministre qui se retrouve en position délicate face à ses partenaires européens et ses électeurs.

Atlantico : En plaçant la question du maintien ou non de la Grande-Bretagne au centre du débat politique, David Cameron pensait pouvoir garder la main pour imposer à l'UE ses volontés. Mais débordé par les plus eurosceptiques, le Premier ministre britannique donne l'impression de jouer avec son avenir politique et surtout celui de son pays. Ne s'est-il pas enfermé dans un piège, sous la pression des eurosceptiques britanniques alors que ses partenaires européens semblent prêts à de nombreuses concessions ?

Bruno Bernard : Il faut d'abord prendre en considération que la puissance de David Cameron est relative en dépit de son succès électoral aux dernières élections. Déjà en 2010, sa prise de pouvoir était le fruit d'un marché passé avec les Eurosceptiques. Au final, il a toujours été obligé de jouer avec eux, et ce jusque dans son propre parti.

Jusqu'ici, il avait réussi à calmer un peu les choses, principalement durant son premier mandat du fait qu'il n'avait pas de majorité absolue. Aujourd'hui, il est obligé de se lancer dans ce qu'il avait promis, c’est-à-dire, l'organisation d'un référendum. Cela le met dans une position d'équilibriste car il veut défendre le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne alors qu'une partie de l'opinion dans son parti se prononce pour une sortie. Cameron évolue donc sur un fil, entre les deux options tout en sachant que ses idéaux sur la question ne sont plus majoritaire dans son propre parti. C'est une position difficilement tenable, et qui va lui poser problème à terme car plus nous allons avancer vers la date fatidique du référendum, plus les Eurosceptiques seront exigeants, et il y a de forte chances pour que ces derniers gagnent des soutiens, à moins d'un changement radical au sein de l'Union européenne.

Pour David Cameron, comment parvenir à ménager ses partenaires européens tout en composant avec les différentes sensibilités britanniques ?

La seule solution pour David Cameron est simple : pour rester au pouvoir, il devra remporter le référendum avec le maintien comme résultat. Ce serait donc aller contre l'avis dominant au sein de son parti, et cela implique de convaincre les Britanniques de rester au sein de l'UE. Il sera donc obligé d'aller défier ses propres amis parmi les plus conservateurs et de jouer l'opinion publique britannique contre son parti. Pour lui, c'est la seule solution politique envisageable.

C'est quitte ou double. Soit il gagne et il reste. Soit il perd et il doit partir. Il l'a d'ailleurs lui-même dit. De toute façon, il a déclaré qu'il arrêtait la politique en 2020, c'est-à-dire à la fin de ce mandat. Dans ce contexte, il travaille déjà sa sortie.

Dans le cas d'un Brexit, quel type de relation pourrait entretenir le Royaume-Uni avec l'UE?

Je pense que cela ne changerait pas énormément les relations qu'entretient le Royaume-Uni avec les autre pays de l'UE. L'influence du Royaume-Uni au sein de l'Europe serait toutefois un peu affaiblie par définition mais il faut voir que ce pays est déjà en dehors de la zone euro et de l'espace Schengen. De plus, le Royaume-Uni et la France sont liés par un partenariat bilatéral pour une coopération en matière de défense qui n'a rien à avoir avec l'UE. Donc l'UE resterait un partenaire économique important et inversement. Il est probable qu'il n'y ait pas un impact aussi fort qu'on le pense, une fois le choc de la sortie passé. Il n'y aura pas besoin de visa pour voyager, ni de droits de douane remis des deux côtés de la Manche.

Cela pourrait en revanche légèrement bouleverser la stratégie transatlantique. Barack Obama a clairement dit aux Britanniques qu'une sortie de leur pays de l'UE serait une immense perte. Cela pourrait affaiblir le lien transatlantique du fait que les USA perdraient leur meilleur relais au sein de l'UE. L'Allemagne est un bon relais mais un peu récalcitrant. Ce serait alors une mauvaise chose pour les USA de voir sortir le Royaume-Uni de l'UE.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REVERJOVIAL
- 23/12/2015 - 16:32
Les anglais dehors
Ils sont dans l'Europe uniquement par intérêt et sont comme des passagers clandestins profitant du système sans subir les inconvénients et en plus ils manipulent les lois et noyautent la commission en imposant encore plus de libéralisme au profit de la City.